« Démocratie participative », deux mots dont l’association martyrise les oreilles de nos élus oloronais


Lancé sur un problème de hausse des carburants, le mouvement dit des « gilets jaunes » est ensuite passé à la vitesse supérieure, multipliant les revendications sur bien d’autres sujets que le prix de l’essence ou du diesel. Est ainsi arrivée au bout de quelques semaines sur le tapis, sous son avatar le R.I.C. (Référendum d’initiative citoyenne), la question de la démocratie participative. Un R.I.C. qui se voudrait expression de la démocratie mais que certains voudraient imposer au travers d’actions peu démocratiques… passons.

Rendons-lui cette justice, l’une des équipes qui s’est présentée aux suffrages des Oloronais lors des municipales de 2014 avait perçu cette attente des citoyens d’être davantage associés à la vie de la cité tout le long du mandat et de ne pas en être uniquement réduits à glisser un bulletin dans l’urne une fois tous les 6 ans. Son programme listait nombre d’engagements en la matière. Reprenons-les ci-dessous :

Commissions transparentes : pour en finir avec l’opacité et le clientélisme qui règnent dans certains domaines, des commissions seront créées associant élus, habitants, associations… notamment pour :

  • Attributions des logements sociaux
  • Recrutement de catégorie C dans le personnel communal
  • Examen des permis de construire

Comité d’éthique : composé de citoyens tirés au sort (comme pour les jurys d’Assises) et de personnalités associatives qualifiées, il sera chargé de prévenir les conflits d’intérêt

Démocratie participative : elle sera développée par :

  • Reprise de la visite hebdomadaire des quartiers par les élus
  • Création d’un conseil municipal Jeunes
  • Augmentation des moyens des comités de quartier
  • Généralisation des concertations publiques

On sait hélas quel est le destin des programmes municipaux : ils sont trop souvent là juste pour appâter le poisson-électeur. Une fois celui-ci ferré, on range les engagements pré-électoraux dans un tiroir… quitte à les ressortir lors de la prochaine échéance électorale. Le programme élaboré par l’équipe qui est actuellement aux manettes n’échappe pas à la règle : depuis 2014, aucune création de commissions associant citoyens et associations, aucun comité d’éthique mis en place, pas d’augmentation des moyens des comités de quartier, pas une seule concertation publique. Et que dire du fameux Cesel (Conseil économique, social et environnemental local) censé recueillir l’avis des citoyens sur les projets communaux ? Ses membres, las de voir le peu de cas que l’on faisait d’eux, l’ont quitté peu à peu et le combat a très vite cessé faute de combattants en octobre 2017.

Oui, il faut se rendre à l’évidence : même si c’est loin d’être le cas dans toutes les communes, ici, à Oloron, la « démocratie participative » n’est pas dans la culture de nos élus. Ils y sont carrément hostiles. Dès que l’on s’aventure à évoquer la question avec eux, leurs oreilles, martyrisées par cette association de mots,  se ferment, leur poil se hérisse. Deux exemples pour illustrer leur état d’esprit.

  • Au mois d’octobre 2015, sollicité par les membres d’un collectif opposé à la déviation Gabarn-Gurmençon, le maire d’Oloron a refusé leur proposition de participation à une réunion en vue de l’organisation d’un référendum local sur le sujet. Son explication ? Pas question de référendum local à Oloron sur quelque sujet que ce soit car il a été élu pour 6 ans et entend durant ce laps de temps exercer pleinement et intégralement le pouvoir qu’il tient des urnes.
  • Il y a quelques jours, j’évoquais la question de la démocratie participative avec un membre de l’équipe municipale. Sa réponse : la seule règle démocratique qui vaille, c’est l’élection. Celles et ceux qui veulent être associés à la vie municipale n’ont qu’à s’y présenter… et à se faire élire

On le voit, la route sera longue pour faire bouger les mentalités. Est-ce que le débat national débouchera en la matière sur la mise en place de dispositifs qui contraindront les élus à davantage d’ouverture ? Mais, d’un autre côté, est-ce qu’une majorité de citoyens (et pas seulement une poignée comme c’est le cas actuellement) est prête à jouer le jeu et à s’intéresser aux affaires municipales, tâche accaparante et technique si l’on veut s’impliquer avec quelque efficacité ?

