La présence des curés au lycée confirmée par le maire lui-même

Ce qui n’était que bruit de fond est devenu fait réel : le gymnase du lycée Jules Supervielle et le gymnase Scohy ont bien été mis par le maire à disposition d’une communauté religieuse durant cet été sans que, pour ce qui concerne le lycée, l’autorisation de l’établissement ait été obtenue. C’est Hervé Lucbéreilh en personne qui l’a confirmé au quotidien Sud-Ouest qui a consacré un long article à cette affaire dans son édition du 22 octobre.

C’était, toujours selon les propos du maire, pour loger 300 jeunes. À partir des éléments d’information donnés par Sud-Ouest et après une rapide navigation sur internet, il s’agit de jeunes qui accomplissaient le trajet Pau-Lourdes dans le cadre de la « Route Saint-Martin 2015 ». On peut trouver bizarre qu’un tel parcours passe par Oloron pour aller de Pau à Lourdes. Mais les voies du Seigneur sont impénétrables ! Et puis si tous les chemins mènent à Rome, ils mènent aussi à Lourdes.

Petite explication de texte pour mieux se mettre dans le contexte. La « Route Saint-Martin » est un pèlerinage annuel de 200 à 300 jeunes de 17 à 30 ans qui, durant le mois d’août, cheminent en France sur les hauts lieux de la chrétienté, encadrés par des prêtres et des séminaristes de la Communauté Saint-Martin (et non Saint Marc, comme l’indique Sud-Ouest). La communauté Saint-Martin est une communauté de prêtres et diacres que l’on peut sans grand risque qualifier de traditionnalistes (et non pas intégristes) : retour aux valeurs chrétiennes d’autrefois, port de la soutane, messe en latin etc. Notre évêque de Bayonne, Lescar et Oloron est issu de cette communauté. Celles et ceux qui connaissent ses prises de position admettront que c’est loin d’être le plus progressiste des évêques de France.

Mais nous nous éloignons là d’Oloron. Pour revenir à ce qui nous concerne, et au risque de choquer, je ne vois, sur le principe, aucun inconvénient à ce que le maire mette un local municipal à la disposition d’une association à objet religieux. Mais à des conditions non négociables :
– aucune activité à caractère religieux dans le local ;
– aucun signe extérieur religieux porté dans le local (et la soutane en fait partie… comme en ferait partie le voile islamique) ;
– mise à disposition uniquement pour une activité en rapport avec la destination du local (un gymnase n’a pas à servir de dortoir) ;
– conditions d’occupation pas plus favorables que celles consenties aux associations locales ;
– passation d’une convention d’occupation reprenant l’ensemble de ces règles.

Tiens parlons des conventions d’occupation. À l’évidence le maire a outrepassé ses pouvoirs en mettant à disposition le gymnase du lycée sans l’autorisation du propriétaire et pour une activité qui n’avait rien de sportif. Mais, si l’on en croit l’organisateur du pèlerinage, cité par Sud-Ouest, une convention a été signée entre la communauté Saint-Martin et la mairie. Si j’étais élu municipal, je demanderais sans perdre de temps communication de cette convention, si tant est qu’elle existe vraiment. Peut-être nous éclairerait-elle un peu sur les conditions offertes par la mairie d’Oloron pour l’accueil de ces jeunes et de leurs accompagnants en soutane.

À la fin des ordonnances royales figurait autrefois la formule « Car tel est notre bon plaisir ». Cette formule ou les actes qui en tiennent lieu n’ont plus leur place dans une collectivité locale au XXIe siècle. Qu’on se le dise.

Post-scriptum- À la lecture de l’article de Sud-Ouest, on sent que le maire a été passablement énervé par les questions posées par le journaliste. L’article est publié le jeudi 22 octobre. Il paraît que depuis ce vendredi 23 octobre, ce journaliste ne fait plus partie de l’équipe du quotidien régional. Mais il n’y aurait aucune relation de cause à effet entre les deux évènements.
(Actualisé le 24 octobre à 12 h 04) : Monsieur Testemale vient de confirmer par tweet qu’il n’y avait pas de relation entre son départ de Sud-Ouest et « une éventuelle intervention divine ou municipale ».

Le lycée Jules Supervielle squatté cet été par des curés en soutane ?

Don Camillo

 

Attention ! Ceci n’est pas une information. Pas encore. Notre informatrice emploie d’ailleurs le conditionnel pour rapporter ce bruit de couloir qui, s’il se vérifie, n’étonnerait pas grand monde, mais choquerait la plupart d’entre nous. Et mériterait alors que le Conseil régional, qui a en charge les lycées, s’y intéresse. Un des lecteurs du blog est-il en mesure de démentir ce bruit de couloir, ou bien de le confirmer avec certitude ?

Le voici, livré ici tel que reçu :  » Il semblerait que cet été le personnel de direction du Lycée J Supervielle ait fait la surprenante rencontre d’un curé, style « Don Camillo » à l’intérieur des locaux de l’établissement. Après vérification la « Mairie » aurait accepté d’accueillir un groupe de curés en soutane dans le gymnase du lycée et même les aurait autorisé à y dormir sans que la direction du Lycée n’ait été informée de quoi que ce soit ».

Par acquit de conscience, j’ai tenté de vérifier si, par cas, la ville n’avait pas conclu avec la Région une convention permettant l’occupation temporaire des locaux. Dans le fourre-tout qu’est devenu son site internet, j’ai bien trouvé une convention passée devant le conseil municipal du 5 octobre. Ce pouvait être l’objet de ma recherche car elle concernait l’hébergement…. d’un groupe folklorique. Mais c’était au lycée agricole de Soeix et non à Jules Supervielle. Les recherches se poursuivent donc.