Les réponses de Daniel Lacrampe, tête de liste d’Oloron, Ensemble faisons-la rayonner, aux 20 questions d’Oloronblog (chronique « municipales 2020 »)


Avec Daniel Lacrampe, dont les prises de parole médiatiques sont plutôt rares, Oloronblog clôture le cycle des réponses aux 20 questions posées aux candidats aux élections des 15 et 22 mars à propos de leur projet et de leur conception de la gouvernance municipales. Et, on va le voir, la tête de liste d’Ensemble, faisons rayonner Oloron-Sainte-Marie, dont j’ai parfois pu regretter les propos trop aseptisés, ne fait pas ici dans la langue de bois, principalement vis-à-vis du maire sortant.

LES RÉPONSES DE DANIEL LACRAMPE, TÊTE DE LISTE d’ENSEMBLE FAISONS RAYONNER OLORON-SAINTE-MARIE

1/ Si vous deviez choisir un seul qualificatif pour définir l’équipe que vous représentez, quel serait-il ?

AMBITIEUSE pour sa ville, avec Passion et Raison.

2/ En quoi, selon-vous, la sensibilité politique d’une équipe est-elle de nature à influer sur l’administration d’une ville ?

A mes yeux, une ville ne se gère pas avec des étiquettes politiques, souvent synonymes de sectarisme et de dogmatisme. Elle se gère avec de l’écoute, du bon sens, du pragmatisme et de la concertation. Et surtout en arrêtant de dire et penser « MOI JE ».

3/ Selon vous, qu’est-ce qui motive le plus le choix de l’électeur : le programme qui lui est soumis ? la personnalité de la tête de liste ? la qualité de la liste ? autre chose ?

Le programme est important bien sûr, à condition que ce ne soit pas un catalogue bis de la « Redoute », que l’on nous ressort régulièrement tous les 6 ans et dont on sait pertinemment qu’il ne sera pas suivi d’effets, ce qui exaspère précisément les électeurs. Par ailleurs, si la personnalité de la tête de liste influe sans doute dans le choix de l’électeur, je suis intimement convaincu, et je l’espère d’ailleurs, que c’est l’ensemble de notre équipe, son homogénéité, ses compétences multiples et complémentaires, son image de sérieux, sa disponibilité et sa capacité justement à porter son programme, qui va faire la différence.

4/ Quelle sera la première mesure prise par votre liste pour le cas où elle remporterait les élections ?

L’une des premières initiatives  » d’Ensemble, faisons rayonner Oloron-Sainte-Marie » sera de réunir tous les bureaux de toutes les associations de la ville, non pas dans le cadre de conciliabules avec les uns ou les autres, mais tous ensemble pour une transparence totale de la discussion, afin de recueillir notamment leur avis sur leurs besoins en termes de locaux par exemple, et sur la recherche concertée d’un lieu commun pour une mutualisation des moyens de fonctionnement.

Même démarche de concertation « au grand jour » pour la question des écoles.

En un mot comme en cent, de la transparence à tous les étages, de l’équité et pas du « clientélisme ».

5/ Selon quelle méthode avez-vous construit le projet que vous soumettez maintenant aux électeurs ?

A partir tout d’abord du vécu des 12 adjoints ou conseillers municipaux sortants, à l’écoute et très présents sur le terrain tout au long de ces 6 dernières années, ce qui permet de mieux connaître les attentes et besoins de la population. A cet égard, assez surprenant d’entendre l’ancien Maire d’Oloron, Vice Président de la Région depuis deux mandats, nous dire « en boucle » comme s’il s’agissait d’un grand évènement, qu’il lui a fallu consulter ces 6 derniers mois, commerçants, artisans, agriculteurs et autres, pour connaître leurs attentes, ce qui témoigne à l’évidence d’une inquiétante méconnaissance du terrain et des aspirations de ses principaux acteurs économiques.

Par ailleurs, le porte à porte engagé depuis de très nombreuses semaines à permis aussi de confirmer ou infléchir certains choix ou tendances. Et enfin, une réflexion enrichie dans le cadre d’ateliers de travail participatifs associant bien sûr toute l’équipe en lice aujourd’hui, mais également des personnes plus particulièrement expertes dans tel ou tel domaine de compétence.