Une suggestion : lors de la prochaine campagne électorale pour les municipales (ce devrait être en 2020), regardons de près la place que chaque équipe en compétition réservera dans son programme à la démocratie participative. Et, à ce moment-là, interrogeons-nous : pourquoi n’ont-ils pas mis en pratique jusqu’alors toutes ces bonnes idées qu’ils nous proposent pour le mandat 2020-2026 ? quelles garanties nous donnent-ils qu’une fois élus ils les mettront en place ?

36 commentaires sur « « Démocratie participative », deux mots dont l’association martyrise les oreilles de nos élus oloronais »

  1. Surtout nos élus oublient ou ignorent que cela fonctionne ailleurs. D’autre part ils ignorent que les citoyens peuvent avoir des compétences, des expériences utiles a la collectivité. Enfin ils peuvent formuler des besoins, des idées issues du terrain. Et après tout la mission des élus n’est-elle pas de satisfaire les besoins exprimés par la population ?

    Aimé par 1 personne

    1. Et après tout la mission des élus n’est-elle pas de satisfaire les besoins exprimés par la population ?

      Oui à la démocratie participative, dont le moteur est l’ engagement des citoyennes et citoyens pour la démocratie, mais non à la dictature participative qui semble être portée par une certaine partie des GJ. Mélenchon et Marine Le Pen ne s’ y sont pas trompés en prenant position pour les GJ. La récupération du mouvement GJ est de plus en plus flagrante.
      Il ne sera pas possible de maintenir le vivre ensemble dans un pays qui verserait dans une individualisation à outrance des réponses à apporter aux problèmes qui nous sont posés par l’ évolution de la société.
      Oui on a besoin d’ évolution, mais dans le cadre républicain, dont la France a fait le choix en 1789. C’ est dans ce cadre là que doit se réaliser la mission des Elus.
      La République n’ est pas un supermarché à bas coût où chacun vient y faire son marché à bon compte en marchant sur la tête des autres.

