Crise ouverte entre l’évêque de Bayonne, Lescar et Oloron et une partie des prêtres de son diocèse


Non mais… Oloronblog qui se mêle de la contestation qui se lève au sein du clergé diocésain contre Marc Aillet ? De quoi je m’occupe ? Objections, votre Honneur : 1/ Marc Aillet est évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, donc de notre ville 2/ Si le sujet est très loin des préoccupations de nombre de lecteurs du blog, il n’en reste pas moins qu’il ne laisse pas insensible un certain nombre d’Oloronais. Vous pourrez retrouver ici et ici deux articles à charge que j’ai déjà consacrés aux « exploits » de Monseigneur. Mais de quoi s’agit-il aujourd’hui ?

Depuis de longs mois, sinon depuis plusieurs années, la pression est en train de monter au sein d’un clergé basque et béarnais de plus en plus mal à l’aise face à sa gouvernance et ses prises de position polémiques. Et je ne parle pas ici des interrogations d’un nombre croissant de laïcs sur ces mêmes thèmes. Aujourd’hui la crise éclate au grand jour par la voix de Sud-Ouest qui hier puis aujourd’hui y consacre deux articles. Merci au lecteur du blog qui m’a transmis le double de ces deux articles.

Faut-il qu’ils en aient gros sur le cœur ces 60 prêtres plus habitués à l’obéissance qu’à la contestation des décisions de leur supérieur. Ils osent à visage découvert élaborer un cahier des doléance (les termes font un peu Ancien Régime) de 70 pages dans lequel ils listent leurs remontrances et formulent des vœux.

Leurs remontrances ? L’autoritarisme du prélat. Son absence de dialogue. Son maillage du diocèse par des curés entièrement à sa dévotion émanant pour certains de communautés traditionalistes (soutane et discours d’un autre siècle compris). Sa propension à engager le diocèse dans des dépenses inconsidérées. Ses prises de position polémiques sur des sujets de société (mariage pour tous, laïcité, droit à la vie) ou ses déclarations sur des questions de politique internationale (situation en Syrie par exemple). Le peu d’empressement qu’il met à mettre en application certaines décisions du pape François qui n’ont pas l’heur de lui convenir (à la suite du Synode sur la famille par exemple). Et la liste est loin d’être close.

Et Oloron dans tout ça ? J’ignore si les prêtres de la paroisse font partie des signataires de ce cahier de doléances. En revanche, je sais que la paroisse d’Oloron est dorénavant taxée, comme toutes les autres, afin de permettre l’équilibre du budget de Monseigneur. Je sais que de plus en plus de catholiques oloronais (pas tous, faut pas exagérer non plus, il lui reste quelques fidèles) partagent le sentiment exprimé par ces soixante prêtres.

L’un d’entre eux m’a confié : « L’éviction sans ménagement de Francis Hypolite qui était notamment engagé dans les mouvements JOC et ACO  (action catholique ouvrière) de l’église a marqué une grande partie des paroissiens dont je fais partie. Francis s’investissait dans la vie sociale, il était à l’œuvre au CODA, dans les mouvements associatifs. ». Oui, Francis Hypolite ne devait pas être suffisamment dans la ligne, pas plus que José Bourau qui lui avait succédé à la tête de la paroisse.

Et maintenant ? Les plus hautes autorités de l’Église de France ont été alertées de la situation. Il y a quelques semaines, quatre représentants du groupe des prêtres « contestataires » ont eu un entretien avec l’évêque. Il n’en est rien sorti. Une nouvelle rencontre est prévue… dans plusieurs mois. En clair, notre évêque, parce qu’il est persuadé de détenir la vérité, joue la montre et n’a aucune intention de se remettre en question. Sans doute, avec la publicité que Sud-Ouest vient de donner à cette affaire, va-t-il se fendre d’une lettre pour se justifier auprès des paroissiens du diocèse. Rhétoricien redoutable, il ne mettra pas d’eau dans son vin (nulle volonté blasphématoire dans cette expression). Il saura renvoyer la responsabilité de la crise sur les 60 prêtres tout en les assurant de sa commisération et de sa prière !

Et, même si le monde de l’Église-institution a beaucoup de points communs avec le monde politique, ici pas de primaires, donc pas de risque de se faire déboulonner ou, à tout le moins, de devoir infléchir sa gouvernance au vu des récriminations que suscite celle actuellement pratiquée.

