Quelques images vidéo de l’hommage rendu aux victimes des attentats de Paris par les Oloronais

Nous étions quelques centaines ce lundi à midi sur la place de la Mairie pour rendre hommage aux victimes des attentats de vendredi dernier à Paris. Le maire avait pris l’heureuse initiative d’y convier son homologue de la sœur jumelle d’Oloron, la ville de Jaca.

Après un premier moment de recueillement pendant que sonnait le glas au clocher de Notre-Dame, quatre brèves prises de parole : le maire d’Oloron, bien sûr, le représentant de la communauté musulmane ensuite, le propriétaire de la boucherie halal taguée dans la nuit de vendredi à samedi, et enfin le maire de Jaca. Ces interventions dont on trouvera ci-dessous quelques courts extraits seront suivies d’une minute de silence puis de la Marseillaise reprise par une partie de l’assistance.

C’est quoi ces travaux sur le gave d’Aspe à Oloron ? (video)

Travaux sur le gave d'AspeDepuis hier, un camion et une pelle s’activent au milieu du gave d’Aspe (cf video en fin de billet), au pied du pont Sainte-Claire, au débouché du canal en provenance de la centrale hydroélectrique.

Renseignements pris, voici quelques explications. Les crues du gave ont apporté depuis l’an dernier beaucoup de sable, cailloux et grosses pierres à cet endroit. Ce qui finit par nuire à la production de la centrale. L’objectif est donc d’éliminer tout cet apport… jusqu’aux crues suivantes à l’issue desquelles, peut-être d’ici un an, l’opération devra être renouvelée.

Les travaux devraient durer jusqu’à ce soir. Il faut le savoir, toute intervention pour travaux dans le gave est surveillée par une « police de l’eau » particulièrement vigilante : dépôt préalable d’un dossier très détaillé expliquant les motifs des travaux ainsi que toutes les mesures qui seront prises pour protéger le milieu naturel et visite sur le site durant l’exécution de l’opération pour s’assurer que toutes les consignes sont respectées.

Deux exemples de ces précautions :
– L’entreprise pour le compte de laquelle est effectué ce curage a dû prouver qu’il n’existait pas de frayère à proximité. Ce n’était pas le cas : lors de la pêche électrique faite avant travaux seuls une petite anguille, un vairon et une lamproie ont été trouvés. Les travaux ont donc pu démarrer. Ah si les services de l’État pouvaient être aussi prévenants lorsqu’il s’agira de protéger la forêt du Bager et les frayères humaines qui vivent autour !
– Second exemple du souci de protection de l’environnement : les 900 mètres cubes qui sont à évacuer ne peuvent être commercialisés ; ils ne doivent pas quitter le lit du gave et sont donc entreposés un peu plus bas, en bordure de l’eau…. où ils retourneront lors d’une prochaine crue.

Dormez tranquilles, braves gens, l’État veille sur notre bien-être. Et sur celui des poissons.

Propos du maire d’Oloron lors d’un colloque de Civitas en 2014 – morceaux choisis

Civitas colloque 2014Il ne faut pas toujours prendre pour argent comptant les propos qu’un élu tient devant une assemblée. Bien souvent, il adapte son discours à la nature de son auditoire. En clair, il leur dit ce qu’elles veulent entendre. Ainsi sans doute de la prestation d’Hervé Lucbéreilh lors d’une table ronde organisée dans le cadre d’un colloque des intégriste de Civitas en juillet 2014 sur le thème « Catholiques, engagez-vous ! ». Morceaux choisis…. non assortis de commentaires, les propos tenus se suffisant à eux-mêmes.

Invité à présenter la ville d’Oloron dont il est le maire, Hervé Lucbéreilh lui trouve une caractéristique particulière : « … c’est que cette ville est peuplée à 40% de réfugiés républicains espagnols, ce qui pose, vous vous en doutez bien, un certain nombre de difficultés d’explication et de discussions avec nos administrés de temps en temps. Donc une psychologie particulière ».

Interrogé sur ce qu’il fait concrètement en tant que maire catholique vis-à-vis des mariages de personnes du même sexe : « Je vais être très franc, pour l’instant la question ne m’a jamais été posée (…) mais j’ai des interrogations certaines auxquelles je ne sais pas répondre. Je vais vous dire ce que je pense clairement. Si je suis l’opinion qui peut être celle d’un certain nombre d’entre nous et que je partage, j’ai tendance à dire : je ne le ferai pas. Donc j’ai deux solutions. La première, je délègue. Mais déléguer, ça veut dire accepter. La deuxième, je démissionne. Ça c’est la seule solution qui soit logique. Est-ce que c’est ce que veut Civitas ? Que tous ses élus démissionnent au motif qu’il faut qu’ils aillent jusqu’au bout de leurs convictions ? C’est un vrai débat (….) qu’il faudra trancher un jour. Parce que c’est un problème de conscience pour un certain nombre d’élus. Je parle de moi mais j’en connais plein qui se posent ce même type de questions. »

Hervé Lucbéreilh revient à un autre moment de la discussion sur les circonstances de son élection : « …. je me suis trouvé dans une situation personnelle difficile, j’ai été malade à la fin de mon premier mandat, donc en 2008, et je n’ai pas été en situation de pouvoir faire la campagne qu’il fallait. Et on a perdu de 80 voix, euh, à cause de ça. Entre temps moi j’avais tourné la page, je m’étais intéressé à d’autres choses… j’avais trouvé d’autres centres d’intérêt, (…) je m’étais dit : je ne serai plus jamais candidat. Et puis on est venu me chercher il y a 6 mois en me disant : si tu ne viens pas on ne gagnera pas. Sauf qu’entre temps mes anciens amis avaient déjà fait une liste. Alors on a fait deux listes. Et on a fait 56% à deux. Sauf que la campagne du premier tour avait consisté pour les deux listes à essayer de grappiller des voix à l’autre. Et donc on s’était critiqué. Quand je dis « on », on « nous » avait critiqué, peu importe. Et donc au deuxième tour il était difficile de dire à des gens : Lucbéreilh, il n’était pas bien au premier tour, mais maintenant il faut voter pour lui au second. Et donc on a eu une déperdition de voix de gens qui aujourd’hui viennent à toutes nos manifestations etc. (….) ».

Bien d’autres passages des interventions de Monsieur le maire auraient pu figurer ici : sur l’interdiction de la viande de porc dans les cantines scolaires (il est plutôt favorable aux repas de substitution)… ou sur ses relations avec son premier adjoint (excellentes !)…. ou sa position vis-à-vis du Front national (il élude habilement la question)…. ou sur la fête de Saint-Grat (il revendique d’avoir réinstauré à cette occasion la procession autour de la Cathédrale). Mais il est toujours possible, pour enrichir sa culture, de visionner la vidéo de la table ronde. Attention : elle fait quand même 58 minutes.