La mairie taguée dans la nuit du 13 au 14 mars : un geste peu courageux au service d’un message confus


tag3En pleine nuit, à moins que ce ne soit ce matin à l’aube (après tout, je n’étais pas là pour le voir), de courageux inconnus ont tracé des messages (photos ci-dessous en fin d’article) sur trois façades de la mairie. Il y avait deux réactions possibles 1/ ne pas en parler parce que c’est faire trop de publicité à quelques imbéciles ; 2/ pousser un coup de gueule parce qu’il n’y a aucune raison de laisser faire sans dire. J’ai choisi la seconde option car j’estime que nous avons là affaire à un geste peu courageux au service d’un message confus.

Un geste peu courageux

Ce paragraphe ne mérite pas de longs développements. Tracer nuitamment des messages sur un bâtiment public, c’est comme laisser des messages d’insulte sur les réseaux sociaux sous couvert d’un pseudo. Où est le courage là-dedans ? Je sais bien que certains, niant l’évidence et faisant preuve en même temps d’une ignorance abyssale affirment que nous sommes en France dans une dictature. Nous sommes pourtant, contrairement à ce qu’ils pensent ou veulent faire croire, dans un pays où il est possible d’exprimer ses revendications, son mécontentement, sa colère à visage découvert. Cela aurait quand même eu une autre gueule si les inconnus de cette nuit étant venus tracer leurs slogans vendredi, en plein marché, au vu et au su de tout le monde !

Un message confus

Que disent ces tags ? « GJ  Révolution – Rends les sous », « GJ – Non aux taxes – Voleurs – NLP », « Rends-nous les sous », « Non aux taxes – Misère », « Pouvoir aux peuple – Voleur »

Qui visent-ils ? S’en prennent-ils à quelqu’un de clairement identifié (président de la République ? maire ? autre ?) ? Sont-ils plutôt l’une des expressions du mouvement national connu sous le nom de « gilets jaunes » (GJ sur les tags) ? Que veut dire « NLP » qui clôt l’un des slogans (Actualisé à 18 heures 45 : merci à un lecteur, Sylvain, qui a décrypté cet acronyme : NLP = Nique La Police) ? Pourquoi, même si l’on ne va pas bien sûr regretter que la sous-préfecture ou la communauté de communes n’aient pas fait les frais de la même opération, la mairie est-elle la seule ciblée ?

Un coup des gilets jaunes ? Il doit bien y avoir quelques têtes brûlées dans leurs rangs, mais des personnes se revendiquant comme « le peuple » iraient-elles se livrer à un acte de vandalisme sur une mairie qui n’est rien d’autre que la « maison du peuple » ? J’ai peine à le croire ou alors j’ai raté un épisode.

En attendant, il s’agit de dégradations dont les réparations auront un coût : quelques centaines voire quelques milliers d’euros si le seul sablage ne parvient pas à réparer le mal. Et qui va payer ? Le contribuable oloronais. J’aimerais être sûr (on se console comme on peut devant une telle bêtise) que les barbouilleurs de la nuit font partie de ces cochons de payants.

tag1tag2tag3tag4tag5

3 commentaires sur « La mairie taguée dans la nuit du 13 au 14 mars : un geste peu courageux au service d’un message confus »

  1. acte débile c est indéniable mais ceci m améne a 1 autre constatation le manque de surveillance nocturne de la part de la brigade autonome du territoire de gendarmerie triste a dire mais les voyous ou autres imbéciles savent qu entre 24h et 6 h du matin ils peuvent agir tranquillou en temoignent des cambriolages ou dégradations de biens sans oublier l impunité dont béneficient les auteurs auteures de tapage nocturne et qui se transforme en tapage diurne

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s