Un patrimoine oloronais négligé – Un entretien avec le critique d’art François Daveran

Dans son dernier numéro, Vent d’oc, l’excellent magazine culturel du Haut-Béarn, publie sous le titre « Un patrimoine culturel négligé » une interview de François Daveran. Ce critique d’art nous livre son regard sur la richesse architecturale de notre cité. Avec l’aimable autorisation de son interviewer, Francis Cha, Oloronblog reproduit ici le texte de cet entretien avant de conclure par quelques commentaires. Lire la suite « Un patrimoine oloronais négligé – Un entretien avec le critique d’art François Daveran »

L’économie en Haut-Béarn décrite par Francis Cha, à la manière de….

Vous avez aimé le portrait de Jean Lassalle brossé par Francis Cha à la manière de Tocqueville. Notre écrivain oloronais récidive. Coiffant sa casquette de professeur d’économie, il nous présente cette fois-ci l’économie du Haut-Béarn toujours à la manière de… Tocqueville. En s’inspirant de l’un des ouvrages les plus connus de ce philosophe politique, homme politique, historien, précurseur de la sociologie et écrivain français, « De la démocratie en Amérique ». Si l’original date de 1835 pour son premier tome, le pastiche que vient de m’adresser Francis Cha date, lui, de 2016 avec une première publication dans la revue « Vent d’Oc ». Lire la suite « L’économie en Haut-Béarn décrite par Francis Cha, à la manière de…. »

Francis Cha brosse à la manière de… un portrait malicieux de Jean Lassalle

Professeur d’économie émérite, conférencier, animateur de radio, auteur-interprète, écrivain, notre compatriote Francis Cha fait montre de multiples talents. Et, ce qui ne gâche rien, il sait mettre une dose d’humour dans tout ce qu’il entreprend. À la suite de la qualification de Jean Lassalle pour les élections présidentielles, il a bien voulu adresser à Oloronblog un texte qu’il avait écrit dans la revue « Vent d’Oc » sur le maire de Lourdios-Ichère. Un pastiche écrit à la manière de Tocqueville, cet homme politique et historien du XIXe siècle qui, dans certaines de ses œuvres, a su brosser d’une plume aiguë et ironique. Comme Jean Lassalle a autant d’humour que Francis Cha, nul doute qu’il appréciera. Lire la suite « Francis Cha brosse à la manière de… un portrait malicieux de Jean Lassalle »