Où ont donc bien pu passer les deux grands panneaux « Plan Marshall » qui trônaient aux entrées principales de la rue Louis-Barthou ?

panneau rue Louis-Barthou
le panneau disparu

Ô, leur esthétique ainsi que celle des supports qui les maintenaient debout laissait à désirer. Mais ils avaient le mérite de nous décliner de façon très précise le calendrier des mesures qui, entre 2017 et 2020, devaient permettre de revitaliser, de redynamiser, de remettre en mouvement la rue Louis-Barthou. Ils faisaient tellement partie du décor qu’on finissait par ne plus y prêter attention. « Ils », c’étaient ces deux grands panneaux d’information qui trônaient depuis plus d’un an aux deux entrées principales de l’ex grande rue commerciale de notre ville. Lire la suite « Où ont donc bien pu passer les deux grands panneaux « Plan Marshall » qui trônaient aux entrées principales de la rue Louis-Barthou ? »

Insouciance, inconscience… ou effet d’optique ? (chronique « tentative de parallèle entre la situation de la vacancière aventureuse et celle du politicien véreux »)

P1012409-1Le court diaporama (54 secondes) qui suit réunit quelques clichés pris par Oloronblog le 6 août dernier à la pointe du Diben, sur la commune de Plougasnou (Finistère). Pour vous mettre en situation, ce jour-là, à ce moment-là, le vent était fort, la mer quelque peu agitée et la marée montante. Place aux images. Lire la suite « Insouciance, inconscience… ou effet d’optique ? (chronique « tentative de parallèle entre la situation de la vacancière aventureuse et celle du politicien véreux ») »

La brigade du dazibao a encore frappé !

Autrefois, on trouvait dans son journal la « pensée du jour ». À Oloron, depuis quelques semaines, ce serait plutôt la « pensée de la nuit », placardée à l’heure du laitier, tel un dazibao, sur une vitrine ou un pignon d’immeuble. Il y a 15 jours, c’était un proverbe mexicain affiché sur une façade de la rue Jéliote ; la semaine dernière, c’était au tour d’un aphorisme de Jacques Prévert d’être placardé sur la vitrine d’un local commercial inoccupé de la place de Jaca. Cette nuit, la brigade a poursuivi son action en plaquant son message sur la vitrine de l’ex-magasin Au Chic de Paris, place Amédée-Gabe. Lire la suite « La brigade du dazibao a encore frappé ! »

Des « street-poètes » ont frappé cette nuit rue Jéliote

C’est un immeuble en déshérence situé au pied de la rue Jéliote, à l’entrée de la ville. Son pignon constitue un magnifique panneau publicitaire. Jusqu’à présent il était couvert par une grande affiche à la gloire du rallye des Cîmes. Mais cette nuit, comme en témoignent ces deux photos transmises par un lecteur du blog, Lire la suite « Des « street-poètes » ont frappé cette nuit rue Jéliote »

Joseph de Laborde, le richissime Oloronais qui a construit sur ses propres deniers une église au Mexique (chronique « François Pinault et Bernard Arnault n’ont qu’à bien se tenir »)

Portrait de Joseph de Laborde
Portrait de Joseph de Laborde

Il y a ceux qui construisent un château en Espagne. Et puis il y a ceux qui utilisent une partie de leur immense fortune à construire une église au Mexique. 270 ans avant François Pinault ou Bernard Arnault (deux des principaux donateurs pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris), l’Oloronais Joseph de Laborde est de ces derniers. Lire la suite « Joseph de Laborde, le richissime Oloronais qui a construit sur ses propres deniers une église au Mexique (chronique « François Pinault et Bernard Arnault n’ont qu’à bien se tenir ») »

Un joli coup politique du maire d’Oloron ( chronique « 80 ans déjà ! » )

La majorité municipale est déchirée par des conflits. Le conseil municipal unanime décide d’un retour devant les électeurs afin de solliciter leur arbitrage. Lire la suite « Un joli coup politique du maire d’Oloron ( chronique « 80 ans déjà ! » ) »

La communauté de communes du Haut-Béarn va prochainement transférer son siège dans l’immeuble Rousso, rue Louis-Barthou (chronique « où va notre argent ? »)

L’affaire était censée se préparer dans le plus grand secret au sein des instances de la communauté de communes du Haut-Béarn. C’était sans compter sur la présence, comme il s’en trouve toujours au sein de chaque collectivité locale, d’un élu à la langue mieux pendue que celles de ses collègues. Et, fatalement, l’information a fini par fuiter et par arriver jusqu’aux oreilles d’Oloronblog. De quoi s’agit-il ? Lire la suite « La communauté de communes du Haut-Béarn va prochainement transférer son siège dans l’immeuble Rousso, rue Louis-Barthou (chronique « où va notre argent ? ») »

Qui a dit qu’il n’y avait pas un chat sur la ligne Oloron-Bedous ? (chronique rail(leuse))

J’ai entendu dire que Georges Manaut entreprenait en ce moment une nouvelle campagne de comptage des passagers sur la ligne Oloron-Bedous. Dans son combat contre l’existence de cette ligne de chemin de fer, Lire la suite « Qui a dit qu’il n’y avait pas un chat sur la ligne Oloron-Bedous ? (chronique rail(leuse)) »

Les vœux de « bonne année, bonne santé » du citoyen lambda

La tradition veut que l’on puisse se souhaiter une bonne année jusqu‘au 31 janvier. Jean-Louis Coquard, qui aime à se définir ici comme le « citoyen lambda », est donc encore dans les temps pour les présenter aux lecteurs du blog. Et, peut-être par déformation professionnelle, il insiste aujourd’hui, avec humour, sur le « bonne santé » qui accompagne ces vœux de façon rituelle. Lire la suite « Les vœux de « bonne année, bonne santé » du citoyen lambda »