12 commentaires sur « Crise ouverte entre l’évêque de Bayonne, Lescar et Oloron et une partie des prêtres de son diocèse »

  1. Soit ils rejoignent les députés frondeurs du PS, soit ils se syndicalisent à la CGT
    avec les bonnes Soeurs.
    Peut être peuvent’ ils aussi organiser des  » casserollades » sous les fenêtres de
    l’ Évêché ….. Il faudra qu’ ils demandent conseil à nôtre ami Bareille.

    Aimé par 1 personne

  2. Robert Bareille du côté des curés

    Merci à Michel de suggérer ma  « contribution militante ». Je suis honoré qu’il me positionne d’emblée du côté des Curés opprimés sans imaginer que je pourrais être du côté de l’Evêque contesté. Je suis disposé à m’engager avec casseroles, brouette et « sermon » public s’il le faut…
    Si je peux être de bon Conseil (Municipal bien sûr) j’accepte la sollicitation, ne serait-ce qu’au
    nom de l’amitié partagée avec Francis Hypolite et José Boureau, les deux prêtres ouvriers « expulsés » en 2009 de la paroisse d’Oloron-Ste-Marie par l’Evêque « tout puissant » selon des méthodes sectaires et obscurantistes d’un autre âge. J’hésite à citer d’autres prêtres qui officient encore à Oloron parmi mes cordiales et amicales relations…. Je ne voudrais pas que l’Evêque leur fasse payer cette proximité coupable avec un mécréant qui plus est Communiste !
    Pour attiser le courroux de « Monseigneur « , je confesse qu’il m’arrive de tomber sous le charme de certaines déclarations du courageux Pape François (ne pas confondre ni avec celui de l’Elysée, ni avec celui qui rêve d’y entrer…)
    Des déclarations à décoiffer plus d’une tonsure, du style : « le capitalisme, c’est le fumier du diable » tel que le Pape l’a proclamé et argumenté lors de son déplacement en Amérique Latine.
    De quoi exalter JAURES et MARCHAIS au fond de leur tombe et faire blêmir de jalousie tous les Papes de la Révolution de BESANCENOT à MELENCHON…..
    Bref, je suis prêt lors du prochain Conseil Municipal à engager ma responsabilité (au risque d’essuyer une motion de censure de la part de mon propre groupe….)
    Je vais proposer à Monsieur le Maire de faire voter une déclaration de soutien aux prêtres « insoumis ». Je prends le risque d’être déjugé à la fois par Jean-Etienne GAILLAT et par le Maire ! Ces deux-là pourraient-ils « communier » sur mon dos ? Je mesure le dilemme pour Monsieur le Maire !
    Faire cause commune avec GAILLAT hors de question ! Pas de pardon, pas d’absolution, pour toutes les entraves démocratiques portées à la volonté de « Monseigneur Hervé 1er ».
    Quant à l’alternative de tomber d’accord avec moi, Communiste agent de satan, Hervé LUCBEREILH peut-il prendre le risque de finir en enfer ?
    Il lui restera la possibilité d’invoquer la loi concernant la Laïcité. Mais là encore, il devra se déjuger et mentir un peu, sans perdre son âme, en ravalant un instant sa conception très personnelle d’une curieuse Laïcité qui aime la Tradition et les soutanes….
    Gageons donc que Monsieur le Maire refusera de mettre ma motion aux voix au nom de « son attachement » à la neutralité Républicaine et Laïque. Probablement caressera-t-il la pensée de soutenir plutôt l’Evêque que les Curés, mais il prendrait le risque d’une nouvelle sanction par le Contrôle de Légalité du Préfet après les pénitences déjà infligées au moins par deux fois, concernant par exemple la vente avortée du parking de la Gare et la vente contrariée du camping !

    Aimé par 1 personne

    1.  » Je vais proposer à Monsieur le Maire de faire voter une déclaration de soutien aux prêtres « insoumis ».
      Excellente initiative de votre part. Vous pouvez compter sur mon soutient. Il vaut mieux être du coté des Curés, même si des divergences existent sur les moyens de parvenir au bonheur de l’ Homme, que du coté de ceux qui veulent détruire la nature
      pour leur bonheur égoïste sans avenir.

