Et pendant ce temps-là, à  la mairie, on expédie les affaires courantes


Alors que l’hypothèse d’un second tour des élections municipales fin juin repointe le bout du nez (le conseil scientifique dans son rapport publié hier laisse la porte ouverte – voir au bas du présent billet ses conclusions toute en nuances), le maire d’Oloron, comme ses collègues des 36 000 autres communes de France, expédie les affaires courantes. Et, comme le veut la loi, affiche ses décisions à la porte de la mairie et en informe sans tarder l’ensemble des conseillers municipaux. Quelles sont les dernières en date de ces décisions ?

Tribunes du stade : un surcoût de 100 000 €

L’entreprise BCI Pyrénées 64, de Labatmale, avait remporté le lot n°3 (charpente métallique, zinguerie, serrurerie) de l’appel d’offres initial lancé pour la reconstruction des tribunes du stade de rugby. Pour un montant de 190 838,76 € TTC. Malgré de multiples relances et mises en demeure, elle n’a pas été à même de mener sa prestation dans les délais. La commune a donc été contrainte de résilier son marché et d’en relancer un nouveau pour la finition des travaux.

L’architecte a prévenu : le peu de concurrence dans le cadre d’une relance et la sous-évaluation probable de l’offre de BCI Pyrénées 64 lors du marché initial risquait d’entraîner un surcoût de ce lot n°3. La prévision de l’homme de l’art s’est avérée exacte : pour finir les travaux, l’entreprise Barthes & Fils, de Mauléon, a été retenue à l’issue de la nouvelle consultation pour un montant de 91 536 € TTC. D’où la nécessité d’inscrire au budget pour cette opération un crédit supplémentaire de 60 000 € qui s’ajoutent aux 40 000 € supplémentaires déjà inscrits en janvier. Un surcoût total de 100 000 € donc.

Le commentaire du blogueur : il est quelque peu curieux pour un architecte d’expliquer le surcoût du lot charpente entre autres par le fait que l’offre initiale était manifestement sous-évaluée. Il est en effet de bonne gestion qu’une offre anormalement basse (les techniciens sont là pour en juger à partir de leur expérience et des tableaux des prix couramment pratiqués dont ils disposent) soit éliminée d’entrée de jeu. Le montant du lot passe, j’arrondis, de 191 000 € à 282 000 €. Soit + 47% ! Une preuve de plus que le moins cher n’est pas nécessairement, au terme des travaux, le moins coûteux pour la collectivité.

Autres ouvertures de crédits

En sus de ces 60 000 €, ce sont 110 000 € de crédits supplémentaires qui ont été ouverts en dépenses (pour les recettes qui doivent les équilibrer… on verra plus tard !) pour financer les opérations suivantes :

  • 5 000 € de plus dans le cadre de l’opération « Jardin Public-monument aux morts » pour terminer l’installation et l’aménagement des nouveaux compteurs électriques qui se trouvent en bordure du Jardin Public
  • 10 000 € pour l’intervention à la salle Palas d’un bureau d’étude spécialisé car la structure porteuse se dégrade fortement. L’objectif est d’évaluer précisément l’ampleur du problème ainsi que le coût de réparation
  • 20 000 € à la suite des dégâts provoqués par la tempête Myriam du mois de mars dernier sur la toiture de l’ancienne école Marie-Elisabeth. La réparation en matériaux différents doit être lancée. Le désamiantage est prévu. L’assurance a été sollicitée pour dédommager la commune
  • 35 300 € de subventions dues au titre de l’Opération Façades pour régler les dossiers en cours (travaux terminés)
  • 32 000 € de plus (33 000 € supplémentaires avaient en effet déjà été ouverts en janvier de cette année) pour la promenade Bellevue. Ils sont destinés à payer la tranche 2020 (mâts d’éclairage de la promenade) et une étude de solidité du mur du cimetière (au bout de la promenade) car cette partie-là a aussi bougé
  • 1 000 € pour le paiement d’une plaque commandée en 2019, plaque destinée à honorer la mémoire de Robert Pinède sur un immeuble de la rue Palassou
  • 9 000 € pour l’acquisition auprès de la société LINDT d’Algeco qui servent d’extension des vestiaires du centre technique municipal pour en augmenter les surfaces et espacer les agents à la suite des nouvelles normes d’hygiène « COVID19

Une décision où l’on reparle (une dernière fois ?) des masques

Cette décision traduit dans les faits une information que le maire avait déjà donnée au conseil municipal lors de sa réunion audiovisuelle du 30 avril dernier. Elle concerne les frais d’acheminement des masques FFP2 depuis la Chine. La loi de l’offre et de la demande a entraîné sur le plan international une tension considérable sur lesdits frais d’acheminement. Le transporteur DHL exigeait ainsi de la ville d’Oloron un supplément de 13 000 $, soit 12 000 € de plus que prévus. Notre commune a rejeté cette exigence et a fini par traiter avec un autre transporteur, FEDEX, pour un surcoût de 2 588 $, soit 2 403 € de plus que prévus. La décision du maire ne précise toutefois pas si ce surcoût de transport concerne les seuls masques FFP2, toujours en attente de livraison à Oloron et s’il ne faudra donc pas voter une nouvelle rallonge de crédit pour la fourniture des 110 000 masques eux aussi commandés par notre commune en Chine, 110 000 masques médicaux et chirurgicaux dont on n’a pour l’heure aucune nouvelle.