Et qu’on se le dise, déjà imprimé bien sûr lorsque celui du Maire sortant a été distribué, pas une seule proposition qui résulterait d’un copié-collé avec les autres listes en présence.

6/ Sur quels domaines de l’activité municipale comptez-vous porter prioritairement vos efforts ?

Nous achevons un mandat qui aura été malheureusement totalement pollué par les affaires, avec une enquête préliminaire en cours depuis novembre 2017 et dont on attend bien sûr les conclusions. Il nous faut donc sortir au plus vite de cette atmosphère malsaine, et retrouver toute la sérénité qui s’impose pour une gestion apaisée de notre ville.

Cette sérénité nous la devons d’abord et avant tout à nos personnels municipaux, compétents et pleinement investis dans leur mission au service du public.

En un mot, montrer dès le lendemain de l’élection qu’il y a à la tête de la Mairie une équipe prête à se mettre immédiatement au travail, sans aucun esprit de revanche sur qui que ce soit, avec un seul objectif qui vaille : celui de l’intérêt général et rien d’autre !

 7/ Et s’il ne fallait retenir que 4 propositions de votre programme, lesquelles seraient-elles ?

Une politique de proximité qui soit à même d’attirer de nouveaux habitants en centre-ville (voirie, trottoirs, propreté, sécurité, habitat, animations…)

La santé

Les écoles

Le tout, sur fond de démocratie participative en associant dès le départ les habitants, et non lorsqu’il est abouti en venant le présenter, pour qu’ils aient réellement la possibilité d’enrichir, infléchir ou amender tel ou tel projet municipal.

8/ Quelles sont les principales difficultés immédiates auxquelles votre liste s’attend à faire face si elle remporte les élections ?

Par l’intermédiaire de ses élus sortants, notre équipe connaît la situation financière de la ville et les vraies marges de manœuvre prudentielles qu’elle autorise. D’où son scepticisme devant certains déferlements de projets dont on sait par avance qu’ils ne pourront être financés.

Mais en période électorale, nous avons un grand spécialiste des  » promesses qui n’engagent que ceux qui les reçoivent », et parions même, témoignage d’irrespect total à l’égard de ces demandeurs que, comme en 2014, ce sont déjà des centaines d’emplois qui ont été promises. 2 ou 3 seront pourvus ! Tout comme vous entendrez dire tout au long de cette semaine – un classique du genre- qu’un sondage du Ministère de l’Intérieur le placerait en tête. Tiens donc !!

La seule difficulté qu’il nous faudra surmonter, mais nous y sommes prêts, c’est de ramener de la confiance dans les services vis à vis de la gouvernance politique, et définir des objectifs clairs et précis,

9/ Pas d’action municipale aboutie sans personnel communal motivé. Comment comptez-vous l’impliquer dans votre projet ?

Je l’ai dit, le personnel communal est compétent et motivé, mais il n’aime pas non plus que sa ville soit montrée du doigt pour de mauvaises causes.

 10/ Comment imaginez-vous la répartition des rôles entre vous et votre directeur général des services et, plus généralement, entre les élus et les membres du personnel communal ?

Notre Mairie a la chance d’avoir un Directeur Général des Services extrêmement compétent et rigoureux, loyal et pleinement investi dans sa mission, et qui a  » bien tenu la maison les jours de mauvais temps ». Il aura toute notre confiance si nous sommes demain en responsabilité, car rien de pire d’ailleurs pour déstabiliser la structure que de vouloir changer les femmes et les hommes sans raisons valables, à fortiori lorsqu’ils ont fait leurs preuves.

La répartition des rôles ne pose pas problème dans la mesure où, comme dans toute collectivité, commune ou communauté de communes, c’est l’autorité politique qui fixe les orientations et prend les décisions, tandis que, sous l’autorité de leur Directeur Général, l’ensemble des Services prodiguent conseils techniques et accompagnent les élus dans leurs prises de décisions et les mettent en application lorsqu’elles sont arrêtées.

