Lucbéreilh en rêvait, le coronavirus l’a fait


Rembobinons le film. 2014 : nouvellement installé dans le fauteuil de maire, Hervé Lucbéreilh annonce une myriade de projets qu’il n’avait d’ailleurs pas évoqués lors de la campagne électorale qui avait eu lieu quelques mois avant. Pour ne pas perdre les lectrices et lecteurs du blog, je me contenterai ici de rappeler les projets concernant le marché hebdomadaire qui étaient les siens à l’époque. Ainsi, au mois de novembre 2014, le maire nous annonçait qu’il projetait à plus ou moins long terme. En réalité, il nous resservait là des projets qu’il avait pour la plupart évoqués lors de son précédent mandat 2001-2008. C’était donc déjà du réchauffé :

  • installer dans les 4 mois un ascenseur entre la rue Palassou et la place de la mairie pour les personnes à mobilité réduite ou handicapées (seule une plaque commémorative a été posée depuis)
  • transformer à moyen terme la halle vieillissante en « pavillon Baltard» (affirmant avoir obtenu l’accord de l’architecte des bâtiments de France)
  • aménager le parking Sestiaa, au pied du Biscondau, pour le passer à 300 places de stationnement.
  • jeter une passerelle au-dessus du gave d’Ossau pour relier ce parking à la place de la Résistance
  • lorsque la déviation Gabarn – Pont Laclau serait mise en service, restructurer la place de la Résistance en « vraie place de ville » destinée à accueillir « les marchands de la gare et des nouveaux »

Nous sommes maintenant en 2020. Et nous en sommes toujours au même point : rien, nada, zéro. Aucun de ces chantiers n’a, à ce jour, reçu le plus petit commencement d’exécution : pas d’ascenseur, pas de « pavillon Baltard », pas de parking de 300 places, pas de passerelle au-dessus du gave. Seule éclaircie : « grâce » au coronavirus, le maire a décidé depuis 15 jours de rouvrir la place de la Résistance au marché hebdomadaire du vendredi, le respect de la distanciation physique entre les étals ne permettant plus de tous les accueillir autour de la mairie et le long de la rue Jean Mendiondou.

Depuis deux vendredis donc, le centre de la place ainsi que la voie descendante sont fermés à la circulation et au stationnement, laissant le champ libre aux commerçants ambulants l’espace d’une matinée. Certaines et certains d’entre nous se souviendront qu’il en était déjà ainsi il y a quelques décennies. Mais, la diminution du nombre de commerçants et la voiture-reine aidant, le marché a fini par se replier, se recroqueviller autour de la mairie. La place de la Résistance s’appelait à l’origine la place du Marcadet, terme béarnais qui désigne dans certaines villes, le nom de la place où se tient le marché. Elle a alors perdu toute animation, d’autant que les commerces sédentaires situés autour ferment les uns après les autres.

Ne serait-il pas intéressant d’étudier la possibilité de continuer, une fois la crise sanitaire passée, à utiliser cette place pour le marché hebdomadaire en y rapatriant, comme le maire le projetait en 2014, les quelques commerçants ambulants qui sont égrainés le vendredi du côté du jardin public et en réussissant à convaincre de nouveaux commerçants ambulants de venir s’y installer ? Ne donnerait-on pas ainsi du marché d’Oloron une autre image ? Proposition fumeuse, irréaliste ? Ou bien, à Oloron, la Covid-19 aura-t-elle contribué à la réalisation en des temps records d’une promesse municipale très ancienne ? Qu’en pensent les candidats des 4 listes qui vont se disputer nos suffrages le 28 juin prochain (en principe) ?

7 commentaires sur « Lucbéreilh en rêvait, le coronavirus l’a fait »

  1. Entièrement pour! Si, pour une fois, on peut centraliser, pas d’hésitation car Oloron, ville de confluence, a un seul défaut: elle a 3 centres, donc pas de centre.

    J'aime

    1. Bravo Mathieu …bien dit …
      oui ce serait bien que les marchands situés près de la poste se rapprochent. Il reste des places sur la place de la Résistance.
      Reste le problème du stationnement … de plus en plus problématique.
      Et vivement que s’arrêtent ces gestes barrières qui font que nous devons attendre pour se laver les mains à l’entrée, puis attendre à nouveau avec les distances de sécurité sur chaque stand de vente.
      Mais bon, pour le moment il fait accepter ces contraintes car il faut être prudents et probablement pour un long moment. Cela ne se fait pas dans les grandes surfaces en revanche.
      Au fait ça va être pareil pour le vote ?

      J'aime

  2. Au vu de tous ces projets qui auraient dû répondre au bien être des oloronaises et oloronaises m.le maire Lucbereilh prouve qu’il
    ne les aime pas parce qu’il avait 6 ans pour en réaliser au moins un seul et ce n’est pas le cas , trouvez l’erreur,

    Aimé par 1 personne

  3. franchement je ne vois pas le problème puisque ça marche…Une sorte de couvre feu permanent que les gens acceptent sans rechigner et qui s’auto alimente, les gens s’épiant avec des regards courroucés vers les gens qui ne prennent pas le pli…du masque

    Spectacle angoissant d’un pays à l’agonie devant un ennemi invisible.Une distanciation sociale pour mieux diviser et étouffer toute velléité de poser de bonnes questions et demander des comptes.Et des forces de l’ordre qui du garde à vous sont passées au gare à vous. Imperturbables.

    Le Covid n’existerait pas ,il faudrait l’inventer.

    « Votez Chocotte ! » la liste qui vous expliquera comment vous passer de vos envies.

    J'aime

  4. Le combat électoral va être très très dur d un côté l équipe actuelle avec des petits projets visiblement compliqué à mètre en place comme agrandir le marché hebdomadaire fleurir la ville où boucher les nids de poules et de l autre une opposition rompue à de grands projets d envergure pour soutenir l économie et transformer la ville avec l arrive des trains d Espagne avec le fret et et tous les voyageurs qui feront rebondir enfin le commerce en centre ville moi je n irais pas voté car je pense que les dés sont déjà jetés

    J'aime

  5. Les dès sont jetés… mais, il reste une carte à jouer! Celle de la conscience, d’avoir fait son job!
    3 candidats et une liste! Votre liste ! Celle des citoyens !
    Venez nous rejoindre et changeons la donne.. ou restez chez vous et râler 😋

    J'aime

  6. On nous parle là de projets à » la petite semaine  » qui ne seront que des dépenses inutiles ajoutées à bien des dépenses inutiles. Je pense notamment au parking de la rue Labarraque qui ne rentre pas dans un cadre global de politique de stationnement et de circulation . Quand comprendra t’ on, autant d’ un coté comme de l’ autre, que l’ on ne pourra faire un travail sérieux que lorsque l’ on fera un état des lieux global de la situation de la ville d’ Oloron. ( économique, circulation routière, habitat, commercial etc, etc) Cette étude nous avait été promise, il y a quelques mois,
    à grand renfort de publicité, mais aujourd’ hui dans le feu de l’ action des élections peut être est elle passée aux oubliettes.? Tant que ce bilan ne sera pas réalisé tout ce qui sera fait ne sera que emplâtre sur une jambe de bois. Et seul Dieux sait que du bois il y en a à Oloron, qui soit dit au passage, mériterait de bien plus d’ attention et d’ être intégré dans le projet global de ville.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.