Le trafic routier par le Somport a augmenté de 70% entre 2017 et 2018


Le 8 février 2018, Oloronblog mettait en ligne un billet intitulé Augmentation du trafic routier par le Somport : selon un média espagnol ça ne fait que commencer. Cette prédiction a été confirmée, chiffres à l’appui, par un autre quotidien aragonais en ce début d’année. L’information avait échappé à la plupart d’entre nous de ce côté-ci des Pyrénées. Pas à Georges Manaut qui m’en a fait part tout récemment. Prenons connaissance (dans une traduction libre… mais je crois fidèle) des principaux passages de cet article du Heraldo de Aragón.

Il a pour titre Le tunnel de Somport bat son record mais n’atteint que 5% du trafic d’Irun ou de La Junquera. L’article commence par planter le décor : ayant nécessité un investissement de 254 millions d’€, le tunnel a été inauguré en 2003. En 2018, son trafic a battu un record avec plus d’un demi-million de véhicules, soit une moyenne quotidienne de 1 403. Le record précédent, établi l’année d’ouverture était de 1 179 véhicules/jour.

« Toutefois, par rapport aux deux principaux passages en Catalogne (La Junquera) et au Pays basque (Irún), le volume de circulation par ce poste frontalier aragonais reste résiduel après presque deux décennies, puisqu’il atteint à peine 5%. », tempère le Heraldo, graphique à l’appui.

« Ces 1 403 véhicules quotidiens représentent une augmentation de près de 70% par rapport à 2017, qui fut en revanche la deuxième année la plus mauvaise pour le Somport, puisque qu’ils n’avaient alors été que 835 véhicules à traverser en moyenne le tunnel international. Au cours des dix années précédentes, les chiffres avaient oscillé entre 976 et 1 170 véhicules. », poursuit le journal.

Les trois raisons par lesquelles les autorités expliquent cette brusque augmentation du trafic ? « Au siège provincial de la circulation, on attribue cette hausse « principalement » à la fermeture des routes adjacentes en raison de glissements de terrain ou d’avalanches. Une autre des raisons invoquées est la redevance imposée en 2018 pour circuler sur des routes importantes du Guipúzcoa « car ce coût supplémentaire incite les utilisateurs à utiliser les plus proches ». Enfin, on estime que l’amélioration du col de Monrepós, bien que toujours en cours, attire également plus de trafic. »

Moyenne quotidienne du trafic frontalier 2018
Moyenne quotidienne du trafic routier à divers passages frontière

Le Somport, 5ème des passages routiers transpyrénéens les plus fréquentés. « Selon les statistiques du ministère du Développement, sur les 26 routes qui traversent la frontière franco-espagnole, le passage ayant le volume de trafic le plus important est celui de La Junquera (AP-7) avec 34 374 véhicules par jour en 2018, ses meilleures données historiques. Irun (AP-8) a également battu son record en enregistrant en 2017 (dernier chiffre officiel publié par le Conseil provincial de Guipúzcoa) un total de 25 596 véhicules. La troisième place était occupée par le col de Puigcerdá (N-152) avec 7 152, et la quatrième par le tunnel de Viella (N-230) avec 1 893. Le Somport se place en cinquième position. »

Les chiffres précédents concernaient le seul tunnel du Somport. Mais qu’en est-il pour les passages par le col lui-même, par celui du Portalet et par le tunnel de Bielsa ? « En Aragon, il existe trois autres passages frontaliers. Le col du Somport (N-330a) a compté en moyenne 327 véhicules par jour, soit 11% de moins qu’en 2017. Le réseau régional comprend le Portalet (A-136), qui a atteint 936 véhicules, soit également une diminution de 9,5% (il a été fermé en raison du risque d’avalanches pendant 14 jours, soit trois de moins qu’en 2017) ; et le tunnel de Bielsa (A-138), qui a atteint 1 014 véhicules. Dans ce dernier cas, le trafic a augmenté de 3% malgré une fermeture nocturne durant 12 jours, soit quatre de plus qu’en 2017. »

