Conseil municipal du 20 décembre 2016 : quelques notes prises au fil de la séance


Conseil municipal en ce mardi 20 décembre. 43 délibérations traitées en un peu moins de 2 heures 30, soit 3 minutes et demi par dossier. Deux explications plausibles à ce train d’enfer : soit les sujets étaient de peu d’importance, soit nos élus étaient pressés d’en finir en ce dernier conseil de l’année conclu, comme c’est la coutume, par une coupe de champagne et quelques canapés et petits gâteaux. Voici quand même quelques notes que j’ai pu noter à toute vitesse au fil de cette séance.

Compte-rendu de l’activité de la CCPO

La CCPO, c’est tout de même un budget global équivalent à celui d’Oloron et des compétences très importantes. Il n’a cependant fallu que 2 minutes montre en main pour rendre compte de l’activité qui a été celle de cette collectivité en 2015. Ici encore, deux explications plausibles : soit les conseillers municipaux oloronais maîtrisent tellement bien les rouages de cette structure que tout complément d’information leur paraît superflu, soit ils se fichent complétement de la communauté de communes où ils sont tout de même 21 à nous représenter. Je vote pour la seconde hypothèse. Dommage tout de même pour les quelques citoyens présents dans le public de n’avoir pas eu quelques précisions.

Espace jacquaire

La délibération visait à approuver dans ses très grandes lignes, afin de prendre rang pour des aides européennes, un programme autour du chemin de Saint-Jacques. Il est commun à 3 communes : Jaca, en Aragon ; Estella, en Navarre et Oloron. Au titre de l’opération, Jaca présente un projet de centre numérique, Estella un projet de centre d’accueil des pèlerins et Oloron un projet de centre de conférence.

Coût total estimé : 1 346 000 € dont 419 7000 € pour le seul projet d’Oloron qui pourrait bénéficier en cumulant les aides européenne (65%), régionale et départementale de subvention pouvant couvrir jusqu’à 80% des besoins de financement. Le centre de conférence pourrait se concrétiser par la transformation de la salle Louis-Barthou en auditorium (mais n’est-ce pas là tout simplement tenter de saisir une occasion de rénover à bon compte une salle Louis-Barthou qui, de toute façon, en a bien besoin ?)  Il y aurait aussi un développement des itinéraires touristiques. Mais le maire précise que ce programme est très hypothétique. Il s’agit en effet pour l’heure d’un dépôt de candidature auprès des instances européennes. Rien ne dit qu’elle sera retenue.

Un titre ronflant pour une délibération de peu de portée

Notre maire proclame une haute ambition : faire de la ville d’Oloron une ville intelligente. Ce n’est pas qu’il ait la prétention de s’occuper du quotient intellectuel des Oloronais. Non, il s’agit de faire rentrer Oloron dans la 3ème révolution industrielle, rien de moins. C’est-à-dire (je résume, au risque de caricaturer) de s’appuyer sur les nouvelles technologies, le numérique en particulier, pour mieux gérer, mieux communiquer, développer l’économie etc…

En prenant connaissance du titre du rapport n° 10 du conseil municipal de ce soir, je me suis donc dit que nous allions passer en la matière à la vitesse supérieure. Le titre évoque en effet une haute aspiration : « Leader – Mise en place d’une plateforme numérique oloronaise ». On imagine tout de suite qu’en collaboration avec l’Union européenne (Leader est un programme européen), Oloron va se lancer dans la réalisation d’un portail multi-usages lui permettant d’être à la pointe du progrès.

Rien de tel ! Il s’agit seulement par cette délibération de solliciter une subvention de 7 744 € de l’Union européenne pour la mise en place du projet e-city, ce service internet qui va permettre aux commerçants locaux (ils sont actuellement un peu plus de 30 qui ont fait connaître leur intérêt) de promouvoir et de vendre leur production via internet.

Une taxe jackpot

Le versement transport payé par les entreprises oloronaises  comptant à partir de 11 salariés (contre 9 salariés jusqu’au 31 décembre 2015)  salariés va rapporter en 2016 beaucoup plus que prévu. Une somme de 390 000 € était inscrite au budget. Les rentrées de taxe seront supérieures d’au moins 155 000 € à ce chiffre. La somme doit être intégralement consacrée à des réalisations concernant les transports en commun (navette – elle sera doublée -, abribus, pistes cyclables etc.). L’opposition a demandé à connaître le nom des entreprises contributrices ainsi que le montant de leur contribution. Une lettre sera adressée à l’organisme qui collecte le versement pour obtenir ces renseignements.

