Oloron aurait besoin d’un sérieux coup de balai (chronique « premier degré »)

Certains parmi les lecteurs du blog pourraient penser que le titre de ce billet est plein de sous-entendus. Non, non, il est à prendre au pied de la lettre : plus va et plus l’entretien de la ville laisse à désirer. Lire la suite « Oloron aurait besoin d’un sérieux coup de balai (chronique « premier degré ») »

Et la lumière fut ! (chronique « droit et devoir de suite »)

Dimanche dernier, dans la série « Clins d’œil et petites piques », Oloronblog publiait le coup de gueule d’un lecteur à propos de l’état d’entretien et de propreté de notre ville. Photos à l’appui, il nous montrait un lampadaire d’éclairage public étouffé par la végétation ; une banderole ratatinée, oubliée sur un support d’information municipale depuis deux mois ; du camping sauvage sur le parking du stade ; les trottoirs d’une rue envahis par la mauvaise herbe. Lire la suite « Et la lumière fut ! (chronique « droit et devoir de suite ») »

Pollution visuelle en plein coeur d’Oloron

La Foir'fouillePour connaître l’état de propreté et d’hygiène d’un restaurant (cuisines comprises), il suffit, paraît-il de vérifier l’état de netteté de ses toilettes. Est-ce que, dans un même esprit, il suffit pour déterminer le sérieux d’une entreprise ou d’un magasin, de vérifier comment elle ou il prend soin de la propreté de ses abords ?

La photo qui ouvre ce billet n’a pas été prise dans une zone artisanale ou industrielle éloignée. Non, ce cliché représente l’arrière d’un magasin situé en plein centre-ville d’Oloron, à quelques pas du Jardin Public. Pas besoin de « farfouiller » (ce verbe constitue un indice pour ceux qui ne connaissent pas le secteur !) beaucoup pour le trouver. Plastiques, papiers, palettes, cartons d’emballage jonchent le sol…. au pied de conteneurs censés les recevoir.

Situé en contrebas d’une route très fréquentée, cet emplacement constitue une véritable pollution visuelle.

Je connais, non loin d’ici, un élu municipal qui, confronté à ce genre de situation, n’hésitait pas à empoigner son téléphone pour tenter de convaincre le propriétaire des lieux d’engager une opération nettoyage. La plupart du temps avec succès. Lorsqu’il pourra se consacrer à plein temps à Oloron, c’est à dire à partir du 23 ou du 30 mars, Monsieur le maire d’Oloron, que je sais soucieux de la bonne tenue de sa ville, pourrait-il s’inspirer de cet exemple ?