Avez-vous actualisé votre programme municipal à la suite de la crise engendrée par la Covid-19 ? Aujourd’hui la réponse de Daniel Lacrampe

Je rappelle qu’Oloronblog a adressé la même question aux quatre têtes de liste qui se disputeront nos suffrages dimanche prochain.

« Depuis le premier tour de ces municipales est survenue une crise sanitaire qui va maintenant avoir de très lourdes répercussions en matière économique et sociale sur le plan national et, par voie de conséquence, sur le plan local. Pouvez-vous nous dire de façon très concrète, c’est-à-dire au-delà des seules déclarations d’intentions et considérations générales, en quoi cette nouvelle donne vous a conduit à modifier votre programme initial, celui que vous avez présenté aux Oloronaises et Oloronais au mois de mars dernier ?« 

Trois d’entre elles ont bien voulu répondre. Après LCO2020 vendredi et Bernard Uthurry hier, voici la réponse de Daniel Lacrampe, chef de file de la liste « Ensemble faisons rayonner Oloron Sainte-Marie ».

la réponse de daniel lacrampe

Il est bien évident que cette crise sanitaire sans précédent, qui aura bouleversé bien des vies personnelles et professionnelles, et qui va  très vraisemblablement avoir des conséquences économiques et sociales tout aussi dramatiques, va nous obliger à porter, y compris dans nos programmes municipaux, un tout autre regard sur le monde qui nous entoure.

Même s’il nous faut envisager dès maintenant un possible étalement dans le temps des projets inscrits dans notre programme, difficile de dire aujourd’hui à quel niveau vont se situer les modifications, car il va falloir tout d’abord faire un état des lieux prenant en compte l’inéluctable baisse des recettes et le coût non négligeable des dépenses inattendues, comme l’achat de masques par exemple mais aussi toutes celles afférentes à la mise en place des gestes-barrière préconisés par les différents protocoles gouvernementaux (écoles, services communaux..).

En effet, il y a également lieu de penser que, compte tenu du poids de la charge financière incombant pour les mêmes raisons à tous nos partenaires financiers (Etat, Région, Département, Europe..), les subventions généralement éligibles dans le cadre de nos projets seront également contraintes, et ce ne sera pas non plus le moment d’augmenter la pression fiscale dans un contexte de difficultés pour les entreprises et les familles.

Sur le plan économique

Partant de l’idée défendue tout au long de cette campagne que communauté de communes et communes – et à fortiori la ville-centre d’Oloron-Sainte-Marie – ont des destins liés, un fort soutien aux entreprises ( compétence partagée entre la Région et la CCHB) s’imposera, et c’est d’ailleurs dans cet esprit que la communauté de communes à spontanément adhéré à la proposition d’abonder, à hauteur d’environ 70 000 €, le fonds de solidarité mis en place par la Région en faveur des petites et moyennes entreprises.

Directement liées aussi aux conséquences de la crise, les mesures de report, voire d’exonérations dans certains cas, des loyers dus.

Accentuer encore davantage la part de bio et de produits locaux dans notre service de restauration scolaire pour favoriser les circuits-courts de nos producteurs locaux.

Mesures de soutien à la création de commerces de proximité, en particulier dans le domaine alimentaire.

En lien avec l’Office du Monde Économique du Haut-Béarn et la Chambre de Commerce et d’Industrie, lancement d’une opération  » REBOND » destinée à inciter les habitants à faire preuve de solidarité territoriale, en leur octroyant, à partir d’un fonds de soutien, des bons d’achat utilisables dans les petits commerces de la ville.

Lancement, dès le mois de septembre, de campagnes de promotion du commerce et de l’artisanat local financées, pour partie, par la taxe sur les publicités extérieures.

Dans le domaine de la Santé


Cette crise à confirmé la difficulté de l’État à réagir en temps réel face aux  difficultés rencontrées par les acteurs de terrain, et au contraire la capacité  de ces derniers à agir dans l’urgence .

Sur la lancée de ce formidable élan de solidarité qui s’est instauré entre professionnels de santé, hospitaliers et libéraux, mais aussi avec l’ensemble des structures médico-sociales, mise en place d’une cellule permanente de Santé Publique ( calquée sur le Comité  qui assure le suivi du Contrat Local de Santé), notamment chargée de réfléchir, pour mieux anticiper ensuite, à l’organisation des moyens à mettre en œuvre en cas de nouvelle pandémie.

Accélérer la création de la Maison de Santé, outil par excellence d’une nouvelle organisation des soins sur ce territoire, et dont l’Association porteuse a démontré toute son efficacité dans l’organisation et le fonctionnement du Centre Médical Avancé de Jéliote.

Dans le domaine social

Mise en place d’une structure de soutien à la recherche d’emploi, en partenariat avec les institutionnels ( Pôle- Emploi, Mission locale..).

