Discours des vœux à la CCHB : le président Lacrampe met des points sur quelques « i »


« Voici en quelques phrases… ». Murmures amusés dans une salle Jéliote pleine à craquer. Le président Lacrampe annonce ainsi la conclusion d’un discours des vœux entamé… près d’une heure avant. Il se reprend : « En quelques phrases… en quelques lignes… en quelques minutes… ». Une prise de parole consacrée pour l’essentiel à dresser le bilan de l’activité de la communauté de communes du Haut-Béarn (CCHB) au cours de l’année écoulée. Pas de triomphalisme, pas d’annonce de projets futurs, c’est interdit par la loi en cette période préélectorale. Mais tout de même deux points forts : 1/ sa réponse aux attaques personnelles dont il a été l’objet la veille lors d’un discours prononcé par le maire d’Oloron dans cette même salle à l’occasion des vœux de la ville d’Oloron aux forces vives ; 2/ un point sur l’état d’avancement du dossier « Maison de santé ».

La réponse aux attaques personnelles du maire d’Oloron

Le maire d’oloron a consacré une large part de sa prise de parole de la veille devant les forces vives de la ville à dézinguer tous azimuts ceux qu’il considère comme ses ennemis. Et son 1er adjoint – président de la communauté de communes – futur concurrent lors des prochaines municipales n’a pas été le moins visé par le bazooka. Avant la cérémonie d’aujourd’hui, les journalistes se demandaient donc avec gourmandise s’il y aurait ce soir un retour à l’envoyeur de la part du président de la CCHB. Le blogueur pense avoir été assez critique vis-à-vis de Daniel Lacrampe à maintes occasions pour ne pas être suspect de complaisance à son égard. Il assure donc sans sourciller que la réplique du président de la CCHB, en quelques phrases claires, nettes et précises, a atteint sa cible plus sûrement que ne l’aurait fait une attaque frontale. Qu’on en juge :

« Oh, rassurez-vous, et désolé pour ceux qui s’en délecteraient par avance, pas plus qu’au cours des années précédentes, il n’y aura ce soir, ni petites phrases assassines ou frelatées, et encore moins d’attaques personnelles ou délits de faciès, qui ne sont que le terrible et pathétique aveu de faiblesse de ceux qui n’ont vraiment plus rien d’autre à dire ou à proposer.

Comme je l’ai toujours fait à chaque cérémonie de vœux, je m’en tiendrai à nouveau ce soir aux FAITS, rien qu’aux FAITS, ces faits qui traduisent de l’ACTION, ACTION à ne pas confondre avec COMMUNICATION.

 Parce que j’ai toujours cru au sens de l’effort et en la valeur travail, qui non seulement permet de rester jeune et en pleine forme, et qui finit toujours par porter ses fruits, je crois pouvoir dire, avec l’ensemble des membres du bureau, que le bilan du travail accompli tout au long de cette année 2019 est assez considérable, et même si rien n’est jamais acquis, et s’il reste encore beaucoup à faire, apprécions, comme il se doit, ces résultats plus qu’encourageants et prometteurs. »

Le point sur le dossier « Maison de santé »

Celles et ceux qui suivent les questions municipales se souviennent de la passe d’armes qui, lors de la dernière séance, le 9 décembre dernier, a opposé le maire d’Oloron à son 1er adjoint-président de la CCHB à propos du projet de Maison de santé. Résumons : le maire d’Oloron cherche à s’approprier ce dossier qui, jusqu’à preuve du contraire, ne relève pas de la mairie d’Oloron mais bien de la CCHB qui en assure le portage public. Daniel Lacrampe a tenu, lors de cette cérémonie des vœux à faire le point sur l’état d’avancement dudit projet. En insistant bien sur un point : pas question d’imposer aux professionnels de santé des solutions qui iraient à l’encontre des objectifs poursuivis, objectifs qu’il leur revient de définir eux-mêmes Quant au lieu d’implantation de la Maison de santé (on sait que le maire d’Oloron le verrait bien dans l’ancienne polyclinique), le président de la CCHB estime qu’il revient aux professionnels de santé de le valider comme étant le mieux approprié à leurs attentes. Voici ci-dessous, l’intégralité du passage de l’intervention sur la Maison de santé :

Et enfin, posons-nous quelques instants sur un sujet majeur de ce territoire, je veux bien sûr parler de celui de la SANTÉ, et rappeler peut être quelques éléments forts des actions engagées en ce domaine sur ce territoire, ne serait-ce que pour démontrer, à ceux qui pourraient l’ignorer, que nous ne sommes pas restes inactifs et que nous avons anticipé depuis fort longtemps maintenant notre contribution à un tel enjeu pour les années à venir.

 Rappeler tout d’abord que depuis janvier 2013, à l’initiative du Syndicat du Pays d’Oloron Haut-Béarn, LE GROUPE DE SUIVI SANTÉ, instance de suivi de la mission de coordination territoriale de santé se réunit chaque premier  lundi du mois, et fait le point de l’avancée de la mission en fonction des orientations stratégiques validées.Ce groupe est composé de socio-professionnels du territoire (médecins généralistes, représentants du Centre Hospitalier d’Oloron, service Départemental des Solidarités et et de l’insertion, EPHAD, Hospitalisation à domicile (HAD), service de Soins infirmiers à domicile (SSIAD).

 Parler aussi des maisons de santé de BEDOUS (référence) et de Lasseube.

