Bernard Uthurry présente « son » programme


Le titre d’un article est souvent réducteur… parfois même un petit peu racoleur. Il s’agit de piquer l’intérêt du lecteur. Pas de tentative de racolage dans le cas présent, mais le possessif « son » n’est pas de mise, d’où les guillemets. Le programme pour les municipales présenté ce soir par le chef de file de la liste Oloron En Commun (qui a d’ailleurs lui-même banni l’emploi du possessif tout au long de son intervention) est en effet le fruit d’un travail collectif, un projet élaboré selon une méthode innovante, au moins pour notre commune. Ici, pas de brainstorming à 4 ou 5 têtes prétendument pensantes qui savent à elles seules ce qui est bien pour notre ville, mais une co-construction en collaboration avec des « groupes de pairs ». Retour sur la méthode avant de passer au résumé du projet proprement dit.

La Méthode

Les « groupes de pairs »

Au départ, le groupe d’opposition comptait élaborer son projet en travaillant dans le cadre d’ateliers thématiques ouverts à tous et consacrés l’un à l’artisanat, l’autre au commerce, l’autre à l’environnement etc. Très vite, les participants se sont rendu compte qu’ils se retrouvaient dans l’entre-soi. La solution a consisté à constituer des ateliers regroupant 15 à 20 personnes ayant le même type de préoccupations (les commerçants, les agriculteurs, les professions libérales, les jeunes, les seniors etc.). L’objectif était de noter les propos échangés lors d’une conversation libre, et, à partir de ces notes, de dégager les 7 à 8 questions principales abordées au cours de la rencontre, enfin de faire valider par les membres du groupe les questions prioritaires. Le programme d’Oloron En Commun a été bâti principalement en suivant cette méthode.

La deuxième étape

Pas de campagne municipale sans programme à présenter aux électeurs. Mais comment s’assurer que ces propositions seront suivies d’effet les élections une fois passées ? L’équipe de Bernard Uthurry compte continuer à s’appuyer, si elle est élue, sur ces groupes de travail. À charge pour eux de continuer à affiner les projets, toujours en relation avec les élus. Car, est-il besoin de le rappeler, au final la décision appartiendra bien sûr à ces derniers.

Le programme

Bernard Uthurry  met en avant quelques-une des propositions de ce programme organisé autour de cinq grands chapitres. Il ne faut donc pas s’arrêter à cette énumération. Vous pourrez d’ailleurs retrouver le programme dans son intégralité à la fin de cet article.

1/ Bien vivre à Oloron

  • Reconquérir le centre-ville à travers le logement (lutte contre l’insalubrité, renforcement de l’isolation etc.) et les commerces
  • Assurer un meilleur lien entre les quartiers urbains et ceux de la périphérie
  • Remettre en place le plan de requalification des routes
  • Soutenir l’agriculture locale (faciliter la création d’une légumerie)
  • Harmoniser la circulation sur Oloron. Expérience de circulation partagée (ralentir la circulation, que les priorités s’inversent : piétons, poussettes, vélos, navette… et la voiture en dernier)
  • Protéger le patrimoine naturel (sanctuarisation de la forêt du Bager et de Soeix)

2/ Le renouveau démocratique

  • Organiser à la fin du printemps des Assises citoyennes qui permettront de définir les règles qui permettront de choisir et de retenir les projets des citoyens
  • Créer un budget participatif dédié à la réalisation de ces projets
  • Mettre en ligne un numéro « Oloron Tranquillité» permettant aux citoyens de signaler un problème de salubrité, de sécurité, de tranquillité publique
  • Créer une « POP» (Plateforme Oloron Proximité) donnant la possibilité aux élus de répondre rapidement aux citoyens (propositions, réclamations, avis, échanges d’informations)

3/ Services publics et solidarités à Oloron

  • Être le portevoix de la population pour que les autorités décisionnaires puissent admettre que sur des territoires comme le nôtre la santé puisse coûter un peu plus cher
  • Reprendre en urgence la réflexion sur la carte scolaire avec l’inspection de l’Éducation Nationale
  • Valoriser le travail des agents communaux. Revisiter avec eux les relations entre la population, les services municipaux et les élus
  • Concourir à la mise en place de l’accueil d’urgence des personnes en danger immédiat

4/ La vie associative à Oloron

  • Créer une commission des associations
  • Faire des écoles des espaces d’animation ouverts hors temps scolaire
  • accompagner les associations dans l’écoresponsabilité

5/ L’économie territoriale et l’emploi à Oloron

  • Dépasser les tensions avec la communauté de communes (qui a compétence en matière de développement économique). La commune a la capacité de parler d’une voix claire et intelligible

Les finances

Bernard Uthurry souligne que les élus d’Oloron En Commun se comporteront en gestionnaires avisés, intègres, honnêtes et transparents. Par ailleurs, la présidence de la commission des finances (commission inexistante au cours du présent mandat) sera proposée à un membre de l’opposition municipale.

