Le reportage sur le « train fantôme à 100 millions d’€ » Oloron-Bedous a été diffusé ce dimanche 14 avril dans le 20H de TF1


Ce dimanche 14 avril, le 20H de TF1 a été suivi, s’il faut en croire le site spécialisé Pure Médias, par 5,9 millions de téléspectateurs. Qui ont pu découvrir un reportage au titre évocateur : « Le train fantôme à 100 millions d’€ ». Les images ont été tournées entre Oloron et Bedous le 10 avril dernier. Vous pourrez les retrouver ci-dessous.

Les pessimistes y verront une nouvelle preuve de la gabegie financière à laquelle se laissent aller certaines collectivités territoriales. Les plus optimistes, eux, y verront au contraire une sacrée promotion touristique de notre région : sur 5 900 000 téléspectateurs, il s’en trouvera bien quelques milliers, nostalgiques des fêtes foraines d’antan, pour être tentés par la découverte sur place du « train fantôme ».

 

 

29 commentaires sur « Le reportage sur le « train fantôme à 100 millions d’€ » Oloron-Bedous a été diffusé ce dimanche 14 avril dans le 20H de TF1 »

  1. on pourrait aussi faire des stats sur l’utilisation des navettes à oloron. dans 90% des cas quand je la croise, il y a moins de 5 personnes dedans. On est dans la meme logique que pour le train. Une politique de l’offre et pas d’etude de la demande des usagers, ni pour la navette à oloron, ni pour le train oloron bedous. Les gestionnaires ne se demandent jamais quels sont les besoins des usagers potentiels. et on depense de l’argent public à tout va. Le pire, c’est que pour prolonger le service jusqu’a canfranc, les bus roulent à vide jusqu’ à bedous puis chargent les eventuels passagers jusqu’a canfranc. Donc c’est une orgie d’argent public. la question : y a t il un marché? un besoin? Pas pour le transport local, mais aller jusqu’en espagne pour recuperer les TGV ( AVE) espagnols vers barcelone, madrid, , seville, malaga, valence? ça pourrait etre interressant, mais le besoin est plutot depuis pau et le sud ouest, que depuis oloron.

    J'aime

    1.  » En effet, la voie ne permet pas de mettre les remorques des semis sur les wagons, ni de poser des conteneurs sur ces wagons.  »
      L’ étude menée par le cabinet TransportTechnologie-Consult Karlsruhe GmbH (TTK) Gerwigstraße 53, D-76131 Karlsruhe Contact : Marc Perez Tél. [49]721/62503-0, Fax. [49]721/62503-33 E-mèl : marc.perez@ttk.de http://www.ttk.de
      démontre le contraire au paragraphe 5.3.3 :Étude consultable en totalité sur Internet.

       » Un axe qui peut accueillir rapidement un service de fer- routage
      Les gabarits des tunnels entre Oloron – Canfranc permettent d’envisager un ser- vice transfrontalier de ferroutage longue distance qui viendrait compléter celui sur l’axe atlantique. Ainsi, il serait envisageable d’établir un service Saragosse – Tours dont il faudrait étudier la possibilité d’équilibre financier.

      Maintenant peut être que vous avez des informations fiables qui démontrent le contraire. Dans ce cas il serait souhaitable de les publier.
      Compte tenu du tonnage annuel de marchandise en circulation entre l’ Europe du Nord et du Sud ( 15 M de tonnes environ) cet équilibre financier est atteignable, bien sûr avec une volonté politique de vouloir faire vivre ce projet.

      J'aime

        1. La solution par conteneurs a ma préférence. Elle ne nécessite pas d’ installation technique particulière. De plus les wagons peuvent être chargés sans immobilisation des PL, alors qu’ avec le ferroutage ils faut immobiliser les PL le temps du chargement des wagons. Le container a également l’ avantage d’ être plus léger
          qu’ une semi-remorquen avec une durée de vie plus longue. ( pas de pièces
          d’ usure)

          J'aime

        2. il faut encore une fois signaler que les containers ou poids lourds soit sont en partance de la péninsule ibérique vers la France et l’ Europe soit il viennent de L’Europe vers la péninsule ibérique , dans touts les cas, ceux qui descendent via Bordeaux-Hendaye ou qui remontent, le parcourt jusqu’à Dax depuis Saragosse est dans les 70 km plus court que en passant par Canfranc , même topo en ce qui concerne la liaison Toulouse Barcelone alors Canfranc avec ses marchandises et trains de voyageurs ce n’est ni pour demain ni après demain , à la rigueur un tunnel dans 40 ans sous le Vignemale ?