11/ Notre ville a un certain nombre d’atouts. Sur lesquels d’entre eux comptez-vous principalement vous appuyer ?

Notre ville et son Piémont disposent d’un potentiel tout simplement exceptionnel. Un tissu industriel que beaucoup d’autres territoires nous envient (4 000 emplois industriels), un artisanat de grande qualité, un commerce de centre-ville, certes confronté à des difficultés, mais qui se bat et ne lâche rien, une agriculture innovante, à la pointe du progrès, pourvoyeuse de richesses et d’emplois. Et puis bien sûr, d’indéniables atouts touristiques, aussi bien paysagers, qu’architecturaux ou patrimoniaux. Et enfin, ou plutôt devrais-je dire, l’indéniable atout de notre ville qu’il faut protéger et accompagner au maximum, c’est son formidable tissu associatif, véritable poumon de la vie de notre cité dans tous les domaines, sportif bien sûr, mais aussi culturel, social, environnemental…

12/ Parlons du nerf de la guerre. Avez-vous une idée de la situation financière de la commune à cette heure ? Comment la définiriez-vous en quelques mots ?

Rappelons tout simplement que la dette au 31/12/2013 s’élevait à 14,3 M€ et à 12, 1 M€ au 31/12/2018. Une baisse de 15% donc, malgré la baisse des dotations de l’Etat, mais grâce aussi à la vente de différents biens communaux. D’où mon propos ci-dessus (§ 8) d’une gestion prudentielle, en raison précisément de cette absence de visibilité sur les dotations de l’État

13/ En cas de victoire, serez-vous vous-même candidat à la fonction de maire ? Et/ou à la fonction de président de la communauté de communes ?

En cas de victoire, je serai personnellement candidat à la fonction de Maire, mais dans une conception totalement différente de celle qui est en place aujourd’hui. Pas un Maire décidant seul et de tout, mais avec une municipalité pleinement associée à la conduite des affaires, et notre équipe est suffisamment riche de talents à même d’y répondre, parmi les sortants bien sûr, mais aussi parmi les nouveaux. Laissons donc passer cette première échéance avant de parler de la Présidence de la Communauté de Communes. Ce débat viendra en son temps, et l’enjeu est d’une telle importance que je ne le perds bien évidemment pas de vue.

14/ Comment, concrètement, comptez-vous intéresser et impliquer les citoyens toutes générations confondues tout au long du mandat ?

En matière de démocratie participative, sens de votre question si j’ai bien compris, cette campagne démontre une fois de plus qu’il y a les « diseurs » et les « faiseurs ». A cet égard, et mon action à la tête de la Communauté de Communes en témoigne, que ce soit au niveau du Conseil Citoyen que dans tous les ateliers participatifs mis en place pour la co-construction de projets (portrait de territoire, Contrats Locaux de Santé, territoire à énergie positive – TEPOS- Plan Climat Air Energie -PCAET- Cycl’Obéarn…), je pense avoir démontré que les citoyens avaient été largement associés à toutes ces démarches. Et j’invite toutes celles et ceux qui se gargarisent de bons et grands mots à se renseigner auprès de notre collectivité pour avoir confirmation de mes dires.

Quoiqu’il en soit, et c’est écrit dans notre programme municipal, au niveau de la ville on peut, on doit aller plus loin. D’où l’idée de maintenir les comités de quartiers, lieux d’échanges ayant fait leurs preuves, et nous proposons de les faire « chapeauter » par une instance citoyenne du type Conseil Consultatif dont les représentants, eux-mêmes issus des comités de quartiers plus d’autres participants bien sûr qui seraient appelés à candidater (avec le cas échéant tirage au sort pour ne pas avoir une assemblée pléthorique et inopérante). Cette instance serait associée, dès le départ, à la réflexion sur tout projet important ainsi que sur toutes opérations de nature à avoir un impact sur une rue, sur un quartier, en un mot sur le quotidien des habitants. Et puis aussi, mise en place d’un forum municipal d’échanges, une fois par mois à jour fixe, où le Maire et sa majorité iraient à la rencontre des habitants pour échanger librement sur tous sujets relatifs à la vie de la cité ;

15/ Beaucoup d’Oloronaises et d’Oloronais s’interrogent sur le devenir du centre hospitalier. Quelle est votre propre analyse de la situation ?