Les réponses de Bernard Uthurry aux questions des journalistes

Pas de projet-phare

Bernard Uthurry précise qu’il n’y a pas de projet-phare. Les projets contenus dans le programme continueront d’être co-construits avec la population. Évoquant le projet-phare de la Liste Citoyenne (L’USINE), il rappelle que la municipalité qu’il dirigeait entre 2008 et 2014 avait porté un projet quelque peu comparable dénommé LA FABRIQUE. Mais elle s’était heurtée à trop de financements croisés, à trop de normes : « On s’est plantés ». Aujourd’hui, c’est le rythme et le calendrier de la Liste citoyenne qui lui paraissent contestables.

La présidence de la communauté de communes

« Nous avons d’abord le projet de reconquérir la ville. Reconquérir la communauté de communes, ce n’est pas une obsession. Je regrette que la parole d’Oloron n’ait pas été audible. La relation doit être apaisée, constructive pour la vie collective du territoire. Quand une ville ne va pas bien, et c’est le cas d’Oloron aujourd’hui, elle diffuse ce mal-être par rapport à son environnement. »

LE PROGRAMME D’OLORON EN COMMUN

Modification de la politique de modération pour les commentaires

La période électorale étant propice à la multiplication des faux-nez et autres trolls, Oloronblog ne publiera dorénavant les commentaires couverts par un pseudo qu’à la condition suivante inspirée par la ligne suivie par Jean-Yves Viollier pour son blog Bisque, Bisque, Basque ! : si vous souhaitez rester anonyme, envoyez-moi un mail pour m’expliquer vos raisons à oloronblog@orange.fr , sinon je ne publierai pas. 

Rappel : tous les articles du blog consacrés aux élections municipales 2020 sur Oloron sont accessibles à partir de l’onglet « Municipales 2020 » situé tout en haut de la présente page

28 commentaires sur « Bernard Uthurry présente « son » programme »

  1. Santé et hôpital, des mots qu’on entend bien trop peu dans ce programme socialiste.. Peut être pas de réel programme à ce niveau là ? Ça me paraît assez léger sur des enjeux aussi importants… Et ça rappelle beaucoup l’immobilisme du premier mandat qui s’est soldé par une défaite aux élections..

    J'aime

  2. Voilà, ça c’est plus qu’intéressant, pas de bla bla , le participatif, et du possible, y a pas que les » on est les meilleurs ».
    Ici aussi les groupes travaillent sans auto centrisme,….
    Je SAIS j’ai un faible pour eux,je répond au autres posts, mais à votre question depuis 18ans ils n’ont rien FAIT!!!
    MAIS VOUS ÉTIEZ OÙ?
    Trop occupés!!!
    A voir vos têtes de jeunes!!!, vous avez l’âge d’avoir eu des engagements? Des passions, des craintes, des peurs, mais NON ON VOUS A JAMAIS VU, dans la vraie vie, vous découvrez la misère, c’est trop tard pour donner des leçons vous vommisez la gauche mais vous vivez depuis longtemps des allocs, de la retraite, eux sont au charbon depuis longtemps, et c’est facile de les tacler, quand on n’a rien fait.

    Aimé par 1 personne

    1. Vu que je milite depuis que je suis en âge de le faire pour l’environnement, je peux donc vomir sur la gauche (et tous les autres) au moins sur ce thème là, merci de m’en donner le droit.

      Pour ce qui est des engagements sur les autres plans, c’est venus plus tardivement, quand j’ai compris qu’écologie et social sont liés.

      Excusez nous pour certains d’avoir voulu nous engager dans des assos et autres collectifs pour œuvrer au plus proche sans passer par la case des politiques.

      Ravie de lire que les politiques n’ont jamais vu ceux qui œuvraient sur le terrain ! LOL !!!

      On a bien compris que les politiques établis ont « merdé » grave depuis des décennies, et c’est pour ça que les citoyens réinvestissent ce champ, n’en déplaise à ceux qui y ont fait carrière ;-).