          J'aime

      1. Pour Michel,
        Depuis la vieille étude TTK (2006) d’autres ont suivi. La dernière en date a été commandé par la Région au cabinet Rail Concept pour balayer toutes les réticences et réserves antérieures notamment de la SNCF. Produite en 201, elle a été dissimulée par la région avant qu’elle ne soit contrainte par le tribunal administratif à la rendre publique: il suffit de la lire pour comprendre cette discrétion.
        Que la voie et ses tunnels puissent acheminer du fret, c’est une évidence mais la question est de savoir si il y aura du fret sur les wagons en regard d’un bilan d’exploitation raisonnable.
        Cette étude montre qu’avec des hypothèses optimistes, on reste très loin du compte.

        J'aime

      2. ce ne sont pas des études mais des analyses datant de 2007 , complètement dépassées, et qui n’ont pas été retenues par personne , puisque il y a eu des vraies études faites plus tard et elles n’ont pas été retenues non plus , mais à propos où est elle celle de la SNCF faite en 2013 ? Mr Rousset a fait en sorte que celle-ci ne soit pas connue car défavorable , Mr Rousset a montré une analyse critique édulcorée faite à sa demande à Rail-Concept et ce est celle-ci qu’il a rendu après que le Tribunal Administratif de Bordeaux l’ait condamne a le faire ( sous astreinte ) , ce sont les réalités malheureuses de la gabegie Oloron-Bedous , mais en ce qui concerne Bedous Canfranc au vu des expériences acquises avec le traitement des dossiers Bedous Canfranc ce ne sera pas réalisé

        J'aime

    2. Quand je la croise c’est un témoignage et une opinion .Quand je la croise il y a environ deux à 7 passagers ,mais pour combien de places assises?La plupart des voitures que je croise ont un passager pour quatre ou cinq places assises.

      J'aime

  2. Pas pour le transport local, mais aller jusqu’en espagne pour recuperer les TGV ( AVE) espagnols vers barcelone, madrid, , seville, malaga, valence? ça pourrait etre interressant, mais le besoin est plutot depuis pau et le sud ouest, que depuis oloron.

    Tout à fait d’ accord avec vos propos. La Pau Canfranc en tant que telle ne sera jamais rentable. Tout le monde est d’ accord pour le reconnaitre on a pas besoin de le rappeler constamment. Mr Manaut s’ en charge avec succès.
    Il faut que cette voie s’ inscrive dans un schéma beaucoup plus global par exemple avec des trains Intercités entre Zaragosse Toulouse et Bordeaux, afin de faire la jonction avec les réseaux nationaux grande ligne français et espagnol. Même avec un tel schéma sa rentabilité économique ne sera pas assurée avec le seul transport passager. Il lui faudra un complément qui sera le transport marchandise. Dans ce cadre là, elle aura une double mission, celle de service public pour les passagers, mais surtout celle d’ enlever le transport routier international de la vallée, ce qui permettra ainsi de donner à la vallée une perspective d’ avenir pour un développement pérenne. D’ autant qu’ en matière de développement cette vallée a pris 30 ans de retard à cause de la problématique du transport routier, mais également à cause de certaines personnes qui considèrent ce territoire en chasse gardée et bloquent toutes nouvelles initiatives, surtout venant de l’ extérieur.

    J'aime

    1. hélas, le transport de marchandises par la voie ferrée ne se fera pas à mon avis. En effet, la voie ne permet pas de mettre les remorques des semis sur les wagons, ni de poser des conteneurs sur ces wagons. Donc imaginer une rupture de charge de chaque coté des Pyrénées ( decharger/recharger) est tout simplement impensable en terme de temps et de cout. Ou alors il faudrait revoir la voie ferrée de bout en bout et le cout qui va avec. Et dans ce cas, on pourrait comme les suisses et les autrichiens imposer aux camions de monter sur les ,trains.