Sans perdre de vue un seul instant, tant au niveau national que local, les conditions de travail extrêmement difficiles des personnels hospitaliers, telles qu’ils les ont légitimement exprimées à de multiples occasions, et notamment en manifestant, avec le soutien des élus, dans les rues de la ville en août et décembre derniers, réjouissons nous cependant tous ensemble devant le gros chantier de modernisation, actuellement en cours, du Centre Hospitalier, témoignage-si besoin en était du rôle incontournable que lui reconnaît, à travers pareil soutien, l’Agence Régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine.
Le projet de réaménagement de l’Age d’Or, à proximité précisément du Centre Hospitalier, et l’arrivée attendue d’une Imagerie par Résonance Magnétique (IRM), sont également des signes positifs pour notre territoire d’Oloron Haut-Béarn, tout comme l’est la reconstruction de la Fondation Pommé sur le plateau du Gabarn.

Rôle d’autant plus incontournable du Centre Hospitalier que, portés par la Communauté de Communes du Haut-Béarn, sont venus s’y articuler tout autour, deux Contrats Locaux de Santé , le second venant de débuter pour la période 2020-2023, lesquels sont la déclinaison au plus près des attentes et besoins d’un territoire, du Contrat Régional de Santé, ont été fortement soutenus par l’ARS Nouvelle-Aquitaine, confirmant ainsi sa confiance en notre capacité à porter un vrai projet de santé publique, concerté et partagé entre tous les acteurs de ce territoire ( professionnels de santé, représentants du Centre Hospitalier, de l’Hospitalisation à domicile (HAD), des EPAHD, de l’unité Alzheimer..).

Et enfin, comment ne pas parler du très beau projet de Maison de Santé initié par les 53 professionnels de santé du Piémont Oloronais, désormais réunis en association depuis septembre 2018, lesquels ont fait labelliser, en juin 2019, leur projet de santé par l’ARS, et demandé ensuite le portage public de cette construction à la CCHB. Une Maison de Santé implantée sur la ville d’Oloron, qui sera à même de pérenniser l’offre de soins la plus large possible tout en se donnant les moyens d’attirer de nouveaux médecins pour demain, car on sait qu’ils ne souhaitent plus aujourd’hui se retrouver dans des cabinets isolés ».

16/ Quelle serait la réalisation que vous seriez le plus fier de mener à bien au cours du mandat qui s’annonce ?

Voir aboutir le projet de Maison de Santé et solutionner au mieux, et de la manière la plus apaisée possible, la restructuration de nos écoles pour ne pas connaître, à chaque rentrée scolaire, l’angoisse des fermetures de classes. Une base de nature et loisirs peut être aussi un beau projet d’avenir, structurant et attractif, tant pour nos habitants (enfants, adolescents, familles…) que pour l’activité touristique.

17/ En quoi l’intercommunalité est-t-elle un atout pour la ville d’Oloron ?

Parce que Ville d’Oloron-Sainte-Marie, capitale historique du Haut-Béarn et Communauté de Communes ont des destins liés et se doivent d’avancer main dans la main, dans le plus grand respect bien sûr de toutes les autres communes, de la plus petite à la plus grande. En fait, le Maire d’Oloron n’a jamais accepté d’avoir été écarté de la communauté de communes, au terme d’un vote de cette assemblée, et si j’ai été le premier à le regretter, rien ne justifiait cependant que six années durant il ait multiplié tensions et provocations inutiles, et je ne parle même pas du « stratagème » mis en place pour tenter de me faire battre à la Présidence de la CCHB en janvier 2017, à la suite de quoi il a démissionné de sa fonction de conseiller communautaire. Ce qui n’aurait pas dû l’empêcher cependant de continuer à être au cœur de l’activité de la communauté de communes puisqu’en sa qualité de Maire, il a été convié, en vain, aux 36 Conseils des Maires (7 entre 2008 et 2014) et 22 séances plénières (15 entre 2008 et 2014), dont celles sur les contrats locaux de santé et la Maison de Santé…

18/ Comment concevez-vous le rôle d’une opposition municipale ? De quels moyens devrait-elle être dotée pour assurer correctement sa mission ?