      Pour moi, je suis prête à réinvestir ce champ sans me compromettre à travailler avec des politiques qui font carrières, je suis pour que ceux-là prennent leur retraite, aucun compromis, JAMAIS !

      La bise

      Vanessa L.

      J'aime

  3. Les Oloronais de gauche comme de droite s’accordent sur le fait que Monsieur Uthury n’a rien fait lors de son premier mandat. Là il annonce qu’il ne fera rien. Je pense qu’on peut le croire sur parole…

    J'aime

  4. Vous apellez ca un programme ? Et en plus ils apellent a valoriser le travail des agents, l opposition s etais abstenu sur le rééquilibrage du regime indemnitaire des, agents de la ville par rapport a la cchb,tout un debat aussi sur les tickets restaurants et ca se dit social. J’espère que les agents n auront pas oublier…..

    J'aime

  5. Concernant le Projet « «L’USINE » de la Liste Citoyenne Oloron 2020 (Lco 2020).

    Bernard Uthurry ne conteste pas la qualité nos le détail du projet porté par la Liste Citoyenne Oloron 2020. En revanche il de déclare : « Nous avons échoué il y a 12 ans donc il n’y a pas de raisons que la LCO 2020 y parvienne aujourd’hui ».

    C’est suffisant et prétentieux.

    Pourquoi ne pas plutôt, partager son expérience et la mettre au service du projet porté par la Lco2020 pour gagner du temps et augmenter ses chances de succès ? C’est cela la véritable démocratie participative.

    Au moins, voilà une deuxième liste qui présente un programme. A 14 jours du premier tour, c’est louable. Toujours silence radio du côté du maire et de son premier adjoint.

    J'aime

  6. La liste citoyenne a le mérite d’avoir des propositions concrètes et chiffrées sur lesquelles les autres listes peuvent discuter. C’est quand même incroyable qu’à deux semaines des élections on ne sache toujours pas comment les autres listes veulent s’y prendre pour rénover le centre ville ! Et relancer l’économie locale ! Etc.

    J'aime

    1. @Cécile mais est ce que l’économie locale a besoin d’être relancée ? à tous vous lire j’ai l’impression que nous sommes sur un bassin minier au milieu des années 80….

      qu’elle ait besoin d’un peu plus de dynamisme c’est certain mais ce n’est pas une question politique c’est une question privée…. il faut des entrepreneurs qui ont envie de créer de l’emploi (et pas uniquement leur propre emploi) et qui veulent faire venir de la richesse vers le territoire et non la prendre sur le territoire pour l’utiliser hors territoire… et ça quelque soit la liste élue elle n’y pourra pas grand chose… sauf peut être avec une vraie ambition touristique qui est un vieux serpent de mer et cette fois résolument absente de cette campagne…

      Chacun a un rôle à jouer…

      J'aime

    2. « des propositions concrètes et chiffrées »… CHIFFRÉES ??? 😳
      – « faire venir des étudiants, ça ne va quasiment rien coûter »
      – « le projet de l’usine ne va pas coûter trop cher »
      🤣 … pas trop cher en Tinda, en euro ou à la louche ?… au delà de l’instrument de mesure, les éléments « chiffrés » avancés par la LCO me paraissent bien louches !

      J'aime

    3. « des propositions concrètes et chiffrées »… CHIFFRÉES ??? 😳
      – « faire venir des étudiants, ça ne va quasiment rien coûter »
      – « le projet de l’usine ne va pas coûter trop cher »
      🤣 … pas trop cher en Tinda, en euro ou à la louche ?… au delà de l’instrument de mesure, les éléments « chiffrés » avancés par la LCO me paraissent bien louches !

      J'aime

  7. @David Pour le coup LCO propose la mise de l’interco en Parc naturel protégé pour développer l’écotourisme, et avoir des atouts juridiques pour stopper le flux de camions, c’est quand même aller dans la direction d’une nouvelle économie locale. La création d’une régie maraîchère bio pour les cantines ça permet de pérenniser les agriculteurs locaux, la réfection des bâtiments en centre ville avec matériau biosourcés permet de décrocher des subventions qu’on réinjecte dans les entreprises et artisans BTP . Et l’économie peut aussi se développer autour d’une meilleure gestion de la mobilité en centre ville. Bien sûr les commerces souffrent des grandes surfaces et d’Internet. Mais le centre ville d’aujourd’hui donne t’il envie ne serait-ce que de boire un café en terrasse ? Il y a énormément de choses peu coûteuses a faire pour Oloron. Et c’est pas moi qui le dit, ce sont 200 Oloronais qui nous ont donné ces idées, des personnes avec des compétences et des connaissances diverses ! D’ailleurs rien n’empêche les autres listes de les reprendre !

