Démission du vice-président du FCO rugby de la commission d’appel d’offres de la commune : le début de la sagesse


Un écho de La République nous l’apprend ce samedi matin : au lendemain de son élection à la vice-présidence du FCO Rugby, Pierre Serena a « décidé » de démissionner de son poste de membre suppléant de la commission d’appel d’offres de la commune. Le blogueur ne veut pas être présomptueux et s’attribuer des mérites qui ne sont pas les siens, mais il trouve qu’il y a une drôle de coïncidence entre cette sage décision et la publication sur Oloronblog d’un article mettant en garde Pierre Serena sur les gros risques juridiques que fait peser sur lui un cumul de fonctions risquant de le confronter à des situations inextricables.

Trêve de – fausse – modestie, je sais pertinemment que la lettre de démission est postérieure à la parution de l’article sur le blog. Signe que du côté de la place Clémenceau je compte des lecteurs attentifs… et vigilants. Mais là n’est pas le plus important. L’important est finalement que le principal intéressé, pour son propre bien, ait entendu la voix de la raison. Même si cette voix continue de lui murmurer qu’il n’a accompli qu’une partie du chemin sur la voie de la sagesse.

Comment en effet dans une ville où le rugby est roi, l’adjoint aux sports, parce qu’il porte aussi la casquette de vice-président du club-phare de la cité, pourrait-il s’empêcher de s’occuper au nom de la commune de tout ce qui touche le ballon ovale de près ou de loin ? C’est impossible. Pourtant, s’il commence à mettre un tant soi peut son nez dans les affaires du rugby, il va encourir le risque de conflit d’intérêts ou de conseiller municipal intéressé. Sa position est intenable.

Pour être réaliste, je sais que les temps sont difficiles pour tout le monde et qu’une indemnité d’adjoint au maire (de l’ordre de 12 000 € bruts par an dans une commune de la taille d’Oloron) met du beurre dans les épinards. Mais, qu’est-ce qui empêche l’adjoint aux sports de conserver un poste d’adjoint dans un autre domaine que celui des sports ? Il doit bien exister des secteurs qui mériteraient la présence d’un adjoint délégué à plein temps. La propreté de la ville par exemple. « Propreté de la ville », à tous les sens du terme s’entend.

3 commentaires sur « Démission du vice-président du FCO rugby de la commission d’appel d’offres de la commune : le début de la sagesse »

  1. @rd918, C’est un excellent projet, !!!
    Un petit selfie sur Facebook, et hop le club entreprise trouvera un premier donateur.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.