L’USINE, projet-phare de la Liste Citoyenne, copie de LA FABRIQUE, projet abandonné par la municipalité Uthurry 2008-2014, lui-même inspiré par La Maison des Associations, projet non abouti de la municipalité Lucbéreilh 2001-2008 ?


Décidément, la valorisation du site des anciennes usines Laulhère, propriété municipale depuis le début des années 2000, inspire les municipalités qui se succèdent. Aujourd’hui, nous avons là L’USINE, projet-phare de la Liste Citoyenne. Des voix s’élèvent pour observer que L’USINE ressemble beaucoup dans son principe à LA FABRIQUE, projet porté par la municipalité Uthurry 2008-2014 et abandonné en 2012. Et au moment des débats en conseil municipal au sujet de LA FABRIQUE, il s’est trouvé au moins un conseiller municipal (candidat aujourd’hui sur la liste Lucbéreilh) pour s’exclamer que cette FABRIQUE correspondait à un projet initié en 2005 par la municipalité Lucbéreilh 2001-2008.

Grâce pour partie aux archives de La République, nous allons tenter ici de poser quelques éléments d’information susceptibles d’éclairer sur cette recherche de paternité. À charge pour chacune et chacun de se faire ensuite sa propre idée.

Brève présentation du projet L’USINE porté en 2020 par la Liste Citoyenne

USINE, abréviation de Union des Savoirs Innovants et des Nouvelles Energies

  • Le projet : créer sur les 10 000 m² des anciennes usines Laulhère un ensemble de 3 pôles : 1/ Un pôle d’innovation sociale (maison des associations, coopérative d’employeurs, etc.) ; 2/ un pôle culturel (lieu dédié à l’expression artistique, à l’art etc.) ;3/ un pôle lié à la connaissance (apprentissage, campus, ateliers et école du climat)
  • Financement : un coût total estimé à 11,7 M€, à savoir : 1/ 1,7 M€ pour la toiture, entièrement financés par la pose de panneaux photovoltaïques sources de revenus ; 2/ 10 M€ (sur la base de 1 000 €/m²) pour la rénovation/aménagement de l’ensemble des corps de bâtiments. Subvention espérée de la région à hauteur de 50% dans le cadre de l’appel à projets « Bâtiments du futur » + participations croisées attendues d’autres financeurs dans le cadre de la rénovation du centre-ville, de l’antenne universitaire, du tiers lieu etc. + fonds propres de la commune et de la CCHB + financement privé des entreprises du territoire + financement participatif des citoyens
  • Calendrier : le projet s’étalera sur le mandat et sera réalisé « à l’avancée ». Les 6 premiers mois seront consacrés à la réalisation d’un état des lieux et des diagnostics ainsi qu’à l’organisation d’une concertation citoyenne sur les attentes et besoins des Oloronais par rapport à un tel lieu ainsi qu’à un audit de tous les usagers pour déterminer le programme et les tranches de travaux
  • Porteur du projet : une SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) regroupant des partenaires de tailles et de statuts différents (associations, PME, grandes entreprises, personnes ressources, collectivités locales etc.)

Brève présentation du projet LA FABRIQUE porté en 2011/2012 par la municipalité Uthurry

  • Le projet : création sur les 10 000 m² de Laulhère d’un espace multifonctionnel destiné à servir la culture, l’économie, le sport et à favoriser les rencontres intergénérationnelles.
  • Financement : coût prévisionnel de 3,9 M€ HT. Programmation en 2 tranches respectivement de 1,57 M€ et 2,33 M€). Subventions attendues de l’État, de la région et du département
  • Calendrier : démarrage prévu en juin 2012 pour la 1re tranche (calendrier non précisé pour la suite). La tranche 1 concernera la partie Nord du bâtiment. Consacrée plus particulièrement à la pratique musicale, elle comprendra la réalisation de 3 studios d’enregistrement, 6 studios individuels, un hall d’accueil, une salle de repos, une salle dédiée à la pratique des orchestres. Quant à la tranche 2, elle prévoira l’aménagement des 2 800 m² de la grande salle Laulhère en espace modulable (jauge de 4 000 places debout ou 1 300 assises pour les spectacles, salons pour 80 exposants, pratique de l’athlétisme et du handball, garburade etc.)
  • Suite donnée au projet : en novembre 2012, Bernard Uthurry annonce que le projet est mis en sommeil. Au motif que dans le contexte actuel « il est très compliqué de mobiliser les financements croisés de ce projet structurant et lourd. […] Il a le regard favorable des collectivités sans pour autant déclencher les subventions pour faire démarrer le chantier ». Le projet ne se réveillera pas de ce sommeil