    J'aime

    1. pardon, et ce n’est que pas petite vision des choses, mais je ne vois rien dans tout cela qui soit un peu incitatif pour quelqu’un qui voudrait créer une entreprise et de l’emploi… Je ne suis pas spécialement pour les camions…mais il faut à minima une solution pour acheminer des marchandises à Oloron… Mais je n’ai noté nulle part l’emplacement de gare de ferroutage 😉

      Encore une fois, l’économie n’est pas une affaire politique, les seules choses que les institutionnels peuvent faire pour favoriser le développement économique c’est de soutenir la relocalisation des compétences et faciliter les conditions d’embauche (les subventions ne devraient être affectées qu’à la création d’emploi, certainement pas au batiment 🙂 )…

      Pour ce qui est du centre ville ou plutôt des centres villes, à part détruire tous les immeubles qui menacent de s’effondrer, je ne vois pas bien ce qu’il a de si terrible…

      Commençons par arrêter le catastrophisme et apprécier ce que l’on a… Oloron n’est pas cette ville en ruine que beaucoup s’amuse à décrire… il y a des immeubles moches qui méritent d’être détruit, il ya quelques rues défoncées… mais il est plutôt agréable de se balader dans la ville… même si c’est pas simple en vélo (mais ça pourrait le devenir très facilement, là encore j’attends de voir un plan précis et réalisable).. mais qui veut faire du vélo ? prenez tous vos vélos et vous verrez que cela devient simple de se déplacer en vélo dans Oloron…

      J'aime

  8. Plutôt que de parler économie, dont la ville n’a même pas la compétence, et qui est une affaire d’entreprise et non de politique, il serait bien de parler attractivité des talents, formation des jeunes du territoire (étudier partout dans le monde depuis Oloron…) par exemple… On sait jamais, le dynamisme économique passera peut être par les jeunes du territoire qui voudront créer des emplois sur le territoire…

    J'aime

  9. Rien de bien nouveau sur la comète Oloronaise, à part un projet de légumerie…..!!!!
    On est mal parti pour récupérer le financement de la déviation Gabarn Gurmençon et l’ affecter à un véritable projet d’ avenir de rénovation de la ville, surtout si LOC
    s’ associe au second tour à la liste Uthurry. Il y en a qui risquent de manger des couleuvres.

    J'aime

  10. Enfin un programme à échelle humaine !
    Des projets concrets pour nous tous, et non un projet phare pour une petite partie de la population. Un calendrier précis sur la mise en place de la démarche citoyenne… il ne restera plus qu’à ceux qui veulent monter des projets de s’y inscrire !

    J'aime

  11. Et Bernard Uthurry le dit parfaitement, le projet La Fabrique, ou l’Usine, est certes séduisant, qui ne voudrait pas faire revivre un lieu emblématique… mais trop couteux il ne verra jamais le jour…
    Autant raser cette verrue et planter des arbres… les bords de gaves sont une richesse d’Oloron, autant les valoriser peu à peu…

    J'aime

  12. Dans son bilan, B. Uthurry a omis de mentionner sa promotion de la réouverture de la ligne Oloron-Bedous. Surtout qu’il avait présenté cette voie ferrée comme une opportunité afin d’ôter les camions de la RN 134 et que l’attractivité touristique de ce nouveau train de 84 places assises allait rivaliser avec le petit train d’Artouste et celui de la Rhune. Le rapport de la Cour des comptes, dans son rapport d’octobre 2019, nous révèle que la recette des billets des rares passagers du train ne couvre que 2 % le coût du trajet des usagers. Et à l’attention des écolos, la Cour nous rappelle qu’un train TER diesel transportant 10 passagers émet 539 grammes de CO2 par voyageur/kilomètre, soit une pollution près de cinq fois plus élevée qu’une voiture occupée par 1,9 voyageur.Le train ne présentant donc un intérêt écologique que s’il transporte suffisamment de voyageurs sur un réseau électrifié.

