Municipales : quand l’analyse du Piéton de Sud-Ouest rejoint celle du blogueur… ou vice versa

Signalé par un lecteur, transmis par un autre, voici, in extenso, le clin d’œil du Piéton dans Sud-Ouest de ce jour. Le blogueur ne saurait mieux dire. Ne serait-ce que parce que le constat du Piéton, qui vient compléter heureusement le billet publié ce matin sur Oloronblog, est aussi celui que le blogueur a déjà relevé à maintes reprises ici. Lire la suite « Municipales : quand l’analyse du Piéton de Sud-Ouest rejoint celle du blogueur… ou vice versa »

Drôle de légende pour cette photo ! (clin d’œil en 3 épisodes sur le mode « grandeur et servitude du métier de journaliste »)

Épisode n° 1 – la légende malheureuse

Mais où le journaliste de Sud-Ouest avait-il la tête pour légender ainsi la photo d’un article  de son site Internet ?

Lire la suite « Drôle de légende pour cette photo ! (clin d’œil en 3 épisodes sur le mode « grandeur et servitude du métier de journaliste ») »

Pierre Claverie, correspondant du journal Sud-Ouest à Oloron de 1956 à 1994

Durant près de 40 ans, Pierre Claverie fut le correspondant inamovible du quotidien Sud-Ouest à Oloron. De 1956 à 1994, rien de ce qui a fait la vie de notre cité en matière politique, culturelle, associative, sportive etc. ne lui a échappé. Ses comptes-rendus et articles étaient écrits d’une plume alerte et acérée. Et, cerise sur le gâteau, il savait quand il le fallait décocher avec malice quelque flèche ou sous-entendu. Notamment lorsqu’il était question d’actualité municipale. Nul doute que, s’il vivait encore aujourd’hui, il aurait ouvert un blog qui traiterait de cette actualité. De façon mille fois plus incisive et avec mille fois plus de talent que moi. Lire la suite « Pierre Claverie, correspondant du journal Sud-Ouest à Oloron de 1956 à 1994 »

Crise ouverte entre l’évêque de Bayonne, Lescar et Oloron et une partie des prêtres de son diocèse

Non mais… Oloronblog qui se mêle de la contestation qui se lève au sein du clergé diocésain contre Marc Aillet ? De quoi je m’occupe ? Objections, votre Honneur : 1/ Marc Aillet est évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, donc de notre ville 2/ Si le sujet est très loin des préoccupations de nombre de lecteurs du blog, il n’en reste pas moins qu’il ne laisse pas insensible un certain nombre d’Oloronais. Vous pourrez retrouver ici et ici deux articles à charge que j’ai déjà consacrés aux « exploits » de Monseigneur. Mais de quoi s’agit-il aujourd’hui ? Lire la suite « Crise ouverte entre l’évêque de Bayonne, Lescar et Oloron et une partie des prêtres de son diocèse »

Amis journalistes, un échange de bons procédés SVP

Oloronblog trouve parfois les sujets de ses articles dans la presse locale. En s’efforçant bien sûr d’apporter alors un angle de vue différent de celui du journaliste.Chaque fois que tel est le cas, je me fais un devoir de citer ma source initiale : « Nous apprenons aujourd’hui dans la presse locale que…. »; « Selon La République…. »; « Sud-Ouest fait état de…. » etc. J’ai pu observer à maintes reprises que cette pratique n’est valable que dans un sens. Lire la suite « Amis journalistes, un échange de bons procédés SVP »

Affaire du camping : non, le sous-préfet n’a pas le pouvoir de juger la délibération du conseil municipal illégale

Pour avoir une chance d’être lu, le journaliste doit couronner son article d’un titre alléchant, bref et percutant. Cette exigence est parfois source d’approximations et d’imprécisions qui peuvent induire le lecteur en erreur. Il en est ainsi aujourd’hui pour les titres de Sud-Ouest et de La République (sur son site Internet)à propos des derniers rebondissements dans l’affaire de la vente du camping municipal. Explications. Lire la suite « Affaire du camping : non, le sous-préfet n’a pas le pouvoir de juger la délibération du conseil municipal illégale »

Un instant d’auto-congratulation pour oloronblog

Foirail gare - Sud-Ouest
cliquer sur l’image pour agrandir

Il y a quelques jours, animé de l’esprit « participation citoyenne » (si,si) que le maire appelle de ses vœux, j’avais rédigé un billet (lien ici) présentant les raisons qui me faisaient douter de la légalité, en l’état, de la vente par la ville d’une partie des terrains du foirail de la gare aux Transporteurs du Piémont oloronais (TPO). S’il faut en croire un article publié ce mardi 8 décembre dans le journal Sud-Ouest, j’étais dans le vrai (pour une fois, diront certains). Le « chapeau » de cet article explique à lui seul le titre de mon billet du jour : « Un blogueur affirme que la vente du foirail est illégale. La municipalité va procéder à son déclassement ».

