Communication municipale à compter du 1er septembre : petit mémento des irrégularités à commettre par un candidat cherchant l’annulation des élections

Dans un précédent article, Oloronblog rappelait qu’à compter du 1er septembre la communication municipale est placée en liberté surveillée. La loi interdit en effet à partir de cette date jusqu’au terme des élections municipales les actions de « promotion publicitaire » (= propagande en faveur d’un candidat ou d’une équipe). La communication municipale reste possible, mais seulement dans la mesure où elle s’effectue dans le respect de 4 grands principes : neutralité, antériorité, régularité, identité. La non-observation de ces règles peut entraîner l’annulation de l’élection, l’inéligibilité, voire une amende et/ou une peine de prison à l’égard du candidat qui les aura enfreintes. Lire la suite « Communication municipale à compter du 1er septembre : petit mémento des irrégularités à commettre par un candidat cherchant l’annulation des élections »

À compter du 1er septembre, la communication de la commune, de la CCHB et d’autres institutions est placée en liberté surveillée (chronique « les élections approchent »)

Il est toujours tentant pour un candidat aux élections municipales d’utiliser les moyens humains, techniques, matériels et financiers d’une collectivité (secrétariat, téléphone, véhicule, photocopieur, ordinateur, journal municipal, site internet etc. etc.) pour mener sa propre campagne électorale. D’abord parce que cela ne lui coûte rien : c’est le contribuable qui paie. Ensuite parce que, s’agissant des moyens de communication, il est sûr de toucher un public beaucoup plus large que s’il effectuait sa propagande avec ses seuls petits moyens, dans son coin. Lire la suite « À compter du 1er septembre, la communication de la commune, de la CCHB et d’autres institutions est placée en liberté surveillée (chronique « les élections approchent ») »

De la tenue, que diable ! (chronique fashion)

Sur le site internet de la ville vendredi et dans l’édition papier de La République le lendemain, la relation d’un point presse faisant le point sur l’état d’avancement des travaux de reconstruction de la tribune d’honneur du stade de rugby. Lire la suite « De la tenue, que diable ! (chronique fashion) »

Un rapport d’observations de la Chambre régionale des comptes, à quoi ça ressemble ?

Depuis quelques semaines déjà, le rapport d’observations définitives de la Chambre régionale des comptes portant sur la gestion 2011-2016 de la ville d’Oloron est entre les mains du maire. Il ne sera communicable aux tiers qu’après le 24 septembre, c’est-à-dire après la séance du conseil municipal au cours de laquelle il (le rapport) connaîtra son heure de gloire puisqu’il fera l’objet d’un débat. D’ici là il est bien gardé : tapi au fond d’un vieux coffre-fort, il est surveillé nuit et jour par la police municipale (sur ce dernier point, je brode). Lire la suite « Un rapport d’observations de la Chambre régionale des comptes, à quoi ça ressemble ? »

Deux histoires de communication institutionnelle

Oloronblog s’était mis depuis quelques temps déjà en semi-vacances. Durant 15 jours, ce seront maintenant des vacances à temps plein, le temps pour son rédacteur d’aller refaire le plein d’iode et de brise marine du côté du Penn-ar-Bed. Mais avant cette pause, un dernier article qui évoquera de deux sujets qui ont pour point commun la communication institutionnelle qui, dans bien des cas, peut être lue sous l’angle d’une communication à visée plus… personnelle. Lire la suite « Deux histoires de communication institutionnelle »

Si la « requalification de la rue Louis-Barthou » ressemble au panneau qui l’annonce…

Depuis ce début de semaine sont installés de part et d’autre de la rue Louis-Barthou deux grands panneaux d’information qui détaillent le calendrier de toutes les actions qui seront menées jusqu’en 2020 pour rendre son attractivité à ce qui fut la principale rue commerçante d’Oloron. Trois observations ou questions rapides sur ce qui s’apparente avant tout à une action de communication. Lire la suite « Si la « requalification de la rue Louis-Barthou » ressemble au panneau qui l’annonce… »

Clins d’œil et petites piques du dimanche 24 juin 2018

Quatre échos en ce premier dimanche de l’été. Nous emprunterons l’un des TER de la ligne Pau-Bedous (en espérant qu’il circule). Nous jetterons ensuite un œil sur l’éditorial du maire dans le dernier Inf’Oloron. Nous partirons ensuite nous aérer du côté du Parc Pommé où un palmier fait tout pour nuire à la communication communale. Nous nous ferons pour terminer quelques amis au sein des cadres territoriaux. Lire la suite « Clins d’œil et petites piques du dimanche 24 juin 2018 »

Rénovation du Bialé : encore une annonce sans lendemain ?

Les Oloronais ont encore droit à la primeur de l’annonce d’un projet municipal dont la quasi-totalité des conseillers municipaux a appris, comme nous, l’existence en lisant La République ce matin. À Eysus, le conseil municipal a blackboulé sa maire pour moins que ça ! Quel est ce projet qui vient de sortir du chapeau ? Reprenons le titre de l’article publié par le quotidien ce 19 avril 2018 : « Une rénovation du Bialé en projet pour loger des personnes en difficulté psychique ». Lire la suite « Rénovation du Bialé : encore une annonce sans lendemain ? »

Information des habitants : tout arrive à qui sait attendre

J’évoquais dans le billet d’hier le manque d’information des commerçants et riverains du quartier Notre-Dame qui connaîtront lundi et mardi prochains des embarras de circulation et de stationnement en raison du tournage d’un film. La presse avait d’ailleurs soulevé le même problème dans un article paru ce même mercredi matin. Lire la suite « Information des habitants : tout arrive à qui sait attendre »

Une communication à deux vitesses à la mairie d’Oloron

Hier, un commerçant oloronais de la place de la Résistance (vu le nombre de commerçants qui restent sur cette place, il ne sera pas difficile à identifier) a laissé sur son compte Facebook un message courroucé dont voici le premier paragraphe : Lire la suite « Une communication à deux vitesses à la mairie d’Oloron »