Projet de mutualisation des restaurations scolaire et hospitalière : pas de quoi en faire tout un plat

Soit une première cuisine, celle de la restauration scolaire, qui produit 900 repas/jour et fonctionne dans des locaux mal adaptés qui nécessiteraient une rénovation coûteuse. Soit une seconde cuisine, celle du centre hospitalier, qui est en sous-capacité de production (production de 2 000 repas/jour pour une capacité de 3 500). Ces deux unités fonctionnent avec l’argent du contribuable. L’idée d’étudier la possibilité de mutualiser les services, c’est-à-dire de faire confectionner tous les repas (scolaires et hospitaliers) dans cette seconde cuisine est-elle si saugrenue ? Non, bien sûr si Lire la suite « Projet de mutualisation des restaurations scolaire et hospitalière : pas de quoi en faire tout un plat »