Quand le bulletin municipal pipeaute sur la situation de l’emploi à Oloron


zone-demploi-doloronLa dernière livraison du bulletin de propag…. euh… d’information municipale parvient en ce moment dans les boîtes aux lettres des Oloronais. La municipalité y sort le clairon à propos de la situation de l’emploi sur Oloron. En couverture du magazine, titre principal : « Oloron Sainte-Marie bonne élève de l’emploi ». En sous-titre : « 2ème ville de France qui résiste le mieux à la crise ». Page 17 de la revue, titre : « Chômage : Oloron Sainte-Marie, eldorado pour l’emploi ? ».

Si, sur ce dernier titre, le point d’interrogation vient un tout petit peu tempérer les choses, les centaines de chômeurs que compte notre ville (ils étaient 3 024 à la fin de l’année 2015 sur l’ensemble de la zone d’emploi d’Oloron Sainte-Marie, qui ne se résume pas à notre seule commune) apprécieront sans nul doute ce communiqué de victoire. Au fait, de ces chômeurs, il n’est nullement question dans la suite de l’article de la page 17. Après un chapeau où il nous est expliqué que le quotidien national « Le Parisien – Aujourd’hui en France » a consacré un dossier aux villes qui résistent le mieux au chômage, Magali Arslanian, directrice de l’agence locale Pôle Emploi est invitée à décrypter la belle deuxième place d’Oloron dans ce classement.

Son décryptage tient en quelques points :

  • Au sein de la région Nouvelle-Aquitaine, la zone d’Oloron Sainte-Marie détient la position la plus favorable en matière d’évolution du chômage sur la période 2008 à 2016
  • La baisse de l’emploi dans certains secteurs (la construction et le BTP) est largement compensée par une augmentation de l’activité intérimaire (+ 12,1%)
  • Notre territoire a mieux résisté à la crise financière et économique parce que les personnes inscrites à Pôle Emploi au sein du bassin d’Oloron sont en moyenne plus qualifiées que dans le reste de la région
  • L’attractivité d’un territoire a en général pour conséquence l’augmentation de sa démographie. Sur l’agence d’Oloron nous n’avons pas perdu de démographie

Décryptage du décryptage de la directrice. Pour ce faire, je vais me fonder sur les données contenues dans un document officiel : il s’agit de l’un des numéros des cahiers « Portrait de territoire ». Consacré à la zone d’emploi d’Oloron Sainte-Marie il a été publié en 2016 par l’Observatoire régional emploi formation Cap Métiers Aquitaine :

  • Le premier constat de la revue va dans le sens de ce qu’indique la directrice : « Le taux de chômage de la zone est le plus faible de la Nouvelle-Aquitaine (6,9% début 2016). Surtout, il se distingue par sa relative stabilité depuis 2009, lorsqu’il a crû fortement partout ailleurs. ». Là cependant où le magazine municipal pipeaute, c’est lorsqu’il veut nous faire croire que ce bon résultat concerne la seule ville d’Oloron. En réalité, c’est une statistique qui porte sur l’ensemble de la zone d’emploi d’Oloron Sainte-Marie, qui couvre le territoire de 82 communes sur nos vallées pyrénéennes jusqu’à la Soule comprise représentant un total de 42 000 habitants
  • L’augmentation de l’activité intérimaire qui permet de compenser la baisse d’emploi de certains secteurs, cela ne s’appelle-t-il pas de l’emploi précaire ? Est-ce une bonne chose ?
  • La faible augmentation du taux de chômage constaté depuis 2009 ne s’explique-t-elle pas davantage par le vieillissement de la population que par l’attractivité de la zone ? Plus la population vieillit, moins il y a d’actifs, donc moins il y a de chômeurs potentiels. Le cahier nous apprend que les plus de 60 ans représentent 33% de la population contre 28% sur la totalité de la région Nouvelle-Aquitaine. Elle est en augmentation de 1% par an depuis 1999
  • Un autre constat de la revue relativise le communiqué de victoire du magazine municipal : « L’économie du territoire, spécialisée et concentrée, constitue un facteur de fragilité justifiant la classification de la zone… parmi les « territoires spécialisés au risque limité » ». En précisant toutefois que « le risque est limité pour l’instant »