Oloron a sa police municipale

30 minutes de débat sur ce seul dossier prévoyant la création d’une police municipale qui sera pour le moment constituée d’un seul agent. Une longueur qui démontre qu’il n’a pas fait l’unanimité. Tel que je l’ai compris, le désaccord tient en deux points :

  • La délibération prévoyait que l’agent de police municipale serait également chargé d’encadrer les 2 ASVP (agents de surveillance de la voie publique). L’opposition ayant fait valoir que c’était statutairement impossible, après bien des palabres, la délibération a été modifiée sur ce point : l’agent n’encadrera que lui-même
  • Sans nier le sentiment d’insécurité que peuvent ressentir certains Oloronais, l’opposition considère d’une part que ce n’est pas un seul policier municipal qui y remédiera, d’autre part que c’est d’abord à l’État d’exercer ses compétences en la matière. Elle émettra donc un vote défavorable sur cette délibération
  • Le maire est convaincu que l’installation d’un système de vidéo-surveillance pourra résoudre une partie des problèmes liés à la sécurité. Il semble devoir en faire l’un des investissements prioritaires du prochain budget

Des filets qui dérivent vers les carrières

L’assemblée est invitée à voter une motion demandant l’arrêt de la pêche au filet dérivant sur l’Adour. Cette pratique est très préjudiciable au stock de saumons (et de truites de mer) qui tentent de rejoindre leurs frayères situées en amont sur les gaves d’Oloron, de Pau, de Mauléon, d’Ossau et d’Aspe. Cette motion qui sera adoptée par un conseil unanime donnera tout de même l’occasion aux représentant de l’opposition de rappeler que, si elle se concrétise, l’exploitation des carrières sera elle aussi préjudiciable à ces espèces. Le maire ne relèvera cette observation.

Une élection paritaire, œcuménique et unanime

Le conseil devait élire deux conseillers supplémentaires (à parité homme/femme) qui vont siéger à partir de janvier dans la nouvelle communauté de communes. L’opposition a proposé que ces deux représentants émanent pour l’un de la majorité (David Corbin) et pour l’autre de l’opposition (Anne Barbet). Proposition à laquelle le maire a adhéré. Le résultat du vote à bulletins secrets (l’opposition a rappelé que c’était la loi) a été sans surprise : 33 votants et 33 vote en faveur de ce binôme.

Là, je sors 30 secondes du compte-rendu pour me permettre un commentaire : quelle est l’arrière-pensée du maire pour accepter aussi vite cette proposition de l’opposition qui ôte à la majorité une place qui lui aurait autrement été acquise ? Allez, vous avez jusqu’au 7 ou au 9 janvier (la date définitive n’est pas encore fixée)  pour répondre à cette question. Le 7 ou le 9 janvier, date de l’installation de la nouvelle communauté de communes et de l’élection de son président et de ses vice-présidents

Les vœux du maire et du Conseil municipal

Nous n’en avons pas été informés officiellement, mais l’invitation aux vœux du maire et du conseil municipal commencent à parvenir dans certaines boîtes aux lettres. Ils auront lieu le mercredi 11 janvier 2017 à 19 heures 30 à l’espace Jéliote. La formulation de l’invitation est la même que l’an dernier : « Hervé Lucbéreilh, maire d’Oloron Sainte-Marie, et le conseil municipal vous prient d’honorer de votre présence la Cérémonie des vœux lors de laquelle seront présentés les projets municipaux pour la prochaine année ». Ma remarque sera donc la même que celle de l’an dernier : si on est invité le 11 janvier 2017 à une présentation des projets municipaux de la prochaine année, cela signifie que nous allons avoir droit à une présentation des projets de l’année 2018. Cet Hervé Lucbéreilh, toujours un coup d’avance !

12 commentaires sur « Conseil municipal du 20 décembre 2016 : quelques notes prises au fil de la séance »

  1. un auditorium? bigre ! pour qui ? le principal souci des pélerins de plus en plus nombreux sur la voie du piémont n’est pas au terme de leur étape de piétiner dans une salle ou l’on présente l’histoire du Chemin. Comme le dit Ruffin dans son livre l’obsession du pelerin ce sont les pieds et sa bobologie et pas une visio conférence

    20 km à pied! ça use! ça use ! ça use les souliers !

    Est-il vrai que sur le site de l’office du tourisme certains chemins n’y figurent plus ?

    J'aime

  2. Comme le dit Ruffin dans son livre l’obsession du pelerin ce sont les pieds et sa bobologie …….
    Doit ‘ on considérer le mot  » bobologie » au sens propre ou figuré ?

