Le détail des dépenses d’équipement prévues au budget communal pour l’année 2019


Dépenses d'équipement 2019.JPG« Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement… », affirmait Boileau. Par voie de conséquence, si vous avez du mal à suivre mes quelques explications sur le budget communal, c’est tout simplement parce que je les aurai mal exprimées.

6,65 M€, c’est le montant total des dépenses d’équipement que le conseil municipal s’apprête à voter dans le cadre du budget primitif 2019. Un chiffre pas très éloigné de celui de l’an passé où il avait ouvert un crédit de 6,34 M€. Avant d’entrer un peu plus dans le détail de ces 6,65 M€, quelques précisions :

  • On entend par « dépenses d‘équipement », selon la définition donnée par le portail de l’État au service des collectivités locales, « essentiellement des opérations qui se traduisent par une modification de la consistance ou de la valeur du patrimoine de la collectivité territoriale : achats de matériels durables, construction ou aménagement de bâtiments, travaux d’infrastructure, et acquisition de titres de participation ou autres titres immobilisés. »
  • Nous sommes dans le cadre d’un budget prévisionnel. En clair, ce n’est pas parce que ces dépenses sont inscrites qu’elles seront réalisées d’ici la fin de cette année. Ainsi, pour reprendre les dépenses d’équipement de l’an passé, elles n’ont été effectives qu’à hauteur de 48%. Car on peut donc avoir la tentation de gonfler artificiellement ces dépenses, histoire de montrer que la commune investit, va de l’avant… tout en sachant pertinemment que certaines d’entre elles ne recevront pas en 2019 le plus petit commencement d’exécution. Mais il peut y avoir une autre raison à cette non-consommation. On va voir ci-dessous
  • Concrètement, que sont devenus ces 52% de crédits non consommés en 2018 ? La part majeure (78%) sont des « restes à réaliser », c’est-à-dire qu’ils correspondent à des opérations d’investissement qui ont reçu un commencement d’exécution en 2018 (elles ont souvent été lancées en fin d’année), mais qui, n’ayant pu être achevées au 31 décembre 2018, se poursuivront en 2019. C’est la raison pour laquelle ces « restes à réaliser » sont repris dans le budget 2019 pour permettre le règlement final de ces opérations. Par ailleurs, 22% de ces crédits non consommés ont été purement et simplement annulés, soit parce qu’il n’a pas été donné suite à l’opération d’investissement pour laquelle ils étaient prévus, soit parce qu’il restait une « queue de crédit » une fois toutes les dépenses de l’opération réglées

Rentrons maintenant dans le vif du sujet et considérons les dépenses inscrites en 2019 sur le budget communal. Un tableau (cliquer sur le lien en fin d’article, juste avant le post-scriptum, pour y accéder) les récapitule. Ce tableau est formé de quatre colonnes. La première désigne l’opération pour laquelle le crédit est ouvert ; la seconde précise le montant du crédit inscrit en proposition nouvelle au budget 2019 pour sa réalisation ; la troisième indique si l’opération bénéficie d’un report de crédits en provenance du budget de l’an dernier ; enfin, la quatrième colonne, résultat du produit des deux colonnes précédentes, fait apparaître le montant du crédit total prévu pour la réalisation de l’opération. Quel est le « top 10 » de ces dépenses ?

  • 1 142 498 € pour la réfection de la tribune d’honneur du stade de rugby (suite à l’incendie qui l’a en partie détruite il y a 2 ans, en mars 2017)
  • 850 882 € pour la poursuite des travaux d’économie d’énergie réalisés dans le cadre du programme TEPCV (territoire à énergie positive pour la croissance verte)
  • 614 979 € pour la réalisation du programme annuel de travaux de voirie. Dommage que le détail des principales opérations qui bénéficieront de ces crédits ne soit pas précisé
  • 547 500 € pour la réhabilitation du centre social La-Haüt (travaux de mise en conformité et d’aménagement)
  • 541 100 € pour la réalisation de l’espace Maïté Richier (aménagement d’espaces pour la Croix Rouge qui regroupera ainsi l’ensemble de ses activités)
  • 320 000 € pour la création du parking de la rue Ampère (à destination du collège-lycée Saint-Joseph et des commerces de la rue Louis-Barthou)
  • 293 121 € pour les travaux de mise en conformité et d’accessibilité (poursuite de la mise aux normes des bâtiments communaux)
  • 275 855 € pour la consolidation et la réfection du mur de la promenade Bellevue à Sainte-Croix, la replantation des arbres et massifs, le réaménagement de la promenade, l’éclairage public
  • 180 000 € pour l’école de Pondeilh (réfection de la toiture de l’école et renforcement de l’isolation)
  • 140 000 € pour l’installation en ville d’un système de video-surveillance. Une opération mille fois annoncée, 999 fois reportée. Cette fois-ci sera-t-elle la bonne ?

Tableau récapitulant la totalité des dépenses d’équipement 2019

Post-scriptum histoire de se remettre de cette avalanche de chiffres : Retr’Oloron.blog vient de publier un article relatant une manifestation oloronaise qui a eu lieu le 9 mars 1929 (il y a donc 90 ans). Il s’agissait d’un vin d’honneur offert par le personnel municipal au maire qui venait d’être nommé dans l’ordre de la Légion d’honneur. Un vin d’honneur complété par un cadeau et agrémenté d’une allocution du secrétaire de mairie (c’est ainsi qu’on appelait le directeur général des services à l’époque). Un discours repris intégralement dans l’article, au cours duquel le secrétaire de mairie souhaite au maire, au nom de l’ensemble du personnel, d’être réélu lors des prochaines municipale. Pour revivre ce grand moment, cliquer ici.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s