Municipales : nouvelle élection du président et du bureau de la CCHB en vue avant le second tour !

Lors de son allocution de ce lundi, le président de la République, confirmant en cela une rumeur qui circulait depuis quelques heures, a annoncé que le second tour des élections municipales prévu initialement serait reporté, sans préciser la nouvelle date. Il n’y aura donc pas d’annulation des résultats du 1er tour, ni pour les conseils municipaux élus au complet au soir du 15 mars, ce qui semble aller de soi, ni pour ceux qui n’ont pas été élus, ce qui semble interroger certains constitutionnalistes. Un peu plus tard dans la soirée, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner a apporté quelques précisions (à partir de 5mn 54s) Lire la suite « Municipales : nouvelle élection du président et du bureau de la CCHB en vue avant le second tour ! »

Les 15 et 22 mars, nous n’allons pas élire que nos conseillers municipaux

Non, le mois de mars prochain ne verra pas seulement le renouvellement de nos conseils municipaux. Il verra également le renouvellement du conseil de la communauté de communes du Haut-Béarn (CCHB). Sans trop rentrer dans les détails nous allons regarder ici la manière dont nous, électrices et électeurs, allons désigner nos représentants au sein du conseil communautaire qui est à la CCHB ce que le conseil municipal est à nos communes. Lire la suite « Les 15 et 22 mars, nous n’allons pas élire que nos conseillers municipaux »

Discours des vœux à la CCHB : le président Lacrampe met des points sur quelques « i »

« Voici en quelques phrases… ». Murmures amusés dans une salle Jéliote pleine à craquer. Le président Lacrampe annonce ainsi la conclusion d’un discours des vœux entamé… près d’une heure avant. Il se reprend : « En quelques phrases… en quelques lignes… en quelques minutes… ». Une prise de parole consacrée pour l’essentiel à dresser le bilan de l’activité de la communauté de communes du Haut-Béarn (CCHB) au cours de l’année écoulée. Pas de triomphalisme, pas d’annonce de projets futurs, c’est interdit par la loi en cette période préélectorale. Mais tout de même deux points forts : Lire la suite « Discours des vœux à la CCHB : le président Lacrampe met des points sur quelques « i » »

En 2020, les maires vont-ils regagner un peu de pouvoir face à la CCHB ?

Mai 1975. Tout juste recruté par le district de la zone de Lacq, je vais me présenter au maire de chacune de 16 communes qui composent le district, cet ancêtre de nos communautés de communes. Si l’accueil est plutôt cordial, je sens néanmoins chez certains d’entre eux, notamment chez les maires des communes riches des redevances tirées de l’exploitation du gisement de gaz, quelques réserves sur ce district qui vient de se créer. L’un d’entre eux, le maire d’Abidos, résumera ainsi un sentiment largement partagé : « Si ça continue, il ne va plus rester à nos communes que le bureau d’aide sociale à gérer ». Pour les plus jeunes des lectrices et lecteurs du blog : il y a 45 ans, le « bureau d’aide sociale » était ce que l’on appelle maintenant le C.C.A.S. Lire la suite « En 2020, les maires vont-ils regagner un peu de pouvoir face à la CCHB ? »

Entre 2008 et 2017, la population de la communauté de communes du Haut-Béarn est restée stable

Il y a quelques jours, nous examinions ici l’évolution de la population municipale d’Oloron entre 2008 et 2017, dernière année dont l’Insee vient de communiquer les chiffres. Un lecteur du blog suggérait que nous regardions aussi ce qu’il en était sur les 48 communes composant aujourd’hui la communauté de communes du Haut-Béarn (CCHB). Lire la suite « Entre 2008 et 2017, la population de la communauté de communes du Haut-Béarn est restée stable »

Lucbéreilh et Lacrampe s’écharpent au grand jour lors du conseil municipal du 16 décembre 2019 (chronique « il était temps que ça arrive… »)

Depuis près de 6 ans, le premier remâche sa rancœur d’avoir été écarté de la gouvernance de la communauté de communes au profit du second. Depuis près de 6 ans, alors que bien des occasions de se rebiffer lui ont été données, occasion que, soit en raison de sa personnalité soit par tactique, il n’a pas su ou voulu saisir, le second avale les couleuvres que le premier s’ingénie à lui faire ingurgiter. Et brusquement là, un 16 décembre 2019, à moins de 3 mois du premier tour des prochaines élections, leurs dissensions éclatent au grand jour à la fin d’un conseil municipal qui jusque-là était plein de calme et de sérénité. Lire la suite « Lucbéreilh et Lacrampe s’écharpent au grand jour lors du conseil municipal du 16 décembre 2019 (chronique « il était temps que ça arrive… ») »