Et le trafic poids lourds dans tout ça ? « En ce qui concerne le transport de marchandises, La Junquera comme Irún dépassent les 10 000 camions par jour. Plus précisément, la frontière catalane en a enregistré l’année dernière 11 668/jour (34% du total des véhicules), tandis que le passage frontalier basque a atteint 10 494/jour (41%) en 2017. Dans ce classement, le tunnel du Somport occupe la troisième place avec 364 véhicules lourds par jour, soit 26% du total des véhicules le traversant. Le tunnel de Viella atteignait à peine 8% (154) et l’accès par Puigcerdá n’était que de 1% (78). »

L’association des entreprises de transport des marchandises d’Aragon accuse la France : « Pour Santiago López-Montenegro, président de l’Association des entreprises de transport discrétionnaire de marchandises d’Aragon (Tradime), le tunnel de Somport ne fonctionne que « normalement » pour le trafic lourd « car un investissement important a été réalisé dans la partie espagnole, bien que les autoroutes ne soient pas terminées, mais le côté français reste toujours en très mauvais état.  » D’où l’énorme différence avec les deux autres passages de Catalogne et du Pays basque, « il serait donc intéressant d’ouvrir cette traversée centrale des Pyrénées que nous demandons depuis si longtemps et qui nous permettrait de communiquer avec la France de manière plus rapide et directe », affirme-t-il. »

« López Montenegro estime que l’achèvement des travaux dans le col de Monrepós – prévu pour le printemps prochain – pourrait contribuer à accroître le trafic dans le tunnel. Et il insiste sur le fait que le problème principal n’est pas celui-là, mais que le côté français n’est pas adapté pour les transports lourds, « bien que j’observe que les entreprises françaises de la région s’efforcent d’obtenir des améliorations », dit-il. », poursuit le quotidien aragonais.

Et c’est ainsi que le passage par le Somport n’est pas le premier choix des transporteurs aragonais, conclut le Heraldo : « Face à cette situation, les entreprises aragonaises optent majoritairement pour les passages frontaliers de la Catalogne et du Pays basque, « notamment pour toutes les marchandises qui sont transportées dans un rayon dépassant 150 ou 200 kilomètres ». Un détour qui implique toutefois des coûts supplémentaires importants « parce que tout ce qui n’est pas en ligne droite nécessite davantage de kilomètres, d’heures de conduite et de carburant », explique-t-il. »

Voilà quelques informations de nature à poursuivre un débat déjà largement ouvert, celui sur l’intérêt de la déviation Oloron-Gurmençon dans la mesure où une très large partie de ce trafic traverse notre ville.

22 commentaires sur « Le trafic routier par le Somport a augmenté de 70% entre 2017 et 2018 »

  1. Un autre élément va accroître le trafic. L autovia sud Pyrénées va être terminée. Contrairement à l autoroute nord Pyrénées de Vinci, elle est gratuite. Donc elle va permettre de concentrer le trafic vers jaca.

    J'aime

  2. Le fait que ces données viennent d’Espagne -passages de frontière entre autres- est surprenant. Ne sait-on pas compter dans notre département ?

    J'aime

  3. Le 18 juin une réunion abordant notamment ce sujet s’est tenue à la Spus-Préfecture et qui a conclu sur une analyse similaire. Ci-dessous, une partie du compte rendu non officiel, qui donne la position de M. le sous-Préfet.
    .6 points étaient à l’ordre du jour :
    1) quelle suite après les arrêtés de 9 Maires de communes de la Vallée d’Aspe interdisant la circulation des produits dangereux dans leur commune ?
    2) où en est-on de la déviation Gabarn-Gurmençon d’Oloron ?

    3) contournements des 4 communes traversées en leur cœur par la RN 134/E7 et sécurisation de la route entre Oloron et le tunnel du Somport

    4) voie rapide Pau – Oloron et son intérêt vital pour le bassin d’emploi d’Oloron

    5) Lacq-Pau-Tarbes promus au titre de Territoire d’Industrie. Pourquoi Oloron n’en fait pas partie ? Pourquoi pas un Territoire d’Industrie Lacq-Pau-Oloron-Tarbes ?

    Sur le point 1) M. le Sous-Préfet souligne que certains signataires sont opposés à la déviation d’Oloron Il indique que le nombre de véhicules transportant des matières dangereuses est faible (16 par jour au tunnel du Somport).

    Sur le point 2) M. le Sous-Préfet indique que les choses avancent et qu’une réunion aura lieu à ce sujet avec le DGITM, M. Marc Papinutti le 20 juin à Pau.