      J'aime

  3. Bonjour à tous les amoureux du Patrimoine, de la nature, et de la démocratie,
    En ces temps troublés, comme tout contribuable et citoyen Français j’essaie d’apporter une petite contribution sur ma vision de la problématique au titre évocateur : « Le train fantôme à 100 millions d’€ » et donner un petit coup de gueule sur l’ouverture d’esprit du Béarnais.
    Si aujourd’hui nous avons la chance de parler de ce train fantôme c’est grâce à la persévérance et l’engagement de notre Député (Non pas « nouste Jan ») mais Louis Barthou en 1889 (ministre des Travaux publics en 1894) qui fit aboutir le projet par la ratification d’une convention internationale signée le 18 août 1904.
    Déjà à l’époque le projet du Somport est considéré comme non rentable et ni l’état ni la compagnie du midi ne sont en mesure d’assumer l’exécution d’une ligne évaluée à plus de 60 millions de francs.
    La France participera à moitié pour la construction du tunnel ferroviaire et à moitié pour la construction de la gare ferroviaire de Canfranc (à l’époque la plus grande d’Europe).
    Malgré quelques chicaneries politique, le territoire fut gagnant car il fallût construire des barrages pour l’électrification du chemin de fer et tout le territoire en bénéficiât.
    Le train permis de tisser des relations entre différentes communautés de la vallée d’Aspe et de l’Aragon, aujourd’hui cette demande est toujours d’actualité.
    Nos anciens français ou Espagnols nous ont laissé un immense patrimoine architectural entre les tunnels, les ponts, les viaducs, les gares, c’est de notre devoir au même titre que la biodiversité de le protéger.
    Vous allez me dire c’est de l’argent public jeté par les fenêtres, je vous dirais « NON » car en tant que contribuable de la nouvelle Aquitaine, je participe au tramway de Bordeaux (Aidé par l’état la région,…) je participe au nouveau trambus de PAU (Aidé par l’état, la région, le Département,..) tout cela sans retombées pour le territoire du haut Béarn (A Nouste).
    J’ai discuté avec des conseillers régionaux du pays Basque pour essayer de comprendre comment ils réussissaient si facilement à développer le tourisme chez eux ?
    Ils m’ont répondu « Un Basque vaut dix Béarnais » quand vous proposez deux projets touristiques en Béarn nous en proposons dix, vous en obtenez un et nous six !!!!
    Modestement, je n’ai aucune prétention et je ne détiens aucune vérité, mais au lieu de laisser de l’énergie inutilement, montrons que nous avons de la matière grise sous notre Béret pour développer notre territoire.

    J'aime

    1. @Le Naïf, votre argumentaire est beaucoup trop long pour nous dire que la circulation à vide d’un train vous a emballée. Surtout, que hormis un cercle très restreint de personnes, nul n’est en mesure de nous dire combien coûte cette gâterie d’Alain Rousset.

      J'aime

    2. il faut dire que la France ne voulait pas de train passant par dessus les montagnes , à la rigueur un passage du côté de Lerida dont la réalisation avait bien moins de complications et ceci dans le but de rejoindre le port de Valence , les colonies françaises étant en face , en ce qui concerne le tramway bordelais comparer ça fréquentation avec celle de la Micheline de la vallée d’Aspe il me semble plutôt que cela n’a aucun sens, comparer agglomérations de Pau (100.000 habitants) , Oloron 16000 et,vallée d’Aspe 2600 ) aux tramways de Bordeaux ( plus de 1 million ) avec un parcourt en ville et non pas sur un éloignement de 100 km c’est plutôt hasardeux pour ne pas dire hors sujet , quant aux bus de Pau ils sont désespéramment vides tout comme ils vont être les trambus , c’est encore une cucque comme il y en a tant chez ces politiciens que avant de quitter leurs fauteuils il faut qu’ils en laissent une ardoise à leur nom

      J'aime

    1. il serait intéressant que toute la seigneurie régionale française renonce à toutes ses gabegies ferroviaires ou du moins à une bonne partie afin de faire don pour la reconstruction de l’église Notre Dame , ça c’est un patrimoine national et qui en plus rapporte à la Nation non comme ces veinules sans avenir qui ne servent que à alimenter l’ego existentiel d’une seigneurie en mal de reconnaissance

      J'aime

  4. @Michel, depuis 49 ans que le train a cessé d’aller à Canfran, vous marchez toujours dans la choucroute, sans vous interroger du comment dénicher un couillon pour gérer le tronçon ferré Pau-Huesca en sachant que la dernière étude a relevé que son exploitation générerait un déficit d’exploitation de 20 millions par an.Il ne vous est pas interdit de faire travailler votre boite de réflexion.