      Aimé par 1 personne

  2. Avec 50% de la population dans la merde (INSEE 2014), il est évident que les différentes équipes qui se sont succédé à la mairie n’ont gouverné que pour la moitié d’entre elle.
    Devinez laquelle?
    Il suffit de mettre le nez dans les affaires dites sociales pour comprendre que les pauvres sont non seulement stigmatisés mais maintenus en dehors de toute vie sociale (rappelez vous que, pour les bonnes dames patronnesses de la commune, il y a les « bons » pauvres et les « mauvais » pauvres. Les « bons » sont ceux qui acceptent absolument tout, y compris l’innommable, en tendant le sac tout en baissant les yeux aux restos du coeur, se laissant traité en animal encombrant par des bénévoles peu scrupuleux qui n’ont qu’une seule trouille: se retrouver à leur place. Les « mauvais » sont ceux qui veulent rester humains et libres et qui ne sont pas manipulables)
    Que penser de ces assistantes sociales qui attendent que vous vous écrouliez en larmes dans leur bureau avant de vous accorder votre droit? (droit dont vous ignoriez l’existence avant qu’une amie, pas AS mais autant dans le besoin que vous, vous en informe). La corruption et le délit d’initié commence là, en bas de l’échelle, là où personne ne regarde vraiment, avec ce délit de faciès permanent, comme une épée de Damoclès, le regard scrutateur de l’AS , plutôt que l’aide inconditionnelle qui doit être donnée à tous, sans jugement.
    Pour notre commune et ses notables, il est évident que « pauvre » et « stupide » sont des pléonasmes. Un peu comme notre président et ses Lrem qui méprisent tant les gilets jaunes.
    Les gauchos bon teint aimeraient tellement une commune façon « Saillans », cette utopie de friqués, propriétaires, tous de la même caste politiquement correcte qui ne laissent transpirer que les bons côtés de leur système, mais surtout pas le négatif.
    Il faudrait, dans un élan de citoyenneté intellectuellement « généreux » , se jeter avec force dans l’examen poussé de notre vie institutionnelle et réfléchir à notre projection humaine dans un futur commun qui nous sauverait tous!
    PTDR!!!
    Quand une société fait tout pour vous mettre de côté, vous traiter en intrus, vous montrer du doigt, vous culpabiliser d’être indigent et vous oblige à passer TOUT votre temps en : démarches, recherches, prises de tête du rouleau compresseur administratif et social, vous culpabilise en permanence quand vous vous éreintez à trouver des solutions pour vous nourrir, vous chauffer, vous déplacer, chercher du travail; bizarrement, elle s’étonne que vous ne vous intéressiez pas à la vie de la cité, ne comprenant pas cette haine viscérale pour tout ce qu’elle représente de paradoxes paranoïaques.
    Mais, surtout, elle ne comprend pas qu’elle nous prive de notre réflexion en nous privant de notre temps libre. Quand tu as la tête au fond du seau, peut importe le monde autour de toi!
    Les électeurs pauvres ne vont plus aux urnes depuis longtemps, ayant compris la mascarade et la supercherie de ce jeu de dupe qui consiste à se choisir un maître d’une caste qui ne nous représentera jamais.
    En effet, nous ne faisons pas partie du sérail, d’aucun sérail, d’ailleurs et c’est ce qui nous ferait défaut, d’après certains édiles.
    Tous ces braves gens si proprets et prospères sont à la course pour la mairie, assoiffés de pouvoir comme d’autre d’hydromel, se croyant toujours supérieur au commun des mortels et ne souhaitant qu’être au sommet de la pyramide.
    ces castes bling-bling qui ne gouvernent que pour elles même et sont dans l’incapacité de regarder la totalité du monde qui nous entoure, communautaristes à l’excès.
    Je constate, moi, que dans notre société corrompue du dernier échelon, au premier, on ne peut continuer ainsi. Ce problème rampant et récurrent depuis des lustres est un sujet inabordable, nulle part!! Tout le monde le sait (encore un secret de polichinelle, on se croirait en Italie!), tout le monde regarde, mais personne ne fait rien à part bla, bla, bla……
    Bonne année 2019!

    J'aime

    1. Il faudrait, dans un élan de citoyenneté intellectuellement « généreux » , se jeter avec force dans l’examen poussé de notre vie institutionnelle et réfléchir à notre projection humaine dans un futur commun qui nous sauverait tous!
      Voilà un excellent sujet de réforme, qui serait réellement utile à la société, mais qui
      n’ est nullement abordé par les GJ. Le plus grand reproche que je leur fait c’ est de vouloir individualiser leurs revendications. Pas de chefs, mais aussi pas de responsables. Des droits, mais pas des devoirs.

      J'aime

    2. Bonjour,
      Difficile de ne pas réagir face à une telle déferlente de contre-vérités et de la souffrance d’origine traumatique émanant de l’auteur(e).
      Je laisse de côté les assistants sociaux qui, certainement plus blindés que moi, n’ont pas daigné répondre.
      En revanche, bénévole aux Restos du Cœur d’Oloron Sainte-Marie depuis 6 mois, je ne peux laisser passer les allégations irréfléchies sur les bénéficiaires qui tendent « le sac tout en baissant les yeux » et sur les « bénévoles peu scrupuleux qui n’ont qu’une seule trouille: se retrouver à leur place ».
      J’invite la personne auteur(e) de ce post irréfléchi à se présenter quand il (ou elle) le souhaite impasse Marcel Loubens à son souhait les lundi après-midi, mardi matin et jeudi après-midi pour qu’il (ou elle ) se rende compte que les bénéficiaires ne tendent leur sac tout en baissant les yeux et que les bénévoles ne sont absolument pas peu scrupuleux.
      Bien au contraire, d’un côté comme de l’autre, et même s’il n’est pas évident de pousser la porte des Restos pour bénéficier d’une aide, le sourire et l’humain prévalent à chaque distribution. J’en veux pour preuve que l’un des bénévoles vient de décéder des suites d’une grave maladie; et bien, nombre de bénéficiaires nous ont apporté ce lundi 14 et ce mardi 15 leur sympathie et nous ont présenté leurs condoléances.
      A bientôt Madame ou Monsieur pour que vous puissiez vous rendre compte in situ de la fausseté de votre écrit.

