Clins d’œil et petites piques du dimanche 12 février 2017


Le billet du jour va s’intéresser à l’interview donnée il y a quelques jours par Hervé Lucbéreilh à notre radio nationale locale. Puis nous évoquerons un volet environnemental sur lequel notre ville, qui se veut en pointe en la matière, ne saurait rester passive. Avant de conclure en signalant l’adresse d’un site internet qui devrait intéresser tous ceux qui veulent en savoir plus sur l’histoire d’Oloron au cours des trois derniers siècles.

Retour sur une interview passée inaperçue

Oui, l’interview est passée inaperçue. Elle a eu lieu le 19 janvier 2017 sur l’antenne de France Bleu Béarn. Mais parmi la dizaine d’auditeurs oloronais qui se pressaient à cette heure-là autour de leur poste de radio, il y avait un lecteur d’Oloronblog. Qui vient de me transmettre l’enregistrement de cette émission au cours de laquelle le maire d’Oloron a été interrogé sur plusieurs sujets concernant la ville (accueil des migrants, projet carrières, dette municipale), mais aussi sur des questions de politique locale. Retour sur deux de ces dernières.

Hymne à la loyauté et à la probité

Le journaliste veut savoir les raisons qui ont poussé Hervé Lucbéreilh à apporter son soutien à Jean Lassalle en lui accordant son parrainage à l’occasion des prochaines élections présidentielles. Réponse de l’interviewé : « Je considère que, même en politique, le sentiment compte, l’honnêteté compte et les engagements comptent ». J’espère que cet hymne à la loyauté et à la probité entonné par le maire d’Oloron n’aura fait s’étrangler Daniel Lacrampe, lui qu’Hervé Lucbéreilh avait cherché quelques jours auparavant à éjecter de son poste de président de la communauté de communes.

Constance dans l’inconstance

Dans la foulée, le journaliste le lance sur une autre échéance électorale : « Ça vous intéresse la législative ? ». Réponse de l’interviewé : « Non. Je ne suis candidat à rien, je l’ai dit depuis longtemps. Je ne serai sûrement pas candidat aux législatives, je ne serai pas candidat aux sénatoriales, je ne suis candidat à rien. Donc je ne demande rien et donc je n’attends rien. Je suis totalement libre. ». Le 19 janvier, il exclut donc toute candidature. Et le 9 février, soit moins de trois semaines après, il annonce à la presse locale qu’il n’exclut pas de se présenter si les « valeurs » du micro-parti dont il est le vice-président ne sont pas représentées. L’homme politique de qualité se reconnait à sa constance. Hervé Lucbéreilh fait preuve de constance… dans l’inconstance.

Ci-dessous, l’intégrale de l’interview (les deux questions évoquées ci-dessus sont abordées aux alentours de la cinquième minute)

Pollution visuelle

On le sait, la protection de l’environnement constitue l’une des priorités de notre ville. Pas un seul numéro du magazine municipal sans la description d’une initiative dans ce domaine, de la mise en herbe des allées des cimetières, au désherbage des trottoirs au chalumeau, en passant par l’utilisation de vélos à assistance électrique (offerts par Leclerc) pour les tournées du maire dans les quartiers.

Comme le constate l’un des lecteurs d’Oloronblog, il reste néanmoins un domaine de la protection environnementale qui reste inexploré par nos édiles : celui de la pollution visuelle. Il suffit pour s’en convaincre de remonter le boulevard de l’Aragon, cœur de la zone commerciale : des panneaux, affiches, banderoles accrochées partout, jusque sur le domaine public. N’y a-t-il pas une réglementation en la matière ? Après tout, le maire avait bien fait décrocher il y a quelques temps, en centre-ville, une banderole posée sur un bâtiment privé. Comme quoi, quand on veut, on peut.

Pour les rétro-fouineurs

15 millions. C’est le nombre d’articles de journaux que la Bibliothèque nationale de France a numérisé et mis en ligne sur un site qui a pour nom Retronews. Des articles datant de 1651 pour le plus ancien jusqu’à 1949. Quand on tape le mot « Oloron » dans la recherche sur le site, on obtient à ce jour 10 066 résultats. Pour des articles qui concernent aussi bien le sport que l’économie, la politique, la culture, les faits divers etc. Une source d’information dont se nourrira sans nul doute Oloronblog pour les billets que le blog consacrera à l’Oloron d’autrefois.