La liste citoyenne LCO 2020 appelle les trois autres têtes de liste à l’organisation d’une série de débats


Le Pays basque a, une nouvelle fois, un temps d’avance sur le Béarn en matière de démocratie locale. Alors que chez nous les candidats déclarés ou probables continuent de s’observer, guettant celui qui dégainera le premier, chez nos voisins labourdins, bas-navarrais et souletins, Sud Ouest, France Bleu Pays basque, et France 3 Euskal Herri sont déjà parvenus à mettre sur pied dans plusieurs communes une série de débats publics sur les enjeux des élections municipales. Et ce 7 février, l’opération était lancée avec les 4 têtes de liste pour les municipales bayonnaises qui réunies autour de la même table pour répondre aux questions des médias.

À Oloron, la liste citoyenne LCO 2020 a décidé de prendre l’initiative. Dans un courrier qu’elle leur a adressé vendredi, courrier figurant en fin d’article, elle appelle les trois autres têtes de liste à l’organisation d‘une série de débats. LCO 2020 précise la raison de sa démarche : le débat « [c]’est le temps des échanges, de la confrontation des idées, de la discussion des projets, de l’argumentation et de la défense de vos bilans sortants et passés. ». Et souligne tout l’intérêt que cela présente pour les Oloronaises et les Oloronais : « Pour qu’ils puissent écouter, comparer, exercer leur esprit critique, juger et enfin choisir, en leur âme et conscience, à qui ira leur vote les 15 & 22 mars prochains. »

Le courrier se poursuit par l’invitation faite aux trois autres têtes de liste de valider ensemble, les conditions et les modalités d’organisation d’un tel exercice. LCO 2020 avance 4 propositions :

  • Par souci de neutralité, la désignation d’organisateurs et animateurs tiers
  • Par souci de clarté et de sérénité, l’organisation de 2 à 4 débats thématiques
  • Par souci de démocratie participative, la participation à ces débats de 3 à 5 personnes par liste
  • Par souci de transparence et d’information maximum, une tenue des débats en public et/ou une retransmission en direct sur différents médias (radio, TV, internet)

Le blogueur souhaite se tromper, mais craint que l’initiative de LCO 2020 auprès de (par ordre alphabétique) Daniel Lacrampe, Hervé Lucbéreilh et Bernard Uthurry ne soulève guère l’enthousiasme des trois susnommés.

  • D’abord parce que, même si elles peuvent être amendées, certaines des propositions vont leur faire dresser les cheveux sur la tête. 2 à 4 débats ? C’est beaucoup trop vu la préparation que chacun d’entre eux exige et le temps que cela fera perdre pour la campagne de terrain, la seule qui vaille. 3 à 5 participants par liste ? C’est la cacophonie assurée.
  • Ensuite parce que, sauf à se sentir à l’aise dans ce genre d’exercice, ils estimeront que le porte-à-porte et le contact personnel sont plus efficaces lors d’une campagne électorale qu’un débat contradictoire où l’on risque d’être déstabilisé par ses concurrents
  • Cela étant, si France Bleu Pau-Béarn, La République ou Sud-Ouest saisissaient la balle au bond, peut-être que leurs réticences pourraient être vaincues

Au-delà de ce débat à quatre, il y en a un autre dont je rêverais : celui mettant aux prises Hervé Lucbéreilh et Daniel Lacrampe. Il serait l’occasion de donner à l’un comme à l’autre la faculté d’exprimer une bonne fois pour toutes ce qui  les sépare en matière de gouvernance, de projets, de conception du rôle de l’élu…

Le courrier de LCO2020 aux trois autres têtes de liste

Rappel : tous les articles du blog consacrés aux élections municipales 2020 sur Oloron sont accessibles à partir de l’onglet « Municipales 2020 » situé tout en haut de la présente page

37 commentaires sur « La liste citoyenne LCO 2020 appelle les trois autres têtes de liste à l’organisation d’une série de débats »

  1. Certes, nous ne sommes pas certains de l’enthousiasme que suscitera notre appel auprès des trois candidats habituels. Cette approche est nouvelle et nous savons comme ils ne souhaitent pas le renouvellement et la nouveauté.