      J'aime

  3. Merci pour votre article. Pour information, la démocratie représentative sera justement au centre du livre blanc sur lequel l’association Haut Bearn en transition va proposer de travailler en vue du scrutin de 2020 et à l’adresse des futur(e)s candidat(e)s. A suivre…

    Aimé par 1 personne

  4. « Mais, d’un autre côté, est-ce qu’une majorité de citoyens (et pas seulement une poignée comme c’est le cas actuellement) est prête à jouer le jeu et à s’intéresser aux affaires municipales, tâche accaparante et technique si l’on veut s’impliquer avec quelque efficacité ? »

    C’est là le vrai problème. 99,9% des citoyens n’ont jamais regardé un budget de sa ville, ni ne savent ce que fait une intercommunalité. Pour jouer un rôle il faut être informé et le rôle de votre blog est majeur, mais que le chemin sera long !
    Quand il y a des réunions locales, on discute des crottes de chiens devant sa porte, du gendarme couché qu’il faudrait y placer, mais rien de sérieux.

    Quand les citoyens s’éveilleront …

    Aimé par 1 personne

    1. je suis d’accord, et il n’y a pas qu’a tremargat. Beaucoup de communes , petites et grandes, arrivent à faire fonctionner la democratie participative. IL suffit simplement de lister les sujets/dossiers , puis de demander des propositions, et d’écouter les citoyens. Se borner à presenter un dossier boucle en chambre ce n’est ni de la concertation, ni de la democratie participative.

      J'aime

  5. J’attends que cela que l’on me demande mon avis à un autre moment que pour des élections où je vote par défaut. N’oubliez pas la communauté de communes dans vos commentaires qui gère autant de dossiers importants que la mairie, cependant connaissant le caractère autoritaire de M. Lacrampe je doute qu’il apprécie que le peuple remette en question ces décisions.

    J'aime

    1. La communauté de communes a, en application de la loi, mis en place un « conseil de développement du territoire » composé de citoyens cooptés. Reste à savoir si leur avis est pris en compte par les élus. Pourquoi dans le courant de cette année les membres du conseil ne viendraient-ils pas rendre compte de leur action lors d’une réunion à laquelle seraient invités à participer tous les citoyens intéressés ?

      J'aime

    2. S il s agit de remise en cause des decisions, cela signifie que les decisions ont ete prises sans consultation/concertation. Et donc cela aboutit soit a un silence, soit a une critique negative. Il suffirait de remettre les choses dans le bon ordre: partager l agenda des dossiers a traiter, demander aux citoyens des propositions argumentees, puis donner le dernier mot aux elus ,celui de la responsabilite et de la decision

      J'aime

  6. Ce que veulent instaurer certains GJ est ni plus ni moins qu’ une ochlocratie (Voir définition ci-dessous) Le seul au monde qui se soit lancé dans cette aventure fut Mao Tsé Toung avec son « petit livre rouge  » et ses Gardes Rouges, avec toutes les conséquences qui en suivirent pour des centaines de millions de personnes.
    Période noire où la justice n’ était plus donnée dans les tribunaux, mais dans la rue, par tout citoyen, qui pouvait être soit juge, soit jugé à tout instant.
    Devant la tournure que prenait cette  » révolution » et ses effets catastrophiques notamment l’ apparition de famine Mao eut bien du mal à l’ arrêter.
    Aujourd’ hui encore 50 ans après le pays en subi les conséquences au point de vue liberté individuelles, notamment par les fichage électronique des citoyens et
    l’ installations de millions de caméras à travers tout le pays jusque’ au fin fond des campagne. Personnellement ce n’ est pas vers ce genre de société que je souhaite tendre.
    Oui il y a des problèmes en France, dûs notamment à 50 ans de gestion laxiste de la part de tous nos dirigeants, du bas au haut le l’ échelle des responsabilités, oui il faut tout mettre sur la table et chercher des réponses pour tendre à les résoudre, mais cela dans le cadre de notre devise  » Liberté, Egalité, Fraternité ».
    Oui une certaine catégorie de GJ et de pauvres ont des raisons légitimes de se plaindre. C’ est à seulement ceux là qu’ il faut apporter rapidement des réponses, mais malheureusement se sont cela qui risquent dans cette affaire d’ être les  » dindons de la farce » en servant d’ alibi à d’ autres mal intentionnés.
    Quand je vois que des Elus de la République de tous bords et pour certains responsables de partis politiques, de plus bien rétribués par elle, font preuve de mansuétude à l’ égard des GJ sans distinction, cela laisse perplexe et est inquiétant pour l’ avenir du pays et encore plus pour les générations futures qui devront porter le fardeau qu’ on va leur laisser.