    J'aime

    1. «  »Doit ‘ on considérer le mot » bobologie » au sens propre ou figuré ? »

      les 2 mon général ! 🙂

      en général les bobos que l’on gagne aux pieds au bout de 1000 km on perd, si on joue le jeu, l ‘esprit bobo dans la tête..

      c’est ça El camino. le dépouillement.Ruffin explique bien que au bout d’un certain temps après être arrivé à Santiago on s’aperçoit que l’ultime étape n’est pas une fin mais le début d’autre chose.

      les idées menent le monde à pau en 2015

      J'aime

  3. Après la ville aux rond-points, Oloron pourra devenir la ville aux auditoriums. Il y en a un sous l’office de tourisme dont je doute fort que le planning soit surchargé, et un tout neuf dans notre fameux CIAP. (et je ne compte pas la médiathèque dont certains espaces peuvent remplir cette fonction). C’est ça les projets pour la ville (et le territoire)..? Construire des auditoriums qui ne correspondent à aucun besoin?? Génial.

    J'aime

  4. Construire des auditoriums qui ne correspondent à aucun besoin?? Génial. …….

    C’était bien là que je voulais en venir, car c’ est aussi ça la  » bobologie »
    C’ est donner de l’ importance à ce dont on n’ a pas besoin, afin donner l’ impression que ce qui est inutile et futile prenne de l’ importance, en faisant en sorte que l’ on
    se trouve au bon endroit, au bon moment, pour les réaliser par le fait du hasard, qui fait bien les choses.

    …….après être arrivé à Santiago on s’aperçoit que l’ultime étape n’est pas une fin mais le début d’autre chose. ……
    Il va falloir envoyer notre Municipalité à St Jacques pour savoir ce que sera le début de cette autre chose …….

    J'aime

  5. Bobos aussi pour les saumons et les truites de mer qui seront sauvé des filets en aval pour mieux s’enliser dans le gave au bager.. pourquoi ne pas construire un auditorium à poissons ? Si on a l’argent faut pas se priver!

    J'aime

  6. Bonjour !
    A propos des caméras de surveillance :
    Qui va surveiller 24/h sur 24/h (soit 3 personnes sans compter les jours de repos ) les fameuses caméras ?
    Qui va décrypter les images avant action :appel des forces de l’ordre (si disponibles)
    Ne vaut -il pas mieux renforcer le travail positif d’Oloron Prévention et créer des postes d’ilôtiers ??? 😈😈😈

    Aimé par 1 personne

    1. D’autant qu’il faudra créer une troupe d’intervention théâtrale de clowns pour jouer des scènes sous ses caméras, histoire d’occuper ces personnes… Car c’est pas le crime à Oloron qui les maintiendra éveillées.

      Alors, qui qui veut monter cette troupe avec moi ? 🙂

      ben oui, face à l’absurde, je réponds pas l’absurde ♥

      J'aime

    2. Tu as tout à fait raison Marc.
      Encore une rêverie de  » bobos » en mal de gadget …… et recherche de reconnaissance. On ferait mieux de s’ occuper des vrais problèmes de terrain.
      Encore une affaire de Dalton qui va faire double emploi avec la gendarmerie.
      Il va nous falloir payer deux fois pour moins d’ efficacité.

      J'aime

  7. Une réflexion sur la taxe transport.
    Je pense que la gestion de ce dossier n’est pas la bonne.
    On cherche à tout prix à réaliser des dépenses pour justifier de l’aubaine des 600 000 € .
    Pas besoin d’étude pour savoir que les personnes qui l’empruntent ne s’en servent pas pour se rendre sur leur lieu de travail.

    A l’heure où toute collectivité cherche à gérer au mieux l’argent public, ces nouvelles mesures ( arrêts bus, nouvelle navette, …)apparaissent comme inefficaces voire déplacées et ne correspondant pas du tout à un réel besoin.

    Trois suggestions pour notre cher édile que je met au débat :
    1/ baisser le taux de prélèvement car il a été fixé je pense au maxi. Ce taux peut être modulé et permettrait aux entreprises d’être moins ponctionnées.
    2/ travailler avec les entreprises concernées pour passer un deal  » gagnant/gagnant » : baisse de la taxe mais soutien au tissu associatif local
    3/ financer les arrêts bus par la pub comme les sucettes avec clearchannel

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, la taxe a été instituée au taux maximum (0,55% pour une commune de la taille d’Oloron). Une autre précision : dorénavant, la taxe est due par les entreprises qui comptent au minimum 11 salariés (contre 9 salariés jusqu’au 31 décembre 2015)

      J'aime

Les commentaires sont fermés.