Clins d’œil et petites piques du dimanche 15 janvier 2017


Ce billet va d’abord décrypter en 3 paragraphes la carte de vœux 2017 du maire et du conseil municipal. Avec un rien de mauvaise foi. Soucieux d’œcuménisme, ce même billet donnera ensuite quelques informations sur l’organisation du vote du dimanche 22 janvier, 1er tour des primaires pour désigner le candidat PS/MRG aux prochaines présidentielles. Puis il reviendra sur « l’énorme projet Coellia » pour apporter deux ou trois précisions. Enfin, il s’intéressera à la reprise des locaux laissés vacants par la cessation d’activité des Ets Haure

Et Dieu reconnaîtra les siens

carte-de-voeux-oloron002bisLa carte de vœux 2017 du maire et du conseil municipal s’ouvre sur une caricature des 33 conseillers municipaux. Idée originale qui prouve que nos élus ont le sens de l’humour. Et qui fera dire aux mauvais esprits que la politique est trop souvent affaire de caricature(s). Bravo en tout cas à Jean-François Rémy, le dessinateur qui s’est lancé dans ces 33 portraits. N’étant guère physionomiste, je n’ai pas su mettre un nom sur tous les visages. Mais je suis sûr qu’au-delà de Dieu, chacun des intéressés se sera reconnu. Les lectrices et lecteurs d’Oloronblog qui le souhaitent pourront se lancer dans cette épreuve d’identification grâce à la reproduction ci-dessous :

carte-de-voeux-oloron

Victor Hugo à la rescousse

Manque d’inspiration ? Dans cette carte de vœux 2017, le mot du maire s’en remet à Victor Hugo pour souhaiter ses vœux et ceux du conseil municipal à la population. Il reprend deux citations de l’homme de lettres qui occupent à elles seules 4 lignes sur les 9 que compte le message. J’ai toujours trouvé assez paresseuse cette propension des hommes politiques à utiliser la parole de personnes plus célèbres qu’eux pour faire passer leur propre message. Peut-être (mais je ne suis pas plus psychologue que physionomiste) une manière de se comparer à eux. Si mes bonnes résolutions anti-ironie pour l’année 2017 n’étaient pas encore toutes fraîches, je n’hésiterais pas à rappeler à notre maire un mot d’un autre grand écrivain français, Voltaire : “L’art de la citation est l’art de ceux qui ne savent pas réfléchir par eux-mêmes”

Fôte !

Au risque de me faire traiter encore une fois de pinailleur, je crois que lorsqu’on se pique de littérature et que l’on cite deux fois l’un des plus grands écrivains français dans son message, il vaut mieux, dans la partie que l’on écrit soi-même, ne pas maltraiter notre langue. Ci-dessous, la phrase qui conclut le mot du maire dans le message adressé à tous les Oloronais :

carte-de-voeux-oloron004bis

« Que 2017 voit… ». Faute d’orthographe de débutant, Monsieur le maire. C’est « Que 2017 voie… » (avec le « e » du subjonctif) qu’il vous fallait écrire. Il suffit pour s’en convaincre de remplacer « voir » par « être ». On écrirait : « Que 2017 soit… » et non « Que 2017 est… ». Mais que celui qui n’a jamais péché contre l’orthographe vous jette la première grammaire à la figure.

Dimanche 22 janvier, on vote à Oloron

Oui, dimanche 22 janvier, 1er tour des primaires Belle Alliance Populaire au terme desquelles sera désigné le candidat du Parti socialiste et des radicaux de gauche à la prochaine élection présidentielle. Il y aura 76 bureaux de vote dans notre département. Dont un à Oloron, au Bel Automne (tout un programme pour un PS un peu en perte de vitesse), ouvert de 9 heures à 19 heures, qui accueillera les électeurs d’Oloron et des communes environnantes. Pour savoir où voter, rendez-vous sur le site suivant.

Les règles de l’élection sont assez similaires à celles des primaires de la droite et du centre : tout électeur inscrit sur les listes électorales même non adhérent d’un parti politique pourra voter, il devra au préalable présenter une pièce d’identité, verser 1 € (contre 2 € lors des primaires de la droite et du centre) pour couvrir les frais d’organisation et signer l’engagement des valeurs de la gauche (à droite, il fallait bien sûr signer l’engagement des valeurs de la droite et du centre).  Dans le cas où l’organisation du vote permettrait de distinguer le seul vote d’Oloron-Ville, je rappelle que pour les primaires de la droite et du centre, on a comptabilisé au 1er tour 540 votants pour 8 032 inscrits sur les listes électorales

Quelques précisions sur « l’énorme investissement » Coallia

Voici ce que j’écrivais dans mon compte-rendu de la cérémonie des vœux municipaux : « l’annonce du « très gros projet Coallia » qui doit se réaliser au Gabarn. Un projet à caractère social avec une centaine d’appartements pour personnes âgées etc… Lors des voeux 2016, un projet de même nature nous avait déjà été annoncé. Un permis de construire a même été obtenu. Alors ? S’agit-il du même projet tiré de la naphtaline un an plus tard, ou bien le premier projet a-t-il été abandonné ? ». J’ai depuis obtenu quelques informations complémentaires.