    J'aime

  5. @MANAUT, votre argumentaire est vraiment très restrictif, je respecte votre combat mais je n’accepte pas votre conclusion.
    Je ne parlais que d’une vision patrimoniale et du respect que j’ai pour tous ces ouvriers qui ont donné toute leur énergie, leur sang et parfois leur vie pour construire des ouvrages d’art malgré une nature hostile.
    Il est vrai que je suis vieux et naïf, mais les solutions existent et vous les connaissez, mais la vérité vous fait elle peur ?
    Louis Gallois présidence de la SNCF de juillet 1996 à juillet 2006 donna la solution sur FR3 Aquitaine. Si ma mémoire ne me fait pas défaut, il conseilla à l’époque de rentabiliser la SNCF en mettant les camions sur les trains sur tout l’axe atlantique et afin de lisser le flux au niveau du pays Basque il préconisa le retour des trains de marchandises vide par le Somport.
    Pour vous rassurer Monsieur MANAUT, je suis pour le train, je suis pour l’amélioration de la route pour éviter le déversement des hydrocarbures dans le gave. Pour finaliser, je suis pour la déviation d’Oloron, en adoptant un principe de précaution, pour ne pas revivre le drame de la catastrophe de « los Alfaques » qui fit au moins 217 morts.
    En fait je suis pour revitaliser notre territoire pour que nos enfants et nos petits enfants puissent vivre au pays.

    J'aime

  6. @ francis courssensy : Je ne compare pas la fréquentation des tramways de Bordeaux avec celle de « la Micheline de la vallée d’Aspe » en effet cela n’a aucun sens. Ce qui est plus grave, vous argumentez en précisant que les bus de Pau sont désespéramment vides tout comme vont être les trambus et tout cela pour satisfaire une cucque de nos politiciens.
    La devise de la République, Liberté, Egalité, Fraternité, inscrite aux frontons des édifices publics précise « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ».
    Comme tout contribuable des vallées Béarnaises nous sommes en droits de payer nos impôts, donc il me semble logique que nous sommes en droit de demander une redistribution équitable de cet argent public envers les communes rurales de nos vallées Béarnaises et non pas tout pour les grandes métropoles.

    J'aime

  7. Je vais faire un rêve exprimé tout haut ainsi :
    le jour où quelqu’un (l’Europe et sa régulation climat,et/ou la France et ses régulations économiques et climatiques, et/ou la Région avec ses idées, ses moyens y compris de coercitions sur les modalités de transport qui la traversent de toute part en quasi-impunité) aura pris la main pour décider la même chose que celle qui vient d’être mise en route en silence et en toute efficacité (la mort du diesel automobile),
    vous verrez tous ( de Manaut à Michel sur ce blog) qu’une nouvelle réalité économique fera partie du paysage : pour cela, il y faut une volonté politique qui casse l’existant. (par exemple, stop à la cohorte de camions en file continue quasi permanente, file de droite de l’A63, sens montant et sens descendant. Cette file de camions et celle des voitures de tourisme alimentent les caisses de sociétés privées concessionnaires dont certaines viennent de loin puisque je crois me souvenir que l’A63 fait partie du réseau ASF ayant pour actionnaire une banque..australienne).
    Etranglez ce business par des mesures de régulation d’abord, de coercition ensuite et vous verrez qu’il y aura du fret à gogo à hisser sur les trains : les Suisses l’ont fait avec du temps et de la réussite, que la Région commence par un référendum d’initiative partagée ou citoyenne afin d’avoir un socle démocratique pour décider ou pas . Il faut agir.
    Tout les reste relève de considérations de peu d’intérêt.

    J'aime

    1. ex-ND Mais si tu veux réduire la circulation des poids lourds, le procédé est simple: il suffit d’harmoniser graduellement la fiscalité dans les pays européens, sur le smic, l’âge de la retraite, etc…Or le traité européen interdit toute harmonisation à l’exception du calibrage des melons,de l’éclairage des voitures, etc… Alors bien sûr, les entreprises n’hésitent pas à faire traverser plusieurs pays aux camions avec des chauffeurs payés à la fourchette, pour transporter des produits où les employés ont le minimum de rémunération et d’avantages sociaux, etc… Il est évident pour Renault, comme pour le consommateur français, qu’il est préférable d’acheter un véhicule Dacia en le faisant transiter par l’Espagne. La hausse des carburants en France est un leurre, étant entendu que le carburant espagnol est au minimun 20 centimes moins cher par litre.

