Récit d’une belle rencontre


Nous les appelons « nos nouveaux voisins », ces 12 jeunes de passage à Oloron pour quelques mois. C’est quand même moins connoté que de les appeler « les migrants ». Le 8 décembre, ils ont rencontré à Saint-Joseph des jeunes lycéens. N’étant ni « nouveau voisin », ni lycéen à Saint-Joseph, je n’ai pas participé à cette rencontre. Mais le compte-rendu qui m’en est parvenu souligne que tous les jeunes l’ont vécu comme un moment enrichissant et émouvant. Histoire de montrer pour une fois (il paraît que ce blog est d’habitude trop critique) qu’il se passe de belles choses dans notre ville, voici ce compte-rendu.

L’idée était que des jeunes puissent échanger avec d’autres jeunes sur leur vie, leur famille, leur histoire, leur avenir…

C’était aussi parce que des jeunes aux parcours si différents ont finalement beaucoup de choses à se dire; et  nous pensions que nos jeunes d’Oloron avaient certainement  quelque chose à apporter aux africains.

La rencontre a été préparée en amont lors de discussions avec les jeunes de part et d’autre ; en les faisant réfléchir à ce qu’ils pourraient raconter d’eux, ils ont pensé à se présenter avec un chant, un morceau de guitare ou de saxophone, une danse, une figure de skate, un chant patriote du Darfour, un chant sur la paix…)

La rencontre a été proposée aux élèves des classes de 1ères de St Joseph, âgés de 16 à 17 ans, de manière volontaire : 27 élèves sur 35 y ont participé. Certains par action de solidarité, beaucoup d’autres par curiosité.

Le jour J, les élèves étaient très excités et à la fois très intimidés.

La musique et un goûter partagé ont permis de se mettre dans une ambiance plus décontractée.

Petit à petit, les jeunes ont laissé parler leurs émotions : les témoignages très émouvants des africains n’ont pas laissé les lycéens indifférents.

Finalement une discussion plus libre par petits groupes grâce à l’aide du traducteur, de l’anglais et des nombreux portables, les jeunes ont pu montrer des photos de leurs familles, de leurs villages, de leurs vacances à la neige, à la mer…

Il a été difficile de se séparer car le temps est passé trop vite.

Les jeunes ont décidé de se revoir lors d’une prochaine rencontre. Les élèves de terminale souhaitent être présents également.

 

Voici quelques-uns de leurs commentaires :

Les 2 mots qui sont ressortis de cette rencontre sont « Emouvant » et « Enrichissant »

Les élèves ont découvert des gens ayant une culture différente à travers des chants, des danses, des récits.

Ils ont découvert la réalité de la vie au Darfour (certains ignoraient tout de la situation car il y a peu d’informations concernant la guerre), et ce non pas par le biais des médias, mais directement par des gens qui en viennent, qui ont dû s’enfuir….

Certains ont pris conscience que ce que l’on possède peut disparaitre très vite, les biens matériels, mais surtout la famille.

Tous les élèves ont souhaité qu’une autre rencontre soit organisée.

Plusieurs formules ont été proposées, à savoir rencontres sportives (foot, basket ou autre), ballades en montagne, pique-nique, discussion autour d’un film, d’une pièce de théâtre…

Dans tous les cas il ressort un besoin d’encore échanger pour mieux se connaitre et se comprendre.

3 commentaires sur « Récit d’une belle rencontre »

  1. Une très bonne idée ,effectivement.Ces élèves et leurs enseigants ont l’esprit ouvert.Les nouveaux voisins aussi.Celà fait plaisir de voir qu’à Oloron des dizaines de personnes appliquent l’esprit d’humanité globale ,de valeurs comme l’accueil des personnes menacées par la guerre .
    Moi qui suis enfant d’un réfugié français en Espagne pendant l’époque vichyste -au cours de laquelle les jeunes hommes devaient aller au STO en Allemagne-je partage avec fierté ces initiatives.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.