Brève présentation du projet de Maison des Associations porté en 2005/2006 par la municipalité Lucbéreilh

  • Le projet : « Faire un lieu où toutes les associations peuvent être présentes et créer une synergie grâce à un dynamisme mutualisé » (Hervé Lucbéreilh). Le projet comprendrait : 1/ rénovation de la grande salle d’expression de 6 500 m² pour les concerts, expositions, soirées, salons ; 2/ un accueil capable de recevoir tous les messages, boîte aux lettres pour chaque association, tenue du planning des salles, aide à la communication ; 3/ l’aménagement de 36 pièces de 12 m² pour les associations
  • Financement : dans les archives consultées, je n’ai pas su trouver la moindre évaluation du coût de l’opération (si ce n’est 174 k€ pour le début de la rénovation de la grande salle) ni son mode de financement
  • Calendrier : la rénovation de la grande salle a été réalisée en 2005/2006. Quant aux vœux des associations pour la conception de l’espace qui devait leur être dédié, ils ont été recueillis en septembre/octobre 2006
  • Suite donnée au projet : le grand hall a donc été rénové a minima. Quant à la Maison des Associations… on n’en a plus entendu parler

Rappel : tous les articles du blog consacrés aux élections municipales 2020 sur Oloron sont accessibles à partir de l’onglet « Municipales 2020 » situé tout en haut de la présente page

10 commentaires sur « L’USINE, projet-phare de la Liste Citoyenne, copie de LA FABRIQUE, projet abandonné par la municipalité Uthurry 2008-2014, lui-même inspiré par La Maison des Associations, projet non abouti de la municipalité Lucbéreilh 2001-2008 ? »

  1. En d’autres temps des explorateurs ont perdu la vie pour trouver la source du Nil!
    Les sources de la LCO, (elles aussi multiples) sont comme son nom l’indique citoyenne..
    Ce qui compte c’est l’idée pas la provenance !?
    Elle a retenue l’attention par trois fois, c’est un bon signe.
    Elle n’est pas facile à mettre en oeuvre… Doit on pour autant l’écarter?
    Les temps ont changés, d’autres sources de financement existent..
    Répond elle à des besoins ?

    J'aime

  2. La seule constatation palpable que l’ on puisse faire sur le comparatif des deux projets L’ Usine ( un coût total estimé à 11,7 M€) et La Fabrique (coût prévisionnel de 3,9 M€ HT ),c’ est l’ envolée des coûts. Souhaitons pour les contribuables Oloronais que cette importante différence est due à la différence d’ envergure des deux projets. Mais connaissant quelques peu les estimations à  » la louche » des projets en France, mondialement reconnue pour sa non maîtrise de coûts, il y a fort à parier que tout cela explosera en vol d’ ici la fin de sa réalisation. D’ où la nécessité impérieuse, si ce projet voit le jour, de récupérer le financement attribué à la déviation Gabarn/ Gurmençon. N’ en déplaise à Mr Manaut . Sans quoi les impôts et les taxes locales s’ envoleront de manière exponentielle.
    La récupération de ce financement à la lecture des coûts d’ un seul projet, laisse penser que pour réaliser l’ ensemble des projets dont la ville d’ Oloron aurait besoin
    pour sa revitalisation devrait sûrement dépasser la somme de 35 M d’ euros attribuée par l’ Etat au projet de déviation.
    Je veux bien croire qu’ il y aura des aides, mais pour l’ instant personne ne se hasarde à les chiffrer et à estimer la date de leur versement. Sans quoi on risque de mettre la main dans un engrenage qui nous broiera en entier avec de graves conséquence pour le devenir d’ Oloron. Il fut un temps où nos responsables politiques déclaraient sans soucis  » Y a qu’ à lancer le projet, les financements suivront », malheureusement ce temps là est révolu.