Quant à l’attractivité de la zone d’emploi d’Oloron, parlons-en. Et pour ce faire, référons-nous à un dossier du journal économique Les Échos qui a compilé des indicateurs sur la qualité de vie dans plus de 300 bassins d’emploi en France. Là, la zone d’emploi d’Oloron obtient une peu enviable 129ème place sur 304 au classement général. Le tableau ci-dessous récapitule les résultats obtenus pour chacun des critères analysés :

classement-les-echos
Classement Les Échos

En conclusion, pas plus qu’une hirondelle ne fait le printemps, un bon chiffre pris au milieu d’une grille de données ne garantit un bon résultat d’ensemble. Il me semble que la tâche de nos élus est certes de se féliciter de ces bons résultats, mais avant tout de s’intéresser à ceux de ces résultats qui peuvent être améliorés. Et sur la zone d’emploi d’Oloron, comme sur la ville d’Oloron elle-même, il y a du travail en la matière.

10 commentaires sur « Quand le bulletin municipal pipeaute sur la situation de l’emploi à Oloron »

  1. s’il n’y avait que dans ce domaine que le  » bulletin de propag…. euh… d’information municipale » pipaute! Je trouve que l’article sur le black out pipaute pas mal aussi. En effet il reprend la comm classique d’EDF quand le reseau tombe : nous avons brillamment retabli la situation! sans jamais remettre en cause l’action d’EDF. La Federation nationale des collectivités concédantes ( les syndicats d’electricité) a une tout autre vision : moins d’investissement dans les reseaux ( cela comprend le transfo comme celui d’oloron), plus de coupures, des baisses de tension….He oui, vu la situation financiere desastreuse d’EDF, il faut faire des économies, tant pis si vous etes dans le noir. Quant a la gestion du dossier! excusez moi du peu, 24H pour faire venir des groupes electrogenes de bordeaux ( au max 5 h de trajet en camion) , ensuite 8 jours pour faire venir un transformateur mobile depuis le centre de la France? Après le  » bulletin de propag…. euh… d’information EDF » peut glorifier cette intervention. Mais il n’a pas évalué ce que les uns et les autres ont perdu grace à cette brillante intervention : contenu des congélateurs, magasins alimentaires, chomage technique chez lindt. Je peux vous garantir que ce type de prestation d’EDF est un repoussoir pour faire venir/ pour garder les entreprises à Oloron…..et on revient vers l’emploi…..Mais EDF a t il quelque chose à faire des citoyens, des salariés, des entreprises??????

    Aimé par 1 personne

    1. Et dire que Lindt avait fait tirer à grands frais, sur ses deniers, une ligne d’alimentation particulière depuis le poste de Légugnon pour se mettre à l’abri des coupures et micro-coupures ! Un incendie, et cet investissement s’est avéré inutile

      J'aime

  2. he oui, en ingenierie des reseaux, il faut des routages alternatifs. sur une zone d’activités, nous avions réalisé une rocade avec deux alimentations distinctes émanant de 2 postes sources. Au depart la Direction regionale d’EDF s’y était refusée ( on remettait en cause leurs sacro-saintes regles). ET puis en exerçant un lobbying au bon niveau, elle avait cédé. Au passage le même article de propagande n’indique toujours pas quel a été la cause de l’incendie……

    J'aime

  3. Bonne Nouvelle !
    Le maire veut de la carrière du Bager Soeix pour faire diminuer le chomâge…

    Si celui-ci diminue sans la carrière, cette dernière ne deviendrait-elle pas obsolète ?

    (3ème degré)

    Aimé par 1 personne

    1. En effet, l’idée m’a effleuré un instant ! Et, sur environ 3000 chômeurs, les 50 à 100 emplois crées par ces carrières, (pipeau hein !!!) justifient t-ils un tel désastre écologique ? Il y a d’autres projets en cours, porteurs d’emplois et bien plus respectueux de notre cadre de vie. Mais attention aux propos envoûtants, pour certains politiciens manipuler les foules est un métier !

      J'aime

  4. Bonjour!
    Il est sûrement difficile de se faire une petite idée sur l’emploi à Oloron,et d’y associer différents paramètres. Commençons par un bout.
    Alors :qui pourquoi quand comment combien ?????
    Quel est le pourcentage de salariés de SAFRAN qui vivent à Oloron ?
    Juste pour information…..
    Merci.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.