Affaire des masques : Jean-Luc Méchantlong fait la leçon à Oloron… en s’appuyant sur l’exemple (véridique) d’une commune voisine


les masques tombentL’affaire de la commande, de la fabrication et de la distribution des masques anime depuis quelques temps la chronique oloronaise. Elle est suivie avec attention par Jean-Luc Méchantlong. Le grand homme s’est fendu à ce sujet d’une contribution (texte et photo). Il a chargé un ami de la transmettre au blogueur.S’agissant là d’un regard extérieur, donc dépassionné, un regard qui s’appuie sur l’exemple (parfaitement véridique) donné par une commune voisine de chez nous, le blogueur se devait de la partager avec ses lectrices et ses lecteurs. D’autant que nous avons là une contribution formulée, comme l’assure son auteur, avec « un réel souci d’apaisement et une réelle volonté d’unité ». Parole à Jean-Luc qui ne peut pourtant s’empêcher au passage (on ne se refait pas !) d’interpeller avec malice ses amis de la Liste Citoyenne.

Alors que je lis avec intérêt, et avouons-le un brin de tristesse, les interrogations, angoisses, accusations des futurs porteurs de masques oloronais, je me sens l’obligation de vous faire parvenir le document suivant.

Il n’a d’autre but, vous vous en doutez, que de vous tenir informé de ce qui se passe pas loin de chez vous. La photo a été prise le 09 Mai dans une mairie rurale et m’a été transmise par Axel, le président du CRIME (Centre de Recherche et d’Interprétation du Mauvais Esprit).

Figurez-vous que sous vos yeux s’ébattent des centaines de masques fabriqués en France. Oui Monsieur ! Et à Mauléon je vous prie, par la société MEGAM, qui, pour l’occasion a utilisé son savoir-faire dans la fabrication des espadrilles, puisqu’ils sont homologués. Et pour en rajouter dans la provocation, la mairie a décidé de les distribuer gratuitement à ses habitants, et avant le 11 Mai encore!Non, mais de qui se moque-t-on ? Alors certes, le village a l’habitude de voir tous les ans défiler des masques, mais quand même, passées les bornes, il n’y a plus de limites. Et attendez, ce n’est pas fini : Armand MARZAT, le fabricant, qui a quand même l’excuse d’être originaire de la commune, a souhaité en offrir la moitié ! Non, mais, passé les portes, il n’y a plus de fenêtres !

Pour des raisons de sécurité que vous comprendrez, je ne souhaite pas préciser l’endroit. D’abord parce que cela ne se fait pas, et ensuite je ne suis pas persuadé que Géronce souhaite sortir de l’ombre. Mais se peut-il qu’il y ait encore ici bas des gens capables de tels actes ?

Alors, on pourrait penser qu’il y a derrière, comme cela peut se voir parfois, quelque manœuvre électorale. Que nenni ! Les élections ont été validées et le résultat paraît assez peu contestable. Voyez-vous, si on ne peut même pas retenir cette hypothèse, je ne vois que deux qualificatifs pour ce geste : beau et gratuit. Encore que le dernier me dérange un peu : gratuites c’est aussi le terme que l’on pourrait retenir de par chez vous pour quelques attaques que l’on découvre dans les commentaires faisant suite à vos articles. Encore que là, à titre personnel, je les qualifierai d’électoralistes. Moi qui, avec l’innocence que vous ne pouvez que me reconnaître, pensait que l’heure était trop grave pour les règlements de compte.

Vous imaginez donc que c’est sans la moindre arrière pensée, en tant que membre actif du CRIME, que je suis heureux de vous transmettre ce document, avec l’espoir qu’il sera susceptible d’alimenter propos et commentaires dépassionnés (ou des passionnés).

Tiens, puisque l’on parle de mauvais esprit (du mien bien entendu), puis-je me permettre de transmettre un petit message à mes amis de LCO ? Il y a à peine 3 mois, vous me reprochiez d’avancer (là j’exagère un peu) masqué. Et je lis que maintenant vous réclamez des masques pour tous…. Je constate avec amertume que cette crise a nivelé bien des valeurs.

Histoire de relativiser les choses, et pour préparer en douceur les jours qui viennent, je me propose de me pencher sur le bien triste sort d’un jeune homme  qui eut le malheur de connaître le confinement pendant des années. Je vais aller revoir « Le masque de fer ».

Jean-Luc Méchantlong

10 commentaires sur « Affaire des masques : Jean-Luc Méchantlong fait la leçon à Oloron… en s’appuyant sur l’exemple (véridique) d’une commune voisine »

  1. Et avec tout celal le gestionnaire (????) d’Oloron va se targuer de vouloir faire fonctionner le « local », le béarnais …(le très local : barbecue)
    Faut-il lui offirir un livre de géographie ?
    Est-ce pour cela qu’il a du mal à mettre à bas son masque et répondre aux citoyens ?
    A croire qu’il fait tout pour être battu aux prochaines élections.

