Communication municipale à compter du 1er septembre : petit mémento des irrégularités à commettre par un candidat cherchant l’annulation des élections

Dans un précédent article, Oloronblog rappelait qu’à compter du 1er septembre la communication municipale est placée en liberté surveillée. La loi interdit en effet à partir de cette date jusqu’au terme des élections municipales les actions de « promotion publicitaire » (= propagande en faveur d’un candidat ou d’une équipe). La communication municipale reste possible, mais seulement dans la mesure où elle s’effectue dans le respect de 4 grands principes : neutralité, antériorité, régularité, identité. La non-observation de ces règles peut entraîner l’annulation de l’élection, l’inéligibilité, voire une amende et/ou une peine de prison à l’égard du candidat qui les aura enfreintes. Lire la suite « Communication municipale à compter du 1er septembre : petit mémento des irrégularités à commettre par un candidat cherchant l’annulation des élections »

Une conjonction d’heureuses initiatives au service d’un même projet

Avertissement aux lectrices et lecteurs du blog qui estiment avoir l’âme sensible : n’allez pas plus loin dans la lecture du présent article. Vous découvririez en effet un billet Bisounours, où il n’est dit du mal de personne. Pas même du maire. Pire : ce billet a la prétention de mettre en valeur une conjonction d’heureuses initiatives au service d’un projet commun. Lire la suite « Une conjonction d’heureuses initiatives au service d’un même projet »

Patrimoine culturel et touristique d’Oloron : un cruel manque d’information

Plaque séminaireD’ici quelques semaines, nous croiserons à nouveau dans les rues d’Oloron ces touristes, plan déplié à bout de bras, errant entre nos gaves et nos quartiers à la recherche des sites et monuments pittoresques de notre cité. Certains finiront même en photographiant sous tous les angles l’église Notre-Dame, pensant avoir affaire à …. la cathédrale Sainte-Marie.

Ils ont quelques excuses quand on songe que cette église est à peine signalée par une plaque de la taille d’une tablette de chocolat apposée dans un coin de l’édifice. Même chose pour l’ancien séminaire, un imposant ensemble architectural abritant aujourd’hui le Trésor public, la Gendarmerie et un théâtre. Un panneau de dimension tout aussi réduite placé sur le mur d’enceinte nous apprend tout juste qu’il s’agit d’un bâtiment du XVIIème siècle. Pour le reste : « Circulez, y’a rien à voir », diraient les gendarmes occupant une partie des lieux.

Les exemples pourraient être multipliés. Oloron possède pourtant un patrimoine culturel et historique d’une grande richesse. Il n’est malheureusement pas suffisamment mis en valeur. Dommage pour les visiteurs…. et les Oloronais qui passent ainsi devant une multiplicité de monuments, d’édifices, de sculptures dont ils ne sauront jamais rien.

Bien des villes ont su implanter à proximité de ces œuvres et de ces ouvrages des panneaux d’information donnant quelques ou explications. Ces panneaux sont parfois complétés par un code qui permet d’aller chercher des informations complémentaires sur son téléphone portable. En cherchant bien, on finit par en dénicher. Ainsi, la plaque qui a été placée devant la sculpture de Saint Grat sur sa mule, près de la Cathédrale. Mais c’est une exception.

Ceci dit sans ironie aucune, Monsieur le maire ne cache pas son intérêt pour tout ce qui touche au patrimoine.Nul doute qu’il a relevé les manques d’information en la matière et qu’il songe à y apporter réponse. À moins qu’il pense confier une mission de réflexion sur le sujet au conseil économique, social et environnemental local ? À propos, qu’est-ce qu’il devient celui-là ?