Le citoyen lambda réagit en prenant de la hauteur par rapport à la seule question de la maternité (chronique « le grand angle plutôt que le zoom)


Sa qualité de professionnel de la santé permet à Jean-Louis Coquard d’émettre un avis plus autorisé que celui que peuvent avoir nombre d’entre nous, le blogueur en tête. Il réagit ici à l’article qui précède, en citoyen lambda, prenant de la hauteur par rapport à la seule question de la maternité.

Le citoyen lambda souhaite simplement évoquer quelques éléments de réflexion à la prise en charge de la santé par le peuple, dont il fait partie.

3 rappels :

– Oloron a un centre médical de proximité (je n’ai pas dit centre hospitalier public) pour le public ou le peuple, comme chacun veut. Il doit sa présence non pas à la volonté politique du temps passé et moins récent mais au travail de praticiens hospitaliers publics : aujourd’hui, Oloron a un centre médical au service du public grâce à la présence, en partie, de praticiens privés, sinon pschittttt… Sachons raison garder…

– Avant la restructuration du pôle de santé, le centre hospitalier général (la dénomination était bonne) avait des comptes équilibrés, les politiques ont voulu une restructuration à leur façon contre l’avis du corps médical… et patatras, le déficit est arrivé et pérenne …à qui la faute ?  Sachons raison garder…

– Aujourd’hui le centre médical d’Oloron, lorsque la maladie chronique est là, a des moyens de soigner le SDF, le migrant, le retraité, le cadre avec la même qualité de soin : mais le taux de fuite est patent, tout est question de confiance ? Sachons raison garder.

Comment regarde-t-il la santé, ce citoyen lambda ? Par la lecture de documents accessibles à tout citoyen intéressé, tout simplement et en faisant confiance aux instances qui regroupent souvent professionnels mais aussi usagers... sachons raison garder.

1/ Ma santé 2022 soit la labellisation des « hôpitaux de proximité » pour redessiner la carte hospitalière qui a un peu vieilli, comme moi d’ailleurs, et répondre à la problématique des « déserts médicaux » : projet débattu en mars à l’Assemblée nationale.

2/ Le rapport de la cour des comptes sur l’efficience de certaines unités médicales d’urgence en nuit profonde soit 23h -8h, avec souvent des remplaçants payés à prix d’or pour une activité très modeste. Moduler certaine activité ne nuirait pas à la santé.

3/ Le projet régional de santé de l’agence régionale de sante 2018-2028 où siègent des usagers : il est consultable et pour moi rien de choquant : il est documenté sur des bases de population réelle.

4/ Les chiffres clés de la démographie médicale du bulletin de l’ordre national des médecins où le département 64 est en vert (avec la Gironde) : tous les autres en Nouvelle-Aquitaine sont dans le rouge : des inégalités entre les départements, entre les spécialités, entre certains quartiers de ville, entre certaines zones rurales, le salariat plus que le libéral, la féminisation rendent le constat multiforme et complexe.

5/ Le plan local de santé tarde à sortir, il permettra de se situer et de comprendre la volonté des acteurs de terrain qui ne sera peut pas celle des politiques et du public ou qui les rejoindra.

6/ La commission médicale d’établissement : elle fut écoutée en son temps, sa non-écoute en temps voulu, dominée par le politique, amène à des situations ubuesques (cf. ci-dessus).

Bonne réflexion, sachons raison garder et La Réflexion politico-médicale locale en connaissance de cause maintiendra notre santé : ne leurrons pas le citoyen dont je fais partie.

Un commentaire sur « Le citoyen lambda réagit en prenant de la hauteur par rapport à la seule question de la maternité (chronique « le grand angle plutôt que le zoom) »

  1. Ce soir Mercredi 20/02/2019 à 23h25 sur france 3 Nouvelle aquitaine un reportage sur l’Hôpital d’Oloron « Notre Hôpital est il Malade? » on parle de la fermeture de la maternité.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.