Marché public pour le remplacement des compteurs d’eau de la ville : une transparence qui ne coule pas de source


La ville d’Oloron vient de lancer un appel à concurrence en vue du « renouvellement des compteurs d’eau potable avec le déploiement, la gestion et la maintenance d’un système de relève à distance des compteurs d’eau ». Ce projet représentant un budget important (766 500 € ont été votés par le conseil municipal) qui sera supporté, hors subventions potentielles, par les usagers via leurs factures d’eau et d’assainissement, Oloronblog a considéré que certains points de cet appel à concurrence méritaient d’être éclaircis. D’où la publication le 4 juillet dernier d’un article posant quelques questions directes. L’une de ces questions a manifestement titillé le bureau d’études chargé d’assister la ville dans ce marché. D’où un échange de courriels en 6 épisodes (même si tout s’est déroulé sur le ton de la courtoisie, je vous fais grâce ci-dessous des formules de politesse).

Épisode n° 1 – Le 9 juillet le bureau d’études demande le retrait d’un paragraphe de l’article du blog

« Nous sommes le bureau d’études qui a accompagné la collectivité.

Vous indiquez dans votre article le paragraphe suivant : « est-il exact, comme il m’a été rapporté, que 90% des appels d’offres sur lesquels intervient le bureau d’études qui accompagne la ville d’Oloron en qualité d’assistant au maître d’ouvrage ont été attribués à la même société (celle qui a mis en place le pilote d’une vingtaine de compteurs) ? »

 Nous vous demandons de retirer dans les plus brefs délais ce paragraphe car vos sources sont erronées.

En effet, sur les 9 marchés que nous avons lancés :

  • Suez a remporté 5 marchés sur 9
  • Smarteo a remporté 2 marchés
  • Birdz a remporté 1 marché
  • Veolia a remporté 1 marché
  • Diehl Metering a remporté 1 marché

Par ailleurs il serait quand même préférable de bien vérifier vos sources avant publication.

Je reste à votre disposition pour vous expliquer cela de vive voix.

Épisode n°2 – Le blogueur actualise ce même 9 juillet le paragraphe en question

Dès la réception du courriel précédent, tout en conservant la version initiale du paragraphe, je le complète par les informations apportées par le bureau d’études : « actualisé le 9-07-2019 à 13 heures : le bureau d’études vient de m’adresser aujourd’hui un courriel en réponse à ma question : ce ne sont pas 90%, mais 55% des appels d’offres – à savoir 5 appels d’offres sur 9 – qui ont été remportés par la société en question »

Épisode n°3 – Toujours le 9 juillet, le bureau d’études me demande d’apporter une précision supplémentaire

J’attire votre attention sur fait que sur les 5 marchés remportés par la société, la société était les moins chère financièrement et ont eu la meilleure note financière.

Cette note financière était d’ailleurs prépondérante par rapport à la note technique (généralement 55% financier et 45% technique).

Il serait bon de le préciser dans l’article pour éviter toute confusion et conclusion hâtive.

 Épisode n° 4 – Refus immédiat mais poli du blogueur

Mais vous savez comme moi qu’en matière de marchés publics, quand bien même le prix rentrerait-il pour une part prépondérante dans le jugement de l’offre, la notion de « mieux disant » prend le pas sur la notion de « moins disant ». Durant ma carrière professionnelle, des dizaines et des dizaines de marchés publics me sont passés entre les mains. D’expérience, je confirme que le prix est souvent, sinon secondaire, à tout le moins à considérer avec une certaine circonspection.

Épisode n° 5 – Le 11 juillet, le blogueur demande au bureau d’études des confirmations et pose des questions

Pour faire suite à nos précédents échanges de courriels à propos du marché de la télérelève des compteurs d’eau à Oloron Sainte-Marie, permettez-moi de vous adresser ici quelques questions et demandes de confirmation complémentaires se rapportant à votre rôle d’AMO dans cette opération.

Au préalable, je tiens à insister sur un point : peu m’importe la société qui, au final, sera déclarée attributaire du marché. L’important pour moi c’est que, dans le seul intérêt des Oloronais, ce soit la mieux disante qui soit désignée et ce à l’issue d’une procédure d’une totale transparence.

Voici mes questions et demandes de confirmation :

1/ À propos de votre premier courriel

Dans votre premier courriel, vous listez les sociétés qui ont été attributaires du marché dans les 10 appels d’offres pour télérelève de compteurs d’eau que votre bureau a suivi en tant qu’AMO. Est-il exact que le marché attribué à la société Diehl ne concernait pas de la télérelève, mais de la relève mobile ? Est-il exact que les deux marchés confiés à la société Smarteo avaient, dans un premier temps, été attribués à la société Suez qui avait par la suite été évincée par la collectivité attributaire car elle ne donnait pas satisfaction ?

2/ À propos de la durée du marché

Le marché d’Oloron s’étend sur 171 mois, ce qui est une durée particulièrement longue. Le règlement de la consultation justifie pour partie cette durée par la faible concurrence dans le secteur. Mais y a-t-il faible concurrence lorsque les 10 marchés suivis par votre seul bureau d’études ont été, selon vos propres indications, attribués à 5 prestataires différents ?

3/ À propos de l’expérience pilote portant sur 20 compteurs

Votre bureau d’études a-t-il été associé à l’expérience-pilote portant sur l’installation de vingt compteurs à Oloron ? Dans l’affirmative, comment a été choisie la société prestataire ?

4/ À propos de l’estimation du prix

Votre bureau d’études est-il à l’origine de l’estimation entérinée par le conseil municipal (766 500 €) pour la réalisation de l’opération ? Confirmez-vous que, sur la base du cahier des charges actuel, cette estimation reste d’actualité ?

Je vous remercie par avance de l’attention que vous voudrez porter à ma démarche et ne manquerai pas d’informer les lecteurs de mon blog de la suite que vous aurez bien voulu lui réserver.

Épisode n°6 – Le bureau d’études oppose à la démarche du blogueur une fin de non-recevoir

Dans le cadre de notre mission avec la ville d’Oloron et de vos relations actuelles avec la collectivité, vous comprendrez que je ne peux continuer à vous renseigner sur ce marché.

En conclusion

Mes tentatives pour obtenir davantage de précisions ont fini… en eau de boudin. Sans doute parce que mes questions dérangent. Une solution pour y avoir réponse : que les élus faisant partie de la commission d’appel d’offres qui va être chargée d’examiner les propositions des candidats (cela interviendra vraisemblablement au début du mois d’août) se montrent eux aussi curieux. Et à eux, il y aura obligation de répondre. Attendons donc.

6 commentaires sur « Marché public pour le remplacement des compteurs d’eau de la ville : une transparence qui ne coule pas de source »

  1. Merci Joël pour ces informations et pour la mise en vue de tant de choses qui concernent tous les habitants de notre commune, mais qui échapperaient au citoyen lambda.

    J'aime

  2. Merci pour ces informations car il est légitime que les contribuables Oloronais sachent comment sont attribués les marchés publics de la ville. Visiblement on veut faire rétention d’information…

    J'aime

  3. Encore merci Joel de mettre vos connaissances professionnelles à la disposition de l ensemble des Oloronais…Tout notre soutien !!

    J'aime

  4. ces explications sont toutes aussi intéressantes pour d’autres communes ou systématiquement c’est la même boite de btp locale connue qui remporte tous les marchés..

    sinon il parait qu’il y a des astuces pour ce faire bien évidemment sans rapport avec le paragraphe précédent.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.