    Ochlocratie: Définition de l’ochlocratie

    Etymologie : du grec « Okhlos », foule, multitude, et « kratos », pouvoir, autorité.
    L’ochlocratie est une forme de gouvernement dans lequel la multitude, la foule, la populace,détient tous les pouvoirs et impose tous ses désirs. Le mot ochlocratie a une connotation péjorative pour désigner le règne de la médiocrité, de la vulgarité, accompagné d’une décomposition de la loi et des moeurs engendrant un chaos politique et la lutte entre les individus. Il s’oppose au règne de la politique caractérisée par l’existence de l’Etat et de la loi qui permet aux hommes de cohabiter.
    Le terme ochlocratie sert aussi à qualifier certaines dérives de la démocratie qui, par des pressions et des demandes particulières de plus en plus fortes et de plus en plus disparates, finissent par bloquer le fonctionnement de l’Etat.
    De nos jours, selon le point de vue duquel on se place, certains mouvements populaires – exemple : les manifestations contre le CPE (Contrat première embauche) – peuvent être considérés soit comme une expression de la démocratie ou soit une forme d’ochlocratie (pression populaire).
    Bien que le terme soit peu utilisé, il a été de tout temps débattu dans les traités de philosophie politique.
    L’historien grec Polybe (vers 200 – 125 avant JC) considère l’ochlocratie comme le pire des régimes qui termine le cycle des six phases constituant la théorie de succession des régimes politiques : monarchie, tyrannie, aristocratie, oligarchie, puis démocratie qui dégénère en ochlocratie avant l’avènement d’un homme providentiel qui ramènera la monarchie.
    John Stockwood, écrivain anglais, décrit en 1584 l’ochlocratie comme un Etat dans lequel les personnes grossières décident de toute chose d’après leur propre intérêt.
    Dans le Contrat social, Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) définit l’ochlocratie comme une dégénérescence de la démocratie par une dénaturation de la « volonté générale » qui tend à incarner les intérêts de certains et non de la population toute entière.

    Aimé par 1 personne

  7. Bonne idée Joël, voilà un bon sujet pour DEBAT OUVERT, qui a déjà parlé de démocratie participative.
    Beaucoup de choses à dire sur les différents commentaires et sur l’article, je résumerais en disant que nous avons la démocratie, c’est à dire notre place de citoyen dans le débat et dans la décision, que nous méritons.
    S’apitoyer sur le manque de volonté des élu.es, sur le manque de réactivité des habitants, sur l’inégalité, bref sur tous les défauts de la société, n’a jamais rien donné de concret. Nous le faisons depuis déjà longtemps et ça ne change rien.
    les Gilets Jaunes n’ont pas inventé la revendication sur la participation citoyenne se sont justes des personnes qui se mettent debout. Certes il y a des incohérences, de l’improvisation, de la récupération, etc.., mais que voulons nous ?
    un peuple docile et muet ou un peuple qui s’exprime avec ses moyens et ses imperfections ?
    Alors oui il y a des tas d’initiatives qui marchent en France, avec l’aide des élus ou la persévérance des habitants.
    Et à Oloron ? Il y a ce que nous faisons et ce que nous ne faisons pas.
    Alors se réveiller ou continuer à dormir ??