La minorité municipale ne peut pas se cantonner, comme elle l’a malheureusement trop fait durant cette mandature, à de l’opposition systématique, y compris à la communauté de communes où beaucoup de délégués ont souvent eu le sentiment qu’elle y poursuivait les débats du Conseil Municipal de la Ville. En revanche, la majorité se doit d’être respectueuse de ses droits, et l’associer davantage aux prises de décision et à l’ensemble des évènements de la cité. Si nous sommes élus, nous proposerons d’ailleurs à l’opposition de présider la commission des finances, voire même une deuxième commission de son choix, pour plus de transparence et de concertation.

19/ Alors qu’elle a présenté un front uni durant 6 ans, la majorité municipale 2014 présente deux listes concurrentes en 2020. Que répondez-vous à celles et ceux qui s’interrogent ?

Au moment où je réponds à ce questionnaire, l’équipe qui m’entoure et moi-même sommes déjà passés dans bien des rues et quartiers de notre ville, et avons entendu bon nombre de questions auxquelles je me dois de répondre, en toute transparence et franchise, car c’est ça aussi l’enjeu d’une campagne électorale. Je  le dois d’autant plus aux Oloronaises et aux Oloronais que si nous nous présentons aujourd’hui à leurs suffrages lors de ces élections municipales des 15 et 22 mars prochains, c’est précisément pour tourner définitivement la page de ces affaires qui ont malheureusement défrayé la chronique de ces dernières années de mandat et créé un irréversible climat de défiance au sein d’une grande partie de la majorité municipale. Mon intention est d’offrir ainsi la perspective d’une gouvernance municipale plus apaisée, plus sereine et plus en harmonie avec notre souhait partagé de vivre et travailler paisiblement dans notre belle ville. Quant à l’argument du Maire qui fait semblant de s’étonner d’une telle décision, au motif que nous aurions voté la totalité des délibérations (et sans doute plus de 95 % par l’opposition), il oublie de parler de toutes les demandes et autres mails qui lui ont été adressés pour le contraindre à infléchir bien de ses positions de départ.Enfin, venant de quelqu’un qui, à quelques intermèdes près, n’aura en définitive vécu que de mandats électifs, se voir suspecter de rechercher  » un marchepied pour s’occuper de l’intercommunalité » prête plutôt à sourire.

 

20/ Parmi toutes les questions que j’ai omis de vous poser, à laquelle auriez-vous aimer répondre… et quelle aurait été cette réponse ?

Si vous m’aviez demandé mon avis sur la question du désenclavement de notre ville et de notre territoire du Haut-Béarn, je vous aurai répondu que, comme je l’ai fait inlassablement tout au long de ce mandat, et les élus des communes concernées le savent, je plaide plus que jamais pour la sécurisation de la RN 134 de Bélair au Somport, avec l’impérieuse nécessité des déviations Gabarn-Gurmençon,, Asasp-Arros, Cette-Eygun et Urdos, mais aussi pour une nouvelle voie directe entre Pau et Oloron, seule à même de désengorger un itinéraire actuel complètement et dangereusement saturé, ne serait-ce qu’au niveau des ambulances et autres services de secours.

12 commentaires sur « Les réponses de Daniel Lacrampe, tête de liste d’Oloron, Ensemble faisons-la rayonner, aux 20 questions d’Oloronblog (chronique « municipales 2020 ») »

  1. Au niveau santé, puisque c’est celui ci qui m’intéresse le plus et dont j’ai détaillé les programmes, DL est clairement le plus explicite et le plus concret. On sent bien que ce domaine a été très bien travaillé contrairement aux autres listes qui ont des solutions quasi nulles pour certains (lco, bu) ou électorales pour d’autres (hl). Juste pour info, je suis un ancien de l’ars ayant également travaillé en hôpital donc je connais un peu le sujet.