    Sur le point 3)M. le Sous-Préfet indique que le sujet des contournements et aménagements devrait être abordé prochainement dans le cadre du CPER 2021 – 2026.

    Sur le point 4) il est remis à M. le Sous-Préfet une carte où est figurée la voie rapide entre Lescar et Oloron ainsi que la bande de 300m réservée jusqu’au 30 juin 2021. Il lui est également remis la lettre-pétition en faveur des contournements et aménagements de la RN 134 et de la voie rapide Pau-Oloron ainsi que la liste des signataires à ce jour. M. le Sous-Préfet indique que cette infrastructure relève de la compétence du Département

    Sur le point 5) et les points précédents M. le Sous-Préfet conseille et nous encourage à développer une stratégie d’ensemble.

    J'aime

  4. Quand on compare les 364 poids lourds transitant par le tunnel du Somport aux 10 494 poids lourds franchissant la frontière par Irun, il faut dire que le trafic routier en Vallée d’Aspe est insignifiant. Mais ce qui devenu insupportable est que la vitesse des convois a augmenté et surtout que le tonnage des camions a plus que doublé, atteignant 47 tonnes pour un ensemble routier avec remorque. Or le soubassement de la chaussée n’est plus adapté pour supporter de telles charges, avec des conséquences dommageables pour les riverains qui outre les nuisances du bruit et de la pollution ont à supporter des vibrations sur .leur habitation et même à constater des fissures sur leur habitat.

    J'aime

  5. La logique du tout routier montre ici ses limites et ses dangers en terme d accidentologie éventuelle,mais aussi par l augmentation de la pollution dans la vallée d Aspe. Prendre la route à partir de chez soi est tellement facile et fait appel à notre penchant au moindre effort. Dans le cas de la vallée d’Aspe; le train est une solution tres interessante , malheureusement encore peu utilisée. je souhaite que l axe Pau Canfranc par le train soit réalisé le plus tôt possible, car ce qui semble coûter cher aujourdhui , ne le sera pas demain, au vu du changement climatique qui sera à l avenir beaucoup plus prégnant;

    J'aime

    1. … ce qui d’ailleurs ne changera rien au passage journaliers des 364 véhicules lourds.. et ne simplifiera pas la vie des riverains qui de toute façon devront prendre leur voiture pour aller à la gare…

      J'aime

  6. Quand ANVii et stop aux camions disent que les contournements et la voie rapide amèneront un flot de camions suplémentaire dans la vallée, cet article le confirme…

    Les transporteurs attendent de pouvoirs circuler plus rapidement chez nous pour y envoyer encore plus de camions…

    Les pouvoirs publics savent cela et laissent les habitants pris en otage des camions pour qu’ils acceptent les déviations vendues mensongèrement comme sécuritaires…

    Elle est belle la politique…

    Mais certains ne laisseront pas faire 🙂 ♥

    Vanessa

    PS : ANVii a déposé mardi dernier en préfecture un courrier sur ce sujet, si Oloronblog le veut, je peux transmettre 🙂 Il va sous peu être diffusé.

    J'aime

  7. … Ca c’est sûr… et l’effet pervers en plus, celui d’isoler totalement la ville d’Oloron… Plus de passage, plus de client comme me disait un commerçant oloronais.

    J'aime

  8. Même un référendum régional qui recueillerait 80 % de voix en faveur de la déviation d’Oloron, du Gabarn à la Porte d’Aspe, n’arriverait pas à convaincre les pseudos écolos. Qu’ils nous disent quel est l’intérêt de prolonger davantage les nuisances supportées par les riverains de la RN 134 ?

    J'aime

  9. Il faut raison garder : l’augmentation de 70% entre 2017 et 2018 est totalement farfelue et résulte probablement d’une coquille dans le média espagnol.

    La Direction Interrégionale des Routes d’Aquitaine (DIRA) publie chaque année sur son site les cartes de trafic des routes nationales de son ressort en France avec le point de comptage du Somport (tunnel et col)
    IL suffit de s’y reporter pour voir que le trafic 2018 s’élève à 1374 dont 351 Poid-Lourds contre 1293 (dont 307 PL) en 2017; L’augmentation est de 6,2%
    Sur la durée, le trafic était avant tunnel (2002) de 1054 véh. (dont 158) est après ouverture (2003) passé à 1179véH. (dont 255PL

    Alors que l’impact de l’ouverture du tunnel sur le trafic des véhicules légers n’est pas vraiment significatif, la progression du trafic global ( 30% en 16 ans ) est notable et due à celle spectaculaire du trafic lourds multiplié par plus de 2 sur la période.