    J'aime

  8. Michel :

    « Ce que veulent instaurer certains GJ est ni plus ni moins qu’ une ochlocratie  »
    +
    « Le mot ochlocratie a une connotation péjorative pour désigner le règne de la médiocrité, de la vulgarité, accompagné d’une décomposition de la loi et des moeurs engendrant un chaos politique et la lutte entre les individus. Il s’oppose au règne de la politique caractérisée par l’existence de l’Etat et de la loi qui permet aux hommes de cohabiter. »

    = les gilets jaunes sont des cancres ignares qui veulent flinguer notre si belle et bienveillante démocratie …

    Vous vivez sur quelle planète ? o-O

    « Devant la tournure que prenait cette » révolution » et ses effets catastrophiques notamment l’ apparition de famine Mao eut bien du mal à l’ arrêter.
    Aujourd’ hui encore 50 ans après le pays en subi les conséquences au point de vue liberté individuelles, notamment par les fichage électronique des citoyens et
    l’ installations de millions de caméras à travers tout le pays jusque’ au fin fond des campagne. Personnellement ce n’ est pas vers ce genre de société que je souhaite tendre »

    Heu, en France actuellement, fichage à gogo (fiché S y compris des militants, fichier GASPAR etc…) et des caméras en plein essor avec le concours de la population apeurée, même à Oloron ?

    Vous habitez où Michel ?

    J'aime

      1. Pas la peine que j’aille en Chine pour en reparler 😉
        Je le fais de suite : je trouve vos propos sur les gilets jaunes typiques du mépris de classe ;-). Et votre argumentaire non fondé sur la réalité que d’autres que vous vivent.

        Bonne soirée 🙂

        J'aime

        1. Surtout pas de mépris de classe, car de classe ouvrière. Mais je considère que chez les GJ il y a deux classes, les vrais qu’ ils faut absolument aider, mais qui vu la tournure que prend le mouvement seront  » les dindons de la farce » et les pseudos qui se donnent bon conscience d’ être dans la mouvance pour en tirer un profit personnel ou donner des raison de vivre ou survivre aux extèmes. Ce sont ceux là qu’ il faut dénoncer, ce que je ne me prive pas de faire, d’ autant qu’ ils sont là pour faire capoter le mouvement. Surtout ne soyez pas aveugle.

          J'aime

  9. Sophie : oui, comme déjà écrit par d’autres, comment s’occuper de la fin du monde quand on s’inquiète déjà pour sa fin du mois…

    A Saillans, la personne de cette ville qui est venue faire une conférence ici nous avait dit qu’effectivement, cela demande du temps de gérer une ville en démocratie participative, c’est le principal problème. Il avait dit que ce genre de démocratie demanderait une réorganisation de notre temps de travail = pas de travail le vendredi, pour gérer en commun la ville … beau projet.

    Je rajoute, cela demande une baisse du temps de travail…

    IMPOSSIBLE! je vous entends déjà..

    A oui ? Vous avez les bons chiffres ?

    Combien d’emplois libres en France ? Pour combien de chômeurs ? Pour combien de gens non reconnus comme chômeurs mais désirant un emploi ?

    J’attends vos chiffres puis on discutera du partage du temps de travail sur de bonnes bases…

    Bonne recherche, ça sera édifiant…

    Et la nouvelle loi anti chômeurs, quand on connait les chiffres du dessus, ça nous pousse à être gilets jaunes, je vous jure !

    J'aime

  10. Blogeur Gothey.
    Vous avez des opinions sur les restes du coeur très négative et méprisable sur les BÉNÉVOLES vous faites quoi pour ces pauvres gens.
    Vous avez une opinion négative sur les AS vous faites quoi pour le social
    La critique oui mais l’investissement est plus compliqué et sûrement moins valorisant pour vous.
    Il y a beaucoup d’associations sur le territoire, des élections dans 1 an alors chiche INVESTISSEZ vous et on en reparle.
    Joël je pense que le curseur modérateur est bloqué pour ne pas censurer ces propos très affligeants pour des bénévoles du resto du coeur, les AS, les élus. …..

