Avez-vous actualisé votre programme municipal à la suite de la crise engendrée par la Covid-19 ? Aujourd’hui, la réponse de Bernard Uthurry

Oloronblog a posé la même question aux 4 têtes de liste :

Depuis le premier tour de ces municipales est survenue une crise sanitaire qui va maintenant avoir de très lourdes répercussions en matière économique et sociale sur le plan national et, par voie de conséquence, sur le plan local. Pouvez-vous nous dire de façon très concrète, c’est-à-dire au-delà des seules déclarations d’intentions et considérations générales, en quoi cette nouvelle donne vous a conduit à modifier votre programme initial, celui que vous avez présenté aux Oloronaises et Oloronais au mois de mars dernier ?

Trois de ces têtes de liste ont bien voulu apporter une réponse. Après LCO2020 hier, c’est au tour de celle de Bernard Uthurry, tête de liste d’Oloron En Commun, d’être publiée aujourd’hui.

La RÉPONSE de BERNARD UTHURRY

La crise sanitaire et ses répercussions déjà observables aux plans économique et social donnent encore plus du sens à notre programme initial. Elles nous ont conduit-e-s à le compléter par des propositions concrètes et locales précisées.

Nous les formulerons, concrètement, dans une prochaine communication qui synthétisera les cinq domaines essentiels et transversaux de l’action communale :

  • Le Bien Vivre à Oloron Sainte-Marie
  • Les solidarités et les Services Publics locaux
  • L’Economie territoriale et l’Emploi en lien et au sein de la CCHB
  • La Vie Associative
  • Le Renouveau Démocratique et l’implication citoyenne

Les compléments apportés à ce programme intègrent les conséquences budgétaires probables de la crise en matière de recettes des collectivités. Il ne faut pas être devin pour anticiper que le mur de dettes érigé par l’Etat et les Collectivités territoriales comme les Régions et les Départements aura des effets au niveau communal.

Les recettes, adossées en partie à la valeur ajoutée des entreprises, n’augmenteront pas, c’est sans doute un euphémisme, celles issues des impôts locaux non plus.

Il nous reviendra par contre de participer à la relance de la Commune et du territoire par deux leviers dynamiques :

  • De l’innovation sociétale concrète fondée sur l’écoute, la proximité, la considération pour des réalisations à court terme dans le domaine du mieux vivre ensemble, de l’animation, de la mise en relation, de l’accompagnement, des solidarités… Cela aura un coût bien sûr, mais plus accessible, donc réaliste en cette période.
  • Des investissements plus importants et faisant appel à des partenariats institutionnels (Union Européenne, Etat, Région, Dpt) en complément du budget communal.

En voici les grandes lignes :