    J'aime

  2. Tout d’abord nous proposons au blogueur la création d’une rubrique intitulée « Le masque et la plume », en clin d’œil à la célèbre émission de France Inter (crée en 1955!), aussi bien qu’en hommage aux chroniques de notre plus grand fan : Jean-Luc Méchantlong.*

    Cher Jean-Luc, nous saluons déjà votre sens de l’anticipation sur le sujet des masques. Vous vous en étiez effectivement équipé avant tout le monde. Quel visionnaire ! Mais vous concernant, nous sommes en revanche plus préoccupés par le sujet des gants. En effet, vous nous aviez habitué à ne pas en prendre… mais vous semblez avoir respecté la recommandation de leur usage dans le cadre de la crise sanitaire, pour la rédaction de cette chronique très urbaine ? Nous espérons que ça va quand même.

    Puisque vous parlez des masques, un mot à leur sujet, la LCO a effectivement souhaité que tout soit mis en œuvre pour que personne ne manque de masques, pour des raisons de moyens financiers, ou de stocks disponibles.

    Cela dit cher JLM(G) vous noterez que nous n’avons pas souhaité participer à la polémique stérile et permanente dont les médias, chroniqueurs et politiques en place se sont fait les spécialistes. L’incapacité de tout ce vieux monde à s’exprimer au-delà de ce mono-sujet, alors que les enjeux pour la ville et le territoire sont énormes, illustre bien le célèbre dicton : « Quand le sage désigne la lune… ».

    En effet, cette crise a des causes et aura surtout des conséquences économiques, sociales et environnementales qu’il convient d’analyser et de comprendre pour pouvoir ensuite formuler des propositions concrètes.

    Depuis quelques semaines, nous formulons des propositions sur l’école et l’éducation, nous avons construit un dossier sur les mobilités pour accompagner la sortie du confinement, pris des positions courageuses et alerté les médias pour la défense de l’environnement, des travailleurs et de la santé de la population, mis en place un mécanisme concret et déjà opérationnel d’entre-aide et de solidarité entre les habitants et les commerçants de la ville. (vous pouvez jeter un œil ici : https://www.lco2020.fr/)

    Liste Citoyenne Oloron 2020
    e ahuec!

    J'aime

    1. Je vous remercie de votre sollicitude et tiens à vous rassurer quant à ma bonne santé : elle est à cette heure aussi bonne que possible. Je lis avec plaisir que vous avez noté un changement dans la forme de mes propos. J’y vois pour ma part au moins deux explications. La première aura, je l’espère, l’heur de vous rasséréner. J’ai désormais opté pour des gants en remplacement de mes anciennes moufles. Il semblerait depuis, que mon contact avec le clavier soit plus léger, à la limite du badin. La seconde témoignera, une fois de plus, de l’attention que je porte à vos écrits. Vous m’aviez précédemment semblé, disons…… un peu impulsifs dans vos réactions. Il me paraissait plus convivial d’adopter une attitude plus feutrée : il vous faut encore tenir quelques mois, inutile de vous essouffler en vain.
      Je vais de mon côté m’efforcer d’illustrer ma nouvelle devise : « Un masque de fer dans des gants de velours ».

      J'aime

  3. C’ est quand même lamentable qu’à la veille du déconfinement nous n’ ayons pas de masques en plus pour les personnes âgées, les personnes à risque devront encore rester chez elles en attendant d’ avoir des masques . Non cela est intolérable il dépense de l’ argent qu’il jette par les fenêtres ( et en plus de grosses sommes ). Alors que OLORONAIS se révolte face à ce personnage qui ne voit que pour lui entre autre ( barbecue avec ses potes et la gendarmerie ne dit rien ) Mais qu’il bouge nous avons une manufacture de béret à ce moment là qu’il se tourne vers eux pour les faire faire. Faites bouger ce satané maire bon sang qu’ il fasse faire ces masques dont on a tant besoin.

    J'aime

  4. « Le Masque et la Plume », »le Masque de fer « ,c’est fou ce que cette histoire de masques peut appeler comme références culturelles :j’en ajouterai une autre ,qui ,me semble-t-il ,colle bien à la situation actuelle :le poème sur le Carnaval de Théophile Gautier..j’ai juste(sacrilège)remplacé Venise par Géronce..

    Géronce pour le bal s’habille
    De paillettes tout étoilé,
    Scintille,fourmille et babille
    Le carnaval bariolé.

    Arlequin,nègre par son masque,
    Serpent par ses mille couleurs
    Rosse d’une note fantasque
    Cassandre son souffre-douleurs

    Battant de l’aile avec sa manche
    Comme un pingouin sur un écueil,
    Le blanc Pierrot,par une blanche
    passe la tête et cligne l’oeil

    Ah! fine barbe de dentelle,
    Que fait voler un souffle pur,
    Cet arpège m’a dit :c’est elle!
    Malgré tes réseaux j’en suis sûr,

    Et j’ai reconnu, rose et fraîche
    sous l’affreux profil de carton,
    Sa lèvre au fin duvet de pêche,
    Et la mouche de son menton.