    J'aime

    1. Bonjour « Coucou ». Le curseur du modérateur se bloque en cas de propos injurieux, racistes, en cas d’attaques personnelles. En revanche, le modérateur ne bloque pas les commentaires dont il estime qu’ils ne font que refléter une opinion, quand bien même il ne partage pas cette dernière.

      J'aime

    2. G, Ce serait « cool » que vous vous présentiez demain matin au « hangar » des restos, vers 9h00, heure à laquelle nous recevons du stock des restos de Pau pour Oloron et a région, pour, ne serait ce que vous montrer ce que nous faisons et qui sait, peut être aurez-vous envie de vous investir ….Et puis, vous verrez « nos gueules », et vous constaterez physiquement que nous DONNONS, c’est tout …. La réalité quoi ….

      J'aime

    3. Je crois que beaucoup d’entre nous militent pour ne plus rien avoir à faire pour les « pauvres gens »… On voudrait qu’il n’y est plus de pauvres, que les gens soient capables de vivre sans passer par des dons d’autres gens qui parfois s’en valorisent (je ne connais pas les restos du ♥ sur Oloron, mais une amie qui avait le droit à un panier alimentaire sur Bayonne m’a fait les mêmes remarques que Sophie. Oui, CERTAINES personnes font du bénévolat pour les pauvres d’une manière peu humaine, il faut pouvoir l’entendre 😉 ).

      J'aime

      1. (une grosse faute dans mon texte précédent, tant pis).

        Merci à ceux qui donnent de leur temps pour les autres et sans condescendance, et qui doivent être la majorité.

        Par contre, pourquoi pas une épicerie solidaire sur Oloron, qui permet aux gens dans le besoin de choisir ce qu’ils achètent ? Sur le modèle de l’épicerie de Mauléon que j’ai visité ? 🙂

        J'aime

  11. Réponse :

    1 ) emplois vacants 3ème trimestre 2018 : 142 000 …

    dernière page du lien – Les emplois vacants au 3e trimestre 2018 (données révisées), donné ici : https://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/statistiques-de-a-a-z/article/les-emplois-vacants

    MAIS : « Les emplois vacants répondent à une définition précise, qui est la même dans toute l’Union européenne. Il s’agit de « tous les postes à pourvoir à un moment donné, y compris ceux qui sont à pourvoir depuis quelques jours, ainsi que des postes qui ne sont pas encore disponibles mais pour lesquels des recherches sont en cours ou envisagées ».

    Si l’on suit cette définition, le nombre d’emplois vacants en France est de 180 000 , d’après l’enquête Acemo réalisée à la fin de 2012 (142 000 fin 2018) . Mais cela ne couvre pas tous les postes à pourvoir sur le marché du travail (secteurs non pris en compte comme les administrations publiques, le secteur agricole).

    Pour tenter de trouver un chiffre exact, le conseil d’orientation pour l’emploi (COE) a extrapolé à partir des données du Pôle emploi (qui ne capte que 37 % des recrutements). Il est arrivé au chiffre de 820 000 emplois vacants en 2012.  »

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/04/17/pourquoi-il-n-y-a-pas-vraiment-1-7-million-d-emplois-en-attente_4617775_4355770.html

    2)  » En moyenne au troisième trimestre 2018, en France métropolitaine, le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi et tenues de rechercher un emploi (catégories A, B, C) s’établit à 5 649 600. Parmi elles, 3 456 800 personnes sont sans emploi (catégorie A) et 2 192 800 exercent une activité réduite (catégories B, C). Au troisième trimestre, 623 100 personnes inscrites à Pôle emploi ne sont pas tenues de rechercher un emploi. Elles sont soit non immédiatement disponibles et sans emploi (catégorie D, par exemple : formation, contrat de sécurisation professionnelle, maladie), soit pourvues d’un emploi (catégorie E, par exemple : création d’entreprise, contrat aidé). »

    http://statistiques.pole-emploi.org/stmt/publication

    https://mobile.francetvinfo.fr/economie/emploi/chomage/controle-des-chomeurs/un-decret-publie-le-30-decembre-durcit-les-sanctions-visant-les-chomeurs_3125399.html?fbclid=IwAR1SJpd5_FsygsC9-XWrEA__mIyftMcuOMdzE_ueJuzfjm5fC9XWeGXe0Hs#xtor=CS2-765-%5Bfacebook%5D-&xtref=http://m.facebook.com/

    Tous gilets jaunes en lisant tout cela, non ?