    Aussi, les raisons proposées par le blogueur à cette (probable) frilosité des trois candidats habituels ne nous semblent pas être les bonnes et nous nous en expliquons :

    Pourquoi 3 à 5 participants par liste, et pas strictement les têtes de liste ?

    Parce que plus personne ne veut assister à un nouveau combat de coqs. Où les égos s’affrontent plus que les projets. Cette façon de faire a écarté trop de gens de la vie démocratique. Si les règles d’échange sont claires et que chacun a la courtoisie de les respecter, il n’y a absolument aucun risque de cacophonie. Nous avons nous-même animé des débats avec plus de 70 personnes et tous les présents pourront témoigner de l’immense qualité des échanges.

    Pourquoi 2 à 4 débats ?

    Parce que les débats classiques où les points sont expédiés les uns derrière les autres, dans la précipitation, ne permettent pas de parler des projets. Ils se limitent à un exercice de style, où les participants s’invectivent dans le désordre pour placer leurs bons mots, mais éviter, d’un commun accord, toute réflexion sur le fond.

    Pourquoi l’argument de la préparation nous surprend venant de la part du blogueur ?

    A moins de considérer un débat comme un spectacle, qu’aurait besoin de préparer un candidat qui maîtriserait ses dossiers et ses sujets, au moins aussi bien que la Liste Citoyenne Oloron 2020 (LCO2020) les maîtrise ?

    Pourquoi cela n’empêche pas le porte à porte et les réunions publiques ?

    Parce que nous en faisons nous-même au quotidien et que cela ne nous a pas empêché de lancer cette initiative.

    Liste Citoyenne Oloron 2020 (LCO2020)
    Le nouveau souffle
    e ahuec!
    🙂

    J'aime

  2. 3 à 5 candidats par liste, c’est 12 à 20 personnes, il me semble que le Conseil municipale c’est 33 personnes ?
    Tu veux dire Joël qu’il n’y a pas de débat possible en Conseil Municipale?

    Pas de débat, pas de programme, des listes qui jouent la montre pour ce déclarer, des propositions d’alliances « pièges »… Il est temps pour  » Le nouveau souffle » .. e ahuec!!!

    J'aime

        1. Non. Mais le blogueur croit que l’on ne peut décréter de l’extérieur de nouvelles pratiques du jour au lendemain. C’est affaire de pédagogie et de patience. En clair : une campagne électorale n’est pas le meilleur temps pour s’y essayer.

          J'aime

      1. « C’est affaire de pédagogie et de patience. » On croirait lire un élément de langage de la majorité Jupitérienne… Les Oloronais ne peuvent pas comprendre la nécessité d’un débat d’idées entre listes qui souhaitent les représenter ? Et « une campagne électorale n’est pas le meilleur temps pour s’y essayer. » ?
        J’avoue ne pas comprendre la position du blogueur, mais peut-être ai-je besoin d’un peu de pédagogie…

        Je me permets de citer un autre blogueur :
        « Tous sont voués à ne jamais sortir de leur condition de minorité. Masses informes, inertes et enfantines, les mineurs sont faits pour être conduits. Et éduqués. C’est d’ailleurs pourquoi le néolibéralisme, en tous ses organes, est une pédagogie. Il n’en finit pas de « faire de la pédagogie », et même de faire « la pédagogie », tout court — des réformes, de l’avenir, des transformations du monde… »
        Frédéric Lordon
        (source : https://blog.mondediplo.net/des-petits-rats-et-du-journalisme-selon-ariane )

        J'aime

        1. Julien, je veux simplement dire que vous avez une pratique éprouvée de ce type de débat  » participatif « , ce qui n’est pas le cas des autres équipes qui ont souvent pris l’habitude de s’en remettre à la seule parole du chef de file. Vous ne pouvez attendre d’elles qu’elles acceptent de changer leur propre pratique du jour au lendemain

          J'aime

  3. Un débat pourquoi pas ? Mais ce qui serait nouveau et fort, c’est que les programmes mentionnent l’institution de référendums. Même si, ils n’ont aucune valeur juridique, ils permettraient de recueillir l’avis de la population sur leur territoire. Par exemple:
    1° Pour ou contre l’exploitation de carrières au Bager
    2° Pour ou contre la déviation routière d’Oloron (Gabarn- Porte d’Aspe)
    etc…
    Je me rappelle par exemple du projet de carrière au Poey de Bedous ou Accous qui devait procurer des emplois, mais quand la population a été invitée à se prononcer, le Maire a aussitôt fait marche arrière.
    Demander l’avis de la population devrait être le SMIC de la démocratie. Sans quoi, la politique dans sa gestion des affaires sera toujours une bouse qui ne séchera jamais.