  • Pour une rentrée scolaire réussie pour tous les enfants d’Oloron, pour limiter les risques de décrochage des plus fragiles : nous assurerons la mise en place de tous les espaces nécessaires en cas de prolongation ou de retour aux règles de distanciation, et le financement de la mobilité entre les écoles pour les fratries lorsque c’est nécessaire.
  • Il nous faut retrouver l’attractivité de nos écoles publiques qui ont perdu près de 25% de leurs effectifs pendant ce mandat, dont une grande partie en raison de la rupture de confiance provoquée par Monsieur Lucbéreilh avec les élu-e-s des communes environnantes. Dans ce but, nous mettrons par exemple en place dans le temps périscolaire des activités comme l’apprentissage d’une langue ou des activités culturelles (musique, théâtre…), et sportives
  • La période que nous venons de traverser a pu amplifier des rapports parfois crispés à l’école, perçue alors comme un lieu de difficultés et d’épreuves par certains enfants et leurs parents. Nous organiserons dans les écoles et leur environnement, hors période scolaire, quand ces structures sont vacantes, des activités récréatives auxquelles pourront participer les jeunes et leurs parents. Ce sera aussi une manière de vitaliser la vie de nos quartiers.
  • Dans le chapitre du mieux vivre dans notre Ville, nous sommes allé-e-s plus loin dans le travail sur d’une part les circulations ralenties et partagées, et d’autre part, sur des sites expérimentaux, l’inversion des priorités entre les voitures, les cyclistes et les piétons. Nous proposerons aux usager-e-s, aux commerçant-e-s et aux riverain-e-s de commencer par les quartiers les plus saturés en voitures, entre l’entrée de la route de Pau et le Pont Sainte Claire, la rue Louis Barthou et le quartier Sainte-Marie par exemple.
  • Dans le même chapitre, nous mettrons en perspective un projet d’habitat inter générationnel, de nature à rompre la solitude, voire l’isolement de certaines personnes âgées, en centre-ville, près des commerces et sans obligation d’utiliser une voiture au quotidien.
  • Dans le même domaine, nous veillerons à ce que la Police Municipale, qui ne doit pas assumer le travail de la Gendarmerie, s’investisse dans la proximité et la prévention, autour des écoles, au Jardin Public, lors des manifestations populaires…
  • OT (le numéro Oloron Tranquillité) et POP (la Plateforme Oloron Proximité) rejoindront EOP (Ecoute Oloron Proximité) que nous avions créée en 2012. C’est une amplification numérique nécessaire, mais en conservant la relation humaine tout aussi nécessaire.
  • Pour ce qui concerne la Démocratie participative et l’implication citoyenne, nous avons affiné notre programme et dès le début de ce mandat, les Assises Citoyennes permettront de construire collectivement les appels à projets. Un budget participatif correspondant à 10% du budget d’investissement consacré aux espaces publics sera proposé. Nous mettrons en place dès l’été la possibilité de donner la parole aux habitant-e-s lors de conseils municipaux et la réflexion autour du référendum communal.
  • Avec les Associations, nous travaillerons dès le début du mandat, avec la méthode des « groupes de pair-e-s » qui permet de recueillir la parole spontanée, libre, sans interférer dans les échanges, des participant-e-s. A l’issue, nous créerons la Commission des Associations et nous définirons, avec elles, leurs attentes et la meilleure manière de valoriser leurs bénévoles.
  • Dans le domaine des solidarités, du développement social durable, la crise sanitaire révèle le besoin de plus de proximité pour plus de réactivité, de repérer pour réparer.
    • Nous inverserons la démarche du Conseil Municipal et du CCAS : ne pas attendre mais aller au-devant de la précarité et du mal être souvent peu visibles.
    • Nous donnerons au CCAS les moyens nécessaires pour amortir les effets possibles de la crise en matière de perte d’emploi et de précarisation. En y fléchant les financements pré affectés aux manifestations qui ont été annulées.
    • Nous proposerons des « bons d’achat » solvables dans les commerces locaux aux familles fragilisées par la COVID, afin de réduire les files d’attentes devant les locaux des associations caritatives elles-mêmes impactées par la crise pour leurs approvisionnements.
    • Nous travaillerons à la réduction du décrochage scolaire issu de la fracture numérique, notamment par la dotation en équipements des familles et/ou des structures d’éducation populaire.
  • Dans le domaine de l’emploi et de l’économie, nous participerons activement et pleinement avec la Communauté des Communes qui assume cette compétence, nous serons des facilitateurs. C’est pourquoi :
    • Nous solliciterons les acteurs de la formation et de l’emploi, un par un et collectivement, pour diriger efficacement les personnes à la recherche d’un emploi ou d’une formation, et leur faire gagner du temps précieux dans leurs démarches.
    • La commune sera actrice de cette formation en proposant des Chantiers Qualification Nouvelle Chance aux publics éloignés de l’emploi et plus particulièrement dans les métiers en tension comme le bâtiment ou les services à la personne.

Tout cela ne sera possible que par un investissement de l’ensemble du Conseil Municipal. Nous espérons, si nous sommes élu-e-s dans la majorité, au service de l’ensemble des Oloronais-e-s, dans l’écoute et le respect de chaque composante du Conseil municipal, bénéficier de la contribution de chacune d’entre elles. Cela sera en lien avec les engagements participatifs de campagne des quatre listes.

Les candidat-e-s de toute la liste OLORON EN COMMUN sont prêts à relever le défi. Dans le prolongement du travail ininterrompu de ces douze derniers mois. 

Avez-vous actualisé votre programme municipal à la suite de la crise engendrée par la Covid-19 ? Aujourd’hui la réponse de LCO2020

Lorsqu’elles ont bâti leur projet municipal, les quatre listes candidates étaient loin d’imaginer la crise sanitaire qui allait contraindre au report du second tour des élections. Elles étaient loin d’imaginer également les sombres perspectives qui risquent de peser sur notre pays dans les prochains mois voire les prochaines années : crises sociale, économique, budgétaire… Les collectivités locales vont-elles payer un lourd tribut à ces crises simultanées ? Dans ces conditions, y a-t-il lieu pour nos candidats de reconsidérer le projet municipal qu’ils avaient soumis à notre approbation le 17 mars dernier, et si oui en quoi.

Lire la suite « Avez-vous actualisé votre programme municipal à la suite de la crise engendrée par la Covid-19 ? Aujourd’hui la réponse de LCO2020 »

Et si nous faisions le bilan des promesses électorales municipales en matière de sécurité ?

On l’aura compris, la sécurité passe pour l’une des priorités de notre municipalité. Au moins sur le plan médiatique. Il faut dire que l’actualité récente justifie que cette question récurrente refasse surface. Bon, c’est bien beau, les grandes déclarations d’intention sur le sujet, mais comment se traduisent-elles dans les faits ? Lire la suite « Et si nous faisions le bilan des promesses électorales municipales en matière de sécurité ? »