    J'aime

    1. « Tous gilets jaunes en lisant tout cela, non ?

      je suis gilet jaune mais vous connaissez ma réponse à vos commentaires…mon coeur balance entre le fait que vous soyez effrayé par la situation des chomeurs dans ce pays à juste titre et le fait que vous vouliez remplir le tonneau des danaîdes avec de nouveaux comme si c’était votre fond de commerce de militante…je reste soft pour ne pas déclencher la foudre de monsieur Adams, tonnerre de Zeus…:)

      J'aime

        1. C’est justement parce que je pense à l’humain et plus que vous que je regarde d’abord les conséquences de mes actes et que je ne fais pas de « l’humanitaire » pour l’humanitaire et pour satisfaire mon ego. or nous courrons à la catastrophe avec le cheval de Troie que vous nous offrez et il faudra le gérer et je crois quel camp vous choisirez..refer drapeau Français dérangeant.

          Vous avez bien sûr le droit de continuer vos bonnes oeuvres, reste à savoir si vos enfants, si vous en avez, ne vous demanderont pas pourquoi vous avez compromis leur avenir dans un pays rongé par le chômage de masse

          vidéo de 1996 ! 22 années….prémonitoire………

          J'aime

      1. D’où je veux faire de nouveaux chômeurs ? Sur quels propos vous basez-vous ?

        Car à me relire ici, il semble que ces propos ne soient que dans votre tête ? 🙂

        Je m’adresse aussi à RD 918 qui valident vos propos plus bas et semble donc dans votre tête aussi ?

        Puisque vous semblez GJ, venez donc en parler en face au lieu de vous réfugiez derrière vos claviers Messieurs ;-).

        Vous semblez me connaître, pas moi…

        Alors ?

        J'aime

        1. non vous ne faites pas de nouveaux chomeurs ( quoi que)mais vous allez en ajouter aux autres avec le patronat qui aura un moyen de pression dont il a toujours rêvé. Car quels boulots vous allez leur donner? Des emplois payés au lance pierre comme dans la restauration ? Vous allez leur apporter la preuve que le français dixit macron ne fait pas d’efforts… bien joué ! 😦

          J'aime

  12. @ Michel.
    7 janvier 2019 à 8 h 34 min

    je vous rejoins tout à fait. Certains se croient dépositaires du mouvement au point que la présence de drapeaux tricolores dérange.

    J'aime

    1. Donc si le drapeau dérange, les gens ne doivent pas en parler ? Je l’ai fait le 1er jour, la réponse apportée m’a convenu…

      D’autres sont dérangés et le disent, et alors ?

      C’est votre écrit qui semble dire qu’il n’y a qu’un moyen d’être gilet jaune, le vôtre 😉

      J'aime

      1. absolument pas, je vous laisse la place et vous l’occupez avec beaucoup de « délicatesse ».je suis resté en marge sans prendre d’initiative et je continue comme ça n’ayant pas été un élément déclencheur du mouvement j’observe, j’écoute …:)

        J'aime

  13. Bonjour

    Quelqu’un d ‘entre nous a t-il entendu parler d’une liste pour les prochaines municipales dont le programme mettrait en exergue la démocratie participative ?

    J'aime

    1. Des citoyens ont organisé fut un temps des réunions autour de ce thème oui. Il en reste un site Facebook. Il n’y a plus de réunions actuellement (faute de participants ?).

      Un intervenant de la ville de Saillans (une liste citoyenne élue à la mairie ♥) est venu faire une conférence à Eysus il y a 2 ans à peu près je crois, via l’asso Oloron en Transition devenue Haut Béarn en Transition.

      🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s