Maternité : réaction en réponse à la prise de position des représentants syndicaux de l’hôpital

Beaucoup d’entre vous m’ont dit qu’ils appréciaient les commentaires laissés sur le blog par Jean-Louis Coquard sur à propos du devenir du centre hospitalier d’Oloron. D’abord parce qu’au contraire de nombre d’entre nous (hommes politiques compris), il sait de quoi il parle. Ensuite parce que son expression est avant tout constructive, traquant les informations erronées qui peuvent circuler, mais aussi émettant des propositions réalistes pour améliorer le système de soin sur notre territoire. Lire la suite « Maternité : réaction en réponse à la prise de position des représentants syndicaux de l’hôpital »

Réaction du citoyen lambda-médecin à l’annonce de la fermeture du site d’accouchement de l’hôpital d’Oloron

Les réactions à l’annonce de la fermeture le 20 décembre prochain du site d’accouchement du centre hospitalier (voir le billet précédent du blog) suscite, on le devine, nombre de réactions. Oloronblog a la chance d’avoir au nombre de ses électeur un citoyen lambda-médecin qui s’est beaucoup investi dans notre hôpital et continue de garder sur lui un œil bienveillant. Ce qui ne lui interdit pas d’être réaliste. Voici le courriel qu’il m’a fait parvenir tout de suite après l’annonce d’hier. On notera qu’au-delà d’une réaction qui se cantonnerait dans la seule émotion ou la colère, il se veut constructif dans sa réflexion. Parole à Jean-Louis Coquard. Lire la suite « Réaction du citoyen lambda-médecin à l’annonce de la fermeture du site d’accouchement de l’hôpital d’Oloron »

Un citoyen lambda-médecin interpelle les élus à la suite du débat du conseil municipal du 30 juin

Dans son précédent article, Oloronblog transcrivait l’intégralité des échanges auxquels a donné lieu, lors du conseil municipal du 30 juin, le recours à un cabinet de chasseurs de têtes en vue de recrutement des médecins dont manque le centre hospitalier. Affligé à l’évidence par la teneur du débat et la mauvaise perception des enjeux par nos élus, un citoyen lambda-médecin, Jean-Louis Coquard, les interpelle. Laissons-nous, nous qui ne sommes pas des élus, interpeller à notre tour par ses arguments et sa réflexion. Lire la suite « Un citoyen lambda-médecin interpelle les élus à la suite du débat du conseil municipal du 30 juin »

Et la santé, surtout !!!

« Et la santé, surtout », voilà une phrase que nous n’avons pas fini d’entendre ou de prononcer au cours de ce mois de janvier. En portant le regard un peu plus loin que cette expression qui permet à deux personnes d’échanger des vœux, pas besoin de savoir lire dans le marc de café pour nous douter que la santé constituera en 2017 un enjeu principal aussi bien sur le plan national (élections présidentielles aidant) que sur le plan local (quid du devenir de l’hôpital, de la modernisation des EPADH, du renouvellement de nos médecins de ville etc.). Le premier billet de cette année 2017 traitera de ce sujet sérieux (la rigolade, ce sera pour dans quelques jours, avec la rentrée politique locale). Par la plume du docteur Jean-Louis Coquard, qui a sur le sujet une réflexion et une expertise dont la plupart d’entre nous sommes dépourvus. Parole à lui. Lire la suite « Et la santé, surtout !!! »

Oloron, désert médical ? Quelques pistes de réflexion

Ceux qui sont à la recherche d’un médecin traitant sur Oloron savent que c’est le parcours du combattant pour en dénicher un qui accepte encore des patients. Et la situation ne risque pas de s’améliorer dans les prochaines années avec tous les départs en retraite programmés. Côté Centre hospitalier, on l’aura compris, la situation n’est guère plus brillante. Qu’est-ce qui motive leur peu d’appétence à s’installer à Oloron ? J’ai profité d’un échange de mails avec le docteur Jean-Louis Coquard pour recueillir son avis sur la question. Un avis mille fois plus autorisé que la mien. Lire la suite « Oloron, désert médical ? Quelques pistes de réflexion »

Situation du Centre hospitalier : le commentaire éclairé et réaliste d’un ancien médecin de l’hôpital

« La guerre est une affaire trop grave pour être confiée aux militaires », disait Clémenceau. Je ne le paraphraserai pas en considérant que la santé est chose trop sérieuse pour être confiée aux médecins. Au Centre hospitalier d’Oloron, le personnel hospitalier, médecins en tête, est sans doute mieux placé que la plupart d’entre nous (politiques compris) pour avoir une juste idée de la situation et des solutions éventuelles de nature à régler les problèmes qui se profilent à l’horizon.

Le docteur Jean-Louis Coquard a été durant de longues années praticien au sein de cette structure. Il m’a adressé un commentaire que je livre ci-après in extenso. J’adhère à ce message. Car ce n’est pas à la vox populi de décider du sort de l’hôpital. Mais il n’est pas non plus extravagant de vouloir que la question se règle en toute transparence, non pas sur la place publique, mais cependant au su et au vu de tous ceux qui se sentent concernés. En tant que patients ou futurs patients, nous sommes en droit d’être informés de ce qui se prépare. Et, du moins je l’espère, assez responsables pour prendre en compte certains impératifs : démographie médicale, situation financière très délicate etc…

Voici le commentaire du Docteur Coquard :

Bonjour,
Citoyen lambda, détaché de toute responsabilité, je lis la presse et m’informe uniquement par ce biais et commente ainsi :
• « on a gagné , on a gagné » entendait-on , il y a peu de temps ….le machin Agence Régionale de Santé ( après gestion préfectorale …la meilleure …ddass,drass,arh..) avait tout simplement éteint des flammes !!! on n’avait rien gagné ….
• la maternité : sérénité , confiance , sécurité , démographie , attractivité n’y sont plus …se battre pour gagner 1 jour, 1 mois , 1 an est louable mais il y a mieux à faire
• la réanimation : de nombreuses structures béarnaises ont des malades lourds, très lourds sans réanimation mais un soin continu …les médecins, la direction le disent, un soin continu intensif ne nuit pas à la sécurité et Oloron a eu ce temps avant de devenir réanimation …certains ont une mémoire courte …il y a mieux à faire et des gens ci-dessus s’y attèlent …respectons-les.
• un projet médical s’annonce dans la mesure où 2015 a vu une dizaine de départ de médecins , soyons attentifs aussi à 2017 sauf imprévu , …pourquoi précipiter la vox populi sans projet ….il y a mieux à faire en lui expliquant des projets réalistes …
Citoyen, retenons certains adages  » pas de médecine sans médecin  » …. »le Centre hospitalier général se sauvera par lui-même ou non « …. »la personne âgée (un grand nombre d’entre nous en est une) un sujet vital » : ce dernier, pour moi, très porteur de richesse et d’avenir …ne pas y voir soins de suite, long séjour, combien d’entre nous, moi le premier, sont classés senior ou personne âgée …ce n’est pas une tare.
Avancer dans la réflexion oui, mettre en avant la vox populi non (cf. « on a gagné , un bel exemple)
À suivre