Quand le maire s’enflamme (chronique « coup de gueule »)

Que voulez-vous, c’est plus fort que lui. Dès qu’il est en présence de journalistes, le maire ne peut s’empêcher de faire l’intéressant. Alors il parle, il parle à tort et à travers, il s’enflamme. Et ce n’est plus, comme me le confiait ce haut-fonctionnaire : « le maire, il réfléchit en même temps qu’il parle ». C’est plutôt : « le maire il parle, et il réfléchit après ». Lire la suite « Quand le maire s’enflamme (chronique « coup de gueule ») »

Un moyen pour rendre les séances du conseil municipal moins soporifiques (chronique « une proposition qui a bien peu de chances d’être retenue »)

Le conseil municipal n’est pas, au contraire de ce qu’il devrait être, un lieu de débat et de propositions. C’est devenu une simple chambre d’enregistrement où les élus présents autour des tables se contentent de valider des décisions prises en d’autres lieux. Lire la suite « Un moyen pour rendre les séances du conseil municipal moins soporifiques (chronique « une proposition qui a bien peu de chances d’être retenue ») »

Jean Lassalle, notre Donald Trump aspois (chronique énervée)

Et voilà Jean Lassalle qui fait à nouveau parler de lui au plan national. Dans une interview à l’hebdomadaire de droite dure Valeurs Actuelles, il s’en prend au chef de l’État avec des mots d’une rare violence. Il décrit Emmanuel Macron comme « le produit et l’instrument du système financier qui l’a fait élire par un coup d’Etat démocratique ». Coup d’État démocratique ? Même Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen  n’auraient pas osé cet oxymore. Puis il poursuit : « Macron est au service de nos nouveaux maîtres qui l’ont porté à l’Élysée, comme le gouvernement de Vichy, sous l’Occupation, l’a été pour les Allemands ». Lire la suite « Jean Lassalle, notre Donald Trump aspois (chronique énervée) »

Clins d’œil et petites piques du dimanche 16 juillet 2017

C’est un menu dominical copieux qui nous attend : pas moins de 8 sujets. Nous reviendrons sur l’actualité principale de la semaine (la probable fermeture du site d’accouchements du centre hospitalier). Nous évoquerons ensuite un sujet lui aussi récurrent : le devenir de la rue Louis-Barthou. Puis c’est le chauffard de la rue Palassou qui aura droit à son petit mot. Avant que l’on voit que le préfet va même jusqu’à s’occuper de l’introduction des lapins de garenne sur le territoire d’Oloron. Après avoir repris le programme qui nous attend samedi prochain à l’occasion du 2ème festival de la Croisée des Notes, le billet se clôturera sur le rappel des deux articles mis en ligne cette semaine sur le blog Retr’Oloron. Lire la suite « Clins d’œil et petites piques du dimanche 16 juillet 2017 »

Clins d’œil et petites piques du dimanche 9 juillet 2017

Comme de coutume, ce billet dominical mêlera sujets sérieux et sujets badins. Nous commencerons par un coup de gueule contre la énième provocation de notre évêque. Nous poursuivrons notre chemin en découvrant le parc à brouettes de Robert Bareille, puis en parcourant une promenade Bellevue plus pour longtemps ombragée. Nous évoquerons ensuite le triste sort qui semble réservé au Cesel et le destin non plus enviable de nos journalistes locaux tiraillés entre les multiples manifestations qui se déroulent en ville au même moment. Nous conclurons en rappelant les deux articles qui sont venus compléter le sommaire de Ret’Oloron. Lire la suite « Clins d’œil et petites piques du dimanche 9 juillet 2017 »

Même pas mal !

Je ne sais si ce n’est qu’une simple impression, mais je ressens comme un léger refroidissement dans les relations entretenues entre le blogueur et le premier magistrat de la ville d’Oloron. Certains y verront un avantage : en effet, un petit rafraîchissement, par ces temps de canicule… Cette menue dégradation est perceptible à mille petits signes : Lire la suite « Même pas mal ! »