    J'aime

  4. bon inutile de revenir sur la proposition de débat… un débat n’est qu’un débalage d’idées qui ne présage en rien la mise en application de ces belles idées.. le problème des élections n’est pas la confrontation des idées mais la mise en application des idées… un débat ce n’est qu’un concours de celui ou celle qui a la plus grande « gueule »…

    Non ce qui est intéressant, c’est cette proposition de plusieurs participants qui sert surtout à démontrer que eux (les LCO) portent un projet collectif quand les autres sont tous aux ordres derrière un « leader »…

    Or… toute équipe aussi participative, coopératrice, démocratique soit-elle, ne doit-elle pas avoir un leadership fort, affirmé et identifié ? capable de porter le projet coute que coute quand les autres flanchent au coeur de la tempête ? car c’est ce qui arrive tout le temps… Je n’ai pas noté le nom de celui ou celle de la liste LCO, or cela me semble important. Quelqu’un peut-il éclairer ma lanterne ?

    J'aime

    1. Or… toute équipe aussi participative, coopératrice, démocratique soit-elle, ne doit-elle pas avoir un leadership fort, affirmé et identifié ? capable de porter le projet coute que coute quand les autres flanchent au coeur de la tempête ? car c’est ce qui arrive tout le temps… Je n’ai pas noté le nom de celui ou celle de la liste LCO, or cela me semble important.
      Tout à fait d’ accord avec votre propos. Personnellement le point faible de LCO est bien celui là, comme je l’ ai déjà écrit. Pourquoi donner sa voix à une liste, si derrière on ne sait pas qui en portera la tête, ni qu’ elle utilisation en sera faite ( Désistement ou pas, Consigne de vote éventuelle au second tour pour les vieux chevaux).
      Ce n’ est rien d’ autre que voter pour le brouillard. Autant s’ abstenir ou voter blanc au bon on sera sûr de pas se faire avoir.

      J'aime

    2. « toute équipe aussi participative, coopératrice, démocratique soit-elle, ne doit-elle pas avoir un leadership fort, affirmé et identifié ? capable de porter le projet coute que coute quand les autres flanchent au coeur de la tempête ? car c’est ce qui arrive tout le temps… »

      Mister Caster, là encore, la LCO ne sera pas dans les clous de ce qui se fait d’habitude, désolée (ou pas :-p).

      D’où avoir un leader est le seul moyen pour faire avancer un projet ?

      Je crois que les oloronais qui ont travaillé avec la LCO veulent autre chose… Nous verrons bien par les urnes combien de pourcent d’Oloronais en ont marre du « leader » et choisissent autre chose :-p

      La force de la LCO justement, c’est que quand certains s’épuisent, d’autres sont là, ça change la manière de travailler, la manière d’avancer, ça fait évoluer sur beaucoup de plans !
      Personne n’est indispensable mais l’ensemble l’est ♥ Je ne suis pas indispensable dans la LCO, mais la LCO l’est pour moi.

      Bye

      Vanessa

      J'aime

  5. Mais que chaque liste vienne lors de rencontre publique thématiques expliquer une de leur proposition (ou promesse) en en détaillant les objectifs, les résultats attendus et le financement et ainsi en prouver la faisabilité.. alors là oui je suis preneur…

    J'aime

  6. @caste , j’ai une petite idée, il s’appelle Julien Brunel 1,2,3- surement en fonction de quelle campagne il mène.
    A Pau son aura sur Blanco l’isole,
    Sur Oloron on voit sa patte partout,
    Aujourd’hui dans la presse les idées déployées par leur liste sont les mêmes qu’à Oloron, un copier collé,
    Normal puisque il travaille pour blanco

