Deux EHPAD oloronais seraient donc les moins chers du Béarn ? Un peu de pondération, SVP !


Nouveau communiqué de victoire de la mairie sur son site internet. Cette fois pour mettre en avant les résultats d’un « Comparateur officiel des EPHAD » (EPHAD = établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) mis en place par le gouvernement. Ledit comparateur permettrait de déterminer que les deux EPHAD oloronais, l’Âge d’Or et Henri-Laclau auraient les tarifs les moins élevés du Béarn et de la Soule. Ce n’est pas tout à fait exact, la suite de cet article va le démontrer. Ce qui n’empêche pas le communiqué municipal d’en conclure, un rien triomphaliste : « Cela confirme combien Oloron Sainte-Marie est une ville où il fait bon vieillir ! ». Il ne faut tout de même rien exagérer.

Pourquoi ce n’est pas tout à fait exact

En réalité en effet, l’Âge d’Or est classé deuxième (et non premier), derrière l’EPHAD La Vigerie de Billère tandis qu’Henri-Laclau est cinquième (et non deuxième). Ce sont néanmoins de très bonnes places. Pourquoi cette différence entre l’annonce municipale et la réalité ? Tout simplement parce que le calcul municipal « oublie » d’ajouter au prix de la chambre, pour lequel nos deux établissements sont effectivement les moins chers, un tarif dépendance, calculé en fonction du degré de dépendance ou de revenus du résident et qui, dans ce qui lui est facturé, s’ajoute au prix de la chambre.

Qu’est-ce qui est compris dans le prix de la chambre ?

  • Il y a d’abord ce que la loi impose: les prestations d’administration, les prestations d’accueil hôtelier (mise à disposition d’une chambre avec accès à une salle de bain et des toilettes, entretien et nettoyage des chambres, pendant et à l’issue du séjour, entretien et nettoyage des parties communes et des locaux collectifs, maintenance des bâtiments, des installations techniques et des espaces verts, mise à disposition des connectiques pour l’accès à la télévision et au téléphone, accès à Internet au sein de l’établissement), les prestations de restauration (accès à un service de restauration, fourniture de trois repas, d’un goûter et mise à disposition d’une collation nocturne), les prestations de blanchissage (fourniture, pose, renouvellement et entretien du linge plat et du linge de toilette), les prestations d’animation de la vie sociale, accès aux animations collectives et aux activités organisées dans l’enceinte de l’établissement, organisation des activités extérieures)
  • Et puis il peut y avoir d’autres prestations complémentaires, non obligatoires, elles, mais que l’établissement ne décide pas pour autant de facturer. À l’Âge d’Or par exemple, les résidents peuvent bénéficier gratuitement des services d’une coiffeuse et d’une pédicure, tandis qu’Henri-Laclau ne prévoit pas de prestations complémentaires non facturées

Le prix de l’hébergement fait-il à lui seul la qualité d’un hébergement ?

Bien sûr que non. Entendons-nous bien : il doit se trouver de nombreux résidents qui ne perçoivent qu’une retraite très modeste et pour lesquels une différence de prix de 1 € par jour commence à représenter une somme. Pour autant, la qualité d’un hébergement ne se mesure pas uniquement à son coût. Il y a bien d’autres critères qui rentrent en ligne de compte : les moyens en personnel et sa formation, la vétusté des locaux, la qualité de l’environnement, du cadre de vie etc.

Je ne suis pas en train de dire que les résidents de nos deux EPHAD oloronais n’ont pas cette qualité de service, mais seulement qu’il ne faut pas s’arrêter à un prix low cost pour assurer qu’il fait bon vieillir à Oloron. Il convient de faire preuve de pondération, à tous les sens du terme.

La réalité est donc un peu plus complexe que ce que l’on souhaite nous faire croire. Celles et ceux d’entre vous qui souhaiteraient s’arrêter à cet aspect low cost de la question trouveront dans le tableau comparatif ci-dessous le classement par prix (chambre + tarif dépendance + éventuelles prestations complémentaires) des 20 premiers EPHAD du Béarn et de la Soule. Étant entendu que pour le tarif dépendance, il a été pris en compte celui appliqué aux résidents autonomes qui est celui qui, selon le comparateur, est le plus souvent appliqué. Et, pour clore ce tableau, j’ai indiqué les prix pratiqués par l’établissement le plus cher du Béarn : 116,56 € par jour contre 52,57 € pour le moins cher. Mais peut-être y a-t-il des tarifs encore plus élevés car un certain nombre d’EPAHD n’ont pas renseigné le comparateur mis en place par le gouvernement.

comparateur-des-prix-dhebergement-en-ephad-en-bearn-et-en-soule

2 commentaires sur « Deux EHPAD oloronais seraient donc les moins chers du Béarn ? Un peu de pondération, SVP ! »

  1. Une ville où il fait bon vieillir… Une ville où le chomage n’évolue pas… Il faut peut-être croiser ces deux données… Oloron est une ville de vieux sans grand avenir… OK je sors 😉

    J'aime

  2. Fait moi rire , un établissement où il y a un manque de personnel évident , avec des locaux vétustes ,mal entretenus malgré que le personnel qui y travaille fait de son mieux et avec conscience . Se sont des personnes qui sont de plus en plus dépendantes avec un personnel insuffisant alors c’est sur on peut avoir un bon prix de journée!!!! Mais tout va bien!!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.