Remplacement des conseillers communautaires oloronais trop souvent absents : le blogueur a écrit une ânerie

Vendredi dernier, Oloronblog faisait le point sur l’absentéisme des conseillers communautaires oloronais. Si les tableaux de présence présentés correspondent à la réalité, en revanche l’une des solutions que j’ai avancé de façon péremptoire pour remédier à l’absentéisme de certains « décrocheurs » (comme on dirait dans l’Éducation nationale) était une ânerie. Heureusement, un lecteur du blog par ailleurs conseiller communautaire de Lasseube, Cédric Laprun, m’a signalé mon approximation que je m’empresse de rectifier ici. Lire la suite « Remplacement des conseillers communautaires oloronais trop souvent absents : le blogueur a écrit une ânerie »

Des drapeaux tristounets

DrapeauxDepuis feu le Festival International des Pyrénées, la ville s’orne à la période estivale de mâts au sommet desquels flottent des drapeaux aux couleurs des pays du monde. Cette décoration a pour objectif d’amener une petite touche de gaîté, de couleur et de vie dans nos rues. Voilà quelques jours que ces pavillons sont de nouveau de sortie.

Pas besoin de l’acuité visuelle d’un oiseau de proie pour s’apercevoir que ces étendards deviennent à mesure que passent les années de plus en plus tristes, ternes, passés, pisseux. L’âge – ils sortent pour la plupart des stocks du Festival mort de sa belle ( ?) mort il y a plus de 10 ans -, les caprices de la météo, la pollution finissent par en avoir raison.

Leur blanc vire au grisâtre, leurs couleurs fanent, quelques pavillons commencent à s’effilocher. Cela donne un peu une impression de laisser aller. Il est sans doute temps de penser à renouveler la collection. Des drapeaux flambant neuf auraient une autre allure.

À raison de 50 € l’unité, et si l’on table sur une cinquantaine de drapeaux, il y en a quand même pour 2 500 €. Ce n’est pas rien et la ville a certainement d’autres urgences à satisfaire avant celle-là. Pourtant cette somme serait facile à dégager : il suffirait de réduire un petit peu les crédits consacrés aux fêtes et cérémonies et autres réceptions et vins d’honneur. Ils sont, paraît-il, en forte progression depuis un an. Mais là je suis méchante langue. N’est-ce pas, Monsieur le maire ?