    J'aime

  7. @Momo X
    C’est trop d’honneur, vraiment :-).
    La Liste Citoyenne Oloron 2020 (LCO2020) C’est un collectif de plus de 40 personnes qui travaille depuis plusieurs années. C’est 158 propositions formulées, débattues et votées pas plus de 200 habitantes et habitants d’Oloron et du territoire. Certaines ressemblent effectivement à ce que propose la liste citoyenne de Pau, mais aussi à Toulouse, à Saillans, à Grenoble, et dans une multitude d’autre villes en France.
    – Les budgets participatifs
    – La mutuelle complémentaire municipale
    – Le territoire zéro impact (zéro déchets et énergie positive).
    Les citoyennes et les citoyens s’organisent, partagent leurs expériences et échangent des idées, quoi de plus normal ?
    Mais il y a surtout une très large majorité de projets propres à Oloron.
    – L’ouverture d’une antenne de l’université de Pau à Oloron
    – l’audit complet et la publication d’une note explicative de la comptabilité et finances de la ville, pour plus de transparence
    – L’Ouverture d’un centre d’hébergement d’urgence pour les femmes et les jeunes hommes de moins de 25 ans
    – La creation d’une école de l’environnement et de la biodiversité
    – etc.
    Que voulez-vous, les citoyens ont de la suite dans les idées!
    Pour ce qui est du “leadership”, La Liste Citoyenne Oloron 2020 (LCO2020) propose une vision dans laquelle les élus ne sont pas les politiques. Ce sont les gens qui font la politique. Les élus ne sont que leurs représentants. S’il pouvait y avoir des doutes quant à cette idée, voyez ce qu’elle a déjà permis d’accomplir à de simples citoyens, non élus et dans le sou.
    – En termes de programme,
    – de gouvernance,
    – de mobilisation
    – de renouvellement des idées
    – et déjà de premières réalisations alors qu’elle n’est même pas élue.
    @casteraoloron, je ne crois pas que l’on puisse dénoncer vivement une certaine manière de faire de politique et dans la même journée contester ce qui pourrait en faire évoluer les fondamentaux.
    PS: @MomoX “Julienbrunel2“ c’est parceque je n’ai jamais réussi à retrouver le mot de passe du premier compte créé avec le même nom. Et comme je pense que l’anonymat est un aveu de faiblesse majeur (si vous voyez ce que je veux dire) j’ai du recréer un compte avec le même prénom et nom et le chiffre 2, car le 1 était hors service 🙂 🙂 🙂