    J'aime

  5. L’affaire des masques, à Oloron comme dans la France entière, est révélatrice de la déliquescence de ce modèle de société et de tous ceux qui le gèrent et en tirent du profit au détriment des autres. Avec la crise climatique et maintenant avec la crise sanitaire, nous voyons là les premières terribles conséquences de cette société de consommation et de profits effrénés. On nous a vanté ce modèle de libre marché et ce libéralisme financier, en nous faisant miroiter une croissance perpétuelle génératrice de liberté, d’égalité, et de confort pour tous ! Aujourd’hui nous en voyons le résultat concret : une poignée d’ultras milliardaires se partagent les profits de cette économie, et le reste du monde se débrouille comme il peut… Avec cette crise sanitaire nous avons touché du doigt les conséquences concrètes de ce modèle ultra-libéral : notre système de santé publique, vanté depuis 50 ans comme le meilleur au monde, a été complètement dépouillé et il n’en reste que des lambeaux n’arrivant plus à remplir sa mission. Les soignants nous alertent depuis des années, et il y a encore seulement 3 ou 4 mois ils étaient en grève et dans la rue à manifester et à se faire tabasser par la police ! Et il en est de même pour notre industrie, toute l’industrie lourde a été démantelée il y a 30 ans et les ouvriers ont protesté comme ils pouvaient, toute notre industrie technique a été démantelée ces 20 dernières années, et aujourd’hui nous nous rendons compte que nous ne fabriquons plus de masques, plus de respirateurs, plus de médicaments… Pourtant le peuple a protesté, les salariés se sont mis en grève, ont manifesté, mais la grande majorité des citoyens a cru ce que leurs disaient les leaders politiques et médiatiques soutenant que c’était inévitable, que c’était dans l’ordre des choses, et que la modernité de notre société nous mettait à l’abri de conséquences fâcheuses, que le libre marché permettrait de palier aux difficultés…
    Aujourd’hui nous sommes à un carrefour de notre histoire : choisissons-nous de poursuivre dans la même direction en continuant comme avant d’accepter et même de soutenir ce système, ou décidons-nous de prendre un autre chemin qui puisse nous garantir que le mieux sera fait pour le bien de tous, et non pas seulement pour quelques privilégiés ? Si nous choisissons de prendre ce tournant, nous allons également devoir choisir de nouveaux gouvernants, de nouveaux élus, et cesser de mettre en place toujours les mêmes personnes, les mêmes partis, alternant les visages et les couleurs politiques mais servis par toujours les mêmes clones travaillant toujours au profit des mêmes pouvoirs…
    Il nous faut de nouvelles têtes, de nouveaux cerveaux, de nouveaux coeurs, qui se mettent réellement au service du peuple, au service des citoyens, et qui nous garantissent le partage équitable des richesses, la mise en place d’une véritable démocratie, le développement de liens sociaux forts et bienveillants pour les plus démunis, la solidarité de tous pour le bien de tous… L’ancien monde va lutter pour maintenir sa main mise sur le pouvoir politique et économique, il va tenter par la force ou par la persuasion de garder le cap de l’ancien modèle, il va tenter de travestir et de maquiller l’ancien modèle pour tenter de lui donner les couleurs d’un nouveau monde, mais son ADN ne lui permettra pas de se transcender et de se métamorphoser. Il nous faut maintenant choisir ceux qui préparent et travaillent depuis déjà longtemps à ce nouveau monde, il nous faut choisir ceux qui vivent la réalité de ce nouveau monde depuis déjà longtemps, ceux pour qui il est déjà concret et qui le font déjà exister comme ils peuvent, dans des associations, dans des collectifs, dans leur vie quotidienne, dans leurs pratiques sociales, dans leurs actions militantes… L’ancien monde agonise, il est plus que temps de choisir une nouvelle voie !!!

    J'aime

    1. L’ancien monde va lutter pour maintenir sa main mise sur le pouvoir politique et économique, il va tenter par la force ou par la persuasion de garder le cap de l’ancien modèle, il va tenter de travestir et de maquiller l’ancien modèle pour tenter de lui donner les couleurs d’un nouveau monde, mais son ADN ne lui permettra pas de se transcender et de se métamorphoser.

      En plus du masque de fer ,certains ont un » rideau de fer » qui entrave leurs neurones jusqu’ à les figer irrémédiablement dans un schéma complètement dépassé, mais qui malheureusement risque d’ avoir encore de beau jours devant lui, vu qu’ il semble offrir une sensation de sécurité ( confinement), mais qui risque de révéler son vrai visage avec le déconfinement et de nous montrer qu’ aussi les Rois sont nus.

      J'aime

  6. et moi en voyant la photo qui croyait que c’était des bavoirs.

    Parce que cette histoire de virus avouons le ça fait bavasser un max.

    Moi je me suis replongé dans le livre « psychologie de la foule » aux éditions du Masque.

    Parce que là tout le monde devient furieux. Les « drives » sur Pau, les brigades, les drones…tracking gps pour nos amis les bleus parcourant les chemins creux .

    Les poilus ayant du subir le gaz moutarde avec des chiffons sur le visage doivent constaté à quel point nous sommes rendus..

    J'aime

Les commentaires sont fermés.