Clins d’œil et petites piques du dimanche 5 février 2017


Quatre sujets en ce dimanche. Nous allons ouvrir avec quelques nouvelles fraîches sur le camping ex-municipal. Puis nous prendrons le train direction Canfranc. Passage ensuite par la case « démocratie participative », histoire de montrer que des paroles aux actes la route est longue. Et nous conclurons ce périple par un petit tour de ville à bord de la navette urbaine

Longue vie à La Collinette

la-collinette
cliquer pour agrandir

« La Collinette », c’est le dernier épisode en date du dossier de l’ex-camping municipal. « La Collinette », c’est le nom pris par la « société à responsabilité limitée à associé unique », domiciliée chemin La Gravette qui a commencé son activité le 11 janvier 2017. Quel type d’activité ? Camping, gîte, vente de produits d’épicerie, location de vélos. Le Bodacc (Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales) nous informe dans sa livraison des 28 et 29 janvier 2017 que la Collinette a été constituée avec un capital de 10 000 €. Son gérant a pour nom Christian Guiraud. Et qui est l’associé unique de La Collinette ? Pour avoir la réponse, il faudrait aller télécharger les statuts sur un site spécialisé type Infogreffe. Je ne vais tout de même pas aller dépenser 12 € histoire de savoir si gérant et associé forment une seule et même personne.

Le maïs béarnais ne passe plus par Canfranc

heraldo-de-aragon
cliquer pour agrandir

Georges Manaut tient l’information du Heraldo de Aragon en date du 24 janvier 2017. Jusqu’au 31 janvier 2017, 140 000 tonnes de maïs non transgénique acheminées par camions depuis le Béarn étaient ensuite transportées par train entre Canfranc et l’usine Cargill de Martorell près de Barcelone. À raison de 3 trains de 2 500 tonnes par semaine. Durée du transport entre Canfranc et la Catalogne : 11 heures depuis janvier 2015, date à laquelle un transporteur privé a pris la succession de la Renfe, la SNCF espagnole, qui mettait, elle, 48 heures pour effectuer le même trajet.

Depuis le 1er février 2017, les trains Canfranc-Martorell, c’est fini. Motif : la récolte 2016 de maïs a été mauvaise en Béarn. Les Espagnols se sont tournés vers la région toulousaine où elle a été un peu meilleure. Mais le trafic devrait reprendre… dès que la récolte béarnaise sera meilleure. Mais, au fait, ces 140 000 tonnes seront-elles appelées à faire Pau-Canfranc par le rail plutôt que par camion lorsque la portion Bedous-Canfranc sera ouverte ? Ont-elles été intégrées dans l’étude économique que la Région se refuse toujours à rendre publique ?

Démocratie participative : ça patine toujours

Sous le titre de « Parole d’élue », le pavé a été glissé au fond de la page 30 du magazine municipal. Sous le sous-titre « Faire vivre la démocratie », Rosine Cardon, l’adjointe à la démocratie participative, fait le point de la situation. Sans cacher les « tâtonnements » et « difficultés techniques », elle croit en une année 2017 « travailleuse ». Sans mettre en doute la bonne volonté de l’élue (encore faudrait-il que lui soient donnés les moyens d’accomplir sa mission) voici quelques exemples qui montrent que, de toute façon, il ne sera pas difficile de faire mieux en 2017 qu’en 2016.

  • Des vitrines ont été mises en place en plusieurs points de la ville pour afficher les ordres du jour et compte-rendus des comités de quartier. Dans la vitrine installée à l’angle de la rue Jean Mendiondou, les mêmes papiers concernant le comité de quartier Notre-Dame sont affichés depuis près de deux ans. Ils en sont tout avachis. Dans la vitrine installées rue Louis Barthou, près de la Caisse d’épargne, les compte-rendus des comités de quartier de Sainte-Croix ont meilleure allure, mais date eux aussi de 2015. Aucune mise à jour depuis

  • Aucune assemblée générale du Cesel n’a eu lieu depuis sa mise en place il n’y a pas loin de deux ans. Les effectifs ont fondu comme neige au soleil : il y a aujourd’hui bien plus de citoyens portant intérêt à la démocratie participative qui ont quitté le Cesel que de membres qui y restent envers et contre tout
  • Quant aux travaux menés par les commissions du Cesel, il vaut mieux, j’espère, ne pas se fier aux informations trouvées sur le site Internet de la mairie : les actions en cours remontent pour les plus récentes au mois de janvier 2016