    Cette progression du flux des poids lourds est intervenue en 2 étapes : Sur les 200 PL supplémentaires enregistrés en 2018 par rapport à 2002, La moitié est intervenue la première année dès l’ouverture du tunnel , avant un douzaine d’années de relative stabilité et un nouveau bond d’une centaine de PL dans les 3 dernières années, probablement explicable par le rebond de l’économie espagnole et plus récemment par l’effet « péage » instauré en 2017 sur une section réseau basque avec un possible report partiel sur le Somport.

    J'aime

  10. Autre enseignement des statistiques de trafic officielles de la DIRA pour apprécier le trafic poid-lourd ;
    En 2018, 462 camions /jours ont traversé Asasp alors que seuls 351 ont franchi le tunnel.
    Le trafic nuisant est donc aussi ( pour environ 25%) le fait de la vie et de l’activité économique de la vallée.

    J'aime

    1. alors je ne vous dit pas si l’énorme carrière du bager se fait………car en catimini le projet avance, n’en doutez pas….

      J'aime

  11. Je suis très étonné que l’on compare le Somport avec les passages en bord de mer. Cela n’a rien à voir et n’a aucun sens.

    Je suis surtout très étonné que l’on pose le problème du Somport et des poids lourds sans poser le problème gravissime des transports espagnols qui onr toujours privilégié la route par rapport aux autres moyens. Car l’Europe finance le transport maritime au départ de l’Espagne vers l’Europe du Nord par l’Atlantique et l’Europe du sud par la Méditerranée.
    Quelle est l’évolution du transport Espagnol par la route ?
    Il devrait de toute façon baisser drastiquement. Et par voie de conséquence supprimer l’intérêt du Somport .
    Le deuxième éclairage est celui du devenir de la vallée d’Aspe. Quel futur ?
    Et c’est une évidence, une région protégée adossée au Parc des Pyrénées, c’est la seule voie de développement durable.
    La conséquence logique est la suppression totale du trafic poids lourd.
    Arrêtons de vouloir bétonner et goudronner cette vallée cela tuera son avenir.

    Aimé par 1 personne

  12. L’augmentation du trafic PL en vallée d’ Aspe n’ est rien d’ autre pour les Elus valléens que l’ avenir qui chante !!!!!
    Nos amis Maires valléens doivent être contents d’ une aussi bonne nouvelle.
    Cela leur amène de l’ eau au moulin pour justifier leurs manifestations et leurs
    éternelles demandes d’ aménagements routiers, afin que viennent plus de PL
    dans la vallée, car derrière cela il y a des mots comme: subventions, aménagements médias, etc…. dont ils sont particulièrement friands
    Sans bien sûr se soucier du sort de la population riveraine et autre de la RN134, qui
    elle subit toutes les nuisances de cette situation. Ce qui laisse assez songeur sur le rôle des Elus qui devrait être la défense de l’ intérêt de la population subissante et à qui il ne reste qu’ une chose: se taire et subir.
    Ce qui est révélateur de cette situation, c’ est la tenue de la dernière manifestation des Maires et Président de CCHB à Etsaut, qui normalement aurait dû pour être efficace se tenir dans les bureau du Préfet, à demander des mesures d’ urgence pour la sécurité des habitants et le respect du code de la route, notamment contre la vitesse des PL en permanence excessive.
    Par pitié que ces gens là cessent de remuer le couteau dans la plaie en fêtant publiquement ce genre d’ anniversaire, mais surtout qu’ ils respectent la mémoire de ce pauvre chauffeur Espagnol, qu’ ils prennent quelque part en otage à l’ insu de son plein gré.

    J'aime

  13. @GSTA, sous le couvert de votre anonymat, il ne vous aurait rien coûté de nous révéler quels sont les élus qui sont opposés à la déviation routière d’Oloron.A 7 mois des municipales, les riverains et les usagers de la RN 134 auraient été intéressés de connaître ces élus qui leur portent autant d’attention.