      J'aime

    2.  » vous verrez tous ( de Manaut à Michel sur ce blog) qu’une nouvelle réalité économique fera partie du paysage : pour cela, il y faut une volonté politique qui casse l’existant. (par exemple, stop à la cohorte de camions en file continue quasi permanente, file de droite de l’A63, sens montant et sens descendant. »
      En disant : » il faut une volonté politique qui casse l’ existant » vous ne faites que conforter ma pensée vieillissante. Effectivement tant que cela ne sera pas exprimé autant pour le transport routier que pour le ferroviaire la loi du marché de la foire
      d’ empoigne prévaudra.
      A commencer localement, tant que les Maires de la vallée d’ Aspe n’ iront pas déposer un cahier de doléance à la Préfecture demandant des mesures concrètes pour un projet de développement de la vallée rien n’ avancera. Il faut reconnaître que Alain Rousset est le seul actuellement à persévérer dans cette démarche, bien souvent sapée par les Maires locaux eux mêmes.
      A cela, il faut aussi ajouter le poids de l’ Administration qui ne fait rien pour arranger les choses.
      Mais peut être que d’ ici quelque temps les poids de la volonté politique et administrative seront inutiles et remplacés par le poids de l’ opinion publique qui commence à toucher concrètement du doigt les dégâts irréversibles et coûteux du transport routier sur les hommes et l’ environnement.
      N’ oublions pas qu’ actuellement l’ Etat français est mis au tribunal par des associations pour non respect de sa signature de l’ accord de Paris sur le climat. Le gouvernement Hollandais vient d’ être condamné pour ce même motif.
      Alors soyons patients et peut être que l’ avenir nous réservera des surprises agréables pour l’ avenir de la vallée d’ Aspe, en dehors de toutes considérations locales. Ce qui n’ aura que plus de valeur .

      J'aime

      1. Et voilà @Michel qui louange Alain Rousset, un professionnel de la politique, un génie de la roublardise, qui en est à son 4ème mandat au Conseil régional, après avoir été Maire,Conseiller général, communauté urbaine de Bordeaux, et Député.
        Il suffit de regarder ses mouvements de main et sa mine défaite lors du reportage pour comprendre que le journaliste l’a acculé, jusqu’à lui faire dire « je veux rénover une ligne internationale ». Il ne dit pas (nous voulons), ou bien (la Région veut), Il dit « je veux », sous entendu que sous sa Présidence les 182 autre conseillers régionaux font office de plantes décoratives pour l’exercice de la démocratie.
        Ce moi je du roitelet aquitain, voulant devenir grand d’Espagne en décidant d’une subvention de 46 000 € pour participer à la construction d’un abribus à Canfranc, avec toilette et chauffage,aspirant à une place ministrable aux affaires étrangères pour traiter avec la Colombie en octroyant une subvention de 30 000 € pour insérer d’anciens membres du FARC.Vite, filez-moi un doliprane.

        J'aime

        1. Je ne louange personne, pas plus Alain Rousset que quelque’ un d’ autre, d’ autant que je suis contre tout culte de la personnalité. Je fait simplement le constat qu’ Alain Rousset est le seul à persévérer dans sa démarche. Seule l’ Histoire dira s’ il avait raison ou pas. Je ne suis pas là pour le juger comme vous le condamnez avant que cette affaire ait trouvé son dénouement définitif. On ne pourra le faire qu’ avec la réponse favorable ou pas de l’ Europe.
          Je regrette seulement que les Maires de la vallée, premiers concernés par cette affaire, ne lui apportent pas plus de soutient dans sa démarche. Par contre s’ il réussit dans sa démarche, ils seront tous là, tel un seul homme, pour lever le coude à cet événement. Leur éventuelle présence future ne sera que le remerciement de leur hypocrisie.

          J'aime

  8. Vide ou plein c est le même prix et il faut bien dépenser l argent des impôts sinon cela ne servirais à rien d en payer autant je pense que le train c est 100 millions en une fois cela évite des petits projets par ci par là la dépense est regroupé au même endroit en plus cela évite pour l élu l angoisse de la feuille blanche à chercher pleins d idées de dépenses à la con. Bientôt la grosse dépense à 400millions pour le bien de tous

    J'aime

  9. Les grands hommes politiques ont toujours marqué leurs passages dans l histoire exemple les 35 heures le mariage pour tous pour d autre et bien pour celui la ce sera le petit train de bedous

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s