    J'aime

    1. Moi aussi, juste pour info je connais bien le sujet, sans me vanter !!!, Je suis un ancien malade donc au niveau de la santé vous pouvez me faire confiance.
      Votre chouchou propose quoi en fait, il nous explique que environ 50 professionnels vont cohabiter dans un lieu extraordinaire, c’est quoi comme professionnels, des ambulanciers, des sophrologues, des médecins, pharmaciens, infirmiers, aides-soignants, orthoptistes, sages-femmes, puéricultrices, masseurs-kinésithérapeutes, Psychomotricien, Diététicien, Opticien-lunetier, Ostéopathe, Socio-esthéticien, Chiropracteur … ET ils vont faire quoi là ? Concurrencer l’Hôpital ? avec l’argent des contribuables, actuellement déjà à l’hôpital pour une cataracte on vous demande 350€ en dépassements d’honoraires j’imagine le reste!!!

      J'aime

      1. Si vous êtes un ancien malade, vous savez donc que la coordination pluridisciplinaire est un enjeu essentiel d’un dispositif de santé. Vous savez également qu’il est largement prouvé que l’installation d’un médecin libéral est facilitée par ce type de maison. Quand à l’argent public OK c’est un coût supporté par la collectivité au départ , mais qui encaisse les loyers payés par ces professionnels ? La collectivité propriétaire non ? Concurrencer l’hôpital ? Renseignez vous sur les professionnels et le projet et vous verrez que l’hôpital est représenté et travaille déjà en lien avec cette future maison..

        J'aime

      2. Je trouve étrange qu’on puisse (sans se vanter naturellement) penser tout savoir sur la santé parce qu’on est un ancien malade ?

        J'aime

  2.  » ….comme je l’ai fait inlassablement tout au long de ce mandat, et les élus des communes concernées le savent, je plaide plus que jamais pour la sécurisation de la RN 134 de Bélair au Somport, avec l’impérieuse nécessité des déviations Gabarn-Gurmençon,, Asasp-Arros, Cette-Eygun et Urdos, mais aussi pour une nouvelle voie directe entre Pau et Oloron, seule à même de désengorger un itinéraire actuel complètement et dangereusement saturé, ne serait-ce qu’au niveau des ambulances et autres services de secours.
    Avec lui ça a le mérite d’ être clair, pas d’ ambiguïté. En plus il sait toucher
    l’ électorat au point sensible au niveau des ambulances et autres services de secours, surtout en cette période. On pourra le surnommer  » TOUTENKAMION » .
    Par contre il se garde bien de donner des chiffres et des dates, il est un peu comme Mr Manaut dans le nébuleux ….. J’ espère que lui sera attentif de cette réponse et saura en tirer la leçon qui se doit.

    J'aime

  3. Mais, on ne va pas voter pour Daniel Lacrampe, mais pour une équipe…
    Le questionnaire était envoyé à la liste, ou la tête de liste ?
    Que de je, je, je…
    A quand un vrai nous au sein d’une équipe municipale ?
    Il est comme sur son affiche avec sa photo (une amie me l’a fait remarquer) : ensemble, tout seul ?
    Je vais garder leur trombinoscope pour bien repérer les gens de chez LREM 🙂 (pas encore fait, j’avoue). Je pense que j’aurai des questions à leur poser sur la politique de leur parti 😉
    Bye
    Vanessa L.

    Aimé par 1 personne

  4. Et c’est bien le seul à ne plus parler de la forêt du Bager et des néfastes carrières ! Déjà que le  » je suis contre les carrières  » il l’a murmuré du bout des lèvres… Là le sujet est carrément oublié ! Serait’il atteint d’Aphasie environnementale ?!

    J'aime

  5. Je me demande pourquoi les gens écrivent courageusement sous des pseudos ?
    Serait-ce qu’ils n’assument pas vraiment leur propos ?