Organisation d’assises du social mettant autour de la table tous les acteurs sociaux existant sur la ville, afin qu’ils se connaissent mieux, meilleur moyen d’optimiser leurs actions et de les rendre complémentaires.

Renforcer les aides sociales pour les plus démunis et enveloppes d’urgence si la crise revenait

Aides alimentaires et mise en place d’un système de livraison de repas et de courses pour personnes isolées et vulnérables

Dotation de matériels informatiques aux écoles pour prêt aux familles si classe à distance

Soutien scolaire pour les élèves qui auraient  » décroché » à la suite de cette période si particulière

Avez-vous actualisé votre programme municipal à la suite de la crise engendrée par la Covid-19 ? Aujourd’hui, la réponse de Bernard Uthurry

Oloronblog a posé la même question aux 4 têtes de liste :

Depuis le premier tour de ces municipales est survenue une crise sanitaire qui va maintenant avoir de très lourdes répercussions en matière économique et sociale sur le plan national et, par voie de conséquence, sur le plan local. Pouvez-vous nous dire de façon très concrète, c’est-à-dire au-delà des seules déclarations d’intentions et considérations générales, en quoi cette nouvelle donne vous a conduit à modifier votre programme initial, celui que vous avez présenté aux Oloronaises et Oloronais au mois de mars dernier ?

Trois de ces têtes de liste ont bien voulu apporter une réponse. Après LCO2020 hier, c’est au tour de celle de Bernard Uthurry, tête de liste d’Oloron En Commun, d’être publiée aujourd’hui.

La RÉPONSE de BERNARD UTHURRY

La crise sanitaire et ses répercussions déjà observables aux plans économique et social donnent encore plus du sens à notre programme initial. Elles nous ont conduit-e-s à le compléter par des propositions concrètes et locales précisées.

Nous les formulerons, concrètement, dans une prochaine communication qui synthétisera les cinq domaines essentiels et transversaux de l’action communale :

  • Le Bien Vivre à Oloron Sainte-Marie
  • Les solidarités et les Services Publics locaux
  • L’Economie territoriale et l’Emploi en lien et au sein de la CCHB
  • La Vie Associative
  • Le Renouveau Démocratique et l’implication citoyenne

Les compléments apportés à ce programme intègrent les conséquences budgétaires probables de la crise en matière de recettes des collectivités. Il ne faut pas être devin pour anticiper que le mur de dettes érigé par l’Etat et les Collectivités territoriales comme les Régions et les Départements aura des effets au niveau communal.

Les recettes, adossées en partie à la valeur ajoutée des entreprises, n’augmenteront pas, c’est sans doute un euphémisme, celles issues des impôts locaux non plus.

Il nous reviendra par contre de participer à la relance de la Commune et du territoire par deux leviers dynamiques :

  • De l’innovation sociétale concrète fondée sur l’écoute, la proximité, la considération pour des réalisations à court terme dans le domaine du mieux vivre ensemble, de l’animation, de la mise en relation, de l’accompagnement, des solidarités… Cela aura un coût bien sûr, mais plus accessible, donc réaliste en cette période.
  • Des investissements plus importants et faisant appel à des partenariats institutionnels (Union Européenne, Etat, Région, Dpt) en complément du budget communal.

En voici les grandes lignes :

