De la bonne méthode pour injurier publiquement quelqu’un sans encourir les foudres de la Justice (chronique « et les juristes appelleront ça la jurisprudence Lucbéreilh »)

J’indiquais dans un précédent billet attendre d’avoir entre les mains l’intégralité du jugement du tribunal correctionnel dans l’affaire d’injure publique m’opposant à monsieur Lucbéreilh avant de faire connaître mon point de vue. Ce jugement, j’en dispose depuis hier. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il me laisse songeur, et c’est là un euphémisme. Lire la suite « De la bonne méthode pour injurier publiquement quelqu’un sans encourir les foudres de la Justice (chronique « et les juristes appelleront ça la jurisprudence Lucbéreilh ») »

Avec le belvédère de la rue Louis-Barthou, Maïté Potin ouvre le bal des promesses électorales improbables

Qu’on se le dise : les 10 mois qui nous séparent encore des prochaines élections municipales risquent d’être propices à l’annonce de nombre de projets tous plus séduisants les uns que les autres. Que voulez-vous, il faut savoir faire rêver les électeurs si l’on veut gagner leurs voix. Toute annonce de ce genre doit donc être reçue à partir de maintenant avec le maximum de circonspection et de vigilance. À Oloron, c’est une conseillère municipale qui a ouvert le bal de ces promesses électorales improbables. Lire la suite « Avec le belvédère de la rue Louis-Barthou, Maïté Potin ouvre le bal des promesses électorales improbables »

Lucbéreilh, poursuivi pour injure publique et relaxé : la réaction en trois temps du blogueur

Rappel des faits : au cours d’un point presse, monsieur Lucbéreilh traite le blogueur de « pervers narcissique ». Celui-ci porte plainte pour injure publique. Un juge d’instruction met en examen puis renvoie devant le tribunal correctionnel l’injurieur. Ce dernier est relaxé par le tribunal. Ce qui déjà prouve que la Justice n’est pas une science exacte puisque, appelés à se prononcer sur les mêmes faits, deux catégories de magistrats ont une appréciation différente sur leur nature. Réaction en trois temps du blogueur sur cette relaxe.

Lire la suite « Lucbéreilh, poursuivi pour injure publique et relaxé : la réaction en trois temps du blogueur »

Joseph de Laborde, le richissime Oloronais qui a construit sur ses propres deniers une église au Mexique (chronique « François Pinault et Bernard Arnault n’ont qu’à bien se tenir »)

Portrait de Joseph de Laborde
Portrait de Joseph de Laborde

Il y a ceux qui construisent un château en Espagne. Et puis il y a ceux qui utilisent une partie de leur immense fortune à construire une église au Mexique. 270 ans avant François Pinault ou Bernard Arnault (deux des principaux donateurs pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris), l’Oloronais Joseph de Laborde est de ces derniers. Lire la suite « Joseph de Laborde, le richissime Oloronais qui a construit sur ses propres deniers une église au Mexique (chronique « François Pinault et Bernard Arnault n’ont qu’à bien se tenir ») »

Le reportage sur le « train fantôme à 100 millions d’€ » Oloron-Bedous a été diffusé ce dimanche 14 avril dans le 20H de TF1

Ce dimanche 14 avril, le 20H de TF1 a été suivi, s’il faut en croire le site spécialisé Pure Médias, par 5,9 millions de téléspectateurs. Qui ont pu découvrir un reportage au titre évocateur : « Le train fantôme à 100 millions d’€ ». Les images ont été tournées entre Oloron et Bedous le 10 avril dernier. Vous pourrez les retrouver ci-dessous. Lire la suite « Le reportage sur le « train fantôme à 100 millions d’€ » Oloron-Bedous a été diffusé ce dimanche 14 avril dans le 20H de TF1 »

Conseil municipal du 10 avril 2019 : réquisitoire de l’opposition contre le bilan du maire et plaidoyer en défense d’icelui (chronique « ping-pong pré-électoral »)

Les échanges musclés entre l’opposition et le maire au moment de la délibération sur le budget primitif 2019 de la commune a constitué selon moi le moment fort de ce conseil municipal du 10 avril 2019. Car, les prochaines échéances électorales aidant, le débat a dépassé la simple querelle de chiffres pour se frotter au  bilan des cinq premières années de mandat. Au nom de l’opposition, Jean-Étienne Gaillat s’est livré à une charge qui n’a pu paraître excessive qu’à celles et ceux qui suivent de loin les affaires municipales oloronaises. Des critiques auxquelles le maire n’a pas manqué de répliquer. Lire la suite « Conseil municipal du 10 avril 2019 : réquisitoire de l’opposition contre le bilan du maire et plaidoyer en défense d’icelui (chronique « ping-pong pré-électoral ») »