Nos politiques oloronais commencent à sortir de leur déconfinement


Le propos n’est pas ici d’ouvrir un nouveau chapitre de la série « Au mépris du déconfinement, des élus oloronais organisent un barbecue » (cf. le précédent billet du blog). Mais de se réjouir qu’après être restée en état d’hibernation durant un mois, la vie politique locale commence à retrouver un semblant d’animation, à reprendre quelques couleurs.

Il faut reconnaître à leur décharge que la pandémie et le confinement compliquaient la tâche de nos politiques locaux. Toute communication politique en cette période particulière soit serait restée inaudible, soit aurait été prise pour une tentative de récupération. Nos élus s’en sont donc tenus à des actions relevant de la gestion de la crise dans les domaines relevant de leurs compétences :

  • Bernard Uthurry, en sa qualité de vice-président du conseil régional en charge du développement économique et de l’économie numérique, s’est consacré à la préparation et au vote d’une dotation exceptionnelle de la région Nouvelle-Aquitaine en faveur des entreprises durement touchées par la crise
  • Daniel Lacrampe, président de la communauté de communes, a concouru entre autres à la commande de masques ainsi qu’à l’installation d’un poste médical avancé et d’un « drive-test »
  • Hervé Lucbéreilh, actuel maire d’Oloron, a tenu une réunion de crise quotidienne en tête à tête avec le directeur général des services de la communes

Et puis ces derniers jours, la perspective d’un déconfinement progressif à compter du 11 mai a incité nos élus et celles et ceux qui aspirent à le devenir à réoccuper un terrain politique qui était tombé en friches depuis le 17 mars.

  • La liste citoyenne Oloron 2020 a ouvert le ban. Par un communiqué (cf. intégralité en fin d’article), elle s’insurge contre la « catastrophe environnementale » que constitue, qui plus est en plein confinement, le lancement de travaux d’aménagements fonciers du côté du Gabarn. Une opération liée à la réalisation de la déviation Gabarn-Gurmençon. L’occasion pour LCO2020 de fustiger la position de ses trois concurrents oloronais favorables, eux, à cette déviation et soumis au « lobby de la banque BNP Paribas (BAP » (?). L’occasion de redire aussi sa totale opposition à la construction de l’axe E7 dont la déviation est l’un des éléments
  • Oloron En Commun communique (cf. intégralité du communiqué en fin d’article) de son côté sur les écoles. Pour insister dans un premier temps sur la nécessité que la reprise des activités scolaires envisagée à partir du 11 mai intervienne avec pour premier souci une totale sécurité sanitaire pour les enfants, le personnel enseignant, les personnel communal et territorial et les encadrants. Pour apprécier ensuite la motivation première sur laquelle le gouvernement dit avoir fondé cette décision de reprise, à savoir la justice sociale. Mais ce communiqué donne aussi l’occasion à OEC de déplorer la suppression de postes dans les écoles d’Oloron : 1 à Pondeilh, 1 (1/2 en occitan, 1/2 en français) à Légugnon, 1 remplaçant à Saint-Cricq et 1/2 poste « plus de maîtres que de classes » à Navarrot. L’occasion donc de de regretter l’inaction de la majorité municipale actuelle : « il est indispensable de reprendre la copie là où l’actuelle municipalité l’a laissée en plan, en janvier dernier, n’assumant plus ses responsabilités et s’en remettant un peu facilement pour traiter cette question urgente à la prochaine équipe municipale »
  • Le compte Facebook Lucbéreilh 2020 se contente de reprendre les communiqués du maire d’Oloron. Un mélange des genres qui peut interroger. Le dernier de ces communiqués (cf. intégralité en fin d’article) date de ce jour. Il évoque le plan de déconfinement en précisant qu’il est préparé par le maire en liaison avec les services municipaux. Et en concluant par une phrase qui confirme que ce communiqué ne nous aura rien appris et n’aura servi qu’à… communiquer : « Les détails du plan seront communiqués dès lors que le Gouvernement aura précisé les détails de ses propres choix. »
  • Le dernier enfin de « la bande des quatre » (qu’ils me pardonnent cette facilité), Daniel Lacrampe, n’a, à ce jour et à ma connaissance, entrepris aucune action de communication

Je voudrais revenir pour terminer sur la dernière phrase du communiqué d’Oloron En Commun : « Au moment où nous écrivons ces lignes, les candidat-e-s de notre liste Oloron En Commun, élu-e-s du Conseil Municipal en place, n’ont pas encore, ni sur ce sujet ni sur d’autres, été destinataires de la moindre information. D’autres collectivités autour de nous, assurent pourtant la continuité de l’action publique et du processus démocratique par le biais de Visio ». Je ne peux croire, je ne veux pas croire qu’en cette période très difficile les conseillers ne soient pas associés, ne soient même pas informés des actions municipales. Et pourtant… je crains que ce soit là l’exacte réalité. Et ne croyez pas que seuls les élus de l’opposition subissent cette rétention d’information. Il en est de même pour les élus de la majorité ! Et il y en a pour croire encore que le monde d’après ne sera plus celui d’avant !