Vive la navette urbaine

Autant le reconnaître : j’avais quelque a priori sur le fonctionnement de la navette urbaine. Chaque fois qu’elle passait en ville, je la voyais vide ou presque. Pour en avoir le cœur net, autant la tester soi-même. C’est chose faite depuis une semaine. En trois trajets. Horaires respectés. Maillage des arrêts très correct. Et… du monde dedans (jusqu’à sept personnes, chauffeur non compris). Moyenne d’âge des passagers assez respectable, si l’on excepte quelques scolaires. Sans doute que la nouvelle organisation (deux navettes au lieu d’une, temps de passage raccourcis, nouveaux arrêts) est pour quelque chose dans ce bon taux de remplissage. C’est décidé : dorénavant je ne dirai plus de mal de la navette urbaine. Sauf si…

5 commentaires sur « Clins d’œil et petites piques du dimanche 5 février 2017 »

  1. @ Notre blogueur ne doit pas chercher plus loin le pourquoi du triplement de l’audience de son site durant l’année dernière. Parce que cette même information ( arrêt du transport du maïs béarnais en gare de Canfranc) avait été donnée à Sud-ouest et à La République qui n’en ont pas rendu compte . De la même façon, ces 2 journaux avaient ignoré (contrairement à Oloronblog) que la Région Nouvelle Aquitaine avait versé 46 OOO € pour participer au financement d’un abribus à …Canfranc.
    Je n’ai pas pu savoir à ce jour quel serait le nouveau débouché du maïs béarnais.Un répondeur téléphonique me répondant en français et en anglais, par alternance, de ne pas quitter mon combiné parce qu’un opérateur allait me répondre.
    A Oloronblog, j’informe qu’après Capital et France 2 , deux autres chaînes télévisées nationales s’apprêtent à réaliser un reportage de long métrage sur la voie ferrée Oloron-Bedous qui s’invitera ainsi dans le programme ou le bilan des candidats aux élections législatives.

    J'aime

  2. Pour mémoire :

    Dans le programme initial de M. le Maire, au chapitre démocratie participative, il était prévu :
    – reprise de la visite hebdomadaire des quartiers par les élus
    – création d’un CMJ
    – Augmentation des moyens des comités de quartiers
    – Généralisation des consultations publiques
    – Création d’un CESEL

    Voilà, voilà…

    J'aime

    1. Tout cela ressemble étrangement au fameux plan de circulation qu’ il avait promis lors de son premier mandat. Aux dernières informations, il semblerait qu’ il soit en plan ….. au fond d’ un tiroir.

      J'aime

  3. Concernant le comité de quartier de sainte croix,il n’y a pas toujours de compte rendu.C’est une longue évolution mais il est clair qu’il y a moins d’enthousiasme et de participants ,et de compte rendu.Deux ans déjà…Certains n’ont pas été affichés.
    La navette est souvent remplie ,oui ,c’est vrai et celà fait même quatre ans.Mais on remarque une navette vide alors que dix voitures sans passager (avec chauffeur ,bien sûr)celà se remarque mais c’est vrai que ce ne sont pas les mêmes fonds.Il faut dire aussi que le transport collectif n’a pas toujours bonne presse ,mais est très utile .Qui s’en plaint à Paris,à Bordeaux ou ailleurs?
    A Oloron aussi il va finir par avoir bonne presse,en tout cas il l’a auprès des usagers.
    Et merci au blogueur d’avoir fait remarquer qu’il y a des passagers,très souvent.C’est même lorsque je la vois vide que maintenant ,je m’étonne.

    J'aime

  4. Requérant ASSOCIATION CONTRE LA RÉOUVERTURE D’OLORON-CANFRANC
    Défendeur RÉGION NOUVELLE-AQUITAINE
    > > >

    Information nous est donnée par le Tribunal administratif de Bordeaux que le recours du Croc sera examiné le 6 mars, à 10 h. Ce recours a pour but de contraindre Alain Rousset à nous fournir les résultats de l’étude de rentabilité socio économique d’un prolongement ferroviaire jusqu’à Canfranc. La Cada avait déjà émis un avis favorable à notre demande. Je rappelle qu’un chef de groupe politique qui demandait la même chose en séance plénière du conseil régional avait enregistré le même refus du Président de la région qui avait argumenté ainsi « si cette étude commençait à se balader dans la nature, cela ferait capoter le projet » C’est dire le peu de fiabilité du projet. Affaire à suivre en ne perdant pas de vue qu’un observatoire européen sur la transparence politique a classé la France en avant-dernière position sur les 27 pays européens. C’est la Slovénie qui nous « pique » la dernière place du tableau.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.