  • Pour une rentrée scolaire réussie pour tous les enfants d’Oloron, pour limiter les risques de décrochage des plus fragiles : nous assurerons la mise en place de tous les espaces nécessaires en cas de prolongation ou de retour aux règles de distanciation, et le financement de la mobilité entre les écoles pour les fratries lorsque c’est nécessaire.
  • Il nous faut retrouver l’attractivité de nos écoles publiques qui ont perdu près de 25% de leurs effectifs pendant ce mandat, dont une grande partie en raison de la rupture de confiance provoquée par Monsieur Lucbéreilh avec les élu-e-s des communes environnantes. Dans ce but, nous mettrons par exemple en place dans le temps périscolaire des activités comme l’apprentissage d’une langue ou des activités culturelles (musique, théâtre…), et sportives
  • La période que nous venons de traverser a pu amplifier des rapports parfois crispés à l’école, perçue alors comme un lieu de difficultés et d’épreuves par certains enfants et leurs parents. Nous organiserons dans les écoles et leur environnement, hors période scolaire, quand ces structures sont vacantes, des activités récréatives auxquelles pourront participer les jeunes et leurs parents. Ce sera aussi une manière de vitaliser la vie de nos quartiers.
  • Dans le chapitre du mieux vivre dans notre Ville, nous sommes allé-e-s plus loin dans le travail sur d’une part les circulations ralenties et partagées, et d’autre part, sur des sites expérimentaux, l’inversion des priorités entre les voitures, les cyclistes et les piétons. Nous proposerons aux usager-e-s, aux commerçant-e-s et aux riverain-e-s de commencer par les quartiers les plus saturés en voitures, entre l’entrée de la route de Pau et le Pont Sainte Claire, la rue Louis Barthou et le quartier Sainte-Marie par exemple.
  • Dans le même chapitre, nous mettrons en perspective un projet d’habitat inter générationnel, de nature à rompre la solitude, voire l’isolement de certaines personnes âgées, en centre-ville, près des commerces et sans obligation d’utiliser une voiture au quotidien.
  • Dans le même domaine, nous veillerons à ce que la Police Municipale, qui ne doit pas assumer le travail de la Gendarmerie, s’investisse dans la proximité et la prévention, autour des écoles, au Jardin Public, lors des manifestations populaires…
  • OT (le numéro Oloron Tranquillité) et POP (la Plateforme Oloron Proximité) rejoindront EOP (Ecoute Oloron Proximité) que nous avions créée en 2012. C’est une amplification numérique nécessaire, mais en conservant la relation humaine tout aussi nécessaire.
  • Pour ce qui concerne la Démocratie participative et l’implication citoyenne, nous avons affiné notre programme et dès le début de ce mandat, les Assises Citoyennes permettront de construire collectivement les appels à projets. Un budget participatif correspondant à 10% du budget d’investissement consacré aux espaces publics sera proposé. Nous mettrons en place dès l’été la possibilité de donner la parole aux habitant-e-s lors de conseils municipaux et la réflexion autour du référendum communal.
  • Avec les Associations, nous travaillerons dès le début du mandat, avec la méthode des « groupes de pair-e-s » qui permet de recueillir la parole spontanée, libre, sans interférer dans les échanges, des participant-e-s. A l’issue, nous créerons la Commission des Associations et nous définirons, avec elles, leurs attentes et la meilleure manière de valoriser leurs bénévoles.
  • Dans le domaine des solidarités, du développement social durable, la crise sanitaire révèle le besoin de plus de proximité pour plus de réactivité, de repérer pour réparer.
    • Nous inverserons la démarche du Conseil Municipal et du CCAS : ne pas attendre mais aller au-devant de la précarité et du mal être souvent peu visibles.
    • Nous donnerons au CCAS les moyens nécessaires pour amortir les effets possibles de la crise en matière de perte d’emploi et de précarisation. En y fléchant les financements pré affectés aux manifestations qui ont été annulées.
    • Nous proposerons des « bons d’achat » solvables dans les commerces locaux aux familles fragilisées par la COVID, afin de réduire les files d’attentes devant les locaux des associations caritatives elles-mêmes impactées par la crise pour leurs approvisionnements.
    • Nous travaillerons à la réduction du décrochage scolaire issu de la fracture numérique, notamment par la dotation en équipements des familles et/ou des structures d’éducation populaire.
  • Dans le domaine de l’emploi et de l’économie, nous participerons activement et pleinement avec la Communauté des Communes qui assume cette compétence, nous serons des facilitateurs. C’est pourquoi :
    • Nous solliciterons les acteurs de la formation et de l’emploi, un par un et collectivement, pour diriger efficacement les personnes à la recherche d’un emploi ou d’une formation, et leur faire gagner du temps précieux dans leurs démarches.
    • La commune sera actrice de cette formation en proposant des Chantiers Qualification Nouvelle Chance aux publics éloignés de l’emploi et plus particulièrement dans les métiers en tension comme le bâtiment ou les services à la personne.

Tout cela ne sera possible que par un investissement de l’ensemble du Conseil Municipal. Nous espérons, si nous sommes élu-e-s dans la majorité, au service de l’ensemble des Oloronais-e-s, dans l’écoute et le respect de chaque composante du Conseil municipal, bénéficier de la contribution de chacune d’entre elles. Cela sera en lien avec les engagements participatifs de campagne des quatre listes.

Les candidat-e-s de toute la liste OLORON EN COMMUN sont prêts à relever le défi. Dans le prolongement du travail ininterrompu de ces douze derniers mois. 

Délibération camping municipal : encore une erreur matérielle ou bien une tentative de maquillage de document ?

« On s’était dit : ils ne vont pas oser ! eh bien si, ils l’ont fait ! » Voilà la première réflexion de mon interlocuteur, après que nous ayons échangé sur le fait que nous avions tous les deux constaté : la délibération transmise au sous-préfet au sujet du camping avait été modifiée (par le maire de son propre chef ?) par rapport à la décision prise par le conseil municipal. Et il ne s’agissait pas de n’importe quelle modification : elle portait sur le point litigieux, à savoir Lire la suite « Délibération camping municipal : encore une erreur matérielle ou bien une tentative de maquillage de document ? »