C’est officiel, Bernard Uthurry sera tête de liste lors des prochaines municipales – Quelques réflexions à la suite de cette annonce

Il y a plus de six mois, j’avais tenté de parier avec Bernard Uthurry – oh, ce n’était qu’un repas – qu’il serait tête de liste lors des municipales de mars 2020. Il avait décliné la proposition. Dommage pour moi ! Aujourd’hui en effet, on apprend via La République l’annonce officielle de sa candidature non seulement comme tête de liste mais également, en cas de victoire, à la fonction de maire d’Oloron. Voici, en vrac, quelques réflexions suscitées par cette information. Lire la suite « C’est officiel, Bernard Uthurry sera tête de liste lors des prochaines municipales – Quelques réflexions à la suite de cette annonce »

Selon quelles règles les listes concurrentes se répartiront-elles les sièges de conseillers municipaux et conseillers communautaires pour la ville d’Oloron au soir du 15 ou du 22 mars 2020 ?

Billet actualisé ce même 12 décembre à 16 heures après qu’une lectrice m’ait signalé qu’un arrêté préfectoral en date du 15 octobre dernier a ramené de 23 à 21 le nombre de conseillers communautaires auxquels aura droit le commune d’Oloron dans le conseil communautaire qui sera installé en 2020

Le 15 mars 2020 et, éventuellement le 22 mars si un match retour s’avère nécessaire, nous serons appelés à désigner par un même vote les 33 conseillers municipaux et 21 conseillers communautaires de la ville d’Oloron qui nous représenteront pendant 6 ans. Comment sera calculé le nombre de sièges attribués à chaque liste en présence ? C’est ce que nous allons voir dans les lignes qui suivent. Nous commencerons par rappeler les règles générales qui s’appliquent à Oloron, qui sont celles qui s’appliquent aux communes de plus de 1 000 habitants (les communes comptant moins de 1 000 habitants ont des règles de répartition différentes). Nous tenterons ensuite d’illustrer ces règles à l’aide d’exemples concrets.

Lire la suite « Selon quelles règles les listes concurrentes se répartiront-elles les sièges de conseillers municipaux et conseillers communautaires pour la ville d’Oloron au soir du 15 ou du 22 mars 2020 ? »

Les relations entre la commune d’Oloron et la communauté de communes du Haut-Béarn : un débat en conseil municipal qui n’a pas été à la hauteur des enjeux

C’est un document publié par la communauté de communes du Haut-Béarn. Son titre parle de lui-même : « Rapport d’activités 2018 ». Il rend compte au fil de ses 80 pages de l’action menée par l’intercommunalité au cours de l’année passée dans ses multiples domaines de compétence (développement social, action culturelle et rayonnement du territoire, environnement et transition énergétique, urbanisme, habitat et cadre de vie, développement économique et politiques contractuelles, politique touristique). Lire la suite « Les relations entre la commune d’Oloron et la communauté de communes du Haut-Béarn : un débat en conseil municipal qui n’a pas été à la hauteur des enjeux »

Communication municipale à compter du 1er septembre : petit mémento des irrégularités à commettre par un candidat cherchant l’annulation des élections

Dans un précédent article, Oloronblog rappelait qu’à compter du 1er septembre la communication municipale est placée en liberté surveillée. La loi interdit en effet à partir de cette date jusqu’au terme des élections municipales les actions de « promotion publicitaire » (= propagande en faveur d’un candidat ou d’une équipe). La communication municipale reste possible, mais seulement dans la mesure où elle s’effectue dans le respect de 4 grands principes : neutralité, antériorité, régularité, identité. La non-observation de ces règles peut entraîner l’annulation de l’élection, l’inéligibilité, voire une amende et/ou une peine de prison à l’égard du candidat qui les aura enfreintes. Lire la suite « Communication municipale à compter du 1er septembre : petit mémento des irrégularités à commettre par un candidat cherchant l’annulation des élections »