Éléments parcellaires d’information sur la situation budgétaire de la commune

Le ministère de l’Intérieur vient de publier les résultats des budgets de toutes les communes, communautés de communes, départements et régions de France et de Navarre pour l’exercice 2016. Voilà l’occasion de suivre l’évolution de certains postes budgétaires importants pour ce qui est de la ville d’Oloron. Je sais bien qu’il y a une formule qui veut que l’on puisse faire dire aux chiffres ce que l’on veut. J’ai plutôt tendance à croire que les chiffres parlent d’eux-mêmes. Il suffit de les écouter. Lire la suite « Éléments parcellaires d’information sur la situation budgétaire de la commune »

Toilettes publiques et point de restauration : la raison d’un financement par le budget « assainissement »

Le billet d’hier évoquait le financement de l’opération « toilettes publiques et point de restauration » par le budget annexe « assainissement » de la commune. Nous allons voir quelle raison a pu pousser le conseil municipal à prévoir ce financement sur un budget annexe plutôt que sur le budget principal de la commune. Car il y a une raison que je qualifierai de…. politique. Mais commençons d’abord par quelques généralités. Lire la suite « Toilettes publiques et point de restauration : la raison d’un financement par le budget « assainissement » »

Conseil municipal du 29 février : 2 ou 3 points que vous ne lirez pas dans la presse

Séquences prises de becs lors du conseil municipal de lundi soir. Entre un Patrick Maillet offensif et un Jean-Jacques Dall’Acqua visiblement peu à l’aise sur le rapport d’orientations budgétaires dont il avait en charge la présentation. Entre un Patrick Maillet (encore lui) toujours aussi offensif et un Hervé Lucbéreilh parfois à l’aise avec les chiffres du budget… et parfois plus évasif. Entre un Jean-Étienne Gaillat qui avait bien préparé son affaire sur le dossier du camping municipal et un Hervé Lucbéreilh qui s’est laissé un peu déborder par l’assurance de son contradicteur.

Mais il y a eu aussi quelques moments moins tendus. Témoin cette réflexion de Bernard Uthurry au terme d’une intervention interminable de Robert Bareille Lire la suite « Conseil municipal du 29 février : 2 ou 3 points que vous ne lirez pas dans la presse »

Le maire a eu bien raison d’augmenter les impôts des Oloronais

Le titre ci-dessus se veut en forme de clin d’œil à l’adresse des lectrices et lecteurs qui pourraient trouver le ton de ce blog trop systématiquement critique. Découvrez ci-dessous si les bonnes intentions affichées par le titre se confirment dans la suite de l’article.

Lors de la campagne électorale, Hervé Lucbéreilh s’est fendu d’une promesse dont tout le monde se souvient : il n’augmenterait pas les taux d’imposition durant son mandat. Mais en prenant l’engagement : « Je n’augmenterai pas les taux d’imposition… », il espérait que les Oloronais comprendraient : « Je n’augmenterai pas les impôts… ». Ce qui n’est pas tout à fait la même chose, les contribuables viennent de s’en apercevoir : les taux restent les mêmes (promesse tenue de ce côté-là), mais pour ce qui est de la taxe d’habitation, les impôts communaux (et par la même occasion ceux de la CCPO) subissent tout de même par volonté municipale une hausse de 15 à 30% selon la situation de chacun.

À y regarder de près, cela suscite bien peu de réactions chez les Oloronais. Il y a bien eu un numéro du Travailleur Oloronais consacré au sujet et distribué par les élus communistes dans les boîtes aux lettres, la constitution d’un collectif à l’initiative de ces mêmes élus (avec proposition de signature d’une pétition à la clé), un dossier spécial de La République la semaine dernière. Mais, au final, la décision et sa répercussion en espèces sonnantes et trébuchantes pour chacun d’entre nous ne provoque pratiquement aucune vague.

Les raisons de la passivité des contribuables sont multiples :
– Pour toutes les personnes mensualisées, la ponction se fait à dose homéopathique (1/10ème de la somme totale chaque mois entre janvier et octobre). Cela reste donc peu sensible.
– À force d’entendre rabâcher via les médias que la charge des impôts devenait de plus en plus insoutenable, le contribuable français s’est forgé une armure faite de résignation et de fatalisme : « Ça augmente ? Encore ? Pas étonnant ! »
– Une opposition locale (élus communistes exceptés) totalement muette sur le sujet. Il vaut d’ailleurs mieux pour elle si l’on considère son bilan en la matière. Durant le mandat précédent elle a en effet augmenté les taux d’imposition de 32% pour la taxe d’habitation, de 28% pour le foncier bâti, de 17% pour le foncier non bâti. Sous les cris d’orfraie de l’opposition d’alors qui, devenue la majorité d’aujourd’hui…. s’est bien gardée de rebaisser les taux et vient, au contraire, de donner un petit coup de pouce supplémentaire à la pression fiscale pesant sur les Oloronais.

Personne ne se souviendra plus d’ici quelques mois de cette augmentation de l’année 2015. Par voie de conséquence pas un Oloronais n’en tiendra rigueur à Hervé Lucbéreilh et à sa majorité. Et puis, cette manne fiscale supplémentaire sortie de nos poches, c’est certainement pour la bonne cause…… (baisse de l’endettement communal, nouveaux investissements etc.). Le maire peut même en remettre une ou deux autres couches d’ici la fin du mandat, ce n’est pas là-dessus qu’il perdra les élections. Oui, il a eu bien raison d’augmenter les impôts. Mais seulement si l’on considère la question avec ses yeux à lui.

Enfin, une question mérite d’être posée : si l’opposition actuelle revient aux affaires en 2020 rétablira-t-elle les abattements dont la suppression pour 2015 a entraîné la hausse de nos impôts ? L’expérience permet malheureusement de répondre par la négative : s’il est aisé à une équipe municipale d’augmenter les impôts, elle trouve toujours mille raisons de maintenir les augmentations décidées par ses adversaires… quitte à les avoir en leur temps déplorées. Sans doute est-ce ce que l’on appelle la « continuité républicaine » ?

(Actualisé le 11 novembre à 21 heures 30) Une lectrice de ce blog vient de me transmettre l’article figurant dans La Voix Socialiste du Haut-Béarn distribué il y a quelques jours dans les boîtes aux lettres…. mais pas dans la mienne. Le titre de l’article suffit à lui seul à exprimer la prise de position du PS : « Fiscalité oloronaise : Lucbéreilh/Lacrampe, les champions de l’augmentation de la taxe d’habitation !! ». La première partie du document rappelle les engagements de campagne des deux élus en faveur d’une pause fiscale. Dans la seconde partie, les rédacteurs de l’article se livrent à un calcul comparatif : entre commune et CCPO, le prélèvement supplémentaire que subiront les Oloronais sur la durée du mandat s’établira à 4 745 000 €….. alors qu’il n’avait été « que » de 1 127 000 € sous le mandat précédent. En revanche, je n’ai trouvé dans l’article aucune trace du début d’un engagement du PS de rétablir les abattements le jour où l’opposition actuelle sera à nouveau élue à la tête de la mairie.


Ci-dessous l’intégralité de l’article en question :

L’article de La Voix Socialiste