Municipales : les conclusions tout en nuances du conseil scientifique

Conclusions du conseil scientifique 18 mai 2020 pdf

Municipales : pour accéder à l’intégralité de l’avis du conseil scientifique, cliquer ICI

10 commentaires sur « Et pendant ce temps-là, à  la mairie, on expédie les affaires courantes »

  1. L’affaire de la reconstruction de la tribune du stade de rugby est étonnante les offres de prix sur appel d’offre dans les marchés publics sont analysés avant validation et quand vous voyez que le moins disant retenu (BCI64 Pyrénées) a fait l’objet d’un redressement judiciaire le 03 03 2020 juste avant le confinement. On peut se douter qu’au moment de la signature de l’acquisition du marché cette pauvre entreprise était déjà en difficulté naissante mais bon, encore une fois, l’argent en jeu est celui des contribuables d’Oloron et de sa communaute des communes, cette affaire en plus des résultats sportifs vont faire fuire les derniers supporters purs et durs ca va être dur pour le FCO rugby de s’en remettre,

    J'aime

  2. Je n’irai pas voter fin juin. La campagne doit se dérouler à huis clos. Il va falloir un ordinateur, y rester pour écouter les uns et les autres. Pas de porte à porte, pas dans les marchés, des tracts distribués dans les boites aux lettres par des prétendants masqués.

    Tout cela est faussé, complètement, ce n’est plus une campagne, c’est une déroute comment faire valoir ses idées dans ces conditions où l’on ne voit plus personne, où l’on ne peut plus échanger, où il n’y aura pas de réunion publique. C’est une mascarade.

    Il faut repartir à zéro et en septembre au mieux sinon en 2021. Je n’irai pas voter pour toutes ces raisons, les résultats du 1er tout, vu le taux d’absentions pour moi ne sont pas à prendre en compte et ce sera pire au second tour.

    Je m’abstiendrai, ne me déplacerai pas, pas envie . Nous ne sommes plus dans les conditons de débats démocratiques, de discussions lors de réunions ici ou là puisque c’est interdit.

    Non, je n’irai pas mettre, peut-être ma vie en danger, pour des résultats faussés, on le sait d’avance.

    Pas envie.

    J'aime

  3. Des travaux qui passent de 200 000€ à 300 000€..une déviation de 3km dont le coût estimé (pas terminé) à 46 millions d’euros devient 100 millions d’euros.. Des masques commandé en Chine alors que les entreprises locales sont en difficultés..

    Bonne gestion économique..

    Pour ce qui est d’un deuxième tour en juin.. imaginons un match de foot ou rugby avec une deuxième mi-temps trois mois après la première..

    Bonne gestion de la démocratie !

    Une nouvelle bonne raison pour éviter le temps du débat !!

    J'aime

    1. Des travaux qui passent de 200 000€ à 300 000€..une déviation de 3km dont le coût estimé (pas terminé) à 46 millions d’euros devient 100 millions d’euros..

      100 millions d’ euros c’ était avant la pandémie de coronavirus, et des estimations économiques de 2 ou 3 ans en arrière. Aujourd’ hui ça doit être bien plus avec les nouvelles contraintes sanitaires, de nouveau surcoûts dus aux augmentations des matières premières et des salaires. Egalement valable pour la piste du stade.

      J'aime

  4. Je ne comprends pas qu’une telle municipalité puisse engager de tels surcoûts de dépenses sans veiller à l’équilibre budgétaire qui fait défaut depuis ces dernières années. Ce n’est pas nouveau, et on continue… Elle n’est pas belle la vie ?

    J'aime

  5. On expédie les affaires courantes… mais pas une ligne sur la réouverture de la ligne Oloron bedous alors que la population la réclame en vain il faut penser à tous ces gens qui ne peuvent plus ce rendre le samedi ou le vendredi à la ville pour faire leurs achats ou aller jusqu’à PAU pour voir leurs familles il est loin le temps où nos élus allaient nombreux à bedous en train pour profiter des chemins de montagnes et acheter des produits locaux si nombreux par ici. Il faut que nos élus soit courageux et prennent le problème dès maintenant avant que la vallée en subisse les graves conséquences mR Rousset doit revenir vite avec son vice président qui ce présente en plus aux élections ils ont le devoir de montrer l exemple et prendre le train le vendredi pour aller au marché d Oloron …. n abandonné pas le train de bedous

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s