La mairie a donc fini par admettre du bout des lèvres Lire la suite « Un instant d’auto-congratulation pour oloronblog »

La présence des curés au lycée confirmée par le maire lui-même

Ce qui n’était que bruit de fond est devenu fait réel : le gymnase du lycée Jules Supervielle et le gymnase Scohy ont bien été mis par le maire à disposition d’une communauté religieuse durant cet été sans que, pour ce qui concerne le lycée, l’autorisation de l’établissement ait été obtenue. C’est Hervé Lucbéreilh en personne qui l’a confirmé au quotidien Sud-Ouest qui a consacré un long article à cette affaire dans son édition du 22 octobre.

C’était, toujours selon les propos du maire, pour loger 300 jeunes. À partir des éléments d’information donnés par Sud-Ouest et après une rapide navigation sur internet, il s’agit de jeunes qui accomplissaient le trajet Pau-Lourdes dans le cadre de la « Route Saint-Martin 2015 ». On peut trouver bizarre qu’un tel parcours passe par Oloron pour aller de Pau à Lourdes. Mais les voies du Seigneur sont impénétrables ! Et puis si tous les chemins mènent à Rome, ils mènent aussi à Lourdes.

Petite explication de texte pour mieux se mettre dans le contexte. La « Route Saint-Martin » est un pèlerinage annuel de 200 à 300 jeunes de 17 à 30 ans qui, durant le mois d’août, cheminent en France sur les hauts lieux de la chrétienté, encadrés par des prêtres et des séminaristes de la Communauté Saint-Martin (et non Saint Marc, comme l’indique Sud-Ouest). La communauté Saint-Martin est une communauté de prêtres et diacres que l’on peut sans grand risque qualifier de traditionnalistes (et non pas intégristes) : retour aux valeurs chrétiennes d’autrefois, port de la soutane, messe en latin etc. Notre évêque de Bayonne, Lescar et Oloron est issu de cette communauté. Celles et ceux qui connaissent ses prises de position admettront que c’est loin d’être le plus progressiste des évêques de France.

Mais nous nous éloignons là d’Oloron. Pour revenir à ce qui nous concerne, et au risque de choquer, je ne vois, sur le principe, aucun inconvénient à ce que le maire mette un local municipal à la disposition d’une association à objet religieux. Mais à des conditions non négociables :
– aucune activité à caractère religieux dans le local ;
– aucun signe extérieur religieux porté dans le local (et la soutane en fait partie… comme en ferait partie le voile islamique) ;
– mise à disposition uniquement pour une activité en rapport avec la destination du local (un gymnase n’a pas à servir de dortoir) ;
– conditions d’occupation pas plus favorables que celles consenties aux associations locales ;
– passation d’une convention d’occupation reprenant l’ensemble de ces règles.

Tiens parlons des conventions d’occupation. À l’évidence le maire a outrepassé ses pouvoirs en mettant à disposition le gymnase du lycée sans l’autorisation du propriétaire et pour une activité qui n’avait rien de sportif. Mais, si l’on en croit l’organisateur du pèlerinage, cité par Sud-Ouest, une convention a été signée entre la communauté Saint-Martin et la mairie. Si j’étais élu municipal, je demanderais sans perdre de temps communication de cette convention, si tant est qu’elle existe vraiment. Peut-être nous éclairerait-elle un peu sur les conditions offertes par la mairie d’Oloron pour l’accueil de ces jeunes et de leurs accompagnants en soutane.

À la fin des ordonnances royales figurait autrefois la formule « Car tel est notre bon plaisir ». Cette formule ou les actes qui en tiennent lieu n’ont plus leur place dans une collectivité locale au XXIe siècle. Qu’on se le dise.

Post-scriptum- À la lecture de l’article de Sud-Ouest, on sent que le maire a été passablement énervé par les questions posées par le journaliste. L’article est publié le jeudi 22 octobre. Il paraît que depuis ce vendredi 23 octobre, ce journaliste ne fait plus partie de l’équipe du quotidien régional. Mais il n’y aurait aucune relation de cause à effet entre les deux évènements.
(Actualisé le 24 octobre à 12 h 04) : Monsieur Testemale vient de confirmer par tweet qu’il n’y avait pas de relation entre son départ de Sud-Ouest et « une éventuelle intervention divine ou municipale ».

Le roi de Patagonie en visite à Oloron !

Heureusement qu’un lecteur de ce blog m’a fait part de l’écho publié dans la rubrique du Piéton de Sud-Ouest ce 14 juillet. Je m’en serais voulu le reste de ma vie d’avoir loupé cette information. Jugez plutôt : Lire la suite « Le roi de Patagonie en visite à Oloron ! »