Clins d’œil et petites piques du dimanche 3 décembre 2017

Après quelques semaines de pause, c’est le retour des clins d’œil et petites piques du dimanche. Avec quatre échos qui alternent douceur et piquant : les illuminations de Noël, le suivi du calendrier du plan Marshall pour la rue Louis-Barthou, un regard sur la revue Vents d’Oc et, pour terminer, une histoire de sondage. Lire la suite « Clins d’œil et petites piques du dimanche 3 décembre 2017 »

Clins d’œil et petites piques du dimanche 11 décembre 2016

Quatre sujets ce dimanche. Nous passerons par les illuminations de Noël, puis, après un crochet par la médiathèque, reviendrons à un sujet plus ardu, celui de la fiscalité, avant de nous intéresser (le temps de l’Avent en est-il la cause ?) aux déboires de l’évêque d’Oloron Lire la suite « Clins d’œil et petites piques du dimanche 11 décembre 2016 »

Vive les fonctionnaires ! Chronique à lire au second degré

Le 25 octobre, c’est mon jour de bonté. Je me propose donc d’en profiter pour réhabiliter une catégorie de citoyens. À ma manière.

Ces fonctionnaires, s’ils n’existaient pas, il faudrait les inventer. Ne serait-ce que pour trouver une bête noire à tous ceux qui n’appartiennent pas à cette caste dont j’ai fait partie, et que l’on dit composée d’individus privilégiés, grassement payés et feignants. Alors ils sont peut-être comme ça ailleurs. Mais pas sur le bassin de Lacq où David Habib, lors de chaque cérémonie des vœux, nous disait qu’il avait la chance de travailler avec les meilleurs fonctionnaires du département… sinon de la région ! Sauf aussi sur Oloron. Dans notre ville, les fonctionnaires savent anticiper, aller au-devant de l’événement, intervenir avant d’y être contraints par l’urgence. Deux exemples illustrés par quelques photos datant de vendredi matin.

RN134 au Gabarn
Cliquer sur la photo pour l’agrandir

La première photo (ci-contre à gauche) a été prise sur la RN 134 dans le sens Oloron-Pau, en haut du Gabarn. Hormis un contre-jour regrettable, elle n’a a priori rien de particulier. Si : le panneau situé sur le côté gauche de la route, cerclé de rouge sur la photo. Agrandi ci-dessous, il flèche Saragosse (et accessoirement le complexe scolaire et le parc sportif de Saint-Pée)…. en direction de Pau.Panneau Sarragosse L’ami lecteur qui m’a signalé cette anomalie a trouvé une explication facétieuse : les fonctionnaires de la DDE (le service ne s’appelle plus comme ça mais tout le monde le connaît sous ce nom) ont anticipé l’ouverture de la liaison Gabarn-Pont Laclau actuellement en cours de travaux. En attendant l’automobiliste qui n’est pas du coin et qui cherche sa route a intérêt à être équipé du GPS.

 

 

Éclairage Noël
Cliquer sur la photo pour l’agrandir

 

 

 

 

 

Quittons le Gabarn et revenons en centre-ville. Les illuminations de fin d’année sont déjà posées sur les ponts (ici le pont Sainte-Claire). À deux mois de Noël ! Anticipation, je vous dis. D’autres services de la commune pourraient prendre le service « éclairage public » pour exemple. Le service « espaces verts » serait ainsi bien inspiré de ramasser les feuilles dès le printemps, avant qu’elles ne tombent des arbres. Le service aurait tout intérêt à décider que le marché hebdomadaire du vendredi se déroulera désormais le jeudi. Etc. etc.

Trêve de moquerie, je peux témoigner que les fonctionnaires municipaux sont, à Oloron comme ailleurs des agents consciencieux et responsables. Et parfois je me demande s’ils ne feraient pas mieux tourner la boutique et de façon tout aussi démocratique s’ils avaient dans leurs pattes moins d’élus à jouer les mouches du coche. Au moins dans certaines communes. Pas à Oloron, bien sûr.

Un témoignage concret de l’efficacité de nos fonctionnaires : cette nuit ou aux aurores (pas possible d’être plus précis, je ne faisais pas partie du groupe), des crétins imbibés, sans doute de retour de la re-fête de la Saint-Grat, ont arraché toutes les fleurs des jardinières du rond-point de la place de la Résistance et les ont parsemées, notamment au pied de l’Église Notre-Dame. J’ai entendu que la rue Louis-Barthou avait subi un semblable traitement. À 10 heures, grâce aux équipes municipales, tout était redevenu net et les fleurs avaient regagné leurs jardinières.