    J'aime

    1. Breard :Très intéressante remarque. Mais c’est quoi un pseudo ? Breard, Vanessa, Poodji, Michel, etc…sont’ils des dénominations identifiables ? Je ne pense pas. Donc, en quelques sortes se sont des pseudo non ? L’inconvénient du pseudo c’est que l’on ne peut retrouver la personne que l’on lit ou à qui l’on s’adresse, en effet. Mais pourquoi rechercher une personne, pourquoi la rencontrer ? Et il suffit si besoin de lui demander de s’identifier, et avec son accord de prendre simplement un rendez vous ! Sinon la raison me semble douteuse. Le pseudo permet de s’exprimer librement, sans crainte d’un quelconque retour. Plus librement et plus sincèrement même que sans pseudo. Et toujours de façon correct cependant. Le responsable du blog assumant ce rôle de contrôle. Il n’est pas, à mon sens question de courage ou pas, mais simplement de prudence, tout en exprimant des pensées constructives et pertinentes qui, malgrès un certain anonymat, peuvent profiter à la communauté.

      J'aime

  6. « Jean lassus : Au niveau santé, puisque c’est celui-ci qui m’intéresse le plus et dont j’ai détaillé les programmes, DL est clairement le plus explicite et le plus concret. »
    En date du 29 janvier 2020 sur ce site je faisais état de ce sujet !
    • Problématique et contexte : « Pourquoi ce projet ? »
    • Public : « Pour qui ? »
    • Objectifs : « Quoi ?
    • Méthode et moyens : « Comment ? »
    Et surtout en prenant en compte « l’aspect Technique », « l’aspect sécurité » et « l’aspect Financier».
    Par contre sur les programmes à part un combat de coq je ne trouve aucune réponse à mes interrogations.
    Si vous avez écouté hier soir l’allocution du président de la république, il y a quelque chose d’essentiel en lien avec la santé :
    « Ce que révèle déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans conditions de revenus, ou de profession, notre Etat-providence, ne sont pas des coûts, mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et services qui doivent être placés en dehors des lois du marché, déléguer notre alimentation, notre protection, notre cadre de vie à d’autres est une folie.
    Nous devons en reprendre le contrôle. »
    Sur la république de ce jour, le maire de Lurbe Saint Christau précise « Un entretien avec les propriétaires des thermes fin février a achevé de le convaincre …… » A ma connaissance un projet en lien avec la santé est en étude sur ce site !!!!
    Il ne faut pas oublier que ces projets de santé sont « des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe » . De compétence de la CCHB en lien avec l’ARS ils méritent un débat pour établir l’expression des besoins et créer les passerelles entre les différents services de santé sous le contrôle de la population.

    J'aime

  7. Salut Jean-Marie.
    Le discours de Macron… est un discours d’homme politique de carrière = du vent, qui ira dans le sens qu’il faut pour être réélu.
    Rappelle toi du discours de Hollande (PS, oui, je le précise, vu sa politique, on peut avoir des doutes) sur son ennemi la finance (il a arraché ma dernière voix pour le PS à ce moment là). Du gros vent !

    Macron pendant sa campagne a promis de ne pas toucher aux retraites… LOL.
    Alors les discours des politiques sont faits pour être en accord avec le plus grand nombre et en sortir grandi, mais ne les engage à rien !
    Macron a cassé l’hôpital, les retraites, le chômage, l’environnement (loi littorale notamment) et j’en passe.
    Son discours est un affront au monde hospitalier !
    A suivre 🙂
    Vanessa L.

    J'aime

  8. Bonsoir Vanessa,
    J’ai une très bonne mémoire sur la fragilité des discours d’homme politique.
    Aujourd’hui on parle beaucoup de santé sur notre territoire, alors je rappellerai à celui qui aura le sésame et les clés de la ville, les recommandations du grand patron !
    Notre territoire à tous les outils pour devenir un pôle de santé extraordinaire en connexion avec le biomimétisme que nous propose la nature. La station thermale de Lurbe Saint Christau est une véritable mine d’OR pour la santé. Espérons que le futur président de la CCHB qui pourrait être le maire d’Oloron puisse en prendre conscience.
    Cela pourrait être un grand sujet pour l’élection du président de la CCHB.
    J’ai confiance à l’avenir car je travaille beaucoup pour cela.
    A bientôt, Jean-Marie

    J'aime

Les commentaires sont fermés.