En fait, renseignements pris, le projet Coallia se substituerait au projet de résidence séniors de 87 logements dont le maire avait annoncé la réalisation au Gabarn. Pourquoi le promoteur laisserait-il tomber ce projet de résidence séniors ? D’une part parce qu’il s’est rendu à l’évidence qu’il était disproportionné par rapport au besoin local, d’autre part parce qu’il avait quelque difficulté à trouver un gestionnaire intéressé. Donc Coallia reprendrait l’affaire en la diversifiant (20 à 30 logements séniors au lieu de 87, pas de cuisine, logements de jeunes actifs, accueil de retraités handicapés etc.). Cela étant, le projet en est pour l’heure encore à sa phase d’étude. Rien ne dit à ce jour qu’il aboutira… même s’il vaut mieux le souhaiter pour l’activité économique de notre ville. Le maire s’est donc un peu précipité en l’officialisant lors de la cérémonie des vœux. Effet d’annonce quand tu nous tiens…

Bientôt une épicerie, place de la mairie

Les Établissements Haure étaient l’un des piliers du commerce et de l’artisanat oloronais. Spécialisés dans l’électricité générale, l’électro-ménager et la vente de luminaires, ils ont cessé leur activité au mois de septembre dernier. Depuis, les grandes vitrines du magasin situé place de la mairie sont occultées à grands coups de peinture blanche. S’il faut en croire le Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales, une autre activité ne va pas tarder à prendre la place. Elle prendra pour nom « Epicerie Vrac Oloron » et, comme son nom l’indique, exercera son activité dans le domaine alimentaire (mais aussi non alimentaire. Il paraît qu’elle travaillerait dans un secteur en plein développement, le bio

13 commentaires sur « Clins d’œil et petites piques du dimanche 15 janvier 2017 »

  1. J’apprécie la remarque sur la faute d’orthographe. Nourri au biberon de la rigueur et de l’exactitude (et donc du respect de l’orthographe) je suis persuadé qu’il ne faut pas ouvrir la porte à l’à peu près dans ce domaine dès lors que l’on publie vers l’extérieur un texte autre qu’un SMS. Je pense que notre société qui veut tout optimiser, est devenue trop laxiste envers les fondamentaux. Parole de vieux schnock !

    Aimé par 1 personne

  2. Que 2017 voit..?

    Que 2017 vois ?

    Que 2017 voie..?

    que 2017 voix ?

    Bon allez !….que 2017 vous apporte….

    c’est l’histoire du directeur de zoo qui voulait acheter plusieurs chacals…un chacal, des chacals?…des chacaux ?..

    « je vous commande un chacal… et puis non pendant que vous y êtes .. rajoutez- en un autre…

    Oui je sais elle est connue mais m’amuse toujours…c’est bête…

    J'aime

  3. La boutique place de la mairie accueillera effectivement du bio en vrac, et d’autres produits (pains de savon par exemple) et peut-être un café associatif.

    J'aime

  4. Bonjour Mr le Blogueur,
    Nous avons appris dans la presse cette semaine que la ville dOloron offrait des cours de Bearnais a ces agents.Mais ces cours sont ils a l initiative de la ville comme le laisse entendre le titre de la Rep ?
    De mémoire, il me semble qu en Soule, les employes prennent des cours de Basques et surement qu il en est de même en Bretagne.En clair, est ce encore un autre effet de communication du maire?
    Hier, j ai lu un article sur le recensement, pouvez vous m expliquer qui recrute les agents recenseurs? Sur quels critères? Merci pour les réponses que vous nous apporterez.

    J'aime

    1. Bonjour Madame la Lectrice ou Monsieur le Lecteur,
      Si j’ai bien compris les explications qui m’ont été données par Madame Cardon, élue municipale, ces cours sont dispensés à des agents volontaires, en dehors de leurs heures de travail. Le coût est pris en charge par la commune. Cours de béarnais ? Je dirais plutôt cours d’occitan. Mais il n’est pas lieu aujourd’hui de relancer la querelle sur le sujet. Effet d’annonce du maire ? Bien sûr. Imaginez-vous qu’aucun administré, comme cela a pu être le cas au début du siècle dernier ne maîtrisent pas suffisamment le français pour n’utiliser que le béarnais dans leurs relations avec les autres ?
      Pour répondre à votre deuxième question : c’est le maire, et lui seul, qui désigne les agents enquêteurs. Sur la base des critères qu’il définit lui-même. Reste à espérer que les critères du maire d’Oloron correspondent aux qualités dont doit savoir faire preuve un agent ^recenseur (organisation, sens des relations publiques, écoute de l’autre, disponibilité etc.)

      J'aime

  5. Double fôte?

    « …qu’aucun administré ne maîtrisent pas …. » je m’interroge sur l’exactitude de l’orthographe et de la syntaxe. Il serait savoureux que vous ayez commis une fôte justement sur cet article!!! Mon mauvais esprit, peu enclin à la moquerie, ne voit là qu’une erreur volontaire de votre part ou d’analyse de la mienne.

    J'aime

    1. Excellente remarque ! Comme quoi… la prochaine fois je relirai mes commentaires à deux fois avant de les publier. Ce qui n’exclura pas à cent pour cent vos chances de relever quelques entorses de ma part à notre belle langue

      J'aime

  6. « qu’aucun ne maitrisent pas » double négation donc ils maitrisent tous.. 🙂

    Pivot au secours ! Houston on a un problème.

    J'aime

  7. … et avec une fôte d’accord à la clé, comme le signale un autre lecteur (« maîtrisent » au lieu de « maîtrise »). C’est le naufrage du Titanic doublé de celui du Concordia. Le blogueur est bon pour une inscription d’urgence à des cours de rattrapage

    J'aime

  8. Il y en a beaucoup qui voudrait maîtriser le français comme le blogueur qui cumule aussi les capacités d’analyse et de synthèse dans un temps très court. J’arrête là parce qu’ils vont dire que je fayote.

    J'aime

    1. ah non moi c’est pour rire! avec l’age j’en fais de plus en plus ,merci le correcteur word les soulignant .en rouge comme au bon vieux temps.Donc pas de leçons à donner.

      4 fautes et c’est 0 ! 🙂

      J'aime

Les commentaires sont fermés.