Des « street-poètes » ont frappé cette nuit rue Jéliote

C’est un immeuble en déshérence situé au pied de la rue Jéliote, à l’entrée de la ville. Son pignon constitue un magnifique panneau publicitaire. Jusqu’à présent il était couvert par une grande affiche à la gloire du rallye des Cîmes. Mais cette nuit, comme en témoignent ces deux photos transmises par un lecteur du blog, Lire la suite « Des « street-poètes » ont frappé cette nuit rue Jéliote »

Le maire multiplie les annonces de projets plus ou moins aboutis (chronique « plus de doute, les élections municipales approchent »)

Calme plat sur le front municipal depuis un bon moment. Nos journalistes locaux (comme le blogueur !) commençaient à craindre la panne sèche de sujets pour remplir les colonnes du quotidien du lendemain. Nous n’étions pas loin du chômage technique. Et puis, voilà que tout d’un coup, sans crier gare, le maire tient deux points presse en moins d’une semaine pour annoncer le lancement de nouveaux projets. Qu’est-ce qui explique ce brusque regain d’activité ? Lire la suite « Le maire multiplie les annonces de projets plus ou moins aboutis (chronique « plus de doute, les élections municipales approchent ») »

Démission du vice-président du FCO rugby de la commission d’appel d’offres de la commune : le début de la sagesse

Un écho de La République nous l’apprend ce samedi matin : au lendemain de son élection à la vice-présidence du FCO Rugby, Pierre Serena a « décidé » de démissionner de son poste de membre suppléant de la commission d’appel d’offres de la commune. Le blogueur ne veut pas être présomptueux et s’attribuer des mérites qui ne sont pas les siens, mais il trouve qu’il y a une drôle de coïncidence entre cette sage décision et la publication sur Oloronblog d’un article mettant en garde Pierre Serena sur les gros risques juridiques que fait peser sur lui un cumul de fonctions risquant de le confronter à des situations inextricables. Lire la suite « Démission du vice-président du FCO rugby de la commission d’appel d’offres de la commune : le début de la sagesse »

Oloron, capitale éphémère du street art – Paris n’a qu’à bien se tenir (chronique diaporamas)

Street art - abbé PierreAu-delà du titre un peu ironique de ce billet, il faut saluer ici l’initiative d’élèves du lycée agricole de Soeix qui, avec la complicité de la mairie d’Oloron, ont su sortir durant quelques heures la rue Louis-Barthou de sa torpeur et de sa grisaille. En en faisant durant quelques heures, grâce à leur imagination et leur créativité, une artère animée, pleine de couleurs. C’est ça, l’effet street art. Lire la suite « Oloron, capitale éphémère du street art – Paris n’a qu’à bien se tenir (chronique diaporamas) »

À la fois adjoint aux sports, membre de la commission d’appel d’offres de la commune, vice-président de l’association sportive la plus subventionnée par la commune : un cumul de fonctions à haut risque juridique

Pierre Serena vient donc d’être élu (brillamment) à la vice-présidence du FCO Rugby. Selon toute vraisemblance, le verdict des urnes ne lui permettra pas en mars prochain de cumuler, comme aujourd’hui, cette fonction avec celle d’adjoint aux sports à la mairie et/ou celle de membre de la commission d’appel d’offres de la commune. Un cumul aujourd’hui à haut risque. Lire la suite « À la fois adjoint aux sports, membre de la commission d’appel d’offres de la commune, vice-président de l’association sportive la plus subventionnée par la commune : un cumul de fonctions à haut risque juridique »

De la bonne méthode pour injurier publiquement quelqu’un sans encourir les foudres de la Justice (chronique « et les juristes appelleront ça la jurisprudence Lucbéreilh »)

J’indiquais dans un précédent billet attendre d’avoir entre les mains l’intégralité du jugement du tribunal correctionnel dans l’affaire d’injure publique m’opposant à monsieur Lucbéreilh avant de faire connaître mon point de vue. Ce jugement, j’en dispose depuis hier. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il me laisse songeur, et c’est là un euphémisme. Lire la suite « De la bonne méthode pour injurier publiquement quelqu’un sans encourir les foudres de la Justice (chronique « et les juristes appelleront ça la jurisprudence Lucbéreilh ») »