    J'aime

  8. Une des caractéristiques des populismes d’extrême-droite et gauche contemporains, qui sont, rappelons-le, mortifères pour la démocratie, c’est le culte du référendum.
    Celui-ci est présenté comme un des moyens les plus évidents et les plus pertinents de réenchanter la démocratie et d’offrir une réponse au soi-disant essoufflement « universellement constaté » des procédures et des institutions représentatives-parlementaires traditionnelles.
    Or cette caractéristique a aussi été celle de populismes tels que au choix, ceux des années 30 en France mais aussi certaines pratiques boulangistes ou/et bonapartistes (dans les années précédant l’avènement de Napoléon III) ou encore des E-U des années 1890-1900, des populismes latino-américains des années 1950 etc…etc…
    Le référendum a 4 grandes conséquences négatives :
    —il efface, il désintègre la notion de responsabilité politique qui est un des marqueurs de la démocratie représentative. Dans cette dernière, les élus sont appelés à rendre des comptes, à être éventuellement récusés par les citoyens lors d’élections, à passer devant la justice…etc…
    Si lors d’un référendum, la mauvaise décision est prise par le peuple (Ce dernier n’a jamais été historiquement vertueux) qui va être responsable, qui va rendre des comptes et à qui ? Contre-qui se retourner ? Si le Brexit se révèle catastrophique d’ici 5 ans, quel recours pour le citoyen britannique ?
    Y aura plus « d’élu » bouc-émissaire dans ce cas-là, si facile à pointer du doigt par pure démagogie et s’exonérer de sa propre responsabilité.
    —Il implique de fait, une confusion dommageable entre la notion de décision et celle de volonté en politique.
    Cela conduirait inévitablement à prendre des décisions qui d’un référendum à l’autre seraient contradictoires et mèneraient à des formes de paralysie. Plus grave, il réduirait la vie politique à une addition de décisions spécifiques.
    Or, la politique consiste à construire des politiques, c’est-à-dire à poursuivre dans le temps des projets, à donner corps à des orientations dotées d’une certaine cohérence. C’est le sens qu’à la notion de volonté. Elle est une construction du temps long et se distingue en cela d’une décision dont l’expression et les effets sont adéquatement réalisés de concert et dans l’immédiat.
    Seule la démocratie représentative permet cela, permet d’honorer cette exigence de cohérence dans le temps, rend possible la conduite d’une politique en l’inscrivant dans la durée d’un ou plusieurs mandats.
    —il réduit la complexité des problèmes, la pensée (≠ ouvrir la bouche pour émettre des sons, sortir du verbiage, des lieux-communs, verser dans le simplisme, le complotisme etc…) à des choix binaires, à un simplisme outrancier (autre caractéristique du populisme contemporain), mortifère pour l’existence même de la démocratie, à un choix guidé par l’intérêt et les égoïsmes personnels.
    La démocratie représentative permet d’échapper à cette réduction manichéenne du monde (Choisir entre le côté obscur de la Force ou son contraire) par le biais d’institutions représentatives au sein desquelles, on débat, on nuance, on amende, on recherche le bien public etc…
    —il entraine une propension à l’irréversible de par son usage pour l’instant exceptionnel qui lui confère une sorte de gravité que n’ont pas les autres scrutins. En le banalisant, le risque est double. Il est d’abord de le dévaloriser en faisant oublier sa spécificité, mais surtout, plus grave, il entrainerait une absolutisation du fait majoritaire en faisant perdre de vue qu’il n’en n’est qu’une des expressions et ne peut se résumer à celle-ci sans verser dans la tyrannie, voire le totalitarisme.
    Ne pas oublier que la tyrannie s’installe lorsque le peuple composé de citoyens se transforme en foule gouvernée par les passions de l’instant.

    J'aime

  9. @julienbrunel2 je ne dénonce, ni ne conteste rien… je dis juste qu’à mon avis il manque à liste LCO un leader identifié… pas un despote… juste un leader comme il y en a dans toutes les équipes…

    Mais mon propos concernait surtout l’inutilité d’un débat… auquel je préfére de vraies présentations chiffrées des propositions de campagnes dans un cadre non partisan…

    les campagnes ne m’intéressent pas…le partisanisme non plus

    J'aime

    1. @casteraoloron, pourtant Ce n’est pas faute de t’avoir invité à venir assister à de tels événements de présentation 🙂. Il y a du cadre, des chiffres, des projets, une programmation (un calendrier), et des échanges sur le fond des sujets, jamais sur les enjeux politiques. Jamais. Tu ne trouvera personne pour te dire le contraire.
      Nous demandons seulement à être jugés sur pièce.
      Ces exercices nous ont d’ailleurs permis de convaincre et de susciter des vocations auprès de gens que nous connaissons bien et apprécions tous deux pour ces mêmes raisons.

      J'aime

        1. Je ris aux mots (maux ?) de MOMO !
          « @ 123, ne la jouez pas modeste.
          C’est peu vous le bos!!!
          Au fait, pourquoi c’est jamais votre tête, femme !!! , qui parle???
          Un vieux relent sexiste ? »

          Les femmes de la LCO ont de la voix, faut vous renseigner Momo ! 😉

          Va quand même pas falloir que les copines de la LCO s’excusent de ne pas être accro au net comme moi, non mais ! :-p

          Les habitués d’ici doivent rire de croire que Julien est mon boss ! C’est un « beaugoss », je veux bien l’accorder, mais pas notre boss, faut revoir vos fiches MOMO ! :-p

          La LCO a une autre conception de la politique, et tente de l’appliquer chaque jour du mieux qu’elle peut. A parité en plus ♥

