Sauvetage du FCO Rugby : la montée à contre-temps de Pierre Serena


Stade rugbyPierre Serena, ex-talonneur et actuel adjoint aux sports à la mairie d’Oloron, fait don au FCO rugby de sa personne. Il annonce ce matin à la une de la page locale de Sud-Ouest et de La République qu’il compte s’impliquer personnellement dans le sauvetage d’un club cher à son cœur. On ne saurait blâmer une aussi noble intention. Même si elle a tout l’air d’une montée à contre-temps.

Et si une montée à contre-temps peut aider à remporter le point au tennis, elle est beaucoup plus risquée au rugby. Car la déclaration de Pierre Serena se fait dans le mauvais timing. Voilà un FCO rugby qui se débat en ce moment dans les difficultés sportives et financières, qui va tenter dans les semaines qui viennent d’assurer son avenir en Fédérale… et quelqu’un qui « profite » de cette période critique pour faire ses offres de services et se montrer très critique sur la gouvernance du club. Et pas qu’à demi-mots.

Car si Pierre Serena prend la précaution de « tirer son chapeau » aux dirigeants actuels, il taille en pièces dans le même temps le mode de gestion en vigueur aujourd’hui : « Peut-être en revanche y a-t-il besoin de nouveauté, de dynamisme et de nouvelles idées… Il y a aujourd’hui des clubs devant lesquels ont était toujours, il y a encore trois, quatre ans, et qui nous dépassent aujourd’hui car ils ont su se moderniser, aller voir ailleurs comment ça se passait… », assène-t-il dans Sud-Ouest. Je serais président du FCO Rugby, je ne prendrais pas ces propos pour un compliment. Il serait d’ailleurs intéressant de savoir comment la direction en place a accueilli la nouvelle en la découvrant dans la presse ce matin.

Oui, cette annonce est faite en parfait contre-temps. Plutôt que d’officialiser ses intentions par voie de presse interposée à cette période clé pour l’avenir du FCO, deux possibilités s’offraient à Pierre Serena :

  • présenter dès maintenant ses offres de service aux dirigeants actuels et commencer à travailler avec eux en toute discrétion
  • attendre la clôture de la saison sportive et, sur la base du bilan final, présenter un plan de reprise

Quant à ne pas exclure de démissionner de son poste d’adjoint pour se consacrer pleinement au FCO Rugby, comme le laisse entendre Pierre Serena, cela relève de la péripétie. Il n’y a rien qui l’empêche de cumuler les deux fonctions, même si sa solution a le mérite d’éviter tout conflit d’intérêt.

Il fut un temps où Pierre Serena a utilisé le pseudo de « Majax » sur les réseaux sociaux. Majax, comme le célèbre prestidigitateur qui connut son heure de gloire à la télé. Espérons seulement que la déclaration d’intention de Pierre Serena ne soit pas simple illusion et qu’il sache user d’une baguette magique pour sortir le FCO Rugby de la panade.

3 commentaires sur « Sauvetage du FCO Rugby : la montée à contre-temps de Pierre Serena »

  1. ce monsieur Serena est assez limité intellectuellement qui parlent de milliers d’euros et en veut toujours plus pour ces clubs qui nous coûtent chère. en 2019 ou l’état de la ville se dégrade de plus en plus, il y a d’autres priorités que son rugby.

    J'aime

  2. à moins que sa déclaration d’intention, ne soit qu’un subterfuge pour échapper aux « problèmes financiers » de la mairie…..

    J'aime

  3. Monsieur SERENA, on attend un projet dans lequel vous développerez . Quel objectif ? avec quels moyens et avec quelles personnes ? Les sarcasmes politiciens à deux balles n ont rien à voir dans la vie du FCO.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.