    J'aime

  13. Pendant le mandat 2008-2014 a émergé le CIAP, « Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine », initié lors du précédent mandat, si je ne m’abuse (les responsabilités sont-elles partagées…?).
    Bâtiments réhabilités au centre-ville d’Oloron, financements croisés… , portage par la CCPO (ex CCHB).
    Scénographie à 1 million d’euros (je me souviens de la délib à la CCPO..), plus rénovation du bâti, etc…
    Mais, au fait, qui l’attendait ce projet….? A quels besoins exprimés par la population et par le monde associatif cette réalisation répondait-elle…? Et ça a provoqué quoi comme émulation, comme attractivité du centre-ville depuis…?

    Il y a eu des moyens mis sur la table pour faire sortir de terre ce « beau » projet.
    Oui oui, c’est beau. Mais ce n’était « juste » pas le bon. Nous avons mis la cerise sur le gâteau. Avant d’avoir le gâteau…

    Dans le même temps, « La Fabrique » a avorté = projet de réhabilitation de l’usine Laulhère en espace multifonction, modulable, pluri-disciplinaire, culture/jeunesse/animation/sport, qui répondait à quantité de problématiques aujourd’hui encore non résolues (10 ans plus tard)….
    Tout cela après un premier projet sur Laulhère pendant la mandature 2001-2008, qui n’a pas vu le jour non plus… Je suppose que le choix s’est porté sur la médiathèque à ce moment-là.

    Il me semble donc que la question des moyens ne peut éluder la question des choix politiques.

    Le mandat à venir, qui commence dans 15 jours, c’est celui qui « renoue avec l’investissement » comme l’annonce le Maire actuel…? Ou bien on va attendre encore combien de temps, à Oloron Sainte-Marie, la « Capitale du Haut-Béarn », pour qu’il se passe quelque-chose?!

    Fabien.

    J'aime

  14. Ou bien on va attendre encore combien de temps, à Oloron Sainte-Marie, la « Capitale du Haut-Béarn », pour qu’il se passe quelque-chose?

    Sûrement la mandature suivante d’ ici d’ en 5 ans, quand l’ électorat Oloronais aura compris pour une bonne fois qu’ il n’ y a rien à attendre des 3 Mousquetaires, sauf miracle, qu’ ils veuillent faire passer l’ intérêt général avant leurs égos, mais nous ne sommes pas à Lourdes .
    Il y a de fortes chances que dans la future municipalité quel qu’ elle soit on retrouve des représentants des 4 listes en lice et à ce moment là il faudra faire la politique des minorités pour arriver à avoir une majorité. Autrement dit 5 ans de perdus, avec peut être le contournement routier d’ Oloron réalisé, qui ne fera qu’ accentuer le problème de la désertification de la ville et pèsera lourdement sur les finances locales par rebond.

    J'aime

    1. Nous sommes protégés de la « politique des minorités » par la règle majoritaire qui assure la liste arrivée en tête au second tour d’obtenir la majorité des sièges de conseiller municipal et ce quel que soit le score qu’elle aura obtenu.

      J'aime

      1. Donc pas de 49.3 en perspective. Mais cela n’ empêchera pas que les 4 listes puissent être représentées à la municipalité. Ce qui ne sera pas simple dans ce cas là. Voir ce qui c’ est déjà passé avec deux personnes du même bord en désaccord.

        J'aime

    2. @Michel devrait argumenter son opposition à la déviation d’Oloron (Gabarn-Porte d’aspe). Un référendum sur le territoire de la Communauté des communes le botterait en touche avec la liste LCO2020, qui compteraient 10 % de vote favorable, à tout casser. Mais les dogmes ont la peau dure.

      J'aime

  15. La montagne vient d’accoucher d’une souris… programme vide articulé autour de « rencontres », « commissions », « associations », « borne de contact », « ligne téléphonique », bref du blabla et rien de concret et novateur sur les sujets les plus importants que pourtant les oloronais n’ont pas manqué de signaler à cette équipe de campagne… C’est désolant. Nous allons encore perdre 6 ans!

    J'aime

  16. À tous les candidats aux municipales à Oloron :
    L’appel à projet Campus Connecté est prolongé jusqu’au 15 avril… Pour faire profiter aux jeunes du territoire d’un accès à de la formation et des études de haut niveau sans bouger du territoire (en tout cas en bougeant moins) et donc en limitant le cout des études… et ainsi fixer les talents et les compétences en Haut béarn…
    https://www.banquedesterritoires.fr/prolongation-de-lappel-projets-campus-connecte

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s