          La bise les gars :-p

          Vanessa

          J'aime

  10. @ lco2020
    Nous avons nous-même animé des débats avec plus de 70 personnes et tous les présents pourront témoigner de l’immense qualité des échanges.
    A moins de considérer un débat comme un spectacle, qu’aurait besoin de préparer un candidat qui maîtriserait ses dossiers et ses sujets, au moins aussi bien que la Liste Citoyenne Oloron 2020 (LCO2020) les maîtrise ?
    Parce que plus personne ne veut assister à un nouveau combat de coqs. Où les égos s’affrontent plus que les projets.
    Le débat est un temps démocratique fondamental. C’est le temps des échanges, de la confrontation des idées, de la discussion des projets, de l’argumentation et de la défense de vos bilans sortants et passés.
    Le Naif : Les propositions de lco2020 me font penser à la troisième fable du livre I de Jean de La Fontaine « La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le bœuf » Quand l’on demande l’argumentation et de la défense de vos bilans sortants et passés, il faudrait que lco2020 propose un bilan autre que les casserolades !

    J'aime

  11. Regardez le nombre de commerces qui auront fermé dans l’année qui précède l’élection (et qui ne seront jamais repris, c’est trop tard), le nombre de m² de grandes surfaces supplémentaires en périphérie, en parallèle, l’absence flagrante de lieu de vie fédérateur en centre-ville (pourtant les projets divers et variés n’ont pas manqué), le développement des zones pavillonnaires dans les villages alentour, considérez la suite du projet de tunnel avec la future déviation, vous avez le bilan des choix politiques fait sur le territoire durant ces 20 dernières années. Alors s’inscrire dans autre-chose, ça peut paraître utopiste, mais soit on se résigne à « finir » la transformation d’Oloron en ville dortoir, soit on imagine autre-chose, d’un peu plus radieux. Je préfère la seconde option…
    Cette ville existe encore grâce au militants associatifs, et sous perfusion des deux plus gros employeurs. Ceux qui passeront aux élections, quels qu’ils soient, auront intérêt à « se bouger le cul » pour préparer l’avenir. L’inertie et le « laisser-faire », voilà les plus grands ennemis d’Oloron.
    L’Espoir fait vivre!
    Fabien.

    J'aime

  12. Pas de référendum sous les IIIème (sauf de rares tentatives au niveau local, municipal bien vite passées à la trappe) (sauf demandé par tous les populistes de l’époque) et IVème république, pratique considérée comme despotique, c’est-à-dire tyrannique (et surtout pas démocratique) par tous les grands républicains de l’époque, républicains comme Jules Ferry et bien d’autres qui ont enraciné la démocratie en France, ont mis en place un idéal démocratique (avec des symboles, des principes…etc…).
    https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_en_France

    J'aime

  13. Merci pour cette attaque personnelle, pas vraiment en rapport avec le sujet, mais soit, ça devait vous chatouiller depuis un moment de la placer celle-là!
    Oui, ma fille est à Notre-Dame, bravo pour votre pertinence, ça me va droit au coeur.

    1) Vérifiez vos chiffres avant d’affirmer ça. Y’aurait pas d’autres facteurs par hasard……?
    2) Renseignez-vous, interrogez-vous sur les motivations des parents.
    3) Ce n’est pas parce-qu’on y passe un an ou deux qu’on y fera toute sa scolarité.
    4) le public propose du béarnais, le privé de l’espagnol. Surtout, ne changeons rien… J’ai dit quoi au dessus? ha oui, l’inertie…

    Peut-être avez-vous des pistes de réflexion pour éviter les choix « criminels » comme le mien?
    Désolé, je n’ai pas la maîtrise de ce sujet, mais vous avez sûrement plein de bonnes idées sur cette question. Nous verrons comment s’en sortent les prochains élus.

    Fabien.

    J'aime

    1. «  »Y’aurait pas d’autres facteurs par hasard……? » »

      Mais bien sûr que si ! Mais chut !…Se remettre en cause, vous n’y pensez pas ! Déjà si ils laissaient leurs idées politiques en salle des profs, ce serait pas mal

      J'aime

  14. Je me demande sur quelle planète vit Véritéraison ? La démocratie représentative a été inventée à une époque ou les gens ne pouvant se déplacer, envoyaient un homme politique le plus souvent élu localement, pour les représenter . La « soi disant  » démocratie représentative  » a donc toujours été noyautée par les castes au pouvoir et leurs Société secrètes . (Franc maçonnerie en tête) A l’évidence la moins » mauvaise démocratie  » est la directe comme en SUISSE actuellement ,d’autant qu’elle serait facile à mettre en place à notre époque. Pourquoi croyez vous donc que nos gouvernants ne veulent pas entendre parler du RIC ?)
    Quant à la politique, je vous renvoie à la phrase de Paul VALERY  » la politique c’est l’art de désintéresser les gens des affaires qui les concernent directement  » !