Communiqué LCO2020

Communiqué Oloron En Commun

Communiqué Lucbéreilh 2020

10 commentaires sur « Nos politiques oloronais commencent à sortir de leur déconfinement »

  1. … C’est vrai, certains n’ont pas communiqué, ce sont ceux qui n’ont jamais confondu agitation et efficacité… ouvrez le ban !!!

    J'aime

  2. Par un communiqué (cf. intégralité en fin d’article), elle s’insurge contre la « catastrophe environnementale » que constitue, qui plus est en plein confinement, le lancement de travaux d’aménagements fonciers du côté du Gabarn.

    Une provocation de plus de la part de l’Administration qui n’ hésite pas à braver ses propres règles de confinement pour démontrer qu’ elle est la maîtresse de lieux et qu’ elle ne tient aucun compte des problèmes concrets que rencontre la population en cette période. Un véritable affront aux personnels médicaux qui sont obligés de racler les fonds de tiroir pour trouver des moyens financiers à consacrer à l’ achat
    d’ équipements de protection. Alors que là, on dépense sans compter pour un besoin qui ne présente aucune urgence. Dommage qu’ il n’ y ait pas eu plus de réaction de la part de l’ ensemble des candidats sur cette affaire déplorable.
    Un peu de solidarité citoyenne aurait était de bon aloi de leur part, même s’ ils sont favorables à ce projet. Pour compenser cela, ils nous feront un beau discours la main sur le coeur, afin de manifester leur solidarité face l’ engagement des personnels médicaux et des maisons de retraites pour solliciter leurs bulletins de vote.

    J'aime

  3. Destruction d’un milieu naturel dans une période interdite par la loi! 80% des insectes en moins, un tiers des oiseaux en moins !!
    Projet de 90 millions.. L’argent serait mieux utilisé ailleurs ?
    Fermetures de classe.. Fermeture de la cardio!!
    Les plus fragiles sortiront de cette crise encore plus fragile..
    C’est le projet politique pour le jour d’après ?
    C’est ce que l’on nomme l’efficacité ?

    J'aime

    1. VU Sur FB c’est moins écolo-compatible avec la campagne, il faut que ça file droit.
      @Serge Aure Estelle Glld Les chiens gardent propriètés, fermes, troupeaux OK mais pas seuls sur l’espace publique!! c’est pour le respect des passants et c’est la loi!
      je suis un peu en colère! mais la campagne c’est aussi un endroit pour se promener, faire du vélo.. et qu’un patou protège les brebis dans un champ ou les fermes .. mais pas sur les routes, les centres villages ou les chemins.. le bon sens est là et aussi la loi!!
      Et les coqs c’est bruyant pour le citadin?

      J'aime

  4. Comment peut-on dénoncer les suppressions de postes dans l’éducation faute d’argent public et en même temps réclamer la construction d’un pont à 100.000.000 (100 millions d’euros) pour encourager la logistique des délocalisations ?
    100 millions d’euros c’est 4.167 années de salaire d’un instituteur ou d’une institutrice.
    Le double discours et le clientélisme politiciens doivent cesser.

    J'aime

    1. comparaison n’est pas raison bien que ce projet ne soit pas la panacée ni ma tasse de thé.
      Mais avec cette histoire de virus les langues se délient dans le corps médical. Il faudra purger « les administratifs » en surnombre et multiples strates paralysantes n’ayant jamais vu un malade, avec en plus des liens avec les labos…Des dizaines de milliers de berniques sans aucune formation médicale qui au fil des années se sont accrochées à ce corps médical essoufflé . alors qu’on ferme des hôpitaux et des maternités..

      Et dans l’éducation nationale combien de postes de bureaux dans une intendance pléthorique ? Peut être encore plus..alors qu’on ferme des classes..

      Et dans les comcom ? oups! pardon….

      Et dans la (fausse) culture ? Là la course à la subvention et autres prébendes c’est carrément festif..Ignorant, je ne savais même pas que c’était un métier je croyais que cela restait du domaine de la passion et du génie.

      Et moi Candide qui croyait que c’était seulement à la retraite qu’on pouvait être payé à ne rien faire.

      On en est à combien de pourcentage de prélèvements en France déjà ? Le premier qui a la réponse gagne un Cerfa. 🙂

      J'aime

Les commentaires sont fermés.