Histoire d’un don à la ville d’Oloron : le donateur répond aux questions d’Oloronblog

Jean-Pierre Boussary, âgé aujourd’hui de 79 ans, fait partie de ces personnes qui, sans faire de bruit, de façon parfaitement désintéressée, donnent ou ont donné sans compter leur temps, leur énergie et et parfois même leur argent pour notre commune. Lire la suite « Histoire d’un don à la ville d’Oloron : le donateur répond aux questions d’Oloronblog »

Vous envisagez de donner ou de léguer un de vos biens à la ville d’Oloron ? Deux ou trois choses à savoir (chronique « à votre bon cœur »)

Une ville reçoit beaucoup de ses administrés. Mais en règle générale ce sont des apports contraints. On appelle cela « taxes » ou « impôts ». Il arrive pourtant qu’un citoyen décide, de façon délibérée, de faire cadeau de l’un de ses biens. On appelle cela un « don » (lorsqu’il est accompagné d’aucune formalité particulière) ou un « legs » (lorsque l’opération, exprimée dans un testament, ne prendra d’effet qu’à la mort du donateur). Lire la suite « Vous envisagez de donner ou de léguer un de vos biens à la ville d’Oloron ? Deux ou trois choses à savoir (chronique « à votre bon cœur ») »

L’artisan ignoré du sauvetage de la chapelle du Faget

L’affaire ne date pas d’aujourd’hui. Elle reste pourtant en travers de la gorge du principal intéressé. Mettez-vous un instant à sa place : voilà quelqu’un qui, quasiment seul, consacre plusieurs années de sa vie à restaurer de ses mains une chapelle menaçant ruine, qui se décarcasse pour trouver les premiers fonds nécessaires à cette restauration et qui, une fois que la plus grosse part du travail est faite, voit arriver les ouvriers de la onzième heure qui, non contents de ne pas avoir mis la main à la pâte jusque-là, s’approprient tous les mérites du sauvetage et s’empressent de rayer des tablettes l’artisan principal de l’opération. C’est ce qui est arrivé à Jean-Pierre Boussary avec la chapelle du Faget. Récit pour, autant que faire se peut, tenter de réhabiliter un réhabiliteur. Lire la suite « L’artisan ignoré du sauvetage de la chapelle du Faget »