    J'aime

  14. Ancien des TP ayant travaillé un certain temps sur les aménagements de la vallée d Aure, voici mon point de vue sur le Somport. Côté français, tout se rapporte à l argent qui manque. L axe Huesca Pamplune est un superbe travail qui se continue à l ouest de Jaca. La montée vers le Somport est belle mais pour y voir plus de camions, il faut dévier les villages comme Villanúa et autres. Tout cela frise l incohérence des politiques. Revoyons cela avec lucidité… Le chemin de fer est trop engagé pour revenir en arrière, servons nous de ce train. Il y a axe Est Ouest des pyrénées avec Toulouse qui est valable à mettre sur le rail jusque Canfranc pour commencer mais avec objectif, Saragosse. Obliger comme en Suisse à faire passer tout par conteneurs sur le rail. Les taxes sur la circulation des camions en Suisse sont trop élevées pour que les transporteurs discutent !
    L amélioration de cette nationale ne serait plus une urgence sauf Pau Oloron qui est à revoir. La déviation d Oloron ne serait plus d actualité non plus…

    J'aime

    1.  » Obliger comme en Suisse à faire passer tout par conteneurs sur le rail. »
      Rien que de la logique dans cela. Mais comme les Elus sont friands et très honorés de marquer leur mandat électoral, ils s’ entêteront jusque’ au bout des choses à réclamer des aménagements titanesques qui ne correspondront pas aux réels besoins de la population valléenne. Cela avec l’ appui de l’ Administration qui voit avec de tels projets une opportunité bien heureuse de se justifier.Peut être que les prochaines élections municipales feront ouvrir les yeux à certains et amèneront un peu de réflexion raisonnée dans ce domaine.

      J'aime

  15. « MANAUT 29 août 2019 à 19 h 58 min
    Même un référendum régional qui recueillerait 80 % de voix en faveur de la déviation d’Oloron, du Gabarn à la Porte d’Aspe, n’arriverait pas à convaincre les pseudos écolos. Qu’ils nous disent quel est l’intérêt de prolonger davantage les nuisances supportées par les riverains de la RN 134 ?
    https://www.facebook.com/ANVII-B%C3%A9arn-STOP-D%C3%A9viation-Oloron-978033018974836/ »

    Mais quel élu depuis tout ce temps s’est-il démené pour demander l’interdiction du passage de matières dangereuses dans Oloron en journée ? Histoire de protéger immédiatement et gratuitement tous les enfants de la cité scolaire d’Oloron et de la garderie du Gabarn ?
    AUCUN ?

    Et pourquoi ? il n’y a qu’à aller voir quels élus ont signé la « pétitions de décideurs » de BAP ?
    Tous ont un intérêt commun : tant que les populations sont en danger, ils pourront (élus et lobby pro routier) légitimer les voies rapides comme étant la seule solution…

    Ne remettons surtout pas en cause le passage de poids lourds en zones dangereuses et écologiquement sensible.

    PS : voici le courrier demandant des explications sur différents faits, explications que ni les politiques, ni les élus ne demandent…

    Donc Monsieur Manau, combien d’accidents mortels et écologiquement désastreux faudra-t-il aux gens pour comprendre que l’état les prend en otage pour leur faire accepter les voies rapides pour le bien de grandes sociétés ?

    Merci

    Vanessa

    J'aime

  16. Pour imaginer une autoroute en vallée d’Aspe, il faut oublier Urdos, Borce, Etsaut, Cette Eygun, Accous, Bedous, Sarrance et alentours… comme tu les connais au jourd’hui, des aires d’ahdésion au Parc National.
    Imaginons l’avenir avec une autoroute: le vert devenir jaune, le bleu denevir gris, le bruit assourdissant, la valeur des maisons par terre, le tourisme de montage condamné, la montagne et le Parc National condamné, la biodiversité disparue, sûrpopulation, criminalité, pas de duane, pas de control de poid lourds dehors le tunnel Somport. El Dorado des camions, de contrebande et de l’economie destructive qui séduisent autant des politiques bien payés pour soutenir et signer des petits papier. Attention, ils ne pensent pas a l’avenir, mais a leur relevé de compte bien sûr que oui.

    J'aime

  17. N oublions ce que peu de monde parle ! L augmentation du bitume ( comme le béton) fait augmenter la température par réverbération… J invente rien suffit de lire les études sur le pourquoi du réchauffement…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.