    J'aime

  3. Je me permets cette redite, plus appropriée à ce sujet précis.
    Pendant le mandat 2008-2014 a émergé le CIAP, « Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine », initié lors du précédent mandat, si je ne m’abuse (les responsabilités sont-elles partagées…?).
    Bâtiments réhabilités au centre-ville d’Oloron, financements croisés… , portage par la CCPO (ex CCHB).
    Scénographie à 1 million d’euros (je me souviens de la délib à la CCPO..), plus rénovation du bâti, etc…
    Mais, au fait, qui l’attendait ce projet….? A quels besoins exprimés par la population et par le monde associatif cette réalisation répondait-elle…? Et ça a provoqué quoi comme émulation, comme attractivité du centre-ville depuis…?

    Il y a eu des moyens mis sur la table pour faire sortir de terre ce « beau » projet.
    Oui oui, c’est beau. Mais ce n’était « juste » pas le bon. Nous avons mis la cerise sur le gâteau. Avant d’avoir le gâteau…

    Dans le même temps, « La Fabrique » a avorté = projet de réhabilitation de l’usine Laulhère *en espace multifonction, modulable, pluri-disciplinaire, culture/jeunesse/animation/sport, qui répondait à quantité de problématiques aujourd’hui encore non résolues (10 ans plus tard)….
    Tout cela après un premier projet sur Laulhère pendant la mandature 2001-2008, qui n’a pas vu le jour non plus… Je suppose que le choix s’est porté sur la médiathèque à ce moment-là.

    Il me semble donc que la question des moyens ne peut éluder la question des choix politiques.

    Le mandat à venir, qui commence dans 15 jours, c’est celui qui « renoue avec l’investissement » comme l’annonce le Maire actuel…? Ou bien on va attendre encore combien de temps, à Oloron Sainte-Marie, la « Capitale du Haut-Béarn », pour qu’il se passe quelque-chose?!

    *Les 3 projets qui se sont succédé sur cette espace ont des points communs mais aussi des différences notables. On ne peut pas parler de copié-collé, ni entre le premier et le second, ni entre le second et le dernier. Les objectifs sont semblables, mais les contenus sont différents. Heureusement : ça prouve que les projets s’adaptent à l’évolution de la ville (et de la société!) et à l’expression des besoins (et des envies!) du territoire.

    Fabien.

    J'aime

  4. Je vais me permettre de répéter… la seule chose à faire de ce bâtiment est de la raser et ainsi donner un peu de respiration au gave et à cette horrible rue..

    Je n’avais pas tilté sur la SCIC…
    Pour avoir participé à la création d’une SCIC et en avoir été un temps DG, une telle gouvernance pour projet financé par de l’argent public me semble pour le moins complexe… et source de nombreux problèmes…

    J'aime

  5. Mais il est certain qu’il manque un lieu dédié à l’entreprenariat à Oloron, pas forcément l’ESS car entreprendre a par définition une fonction sociale et solidaire, mais un lieu qui permettrait de fédérer les énergies et la création de projets transversaux entre les entreprises du territoire…

    J'aime

  6. Bonjour Joël.
    J’ai moi-même une voiture grise avec nouvelle immatriculation et une attache-remorque, il s’agit d’une kangoo.
    Je vous assure que ce n’est pas moi qui ai voulu vous impressionner trop intéressé que je suis à lire régulièrement vos articles.
    Je vous adresse mon soutien et espère que cette tentative sera la dernière.

    J'aime

  7. Sinon, ils peuvent toujours en faire un entrepôt frigorifique… Au point de vue de la température, on est déjà pas mal…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.