 Et puis il y a aujourd’hui le gros, le beau projet de la Maison de Santé du Piémont Oloronais, sur lequel 53 professionnels de santé (médecins généralistes, cardiologues, infirmières, kinésithérapeutes, pharmaciens, gynécologues,diététiciennes, podologues…) travaillent d’arrache-pied et avec beaucoup d’enthousiasme et de détermination, depuis près de 3 ans maintenant, accompagnés dans cette démarche par une coordinatrice de santé mise à leur disposition par la communauté de Communes du Haut-Béarn.

 À la suite de quoi, ces 53 professionnels de santé ont constitué une « Association de la Maison de Santé du Piémont Oloronais (AMSPO) » dont les statuts ont été déposés en Août 2018, et établi un Projet de Santé qui a été labellisé par l’Agence Régionale de santé (ARS) en juin 2019.

 À cet égard, je tiens à remercier très sincèrement M. Michel LAFORCADE, Directeur Régional de l’ARS, Mme Marie-Isabelle BLANZACO, Directrice Départementale et Philippe LAPERLE, Directeur Adjoint de l’ARS, pour leur écoute, leurs précieux conseils et leur accompagnement chaque fois qu’avec les membres du bureau de l’AMSPO nous les avons sollicités et rencontrés.

 L’ARS a d’ailleurs octroyé une subvention particulière à l’association pour engager une étude de faisabilité, laquelle effectuée dans le courant du deuxième semestre 2019 par le Cabinet Eliane Conseil, a effectivement validé la faisabilité de ce projet.

 C’est aussi à ce moment là que le Bureau de l’AMSPO a officiellement demandé, courant octobre 2019, à la Communauté de Communes du Haut-Béarn le portage public de cette Maison de Santé, et que notre collectivité à délibéré en ce sens le 7 novembre 2019 en s’engageant à solliciter auprès des partenaires financiers habituels (État, Région, Département…) le maximum de subventions possibles, et à prendre en charge la deuxième phase fonctionnelle de faisabilité (pré-programmation architecturale, calcul des charges ) de ce beau projet.

Cette deuxième phase est actuellement en cours.

 Voilà où nous en sommes exactement aujourd’hui.

 Avant de terminer mon propos sur ce sujet, je tiens tout d’abord à saluer à nouveau le remarquable travail effectué par les professionnels de santé, le Président et son bureau, et à redire très clairement que ce sont eux, et personne d’autre à leur place, qui connaissent leurs véritables besoins, et que notre rôle à nous, élus, est de les écouter, travailler avec eux pour tenter de répondre au mieux à leurs attentes, sans vouloir leur imposer des solutions qui iraient à l’encontre des objectifs poursuivis.

 Mon seul souci, mon seul objectif, c’est que ce projet aboutisse, quelque soit le lieu où il se fera, dès lors qu’ils l’auront validé comme étant le mieux approprié à leurs attentes.

 Il en va de l’intérêt de notre territoire et de notre capacité à le rendre le plus attractif possible pour y attirer les médecins dont nous aurons besoin demain.

Et aussi…

Cette cérémonie des vœux a été également l’occasion :

  • pour Yann de Noyers, directeur général des services de la CCHB de rendre compte du travail accompli dans le domaine des ressources humaines (recrutements, organisation, formation, promotion, réunion de concertation etc.)
  • d’une remise de cadeaux pour marquer le départ à la retraite de deux agents de la communauté de communes
  • de mettre à l’honneur deux citoyens qui ont bien servi le territoire : Monsieur André Hontaa pour les 70 (soixante-dix) années passées au sein de l’Harmonie municipale, dont 30 comme président et Monsieur André Casas pour ses 52 années d’activité commerciale dans son magasin emblématique de la rue Louis-Barthou

5 commentaires sur « Discours des vœux à la CCHB : le président Lacrampe met des points sur quelques « i » »

  1. le président Lacrampe met des points sur quelques « i »
    Vous auriez pu ajouter les barres aux t
    Une fois de plus on se rejoue les  » tontons flingueurs » en oubliant qu’ à Oloron il y a des citoyennes et citoyens.

    J'aime

  2. Bel hommage mérité à Mr Hontaa, mais avec une pensée électoraliste quand même, l’harmonie n’a pas adhéré au réseau des écoles de musiques et de fait (sous réserves) n’est pas dans me giron de la com com?

    J'aime

  3. La petite collation d’après discours a dû être sympa entre les futurs colistiers Messieurs Servat et Domecq, l’occasion de faire connaissance, de discuter l’avenir dans la joie et la sérénité, Daniel dans le rôle du maître de maison, papillonnant de table en table une coupette à la main.
    Les figures tutélaires de la droite traditionnelle doivent être heureuses …

    J'aime

  4. Mon pauvre Clément, je plains très sincèrement ceux qui n’ayant rien de très constructif à dire, sont en état permanent de dénigrement systématique et de jalousie aveuglante.
    Heureusement que dans ces moments là, tout le monde parle à tout le monde : ça s’appelle le vivre ensemble et la convivialité.
    Quant à la soit-disant « coupette de Daniel » : il doit y avoir erreur sur la personne, je ne l’ai jamais vu boire d’alcool. Renseignez-vous !

    J'aime

  5. @ dellat, c’est une image la « coupette », mais au vue du peu de réaction j’imagine que l’amalgame de plusieurs individualités venant de gauche et de droite ne doit pas être chose aisée, il manque plus qu’un Gastro-entérologue ayant de l’autorité et le sens du dialogue pour faire passer les crampes d’estomac.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.