      J'aime

  3. Je ne reprendrai qu’une partie du texte
    « Ses prises de position polémiques sur des sujets de société (mariage pour tous, laïcité, droit à la vie) ou ses déclarations sur des questions de politique internationale (situation en Syrie par exemple »
    Si j’ai bien compris, les contestataires sont
    – pour le mariage pour tous ( donc mariage des homos)
    – contre le droit à la vie ( donc pour les avortements)
    – laïcité : j’ai pas compris , peut-etre qu’aillet critique la fausse laïcité de Juppé , et que les contestataires trouve normal qu’on finance des associations particulieres pour construire des mosquées
    – situation en Syrie : sur SO, on lui reproche d’etre pour Poutine et Assad. Donc les contestataires sont pour Al qaïda (al nosra) et Daesh

    Ma conclusion : des problèmes internes , possible et vraisemblables
    mais les prises de positions sur les sujets de société font que les contestataires n’ont rien à faire dans l’eglise catholique . Ils seraient plus en accord avec leurs idées dans une secte maçonique , ou en tant qu’iman dans une mosquée

    J'aime

    1. Ne trouvez-vous pas que vous chargez un peu la barque ? Je décèle comme un soupçon de caricature dans l’interprétation que vous donnez d’une prise de position qui est tout de même largement partagée par le prêtres du diocèse comme par un nombre de catholiques de plus en plus nombreux, prêtres et catholiques dans lesquels je reconnais mes propres positions.

      J'aime

  4. Stephan : « – situation en Syrie : sur SO, on lui reproche d’etre pour Poutine et Assad. Donc les contestataires sont pour Al qaïda (al nosra) et Daesh « .
    Je ne suis ni pour le dictateur Poutine, ni le dictateur Assad, ni les terroristes d’Al qaïda et Daesh….

    Une autre voie, d’autres voix existent, celles du peuples syriens. Si la communauté internationale n’avait pas laisser leur président dictateur mener sa politique meurtrière en toute impunité, des syriens n’auraient pas vu le terrorisme islamiste comme la seule voie…

    C’est avec votre raisonnement que des politiques français trouvent normal de côtoyer et soutenir le dictateur Bachar… contre Daesh….
    Préférer la peste lointaine au choléra qui est à nos portes, voilà le seul choix que « nos » politiques nous offrent…
    Est-ce vraiment cela que nous voulons laisser faire ?

    J'aime

  5. Stephan : « contre le droit à la vie ( donc pour les avortements) »
    Mais oui, bien sûr, si on est pas contre les avortements, c’est qu’on est pour que toutes les femmes avortent à tour de bras…

    Heu, non, on peut être pour que les femmes en difficulté face à une grossesse puisse envisager un avortement… je n’ose pas dire sereinement, car les femmes que je connais qui y ont eu recours ne l’ont jamais fait comme une promenade de santé, monsieur, mais grâce à la possibilité de le faire dans des conditions préservant leur santé physique, elles n’ont pas pris le risque de mourir…

    Si je caricatuErais comme vous, je dirais : contre l’avortement, donc pour la mort de femmes qui se feront avorter dans des conditions hygiéniques inappropriées… Ah tiens, oui, la caricature peut se faire dans l’autre sens, tiens 😉

    La loi Veil n’a pas été faite contre les embryons, mais pour arrêter les morts de ces femmes prêtes à risquer leur vie plutôt que de mener à terme leur grossesse…

    J'aime

    1. «  »La loi Veil n’a pas été faite contre les embryons, mais pour arrêter les morts de ces femmes prêtes à risquer leur vie plutôt que de mener à terme leur grossesse… » »

      c’était l’époque ou il n’ y avait aucun moyen de contraception.Ma mère avait 46 ans quand je suis né donc je suppose que je n’étais pas prévu dans l’organigramme de leur couple mais grâce à dieu comme on dit je suis là pour m’exprimer 🙂

      madame Veil effarée a vu que ,malgré les moyens de contraception qui auraient du rendre caduque sa loi, le nombre d’avortements n’avait pas baissé.

      J'aime

  6. il est vrai que les autres religions, juive, musulmane ou autres ne se posent pas autant de questions sur le dogme ou alors ce n’est pas sur la place publique. L’ eglise catholique veut depuis des années courir apres la modernité sans pouvoir la rattraper. Mais est-ce son rôle ? Devant les évenements à venir je pense que les questions sociétales actuelles seront de peu de poids .

    je me disais aussi personne ne réponds…:)

    J'aime

Les commentaires sont fermés.