Communication municipale à compter du 1er septembre : petit mémento des irrégularités à commettre par un candidat cherchant l’annulation des élections

Dans un précédent article, Oloronblog rappelait qu’à compter du 1er septembre la communication municipale est placée en liberté surveillée. La loi interdit en effet à partir de cette date jusqu’au terme des élections municipales les actions de « promotion publicitaire » (= propagande en faveur d’un candidat ou d’une équipe). La communication municipale reste possible, mais seulement dans la mesure où elle s’effectue dans le respect de 4 grands principes : neutralité, antériorité, régularité, identité. La non-observation de ces règles peut entraîner l’annulation de l’élection, l’inéligibilité, voire une amende et/ou une peine de prison à l’égard du candidat qui les aura enfreintes. Lire la suite « Communication municipale à compter du 1er septembre : petit mémento des irrégularités à commettre par un candidat cherchant l’annulation des élections »

À compter du 1er septembre, la communication de la commune, de la CCHB et d’autres institutions est placée en liberté surveillée (chronique « les élections approchent »)

Il est toujours tentant pour un candidat aux élections municipales d’utiliser les moyens humains, techniques, matériels et financiers d’une collectivité (secrétariat, téléphone, véhicule, photocopieur, ordinateur, journal municipal, site internet etc. etc.) pour mener sa propre campagne électorale. D’abord parce que cela ne lui coûte rien : c’est le contribuable qui paie. Ensuite parce que, s’agissant des moyens de communication, il est sûr de toucher un public beaucoup plus large que s’il effectuait sa propagande avec ses seuls petits moyens, dans son coin. Lire la suite « À compter du 1er septembre, la communication de la commune, de la CCHB et d’autres institutions est placée en liberté surveillée (chronique « les élections approchent ») »

Plus citoyen que moi, tu meurs (chronique groupuscules)

Et voilà le mouvement Les Jours heureux qui remet le nez à la fenêtre. Au travers d’une action de communication ce matin via la presse locale afin d’annoncer la sortie du carnet de route retraçant la marche citoyenne de certains de ses membres jusqu’à Paris à la fin de l’année 2016. Une marche destinée à promouvoir « un nouveau cap politique, social et environnemental ». À la lecture du journal, le blogueur frondeur, libre marcheur à ses heures, n’a pu s’empêcher de s’interroger. Lire la suite « Plus citoyen que moi, tu meurs (chronique groupuscules) »

La minorité municipale oloronaise sort de son silence pour nous parler… du passé (chronique vintage)

 

« Ah, que la République était belle sous l’Empire ! ». Allez savoir pourquoi, cette boutade de l’historien Alphonse Aulard m’est venue à l’esprit en prenant connaissance dans La République et dans Sud-Ouest d’aujourd’hui du communiqué émanant des élus de la minorité municipale. Lire la suite « La minorité municipale oloronaise sort de son silence pour nous parler… du passé (chronique vintage) »

Ligne Oloron-Canfranc : A. Rousset demande au Conseil d’État d’arbitrer le contentieux qui l’oppose à G. Manaut

J’ai bien conscience, en citant Alain Rousset et Georges Manaut dans le titre de ce billet, de personnaliser à outrance un contentieux qui oppose en réalité la région Nouvelle-Aquitaine à une association, l’association contre la réouverture d’Oloron Canfranc (Croc). Pas facile de se retrouver dans les subtilités juridiques qui fondent ce dossier. Lire la suite « Ligne Oloron-Canfranc : A. Rousset demande au Conseil d’État d’arbitrer le contentieux qui l’oppose à G. Manaut »

Mieux connaître le personnel communal d’Oloron : un rapport public inexploité

Dans ce billet, nulle révélation fracassante. Juste une information sur l’existence d’un document qui pourra apprendre beaucoup de choses sur le personnel communal de la ville d’Oloron à qui prendra la peine de se le procurer… puis de le lire.

Avec 6,7 millions d’euros en 2016, les charges de personnel représenteront plus de la moitié (près de 55% pour être plus précis) des dépenses réelles de fonctionnement de notre commune. Normal que le vote de ce crédit fasse chaque année, au moment du vote du budget, l’objet de quelques échanges entre majorité et opposition. Mais, indépendamment des réactions ponctuelles d’un administré de temps en temps, de quels outils la mairie dispose-t-elle pour s’assurer que ces crédits sont employés au mieux, pour la satisfaction des usagers, comme pour celle du personnel employé ? Lire la suite « Mieux connaître le personnel communal d’Oloron : un rapport public inexploité »

Ordre du jour du Cesel : la grosse pagaille continue

Les membres du Conseil économique, social et environnemental local (Cesel) vont finir par attraper le tournis. Jugez-en :
– Le 3 février ils reçoivent une convocation de la mairie à une réunion plénière le 19 février afin de débattre des questions inscrites à l’ordre du jour du conseil municipal du 29 février ;
– Le 12 février, ils sont destinataires d’un nouveau mail de la secrétaire du Cesel leur rappelant cette réunion plénière ;
– Le 17 février, troisième mail signé de la secrétaire du Cesel, leur annonçant cette fois un changement de programme : ils ne débattront plus des questions inscrites à l’ordre du jour du prochain conseil, mais se verront expliquer ce qu’est un budget communal.
– Aujourd’hui, 18 février, Lire la suite « Ordre du jour du Cesel : la grosse pagaille continue »