Hypothèses sur les raisons qui ont poussé la majorité municipale à fuir ses responsabilités

24 heures ont passé depuis le conseil municipal qui nous a permis d’apprécier à sa juste valeur le grand courage de la majorité municipale (deux de ses élues exceptées) face à des faits qui, pour nombre de ses membres, ne relevaient pas d’une révélation. La réaction à chaud fait place aujourd’hui à une colère froide. J’essaie de comprendre les raisons de cette lâcheté. Les hypothèses se bousculent. En voici quelques-unes classées sans ordre prioritaire. Lire la suite « Hypothèses sur les raisons qui ont poussé la majorité municipale à fuir ses responsabilités »

Dans une assemblée délibérante, le vote à bulletin secret ne devrait-il pas être banni ?

Hier soir, c’était conseil communautaire à la CCPO. 15 questions à l’ordre du jour. Pour une fois, le public était là. Une bonne quinzaine de personnes presque toutes venues pour assister au débat concernant le regroupement au sein d’un G.I.P. (groupement d’intérêt public) de la cuisine du centre hospitalier avec la cuisine centrale gérée par la communauté de communes. Il y avait là des salariés de la cuisine centrale, des parents d’élèves, un représentant syndical etc. On savait que la discussion risquait d’être tendue. Lire la suite « Dans une assemblée délibérante, le vote à bulletin secret ne devrait-il pas être banni ? »

Déviation Gabarn-Gurmençon : les résultats du référendum sur le référendum

Le collectif « Oui au référendum » organisait ce samedi 5 décembre un référendum. Une consultation où nous étions tous invités à dire si nous sommes pour ou contre l’organisation d’un référendum permettant aux citoyens de se prononcer pour ou contre la réalisation de la déviation routière Gabarn-Gurmençon.

En fin de journée, le collectif publiait sur son site Facebook un communiqué Lire la suite « Déviation Gabarn-Gurmençon : les résultats du référendum sur le référendum »

Le budget 2015 de la ville d’Oloron présenté en déséquilibre

Budget ville d'OloronLa majorité municipale a voté ce lundi soir le budget de la Ville d’Oloron pour l’année 2015. Un budget adopté par une majorité municipale unanime, en toute connaissance de cause, en déséquilibre. Cette transgression volontaire des règles budgétaires devrait valoir au maire d’être invité à reprendre sa copie……. si tant est que les services de l’État chargés du contrôle soient vigilants.

Il est en matière budgétaire un principe auquel il est interdit de déroger, le principe de l’équilibre entre les dépenses et les recettes. En clair, dans le budget communal, les recettes doivent être égales aux dépenses. Qui plus est, les dépenses ne doivent pas être minorées et ne doivent être prévues au budget que des recettes certaines.

La comptabilité oloronaise est sans doute dispensée d’appliquer ce principe qui s’impose à toutes les autres communes de France. Le budget est équilibré grâce à des recettes hypothétiques ou surévaluée. Recettes hypothétiques : le produit de ventes d’immeubles ….. qui n’ont pas encore trouvé preneur (cf un précédent billet). Recettes surévaluées : une dotation de l’État inscrite au budget pour 1 200 000 €….. alors que le montant notifié à la commune est inférieur de 130 000 € à cette somme.

Si l’opposition fait correctement son travail –j’ai quand même quelques doutes-, elle doit saisir le préfet de la question. Il n’y a là rien de procédurier. Ce serait la démarche normale d’élus qui entendent rappeler au maire qu’il n’est pas au-dessus des lois. Et puis, si ces recettes hypothétiques ou surévaluées ne rentrent pas, qui devra combler le déficit budgétaire qui en résultera sinon l’argent des contribuables de notre cité ? Contribuables qui, rappelons-le quand même, verront le montant de leur taxe d’habitation augmenter cette année de plus de 15%.

Budget municipal : 2 ou 3 questions que je poserais le 13 avril si j’étais membre de l’opposition

budget communalSans être un grand spécialiste des finances locales, je possède néanmoins quelques bases en la matière. L’opposition ayant choisi samedi dernier de pratiquer la politique de la chaise vide, aucun débat n’a pu s’instaurer autour des orientations budgétaires 2015. Les quelques informations délivrées par le maire et son adjoint aux finances avant ce départ précipité suscitent par ailleurs chez moi plus de questions qu’elles apportent de réponses.

1ère série de questions : ces 1,7 M€ de cessions qui permettent au maire d’équilibrer son budget sont-elles sincères ? En d’autres termes, correspondent-elles à des recettes certaines ? La mairie détient-elle des engagements officiels (sous-seing privé ou acte authentique) attestant que tel acheteur est intéressé par l’acquisition de tel bâtiment pour tel prix ? Il semble qu’en l’état actuel des choses, cette recette de 1,7 M€ est au bas mot supérieure de 600 000 € à la réalité. Si tel est le cas, le budget n’est pas présenté en état d’équilibre réel et les services de la préfecture, s’ils font correctement leur travail, se doivent de demander au maire de revoir sa copie.

2ème série de questions : comment se répartissent les 2,6 M€ consacrés à l’investissement ? S’agit-il uniquement des opérations nouvelles et, si oui, lesquelles ? Ou bien cette somme englobe-t-elle également les « restes à réaliser », c’est-à-dire les crédits nécessaires pour terminer les opérations engagées les années précédentes ? Auquel cas les nouveaux investissements portés par la ville d’Oloron en 2015 risquent d’être réduits à la portion congrue.

3ème série de questions : comment se répartit l’augmentation d’un peu plus de 6% de la pression fiscale ? Est-elle uniforme entre tous les impôts ? En réalité, là, j’ai déjà la réponse : le produit fiscal supplémentaire proviendra presque exclusivement de la taxe d’habitation. Si les autres taxes restent à peu près stables, elle va augmenter pour sa part de près de 16% (soit 15% en raison de la décision de la communes de supprimer les abattements dont bénéficiaient jusqu’alors les contribuables et 0,9% au titre de l’augmentation nationale des bases d’imposition).Or cette taxe est celle qui est payée par le plus grand nombre d’Oloronais.

Voilà ce sur quoi l’opposition aurait pu s’interroger et interroger le maire lors du débat de samedi dernier. Non pour le mettre en difficulté bien sûr (!) mais pour s’assurer qu’un budget sérieux et sincère, c’est-à-dire conforme à l’intérêt des citoyens qu’elle représente, serait soumis à leur vote le 13 avril. Les conseillers de la majorité auraient d’ailleurs pu se poser les mêmes questions. On verra ce qu’il en sera la semaine prochaine.