Oloron, terre de contradictions


Entre obscurité et clarté, entre trouble et limpidité, entre transparence et opacité, entre boue et netteté, Oloron est à l’image de ses gaves d’Aspe et d’Ossau aujourd’hui à la Confluence : un lieu de contradictions.

Les gaves à la Confluence

 

10 commentaires sur « Oloron, terre de contradictions »

  1. Bravo Joël pour cette belle photo.
    Si l’on prend de la hauteur, en comparant les vallées d’Aspe et d’Ossau même les cieux nous envoient un message clair ou obscur suivant la vallée ou l’on habite.
    Si l’on pénètre dans la vallée d’Aspe, on ressent un trouble une forme de peur du futur, une anxiété pathologiques et anormales du progrès. On est contre la route on est contre le train, on est contre tout ce qui bouscule nos habitudes en bref on est contre tout développement du territoire.
    Par contre quand l’on pénètre dans la vallée d’Ossau on a cette limpidité visuelle, claire, transparente qui nous apporte un apaisement certain. La population ossaloise, fait tout pour attirer le tourisme en créant une voie verte et des animations conviviales.
    Quant aux politiques, ne les connaissant pas bien, je vous laisse éclaircir le sujet.

    J'aime

    1. Hum…

      Donc la voie verte et les animations sont mises sur le même plan de développement qu’une route et un train ?

      OK, je fais partie des réfractaires au progrès en vallée d’Aspe (LOL) je ne finis même pas ce message, je sors de suite :-p

      Ben si, voici le progrès que nous vendent certains pouvoirs publics et leurs afficionados : bétonnage illégale de la Seine par Vinci ♥ Vive le progrès, les berges ne seront plus jamais à nettoyer, ça sera propre et moderne, pour plaire au Naïf (du dessus et en général 😉 )

      Allez, je file… Suis une affreuse méchante réfractaire au changement modernisant nos vies polluées actuelles et futures… bouh, la vilaine 😉

      vanessa

      Aimé par 1 personne

      1. bétonnage illégale de la Seine par Vinci ♥
        Peut être que Lindt a pris exemple sur Vinci et nous a chocolaté le gave d’ Aspe pour le restant de nos jours.Dorénavant ça ne sera plus la truite meunière, mais la truite chocolatée aux amandes …..

        Aimé par 1 personne

      2. @ Vanessa. Je sais fort bien que Vanessa est loin d’être naïve comme je le suis et contrairement à ce qu’elle suppose la voie verte et la route peuvent être sur le même plan de développement !
        La RN 134 menant au Somport est sur l’axe européen E7, dans ce cadre les élus et autorités du territoire devraient adopter une charte qui impose à l’état et l’Europe de respecter la biodiversité du territoire. Le premier aspect c’est de récupérer les eaux pluviales des routes chargées d’hydrocarbures et d’en effectuer le traitement avant de les déverser dans le gave d’Aspe qui est classé Natura 2000.
        Je suis, hors navettes locale, pour l’interdiction de certains poids lourds sur cette portion de la RN134 qui n’est pas adapté et qui crée un risque majeur d’accident pour les cyclistes ce qui aujourd’hui est une aberration.
        Mais non Vanessa vous n’êtes pas une affreuse méchante réfractaire au progrès en vallée d’Aspe et tout d’abord ou commence la vallée d’Aspe, à Bidos, à Gurmençon, à Asasp ? Ce que je regrette pour cette vallée c’est qu’il n’a pas été trouvé en terme touristique une alternative à l’ancien festival des Pyrénées qui apportait joie convivialité et partage.
        Allez, je file…sinon je risque de devenir nostalgique et méchant…

        J'aime

    2. Belle et bonne analyse que je partage. Et si l’ on saute une vallée et que l’ on va vers l’ Est on tombe sur la vallée de Luz ( lumière), là le contraste est encore plus frappant quant au comportement relationnel des habitants.
      Quant aux responsables politiques ils en sont restés au principe du clientélisme des années 50.

      J'aime

  2. Bien vu! Quand je passe à Bedous, on me propose de signer des tas de pétitions « c o n t r e »!!! Jamais on ne m’a proposé une proposition « pour »!!!
    C’est décourageant !

    J'aime

  3. Hier, j’étais à Oloron : vers 15h, en passant sur le pont Laclau, il me semble avoir vu un gave d’Oloron bien fourni en eau et bien teinté en de belles couleurs…ai-je rêvé ou bien de la Confluence au pont Laclau, le gave réussit-il le miracle de laver plus propre les eaux sales ?

    J'aime

  4. Et je poursuis la réflexion… C’est quoi Oloron Sainte-Marie sans ces vallées, ces montagnes derrière, et ces jolis cours d’ eau..? L’attrait d’Oloron n’est-il pas lié à la beauté de son environnement? La qualité de vie n’est-elle pas liée à cela..? Le potentiel « économique » (puisqu’il en faut) de notre territoire ne réside-t-il pas là-dedans? Valoriser ça on bien le dégommer en densifiant les routes, en augmentant les flux de marchandises, en creusant des carrières, en développant des centre commerciaux infâmes…? Le « en même temps » n’est pas possible ici, puisque l’un se fait au détriment de l’autre. J’ai l’impression qu’il y a un choix à faire et à assumer; pour quelques décennies, a minima.

    J'aime

    1. Vôtre réflexion est pertinente et légitime, mais l’ échelle des temps politiques et naturels n’ ont pas la même dimension. Le politique n’ a que le temps de son mandat pour mettre ses projets et son programme en place. Donc le n’ importe quoi reste un possible, pourvu que ça puisse faire avancer le programme, au détriment du futur.
      Mais il ne sera plus là pour en voir les conséquences, d’ autant que même s’ il est là personne ne lui demandera rien. ( C’ était un  » coup parti  » comme ils disent pour s’ excuser)
      Le temps naturel est tout à l’ opposé, lui demande du recul et de l’ analyse pour se donner le temps de corriger les erreurs.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.