    J'aime

  15. Ce message s’adresse à tous ceux qui dans ce blog aiment la démocratie, veulent la défendre et se garder des mouvements populistes. Comment reconnaitre ces derniers pour mieux s’en prémunir ?
    (PS : La démocratie participative est une des plus grandes fumisteries de notre époque troublée où on galvaude et emploie à tout va le terme de citoyen, ce n’est qu’une nouvelle forme de tyrannie où chaque citoyen devient le tyran d’un autre avec pour corollaire, l’arbitraire, la démagogie (l’art de flatter une foule, d’abonder dans son sens pour mieux la manipuler, la tromper),
    Ce sont des mouvements qui se caractérisent par :
    — une volonté incessante de réduire la complexité du monde, de la société actuelle à une opposition entre le « peuple » (considéré comme honnête et vertueux, ce qui est à mourir de rire) aux « élites » (considérées comme malhonnêtes et manipulatrices). Le complotisme lié au simplisme et à encore une fois une vision manichéenne du monde sont les marqueurs des mouvements populistes.
    La complexité du monde ne se réduit pas à une schématisation erronée, mortifère et binaire des choses qui était déjà la grille de lecture des totalitarismes du XXème siècle. « Le côté obscur contre le bon côté de la Force ».
    —une préférence donnée à la démocratie directe (illustrée par la sacralisation du référendum —J’ai montré dans mes 2 précédents messages combien cette pratique était tout sauf démocratique, réduisant la compréhension du monde à une pensée binaire et manichéenne, autorisant toutes les manipulations possibles),
    99 fois sur 100, le référendum lorsqu’il est pratiqué prend un caractère de plébiscite.
    —une vision polarisée et hyper- électoraliste de la souveraineté du peuple qui rejette les corps intermédiaires (dont la presse et la justice en constituent une des figures les plus notables) et entend domestiquer les institutions non élues (comme les cours constitutionnelles et les autorités indépendantes). On en voit les conséquences aujourd’hui dans des pays comme la Pologne, la Hongrie ou la Turquie…
    —une conception immédiate et spontanée de l’expression, de la volonté populaire adossées à un ensemble d’émotions et de passions destinées à rendre le monde plus lisible en s’appuyant sur des récits d’essence complotistes. Or, la démocratie pour vivre fait appel à la raison—pas aux émotions. Les meilleures décisions se prennent dans la sérénité (un grand silence, calme favorisent la réflexion) et avec un certain recul (un délai qui permet à la réflexion de mûrir comme le bon vin), sur le moyen et long termes.
    L’instantanéité (caractère de ce qui est instantané), comme l’émotion (réagir sous le coup de celle-ci) où la hâte sont aussi les ennemis de la démocratie. Innombrables sont les exemples historiques qui le montrent.
    Oui à des changements à Oloron mais en se gardant des populismes qui creusent le tombeau de la démocratie !
    PS : il existe d’autres caractéristiques de ces mouvements populistes comme par ex le national-protectionnisme. J’en parlerais peut-être dans un prochain message… Or, ce dernier a été un des facteurs majeurs de la 2ème GM…

    J'aime

  16. Le Naïf
    « il faudrait que lco2020 propose un bilan autre que les casserolades ! »

    Il faudrait être venu aux séances de travail pour avoir vu toute la diversité de l’équipe de la LCO pour pouvoir juger :-).

    Si vous ne voyez en moi qu’une casseroleuse, ça vous fera drôle si un jour on débat en vrai, je crois.

    S’appeler Le Naïf permet que ses erreurs soient déjà à moitié pardonnées, non ? 😉

    Un bilan autre ?
    Notre bilan carbone ? Comparer aux autres listes ? Ca me plairait, tiens, qu’on puisse le faire :-p
    Notre bilan d’argent investi pour faire campagne ? Oh oui, là aussi, je suis preneuse.

    La Bise

    Vanessa

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s