Organisation des écoles oloronaises : la proposition d’un citoyen lambda (chronique « il n’y a pas que les élus qui peuvent avoir une idée sur la question »)

Le blogueur est ronchon aujourd’hui. Vous avouerez qu’il y a de quoi : un conseil municipal démobilisé, un maire privé de GPS qui navigue à la godille, une majorité aux abonnés absents, une opposition en panne de propositions, la méthode avec laquelle nos élus se penchent sur un problème plus que crucial, à savoir l’organisation de nos écoles face à a chute de la démographie scolaire (voir billet précédent), est à l’image de la gestion municipale dans son ensemble, c’est-à-dire nébuleuse. Heureusement qu’il existe, dans le cas d’espèce, des citoyens lambda, tel ce lecteur du blog, décidés à apporter leur contribution à une réflexion qui tarde à mûrir chez ceux qui nous gouvernent. Revoyons tout ça dans le détail. Lire la suite « Organisation des écoles oloronaises : la proposition d’un citoyen lambda (chronique « il n’y a pas que les élus qui peuvent avoir une idée sur la question ») »

L’adjointe aux écoles lâchée publiquement par le maire (chronique « solidarité municipale »)

Avec le lâchage (pas encore un lynchage) public de Dominique Foix, adjointe aux écoles, par le maire, nous vivons aujourd’hui une nouvelle illustration de la solidarité sans faille mais aussi des relations de confiance qui se sont tissées au fil du mandat entre les membres de la majorité municipale. S’il s’agissait seulement d’une affaire de personnes, cela prêterait à sourire. Mais c’est aussi un signe supplémentaire de la gestion chaotique dont les Oloronais font les frais. Retour sur cet épisode. Lire la suite « L’adjointe aux écoles lâchée publiquement par le maire (chronique « solidarité municipale ») »

Conseil municipal du 4 février 2019 : une séance mélatonine qui s’est réveillée dans le dernier quart d’heure

Séance mélatonine, du nom de cette hormone du sommeil. Oui, cette séance du conseil municipal a été d’un ennui mortel, si l’on excepte la question d’actualité qui s’est invitée en fin de réunion et qui a eu le mérite de réveiller tout le monde. Au final, et malgré les échéances électorales qui se profilent, tout s’est déroulé dans le calme. Le calme qui précède la tempête ? Lire la suite « Conseil municipal du 4 février 2019 : une séance mélatonine qui s’est réveillée dans le dernier quart d’heure »

Projet de mutualisation des restaurations scolaire et hospitalière : pas de quoi en faire tout un plat

Soit une première cuisine, celle de la restauration scolaire, qui produit 900 repas/jour et fonctionne dans des locaux mal adaptés qui nécessiteraient une rénovation coûteuse. Soit une seconde cuisine, celle du centre hospitalier, qui est en sous-capacité de production (production de 2 000 repas/jour pour une capacité de 3 500). Ces deux unités fonctionnent avec l’argent du contribuable. L’idée d’étudier la possibilité de mutualiser les services, c’est-à-dire de faire confectionner tous les repas (scolaires et hospitaliers) dans cette seconde cuisine est-elle si saugrenue ? Non, bien sûr si Lire la suite « Projet de mutualisation des restaurations scolaire et hospitalière : pas de quoi en faire tout un plat »

Coût des écoles : les calculettes ont chauffé à la mairie

ÉcoleIl y a quelques jours, je m’interrogeais sur le montant apparemment surévalué des dépenses de fonctionnement consacrées aux écoles par la mairie : un communiqué municipal les annonçait à 1 665 000 €, soit 2 220 € par élève. Hier, La République se posait la même question. Depuis, les calculettes ont chauffé dans les services. Ne cherchez plus ! Nous avons la réponse via La République de ce matin.

En fait, selon les services de la ville, le montant des dépenses est dû pour l’essentiel aux frais de personnel. 53 agents seraient employés dans les écoles (dans les classes, dans les cantines, à l’entretien etc..) pour un coût total de 1 310 000 €. Cette somme laisse supposer que tous ces agents sont employés à plein temps. On sait que c’est loin d’être le cas pour certains d’entre eux, je veux parler des vacataires. Mais, admettons. Restent trois questions.

Question n°1 : si ces frais de personnel peuvent être aujourd’hui évalués avec une telle précision, comment se fait-il qu’ils ne figurent pas dans le budget sous le poste « éducation » ? Le propre d’une comptabilité analytique, c’est bien de donner une idée précise du coût de chaque service. Par souci de bonne gestion. Ce n’est à l’évidence pas le cas ici.

Question n°2 : à quoi sont employés ces agents communaux durant les 16 semaines de vacances scolaires ? Il y a certes leurs 5 semaines de congés payés et 2 ou 3 semaines pour nettoyer et remettre en état les établissements scolaires. Mais que font-ils les 7 à 8 semaines qui restent ? Si bonne gestion il y a, ils sont affectés dans d’autres services de la commune… et ne pèsent donc plus alors sur le budget des écoles.

Question n°3 : frustré de ne pas avoir été élu au poste de vice-président de la CCPO, Hervé Lucbéreilh avait, en représailles, fait voter le 25 juin 2014 par sa majorité l’obligation pour les communes extérieures de participer dorénavant aux dépenses de fonctionnement des écoles oloronaises dès lors que certains des enfants de ces communes fréquentaient l’une de ces écoles. Sur la base des dépenses de fonctionnement constatées en 2013, le conseil avait alors fixé à 615 € les charges de fonctionnement par élève. Si je comprends bien l’explication donnée aujourd’hui par les services de la ville, les dépenses de fonctionnement n’incluaient pas les frais de personnel l’an dernier, mais les incluent cette année ? Pas clair, clair tout ça.

En conclusion pour ceux qui commenceraient à ressentir une indigestion de chiffres, le montant des charges du personnel municipal affecté aux écoles est manifestement surévalué. Et comme la mairie ne tient aucune comptabilité analytique permettant de chiffrer ces charges avec précision et sans contestation, le maire peut annoncer les sommes qui lui chantent. Il fait de la communication, pas de l’information.

Coût des écoles oloronaises : les chiffres fantaisistes de la mairie

 

Écoles
Cliquer pour agrandir

En ce lundi, veille de rentrée scolaire, la mairie se fendait d’un communiqué pour détailler tous les efforts consentis en faveur des écoles oloronaises. L’occasion pour elle de proclamer que « la Municipalité d’Oloron Sainte-Marie a fait de l’école sa première priorité ». Voilà au moins un point commun entre Hervé Lucbéreilh et Alain Juppé ou…. François Hollande. Lire la suite « Coût des écoles oloronaises : les chiffres fantaisistes de la mairie »